Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Atelier national de formation PASEC : Les cadres et partenaires du projet à l'école de l'outil EX-ANTE Carbonne balance Tool (Ex-ACT)


photo-de-familleDosso abrite, depuis le mardi 9 octobre dernier, un atelier national de formation des cadres et partenaires du (PASEC) à l'outil EX ACT d'évaluation de la contribution des projets de développement dans l'émission des gaz à effets de serres (GES). Organisé par le Projet d'Appui à l'agriculture Sensible au Climat (PASEC) en collaboration avec la FAO, cet atelier vise comme objectif de sensibiliser et de renforcer les capacités des cadres sur les indicateurs d'analyse simplifiées et de suivi des projets sur les impacts des activités humaines dans le secteur agro forestier sur les émissions des gaz à effets de serres et les mesures de mitigation.
La cérémonie d'ouverture de cet atelier qui durera trois jours a été présidée par le Directeur de cabinet du ministre d'Etat, ministre de l'Agriculture et de l'Elevage, président du comité de pilotage du PASEC M. Mahamadou Aoudi Diallo en présence du Secrétaire général adjoint du gouvernorat de Dosso, M. Hambali Bouweye, du coordonnateur national du PASEC, M. Bola Moussa, des représentants des structures partenaires du PASEC et de nombreux invités.
Dans l'allocution qu'il a prononcée à l'ouverture des travaux, le Directeur de cabinet du ministre de l'Agriculture et de l'Elevage a indiqué que l'outil EX-ACT développé au sein de la FAO vise à permettre des estimations ex-ante de l'impact des projets de développement agricole et forestier sur les émissions des gaz à effets de serres et la séquestration de carbone tout en indiquant leurs effets dans un bilan carbone. Le bilan carbone, a-t-il précisé, permet également d'étudier la vulnérabilité d'une activité économique ou d'une collectivité, plus particulièrement sa dépendance aux énergies fossiles dont le prix devrait augmenter dans les prochaines années. Pour M. Mahamadou Aoudi Diallo, le secteur agricole est aussi reconnu comme une source majeure d'émission de gaz à effets de serre.
Cependant a-t-il fait remarquer, il n'en demeure pas moins que le potentiel d'atténuation des émissions dans ce secteur reste élevé et qu'environ 2/3 du potentiel total se trouvent dans les pays en développement. Les pays en développement, a soutenu M. Aoudi Diallo, renferment 70% du potentiel d'atténuation au niveau agricole. L'atténuation est ainsi possible à travers des changements dans les technologies agricoles et la gestion des pratiques. Le Directeur de cabinet du ministre de l'Agriculture et de l'Elevage s'est longuement penché sur le caractère innovant de l'outil EX-ACT dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d'Appui à l'Agriculture Sensible aux risques Climatiques. Le grand intérêt de EX-ACT est qu'il est applicable à un large éventail des projets de développement du domaine agricole et forestier y compris les projets sur l'atténuation des effets du changement climatique, la gestion durable des terres, l'aménagement des bassins versants, l'intensification de la production, la sécurité alimentaire, l'élevage, la gestion des forêts ou le changement d'utilisation des terres.
Aussi, la présente formation, a notifié M. Aoudi Diallo, cadre parfaitement avec la vision du Président de la République SE. Issoufou Mahamadou qui fait de la transformation du secteur rural un axe stratégique du programme de Renaissance acte 2. Le Directeur de cabinet du ministre de l'Agriculture et de l'Elevage s'est dit convaincu qu'à l'issue de cet atelier les participants sortiront outillés en matière des méthodes et outils pour évaluer l'émission des gaz à effets de serre engendrés par les sous projets agricoles.
Auparavant, le Secrétaire général adjoint du gouvernorat de Dosso M. Hambali Bouweye a fait une présentation des nombreux défis climatiques auxquels la région de Dosso fait face avant de faire le bilan des actions du PASEC dans les 13 communes d'intervention au niveau de la région de Dosso.

Mahamane Amadou
ANP-ONEP/Dosso

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !
© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.