Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Société


rencontre-1Les travaux du 2ème forum de la CEDEAO sur l'éducation à la paix à travers le dialogue intra et inter religieux, ont commencé depuis hier matin à Niamey. Pendant deux jours, les participants aux travaux tenteront de trouver des mécanismes de dialogue entre les communautés religieuses de la CEDEAO afin de cultiver l'esprit de tolérance et de coexistence pacifique. Cette 2ème édition du forum co-organisé par la République du Niger et la CEDEAO est parrainée par l'Archevêque de Niamey, Mgr Djalwana Laurent Lompo, l'Émir de Kano, Son Altesse Lamido Sanusi II et le Mogho Naba Baongho, Roi des Mossis. C'est le Premier Ministre, Chef du Gouvernement M. Brigi Rafini qui a présidé l'ouverture officielle des travaux.

Dans son mot de bienvenue, le Gouverneur de Niamey, M.
Hassane Issaka Karanta a remercié la Communauté Économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) pour la confiance placée une fois de plus au Niger, et à la ville de Niamey en particulier, pour abriter les travaux du forum. Il a affirmé que, grâce au travail quotidien du comité régional de dialogue intra et inter religieux et aux efforts des autorités religieuses et administratives régionales, les différentes communautés religieuses de Niamey vivent en parfaite symbiose. Le Gouverneur de Niamey a ajouté que nos États africains doivent «concentrer leurs efforts sur cette frange importante de nos populations que constitue la jeunesse ». En effet, le Niger à l'instar des autres pays de la CEDEAO, a une population jeune exposée de plus en plus aux extrémismes de tout genre.
Le Commissaire en charge de l'Éducation, de la Science et de la Culture de la CEDEAO, a lui démontré, chiffres à l'appui, l'évolution inquiétante de l'extrémisme violent dans quatre pays de la sous-région. Pour Monsieur Leopoldo Amado, la présence à ces travaux de l'Émir de Kano, ainsi que celle de l'Archevêque de Niamey et du Représentant du Mogho Naba, dénote de la volonté des peuples de la Communauté à cohabiter ensemble pour la paix, la tolérance et le développement de l'ensemble de la région. En effet, la contribution des leaders et des acteurs religieux pour la paix est déterminante pour l'Afrique de l'Ouest qui fait face à la monté du radicalisme et de l'intolérance religieuse qui sont, hélas, des menaces pour cette région et sa stabilité. « La CEDEAO s'est engagée à produire des solutions aux questions de terrorisme et de conflits dans la région à travers plusieurs engagements juridiques et pratiques », a dit le Commissaire en charge de l'Éducation, de la Science et de la Culture de la CEDEAO, M. Leopoldo Amado.
Dans leurs interventions, l'Archevêque de Niamey, Mgr Djalwana Laurent Lompo, l'Émir de Kano, Son Altesse Lamido Sanusi II et le Mogho Naba du Burkina Faso, Chef Baongho, Roi des Mossis, ont tous souligné l'importance de la jeunesse dans le dialogue intra et inter religieux dans nos États. Ces parrains du 2ème forum de la CEDEAO sur l'éducation à la paix à travers le dialogue intra et inter religieux, ont réaffirmé avec force leur volonté commune, au nom de leurs communautés respectives, de travailler davantage pour la promotion du vivre ensemble. Ils ont enfin appelé les jeunes à s'abstenir de toute sorte d'obscurantisme, religieux soit-il.
L'organisation de ce forum matérialise l'engagement de la CEDEAO qui s'inscrit dans des actions préventives du radicalisme et des conflits à travers une dynamique de recherche de la paix et de lutte contre les sources du terrorisme. La fin de la cérémonie officielle a été sanctionnée par une photo de famille du Premier Ministre, Brigi Rafini avec les jeunes venus de l'ensemble des pays de la CEDEAO pour assister aux travaux du forum. (Lire en page 3 l'intégralité du discours prononcé par le Premier ministre )

Souleymane Yahaya
(Stagiaire)

Publié dans Société
Écrit par
En savoir plus...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !
© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.