Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Société

seenNée à la faveur de la reforme du secteur de l'eau engagée par le Niger en début des années 2000, la Société d'exploitation des Eaux du Niger (SEEN) qui a vu le jour en mars 2001 fête sa quinzième année d'existence en 2016 sous le thème "15 ans, 15 défis, l'accès à l'eau potable, quels progrès, quels impacts". Il s'agit de quinze (15) années au cours desquelles la société de droit nigérien, détenue à 51% par la société française Veolia en tant qu'actionnaire majoritaire, l'Etat du Niger à 34% et le personnel et les opérateurs privés, a fait un bon bout de chemin dans le domaine d'approvisionnement des populations nigériennes en eau potable.
A cette occasion, l'administrateur et directeur général de la société M Bourgarel Rémi a animé une conférence de presse, hier à Niamey. Il y'avait à ses côtés les responsables centraux de ladite société pour apporter leur contribution au cours de la conférence de presse qui a essentiellement porté sur les activités de la SEEN depuis qu'elle a remplacé la société des eaux du Niger (SNE). Dans son propos préliminaire, M. Bourgarel a rappelé que le SEEN qui a pour mission la production et la commercialisation de l'eau potable est créée dans le cadre de la reforme de l'eau. C'est aussi dans cette même dynamique qu'est née la société des patrimoines des eaux du Niger (SPEN) qui est aujourd'hui l'un des quatre principaux partenaires du cadre institutionnel de la SEEN, agissant au nom de l'Etat.
La SEEN qui emploie de nos jours un personnel de plus de 650 personnes dispose de 54 centres urbains et semi-urbains fournissant de l'eau à plusieurs millions de personnes. Le directeur général de la SEEN a indiqué que sa société a eu pour cahier de charges la poursuite du développement du secteur en vue d'améliorer le taux de desserte en eau du pays. Dès les quatre premières années de son existence, la SEEN a réussi le pari de réaliser l'équilibre financier et améliorer la gestion commerciale. Et en quinze ans, elle réalisé plus de 200.000 branchements des particuliers en dehors des bonnes fontaines. Toute chose qui, selon le directeur général, a nécessité plus de 4000km de pose de réseau d'adduction d'eau à travers le pays.
Parlant des progrès réalisés, M. Bourgarel a relevé que le réseau a progressé de 110% en quinze années, que la capacité d'approvisionnement s'est fortement améliorée en s'établissant aujourd'hui à 200.000m3/jour, la qualité de l'eau s'est améliorée grâce à l'utilisation des nouveaux équipements modernes et adéquats pour le traitement des eaux. En outre, la sécurité des installations sur les sites et les conditions de travail du personnel sans cesse croissant se sont considérablement améliorées. Le directeur général de la SEEN a souligné que son entreprise a mis un point d'honneur au respect de l'environnement mais aussi à sa responsabilité sociale d'entreprise pour le développement économique et social du Niger. Mieux, a-t-il ajouté, la SEEN est une société citée comme modèle dans la sous région dans le respect des normes et standards internationaux.
Quinze année d'existence, c'est aussi quinze défis relevés comme celui de la qualité de l'eau, de l'agrandissement du réseau et conséquemment l'accroissement de la production, l'amélioration de l'accès à l'eau potable, l'amélioration de la qualité du service clientèle, la sécurité, la gouvernance, la modernisation, l'emploi, le développement de la compétence et la formation, etc. Pour l'administrateur M. Bourgarel Rémi, la SEEN envisage l'avenir avec sérénité, confiance et lucidité avec en toile de fond la poursuite des efforts pour satisfaire davantage la demande de sa clientèle. S'appesantissant sur la qualité de l'eau, M. Bourgarel a indiqué que tout le processus de traitement est assuré par un personnel qualifié avec une technologie de pointe. En outre a-t-il ajouté, le contrôle est régulièrement effectué trois fois par semaine par un organisme indépendant. Il a affirmé que l'eau de la SEEN n'a aucune différence avec l'eau de bouteille.
Evoquant la question relative à la baisse de pression voire les coutures d'approvisionnement à Niamey, le directeur d'exploitation a indiqué qu'elles sont liées à deux raisons à savoir les coupures d'électricité mais aussi et surtout la forte pression démographique induisant une forte demande notamment en période de canicule. Il a toutefois rassuré que les deux usines de Niamey ont dépassé la capacité nominale de 115.000 m3/jour grâce aux efforts du personnel pour atteindre la semaine dernière le seuil de 138.000m3/jour. Quant à la dépendance énergétique, un collaborateur du DG de la SEEN a indiqué que les sites sont en train d'être équipés en groupes électrogènes afin de permettre la poursuite de production et de l'approvisionnement en cas de coupure d'électricité. « Le SEEN continuera à œuvrer pour remplir convenablement son cahier de charges tout en étant fière du chemin parcouru et de la qualité de produits et services» a conclu M. Bourgarel.
Zabeirou Moussa(onep)
www.lesahel.org

Publié dans Société
Écrit par
En savoir plus...

AG/ONU

Editorial

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.