Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Ouverture officielle de la 9ème Edition du Salon International de l'Artisanat pour la Femme (SAFEM) : Pour la promotion et la valorisation des produits artisanaux au Niger

Coupure de ruban à l’ouverture du SAFEM Coupure de ruban à l’ouverture du SAFEM

Espace commercial, d'échange d'expériences, de créativité et de découverte de la qualité des produits artisanaux africains en général et ceux du Niger en particulier, le Salon International de l'Artisanat pour la Femme (SAFEM) suscite au fil des années un engouement spectaculaire. Institutionnalisé en 2005, le SAFEM est un événement biennal d'envergure nationale. Cette année, il est à sa 9ème édition avec comme région phare Niamey et le Royaume du Maroc comme invité d'honneur. Le thème central de l'édition 2015 est : « Transformation agro-alimentaire, facteur de résilience des femmes artisanes au Niger ». C'est la Première Dame Hadjia Aissata Issoufou, marraine du SAFEM qui a officiellement procédé vendredi dernier, au Palais du 29 Juillet, avec le Premier ministre, Chef du gouvernement S.E Brigi Rafini et la ministre Marocaine de l'Artisanat et de l'économie sociale et solidaire Mme Fatima Marouan, à la coupure du ruban, consacrant ainsi l'ouverture de cet événement qui se déroulera du 23 Octobre au 1er Novembre 2015.
Tout comme les éditions précédentes, cette 9ème édition a vu la participation de plusieurs pays de l'Afrique de l'Ouest et du Centre. Il est attendu au cours de cet événement, une trentaine de pays participants, 1.500 exposants et 120.000 visiteurs. La cérémonie d'ouverture a été marquée par la présence des présidents des Institutions de la République ; des députés nationaux ; des membres du gouvernement ; les épouses du président de l'Assemblée Nationale et du Premier ministre ; le gouverneur de la Région de Niamey, les représentants du corps diplomatique et ceux des organisations internationales. Plusieurs animations culturelles, des discours et un défilé de mode ont ponctué l'ouverture de cette édition.


