Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Il a plu des cordes sur Niamey


assane-soumanaAprès les pluies torrentielles qui se sont abattues sur la ville de Niamey dans la nuit de mardi à mercredi dernier, ont eu pour effet de mettre à nu les insuffisances qu'accuse la ville de Niamey en matière d'assainissement. En effet, les désagréments et les graves dégâts occasionnés par cette pluie qui s'est abattue sur la capitale ont été ressentis aux quatre coins de la ville. Même en plein centre-ville, les usagers ont eu le plus grand mal du monde à relier un point à l'autre de la ville pendant et après le torrent. Aussi, en automobile ou à moto, il faut savoir éviter les pièges et les points d'impasse, la plupart des rues secondaires étant quasi-impraticables, tant elles ont été défaites par les vagues des eaux de ruissellement.
Un état de fait, somme toute déplorable, qui semble laisser les responsables de nos municipalités totalement indifférents. Sinon, comment expliquer que depuis des années les mêmes causent produisent les mêmes effets à des points précis de la ville et que les maires de nos différentes communes n'aient guère songé à y apporter, ne serait-ce qu'un début de solution ? Comment expliquer que nos routes réalisées à grands frais soient laissées à la merci des eaux de ruissellement qui y charrient eaux et monticules de sable ? Comment expliquer que depuis des dizaines d'années, des axes entiers demeurent infranchissables toute la saison des pluies durant, parce ce que à chaque inondées par les eaux stagnantes ? Assurément, la constance de cette inaction des communes devant le calvaire des citoyens frise la... mésestime !
Toujours est-il qu'il faudra que, désormais, les maires soient pleinement placés devant leurs responsabilités en matière de mise en place d'infrastructures d'assainissement dans nos villes et communes, pour que, plus jamais une telle déconfiture après la pluie à Niamey.
Assane Soumana(onep)
16/06/17

AG/ONU

Editorial

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.