Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Editorial : Aux grands maux, les grands remèdes


DG onep«J'ai l'impression qu'il y a une insouciance et une indifférence des responsables locaux, cette insouciance et cette indifférence sont incompréhensibles. J'ai appris qu'hier, nuitamment, des travaux de nettoyage ont été effectués, parce que les autorités locales ont été informées de la présente visite. Je dois leur dire que ce n'est pas le Président de la République qu'il faut servir, ce sont les populations de Niamey qu'il faut servir. Les autorités locales ne sont pas au service du Président de la République, elles sont au service des citoyens de Niamey. Et pour cela, il faut nettoyer la ville de manière permanente, chaque jour».
C'est le Président de la République, SEM. Issoufou Mahamadou, en personne, excédé et révolté par ce qu'il a vu, lors de sa visite vendredi dernier, à Niamey, qui a prononcé ces mots dans une colère à peine contenue. Il était en colère à juste titre, car, trop c'est trop. Ne nous voilons pas la face, les gens, en l'occurrence nos services municipaux, ne travaillent pas ! À la limite, on peut même penser que certains jouent à saboter les investissements colossaux consentis par l'Etat pour donner à la capitale l'image digne d'une cité vitrine.
En s'arcboutant tout le temps derrière l'éternel manque de moyens, en n'ayant aucune initiative, certains responsables de la capitale, à l'image du comportement de certains de leurs administrés sont responsables de l'état de déliquescence de notre capitale.
Une capitale pourrie, sale, mal entretenue et délaissée, pendant que l'Etat, sous la houlette du Président de la République, investi, des centaines de milliards de FCFA pour rendre la ville de Niamey plus coquette et digne d'un pays renaissant.
«Aujourd'hui, la ville de Niamey étouffe sous les déchets (voir nos reportages photos réalisés hier matin). Il y a des ordures un peu partout, des caniveaux bouchés, ce qui provoque un mauvais drainage des eaux de pluies, des inondations avec effondrement des maisons, des pertes en vies humaines», a indiqué le Président Issoufou. «Depuis 2012, il y a eu près de 30 victimes liées aux inondations. Cela n'est pas acceptable ».
Cela est inacceptable et il faut que ça change. Ce genre de visites doit être permanent et une synergie d'actions s'impose entre les trois Ministères concernés, le Programme Niamey Nyala et les municipalités de Niamey.
Insouciance, indifférence, irresponsabilité et inconscience sont des termes à bannir au niveau de chaque responsable. Il en est de même du comportement incivique de certains habitants de la capitale. En appelant les citoyens de la ville de Niamey à se soucier de leur cadre de vie, le Président de la République a touché du doigt l'une des plaies béantes de la capitale, l'incivisme et la malpropreté de certains dont les comportements frisent la morale. « Nous sommes tous des croyants et il est dit que la propreté c'est 50 % de la foi. Je lance un appel aux citoyens de Niamey pour qu'ils se ressaisissent, pour qu'ils contribuent à l'assainissement de leur cadre de vie».
C'est dire que si les responsables locaux, les municipalités, les collectivités ont «d'immenses responsabilités» dans l'amélioration du cadre de vie des populations de Niamey, ces dernières doivent aussi se comporter en dignes habitants d'une ville moderne. Les déversements des eaux usées n'importe où et n'importent comment, les soulagements à l'air libre et sur la voie publique, le rejet des déchets partout, etc doivent être bannis et sanctionnés.
Pour chasser les tas d'ordures de nos villes, l'instauration d'actions d'envergure et d'autres opérations périodiques de salubrité ne sera pas de trop. Nous avons idée ici l'organisation d'opérations de salubrité publique au niveau des communes, voire des quartiers. Dans la foulée, pour créer une saine émulation, on pourrait même songer à instaurer un concours de coquetterie entre les communes, et au sein des communes, entre les quartiers.
De même, il faudra un plan de communication pour mener des campagnes de sensibilisation soutenues en direction des citoyens pour l'adoption de comportements favorables, mais également créer les conditions adéquates pour endiguer le phénomène de l'ensablement de nos routes par le pavage des accotements des voies principales.
Toujours est-il qu'aujourd'hui, «l'Etat central a donc pris ses responsabilités, il faut que les autres acteurs aussi prennent leurs responsabilités », et toutes leurs responsabilités. On ne peut faire des omelettes sans casser des œufs.
Face à la déliquescence de la situation, le Chef de l'Etat qui, quiconque le sait, n'est pas du genre à s'énerver à tout-va, est sorti de son mutisme. Aussi, doit-on s'attendre à ce que des mesures idoines soient prises pour amener les autorités municipales à comprendre l'importance de leurs responsabilités et surtout à s'acquitter convenablement des missions qui leur incombent. «J'ai demandé au ministre de l'Intérieur et à toutes les autorités concernées de me faire des propositions urgentes pour améliorer la situation au niveau de la ville de Niamey, pour mieux assainir la ville. Dans les prochains jours, dans les prochaines semaines, nous serons obligés de prendre nos responsabilités », a clairement prévenu le Président Issoufou.
A bons entendeurs....

Mahamadou Adamou( Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. )
17/07/17

Artisanat

Error: No articles to display

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

A la découverte du village de Tapoa : Un village t…

A la découverte du village de Tapoa : Un village touristique riche de sa biodiversité

Jadis un petit village habité par les gourmantchés, Tapoa est aujourd'hui un camp forestie...

vendredi 11 août 2017

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune…

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays

Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le v...

vendredi 11 août 2017

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Exit la ''Pilule'' et le chicha, vive le wifi-club !

Exit la ''Pilule'' et le chicha, vive le wifi-club !

Exit les escapades démentielles à la ''Pilule'' et les virées dans les lieux vaporeux des ...

vendredi 15 septembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.