Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Zinder / Environnement département de Kantché : A quand la restauration des forêts dégradées de Kantché



Fort-classe-de-KantchLe département de Kantché, renferme, sur le plan hydrographique, d'énormes potentialités en eau de surface et en eau souterraine. En effet, d'après le directeur départemental de l'Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable, le Commandant Ibrahim Kamarou Djibo, il existe deux zones, à savoir la zone dunaire ou zone des petites mares, marigots et ravins alimentés par les eaux de ruissellements, et la zone des cuvettes comprenant essentiellement des mares permanentes et les vallées, dont la plus importante est la Korama. Kantché compte également deux forêts classées, notamment Dazga et Takieta à cheval entre le département de Kantché et celui de Takieta.
Ces deux forêts classées couvrent une superficie d'environ 4.000 hectares représentant environ 10% du domaine forestier du département. D'après le Commandant Ibrahim Kamarou Djibo la plupart de ces forêts sont très dégradées et à plus de 50% occupées par les champs. Elles constituent les zones de pâturage et font l'objet de mise en culture. Les espèces végétales que l'on rencontre sont principalement Acacia raddiana, Acacia senegal, Balanites aegyptiaca, Borassus aethiopum, hyphaene thebaïca et les combrétacées. Parlant de la situation du domaine protégé, le Directeur départemental de l'Environnement a expliqué ce domaine est constitué par d'importants parcs agro-forestiers dominés par des espèces comme Acacia Albida, Adansonia digita, Prosopis africana qui sont localisées dans la bande sud. Le département comprend 19 enclaves pastorales totalisant une superficie d'environ 16.000 hectares.
En termes de problématiques environnementales du département, le Commandant Ibrahim Kamarou Djibo souligne l'existence d'un déséquilibre agro-écologique dans la quasi-totalité des différentes communes. D'après le Directeur départemental de l'Environnement, les causes de ce déséquilibre sont entre autres les coupes abusives de bois qui sont pratiquées en vue de satisfaire les besoins des ménages en bois de feu, de service d'œuvre, et du cheptel. Ces pratiques, dit-il, sont généralisées dans le département et elles sont plus préoccupantes pendant la saison sèche.
En ce qui concerne les enjeux environnementaux du département, ils se traduisent par la connaissance des ressources naturelles, notamment les forêts, la faune, les ressources halieutiques en vue de leur meilleure gestion durable, à travers notamment la réalisation d'inventaires des ressources forestières et fauniques ; l'aménagement de manière participative ; les peuplements forestiers, la diffusion des mesures d'économie de bois, etc ; la lutte contre l'ensablement des mares, des terres de cultures et des infrastructures socio-économiques ; la lutte contre la dégradation qualitative et quantitative du patrimoine faunique, halieutique et floristique ; le développement des filières dans les domaines de la pêche, de l'apiculture et de la gomme arabique (compte tenu de la forte demande de ce produit sur le marché international) ; le renforcement des services.
Pour faire face à ces défis environnementaux, il a été produit 111.400 plants forestiers toutes espèces confondues pour la campagne de reboisement financé par l'Etat, le P2RS, le PRODAF. Le Commandant Ibrahim Kamarou Djibo a noté avoir traité 432,21 hectares de terres dégradées ayant mobilisé 45.094 hommes jours pour un coût de 69.874958 FCFA. Ces travaux ont été réalisés par l'Etat et ses partenaires. Pour ce qui est du faucardage, ce sont 31,43 hectares de mares envahies par le typha australus qui ont été traités. Cette opération a mobilisé 31.430 hommes jour pour un coût de 31.430.000 FCFA.
Par rapport à la lutte contre les plantes envahissantes, notamment le Sida cordifolia, en cours de réalisation, elle concerne les travaux de traitement de 80 hectares. Le directeur départemental en charge de l'Environnement de Kantché a indiqué que ses services ont pied d'œuvre pour la promotion de la Régénération Naturelle Assistée compte tenu de son importance dans l'amélioration du rendement agro-sylvo-pastoral, etc. Des patrouilles forestières sont organisées pour lutter contre les coupes abusives de bois. Les travaux de fixation des dunes dans la commune de Yaouri ont porté sur une superficie de 20 hectares pour un coût de 2.738.000FCFA.
Il faut enfin noter que la production halieutique est estimée à 21 tonnes de poissons. Quant à la production du miel en 2018, ce sont plus de 2.897 litres de miel de haute qualité qui ont été produits par la coopérative avicole de Dan Barto.

Laouali Souleymane Envoyé Spécial(onep)
10/01/19

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !
© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.