Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Eloigner le spectre des pieds dans l'eau

Oumarou-MoussaOn avait annoncé qu'elle serait tardive, mais abondante, avec par endroit des inondations. La saison des pluies est bel et bien là, et tous les jours que Dieu fait, on constate un ciel assez fourni en nuages et des probabilités fortes de pluies diluviennes. Les braves paysans se satisfont déjà de ce début de campagne agricole en fanfare. Dans nos villes, c'est déjà le branle-bas avec les quelques quantités de pluie enregistrées ces temps-ci. En effet, à Niamey la capitale, comme dans les autres chefs lieux des régions, le problème d'assainissement se pose avec acuité. Après la moindre pluie, les rues sont systématiquement envahies d'eau de ruissellement qui stagne en formant par endroits de véritables marigots. Conséquence, il devient de plus en plus difficile de circuler dans certains quartiers.
A Niamey par exemple, des quartiers comme SONUCI, Bassora, Talladjé, et bien d'autres encore, détiennent la palme d'or de l'inaccessibilité. En effet, ces quartiers mal assainis sont difficiles d'accès pour les automobilistes en période d'hivernage. Leurs habitants sont toujours traumatisés par le cauchemar des nuits pluvieuses synonymes d'inondation des rues et même des maisons. Beaucoup ne savent plus à quel saint se vouer dès que la saison des pluies commence avec son récital de blocages des rues, et des cassis de fortune dressés pour protéger les murs de certaines concessions. Se frayer un chemin pour joindre son lieu de travail s'apparente à un véritable parcours de combattant pour ceux qui vivent dans ces zones à problèmes. Les «taximen » viennent encore en rajouter au calvaire de ces habitants en refusant obstinément de desservir ces zones d'angoisse.
Heureusement, cette année, avec les mesures prises par la Délégation Spéciale de la ville de Niamey, certaines inquiétudes liées aux eaux de pluie commencent à se dissiper. Car très tôt M. Moctar Mamoudou, le président de cette Délégation Spéciale, et ses hommes, ont pris la mesure du péril, et ont déployé leurs gros engins dans ces quartiers sensibles de la capitale. Et leurs interventions ont permis quelque peu, d'éloigner, de l'esprit des populations, le spectre des pieds dans l'eau. Mais ce ne sont là que des mesures d'urgence, et il va falloir trouver au plus tôt des solutions pérennes. C'est certainement le prochain défi que la Délégation Spéciale de Niamey doit relever pour permettre aux habitants de ces quartiers inondables de dormir les points fermés même quand il pleut des cordes.
Oumarou Moussa(onep)

06/07/18

Artisanat

Error: No articles to display

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

Audiences

Dossier

Département de Gouré : Entre volonté de développem…

Département de Gouré : Entre volonté de développement et lutte contre les aléas climatiques

      Une terre de contrastes entre les plaines, les hauts plateaux du M...

vendredi 22 février 2019

Interview du maire de la commune rurale de Guidigu…

Interview du maire de la commune rurale de Guidiguir M. Ari Jarami : « Nous menons des campagnes de sensibilisation pour freiner le déboisement, la coupe abusive du bois, la fixation des dunes »

Du point de vue géologique, le territoire communal est essentiellement rattaché à la régio...

vendredi 22 février 2019

Département de Magaria : La préservation de l'envi…

Département de Magaria : La préservation de l'environnement gage de développement durable

Avec une superficie de 7 903 km2, Magaria est l'un des départements les plus riches en mat...

vendredi 15 février 2019

L'air du temps

Sus à la publication des images des victimes !

Sus à la publication des images des victimes !

Décidément les effets dévastateurs des réseaux sociaux sur nos valeurs sociales est sans l...

vendredi 22 février 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.