Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Jardin botanique de Mashhad : Un lieu de distraction, de repos et de tourisme

Dossier3 20170427 090219Des espaces verdoyants, sereins, des espèces rares de plus de 4000 variétés. Des moments où le temps s'arrête, pour contempler cette belle nature. Le jardin botanique de Mashhad est l'un des 6 que compte l'Iran. Il est situé au nord-est de l'Iran et a été fondé en 1997. Il présente sur vingt deux (22) hectares des collections de plantes tropicales et subtropicales. Les espèces sont étudiées et préservées depuis l'année de sa création, dans une optique plus scientifique que touristique.
Les Crocus, ces fameuses plantes qui donnent naissance au safran, y sont par exemple étudiées. Mashhad est au cœur de la production de l'or rouge iranien. Ce jardin botanique dépend administrativement du jardin botanique national d'Iran (Téhéran). Son but est d'étudier l'acclimatation de plantes et de gérer des collections de plantes (dont en particulier des crocus et pistachiers endémiques) dans un but scientifique, ainsi que la culture de plantes en danger et protégées.
Le jardin possède une banque de semences importante qui permet l'échange avec diverses institutions iraniennes ou étrangères. L'établissement s'informe également de l'existence de nouvelles plantes et établit des sélections dans un but commercial, médical, etc.
Au cours de la visite des participants, chaque maire parmi les 40 venus des pays du monde islamique a marqué son passage avec la plantation d'un arbre dédié pour l'amitié avec la municipalité de Mashhad. C'est ainsi que Niamey a marqué son passage dans cet espace verdoyant avec la plantation d'un arbre fruitier par le Maire central, M. Hassane Seydou, qui d'ailleurs a signé une convention pour faire du grand espace situé en face du garage municipal, communément appelé Mairie garage, un espace identique à celui de Mashhad.
Pour le maire de la ville de Mashhad, « l'avancement urbain dans la mondialisation devrait tourner autour de la protection de l'environnement urbain et la responsabilité de l'homme ; celui qui assiste à de telles assemblées peut apporter un message important à la population mondiale ; nous avons de multiples expériences à partager et promouvoir une coopération étroite en matière urbaine. Les problèmes transnationaux peuvent se maintenir et renforcer la civilisation islamique et lutter contre les défis urbains, en particulier les inégalités urbaines et les obstacles environnementaux », a-t-il souligné.
Il faut noter que chaque année, ce jardin engrange des ressources financières pour la municipalité de Mashhad à travers les visites des touristes venus de plusieurs pays du monde.
Seini Seydou Zakaria (ONEP)
19/05/17

Artisanat

Error: No articles to display

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Le paludisme : Des efforts soutenus dans la lutte …

Le paludisme est une maladie parasitaire qui constitue un problème de santé publique au Ni...

vendredi 27 octobre 2017

Interview de Dr. Hadiza Jackou, Coordinatrice du P…

Cette année encore, le paludisme fait beaucoup de victimes au Niger : quel est le nombre d...

vendredi 27 octobre 2017

Paludisme : Le choix de lutte

La lutte contre le paludisme a été entreprise, à l'échelle internationale, par l'Organisat...

vendredi 27 octobre 2017

L'air du temps

Baroud d'honneur dans l'Anzourou

Baroud d'honneur dans l'Anzourou

Il y a comme un vent de débâcle et de panique qui plane sur la tête des groupes armés qui ...

vendredi 17 novembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.