Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Dosso/Culture : Haoua Capochichi, artiste et enseignante


Haoua-CapochichiIssue d'une famille d'artistes, Janette Haoua Capochichi est arrivée dans la musique dans les années 1999 avec l'appui de son grand frère Roger le moine, lui-même artiste musicien. Elle rejoindra par la suite le groupe Toubal où elle apprit à faire le chœur avec feu Dargné Gadeyzé.
Ayant acquis assez d'expériences, cette jeune femme de 36 ans fit sortir en 2001 son premier album intitulé Sodjaï Wandiya autrement dit la copine des militaires. C'est pour honorer nos forces de défense et de sécurité que la chanteuse de la cité des Djermakoye a interprété ce chant pour exalter la bravoure de nos vaillants soldats qui veillent sur la sécurité des personnes et de leurs biens.
L'artiste ne s'est pas arrêtée à ce premier essai qui a été un coup de maître. Ainsi, elle enregistra en 2008 un album de 8 titres qui est pour l'instant sur maquette bien qu'elle envisage sa duplication et la réalisation d'un vidéo-clip. Pour des raisons de difficultés financières, Haoua Capochichi décida alors de s'intégrer, en 2008, dans l'enseignement en tant que contractuel de l'éducation, avec comme objectif d'être en contact avec les enfants.
Maintenant qu'elle a une responsabilité et des obligations, la chanteuse se fait rare sur scène. Malgré tout, elle demeure membre du groupe Toubal. Occasionnellement, elle anime en solo au centre récréatif Haoua Zaley. Elle est aussi sollicitée à l'occasion de la célébration de certaines journées, à l'image de la journée de la femme. Etant enseignante ayant servi dans plusieurs contrées, elle a eu la chance d'être entourée de familles qui lui ont fait entièrement confiance. Cela lui a permis de tisser des bonnes relations avec les populations, qui la sollicitent à l'occasion des cérémonies de mariage et baptême.
Cette nouvelle expérience a permis à Janette Haoua Capochichi de sensibiliser les populations sur les problèmes de la vie en campagne comme le mariage forcé, la réticence des parents à inscrire les filles à l'école. Elle a été comprise dira t- elle car les enfants lui rendent régulièrement visite à Dosso pour lui faire part du déroulement de leurs études.
Au sujet de l'orchestre Toubal dans lequel elle évolue, cette artiste engagée souligne que malgré le décès récemment de leur chef, Nouhou Yérima, l'orchestre continue d'évoluer car leur patron a fait en sorte que chaque membre soit polyvalent pour ne pas laisser un vide. Haoua Capochichi qui n'a pas abandonné la musique à cause de sa carrière d'enseignante lance un vibrant appel à toutes les personnes de bonne volonté pour l'aider à réaliser son rêve, celui d'avoir ses premières chansons sur le marché et ses premiers clips vidéo.
Dans le domaine de l'éducation, Haoua Capochichi envisage d'organiser les GS (gouvernements scolaires) pour entreprendre des actions d'intérêt. Son seul regret aujourd'hui est de constater qu'il n'y a aucune femme de la région de Dosso lancée dans la musique.

Mahamane Amadou ONEP - ANP/Dosso
www.lesahel.org

AG/ONU

Editorial

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.