Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Journée parlementaire d'information : Les élus nationaux édifiés sur le 2ème passage du Niger à l'Examen Périodique Universel


ANLe 2ème vice-président de l'Assemblée nationale, l'honorable Liman Ali Mahamane a présidé dimanche dernier à l'Assemblée nationale, l'ouverture des travaux d'une journée d'information sur le 2ème passage du Niger à l'Examen Périodique Universel (EPU). Cette journée d'information a été organisée par le Ministre de la Justice. Etaient présents des responsables du Ministère en Charge de la Justice, des membres du Réseau Parlementaire des droits de l'Homme, le représentant de l'Institut danois des Droits de l'Homme (IDDH) au Niger et plusieurs invités.
Le rôle des parlementaires dans le cadre de l'Examen périodique universel a été reconnu par le Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies à travers des résolutions successives adoptées par l'Assemblée Générale. Il s'agit des résolutions 65/123 du 13 décembre 2010 et 66/261 du 29 mai 2012, dans lesquelles l'Assemblée Générale a reconnu qu'il est important que les travaux du Conseil des Droits de l'Homme continuent à bénéficier de l'appui des parlements, en particulier pour ce qui est de l'Examen Périodique Universel. Ces résolutions, ont reconnu le rôle que les parlements jouent notamment en traduisant les engagements internationaux en politiques et lois nationales et, partant, en contribuant au respect par chaque État membre de l'Organisation des Nations Unies de ses obligations et engagements en matière de droits de l'homme et au renforcement de l'Etat de droit. Elles ont reconnu également le rôle moteur que les parlements peuvent jouer en veillant à l'application, au niveau national, des recommandations issues de l'EPU et émanant d'autres mécanismes de protection des droits de l'Homme.
Dans son allocution d'ouverture de cette journée parlementaire, le 2ème vice-président l'honorable Liman Ali Mahamane a réaffirmé que, les députés nationaux de par leur fonction, ont un rôle important à jouer dans la mise en œuvre des recommandations formulées à l'endroit du Niger lors de la présentation de son rapport du second cycle de l'EPU. C'est justement, « pour permettre aux honorables députés de jouer pleinement ce rôle que la présente journée d'information est organisée en vue, non seulement de familiariser les parlementaires au mécanisme de l'EPU, mais aussi de partager les recommandations issues du passage du Niger au second cycle de l'EPU », a-t-il déclaré. Il a ensuite rappelé que l'Examen Périodique Universel est un mécanisme institué par l'Assemblée Générale des Nations Unies, par sa résolution n°60/251 du 15 mars 2006, en vue de doter le Conseil des Droits de l'Homme du pouvoir de procéder à une évaluation de la situation des droits de l'homme dans l'ensemble des Etats membres des Nations Unies.
Pour se conformer à ce nouveau mécanisme, le Niger a présenté, en février 2011, son rapport du premier cycle de l'EPU qui a été adopté au mois de juin de la même année. Ensuite, le Niger a présenté son rapport du second cycle le 18 janvier 2016, lors de 24ème session du Groupe de travail sur L'EPU du Conseil des Droits de l'Homme à Genève. À l'issue de cette présentation, « le Niger a enregistré 168 recommandations, en a accepté 164, différé 3 et noté une. Les recommandations différées ont fait l'objet de consultation, à l'issue de laquelle, notre pays a décidé de les accepter. Ainsi, sur les 168 recommandations reçues, le Niger a accepté les 167 et noté celle relative aux populations autochtones. La position finale du Niger a été exprimée à travers le document additif qu'il a soumis au Conseil des Droits de l'Homme en mai 2016, et réaffirmée le 23 juin 2016 à l'occasion de l'adoption de son rapport au second cycle de l'EPU, lors de la 32ème session du Conseil des Droits de l'Homme », a-t-il notifié.
Il faut noter qu'au cours de cette journée, deux communications ont été présentées dont la première, présentée par Mme Rabiou Assétou Traoré, directrice des Droits de l'Homme au Ministère de la Justice qui porte sur « les notions fondamentales et les différentes catégories des droits de l'homme » et la deuxième présentation faite par Dr Mounkaila Aichatou Seyni, Directrice Générale des Droits de l'Homme au Ministère de la Justice sur le thème « la restitution du passage du Niger au second cycle de l'EPU ». Ces communications ont été suivies de débats.
Seini Seydou Zakaria(onep)
06/12/17

AG/ONU

Editorial

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.