safem-2Le Salon International de l'Artisanat pour la Femme s'affirme aujourd'hui comme l'une des manifestations socio-économiques les plus importantes consacrées à l'artisanat en Afrique. Pour la marraine du SAFEM, la Première Dame Hadjia Aissata Issoufou, le nombre d'exposants et des pays qui répondent à ce rendez-vous biennal prouve à suffisance l'intérêt qu'il suscite et contribue de fait à la relance des économies africaines en leur insufflant une dynamique à même de favoriser l'intégration régionale à laquelle aspirent nos Etats respectifs. En assumant le rôle de marraine du SAFEM depuis 2011, Hadjia Aissata Issoufou pense agir dans l'espoir de changer le quotidien de ses sœurs et frères surtout ceux vivant en milieu rural.
Aussi, le génie créateur des femmes artisanes contribue chaque jour selon la marraine du SAFEM, à agrémenter notre cadre de vie, à travers notamment la transformation agro-alimentaire, l'ameublement et la décoration de nos habitations, l'embellissement de nos villes et le développement de l'artisanat utilitaire pour l'allégement des tâches des familles. La pertinence du thème de cette année réside dans le fait qu'il évoque les préoccupations de l'heure au Niger. Car si les Nigériens doivent nourrir les Nigériens, c'est sans doute en portant une attention à l'étape qui suit la production, autrement dit la transformation agro-alimentaire. Par ailleurs, la Première Dame a exhorté les artisanes et artisans à s'engager résolument pour une protection de leurs œuvres auprès de la propriété intellectuelle, afin de réduire les manques à gagner économiquement préjudiciables dont ils sont victimes du fait de la contrefaçon d'une part et de sauvegarder notre patrimoine culturel du pillage qu'il ne cesse de subir, d'autre part.
Pour sa part, la ministre du Tourisme et de l'Artisanat Mme Yahaya Baaré Haoua Abdou, a indiqué que la 9ème édition du SAFEM vise une plus large ouverture sur le monde. C'est pourquoi, le Royaume du Maroc dont l'engagement des autorités royales en faveur de l'artisanat est cité en exemple au plan international, a été proposé comme invité d'honneur de la 9ème édition. Ce qui justifie d'ailleurs la présence effective et remarquée de la délégation du Royaume du Maroc, conduite par la ministre de l'Artisanat et de l'Economie sociale et solidaire Mme Fatima Marouan.safem-3
Aussi, l'engagement du gouvernement à soutenir le secteur de l'artisanat, a dit la ministre a permis au ministère de réaliser une des actions les plus déterminantes dans la conduite du processus de son organisation, à savoir la mise en place de la chambre des métiers de l'artisanat du Niger pour faciliter le dialogue et jouer le rôle d'interface entre les pouvoirs publics et les artisans. La ministre du Tourisme d'ajouter que des réflexions sont actuellement en cours en vue de la création de la «Maison de l'artisan» pour permettre au secteur et à ses acteurs de se promouvoir davantage. Les efforts du gouvernement dans la recherche d'une dynamique nouvelle à insuffler au secteur de l'artisanat, ont largement aussi contribué à la promotion du SAFEM et à l'accroissement de sa notoriété au-delà de nos frontières.
Auparavant, la ministre marocaine de l'Artisanat et de l'Economie Sociale et Solidaire Mme Fatima Marouan dont le Royaume est l'invité d'honneur a formulé le vœu qu'on puisse œuvrer ensemble pour faire de la coopération bilatérale mutuellement bénéfique, un modèle en matière de coopération Sud-Sud et d'en renforcer les bases et les jalons. Elle a rendu un hommage mérité aux femmes artisanes pour leur savoir-faire, leur génie créatif, leur raffinement et l'originalité de leur touche artistique. Ces femmes, dit-elle qui débordent de créativité et d'imagination, se servent de tous matériaux qu'offre la nature, pour produire de si belles œuvres. La participation du Maroc au SAFEM, a relevé la ministre Fatima Marouan s'inscrit dans le cadre de la politique de coopération Sud-Sud, multidimensionnelle, solidaire et efficace, érigeant le développement humain durable en axe prioritaire et qui puise ses racines dans l'histoire séculaire de nos deux Etats.
Pour la Directrice générale de l'agence SAFEM Mme Mariama Amadou, cet établissement public à caractère professionnel a connu diverses mutations ayant permis de lui conférer une autonomie de gestion avec un organe exécutif et une instance de délibération.

Hassane Daouda(onep)
www.lesahel.org

Culture

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

Dans un univers musical nigérien totalement dominé par des hommes, Philomène fait partie des rares femmes qui essaient de s'affirmer et d'émerger.Depuis son jeune âge, elle chante dans les gospels, les chorales des églises. A dix ans déjà, elle passait tout son temps à chanter et à danser. Une décennie après, elle s'est frayée un chemin dans un monde fait de hauts et de bas ; elle possède une voix angélique qui fait d'elle aujourd'hui u...

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur…

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur"

Le Niger sera représenté à la 17ème édition de Clap Ivoire qui se tiendra du 4 au 10 septembre par les réalisateurs Oumarou Kadry Koda en catégorie documentaire avec " Nos faiseurs de bonheur" et Abdoul Rachid Amadou Sanda Maïga avec la fiction "Epris d'une mère".Les représentants du Niger à ce festival de concours de court métrage destiné aux jeunes ressortissants et résidents des pays membres de l'UEMOA ont été sélectionnés le 17 juil...

