Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Course à la présidence du comité exécutif de la FENIFOOT : Les candidats dont les listes sont rejetées déterminés à recourir aux instances compétentes


candidat-fenifootLe candidat à la présidence du comité Amadou Saley Oumarou et dont la « liste » avait été rejetée a animé une conférence presse, lundi dernier, au Complexe GMK pour réaffirmer sa détermination à recourir aux instances compétentes, nationales et internationales pour dit-il faire rétablir la vérité, car il tient à participer à l'élection prévue le 16 juillet à Maradi. Cette conférence de presse s'est déroulée en presse d'un autre prétendant à la candidature, à savoir Abdoul Aziz Hima Souley et de Amadou Salifou Maiyaki dont la candidature a été validée par la commission électorale de la FENIFOOT.
Lors de cette conférence de presse, M Amadou Saley Oumarou a exprimé sa confiance aux instances de recours, au niveau national et international, qui sont selon lui les voies pouvant permettre de rétablir la vérité. Il a rappelé que le 1er juillet dernier la commission électorale de la FENIFOOT lui a notifié le rejet de son parrainage. Et Amadou Saley Oumarou de répondre que les conditions d'éligibilité ne mentionnent nulle part la liste des membres, avant d'inviter les uns et les autres à se référer à l'article 36 aliénas 2 et 3 de la FENIFOOT pour s'en convaincre. « C'est pourquoi lorsque j'ai fait le recours, j'ai demandé à la commission électorale de me clarifier cette ambigüité : Est ce que le rejet de nos listes signifie l'invalidation de nos candidatures à la course », se demande-t-il, estimant que la FENIFOOT utilise tous les moyens à sa disposition pour simplement écarter sa candidature et celle de Abdoul Aziz Hima Souley.
« La FENIFOOT est en train de jouer un jeu trouble comme elle ne veut pas voir Amadou Saley Oumarou et Abdoul-Aziz Hima Souley en face du président sortant », a-t-il ajouté. Pour lui, la FENIFOOT s'est assimilée à la commission électorale et s'évertue dans un exercice de rupture d'égalité entre les candidats. Devant la violation de l'article 26 aliénas 2 et 4 du statut de la FENIFOOT, M. Amadou Saley Oumarou a assuré qu'il s'active pour déposer un nouveau parrainage pour que sa candidature soit validée dans le délai. Toutefois, il dit ne pas confondre cette « concurrence à de l'inimitié plutôt l'adversité. « Nous sommes dans le cadre sportif nous devons faire preuve de fair-play, c'est comme si vous jouez un match, il ya des chances que vous le remportez, le perdre ou faire le match nul», a-t-il déclaré.
Abordant dans le même sens, le deuxième candidat retenu à cette compétition, M. Amadou Salifou Maiyaki qui exprime sa sympathie vis-à-vis des autres prétendants, a souligné que cette connivence entre la FENIFOOT et la commission électorale est claire. « Elle est naturelle », a-t-il soutenu, avant de se réjouir de la tentative de médiation du ministre en charge des Sports. Ce qui estime-il, veut dire que les autorités sont en train de prendre conscience de la gravité de la situation. Il a espéré que les autorités joueront pleinement leurs rôles pour créer les conditions d'une élection libre, transparence et inclusive. « Si nous avons choisi de déposer nos candidatures c'est pour aider au développement du jeu démocratique au sein des associations sportives de notre pays», a-t-il conclu.

Mamane Abdoulaye(onep)
12/07/17

AG/ONU

Editorial

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.