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseig…

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseignement, d'éducation notamment historique »

Mohamed Elkebir est un jeune réalisateur nigérien et promoteur du label Sahara Niger. Après ses études secondaires au Niger, il a continué ses études au Burkina Faso, au Ghana puis en Côte d'Ivoire où il a reçu plusieurs formations. Il est aussi un acteur de la société civile, membre de l'association « Jeunesse active du Niger ».Dès son retour au pays, il s'est inscrit à l'UAM où il décrocha un diplôme puis travailla dans une compagnie ...

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très …

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très importante dans l'éveil des consciences »

À l'état civil il est Ibrahim Oumarou Yacouba, mais son nom de scène est "Sage Soldat". Après des études en droit des affaires, parallèlement à ses activités de chanteur de reggae, "Sage Soldat" s'est retourné vers des études beaucoup plus en phase avec sa passion, car il est étudiant en Master 1 en Arts et Culture à l'université de Niamey. Actuellement il est à Dakar dans le cadre de son stage professionnel à Africulturban, une associa...

Le port de natte par les femmes d'Abalak : Une pratique culturelle spécifique en voie de disparition

Situé à 135 km au nord de Tahoua sur la route d'Agadez, la ville d'Abalak chef-lieu du département du même nom, regorge d'énormes potentialités pastorales, culturelles et artisanales. Parmi les potentialités culturelles on peut citer le port de natte chez les femmes. Cette pratique est, pour la femme touareg, ce qu'est le hijab autrement dit le voile chez les femmes arabes. Le port de natte rêvait donc une fonction socioculturelle qui f...

À la découverte du dromadaire : Le fidèle compagnon des peuples nomades

Appartenant au même genre biologique que le chameau qui, lui à une ou deux bosses selon son origine, le dromadaire appartient au genre camélus apparu il ya cinquante millions d'années. Il se distingue des autres mammifères par la longueur de son cou et la nature de ses pieds dépourvu de sabots. C'est cette élégante bête qui est l'animal emblématique de la région de Tahoua dont la présence est illustrée à l'entrée de la ville à travers u...

Culture : Mlle Mariama Daouda : revaloriser la croix d'Agadez à travers la maroquinerie

Culture : Mlle Mariama Daouda : revaloriser la croix d'Agadez à travers la maroquinerie

Au Niger, le secteur de la mode regorge de talents, mais peine à prendre un envol véritable. C'est pourtant un monde riche et varié où, on peut gagner son pain à la sueur de son front. Développer une nouvelle approche dans ce secteur, c'est le challenge que s'est fixé Melle Mariama Daouda en réalisant la nouvelle marque d'accessoires ''zamany accessory''. C'est avec des matériaux de chez nous, qu'elle confectionne des sacs ''made in Nig...

Portrait/Abdoul Karim Elhadj Adamou, artiste : L'auteur de la marionnette Toukourourou, l'enfant terrible

Portrait/Abdoul Karim Elhadj Adamou, artiste : L'auteur de la marionnette Toukourourou, l'enfant terrible

Les marionnettes sont des figurines, des pantins ou des poupées qu'on fait bouger à travers des fils donnant l'impression d'une scène animée. Les artistes animateurs de théâtre de marionnettes ne courent pas les rues au Niger. Abdoul Karim Elhadj Adamou en est un. Agé de 36 ans, il est étudiant en Master2 « art et spectacle» à la Faculté de Littérature, Art et Communication de l'Université de Niamey. Il a commencé à s'intéresser au spec...

Phénomène de mode : ''Goggoro et bonnet'', des foulards en vogue à Niamey

Phénomène de mode : ''Goggoro et bonnet'', des foulards en vogue à Niamey

Les foulards Gogoro ou Achoké, étaient à l'origine des foulards portés par les femmes yoruba. Mais ces derniers temps on est de suite frappé, à l'occasion des cérémonies et de certaines occasions de réjouissance, par la forte présence de ces gros foulards communément appelés "Goggoro" ou "Achoké" de plus en plus à la mode chez les femmes de la capitale. Longtemps importés, ces foulards sont présentement confectionnés dans des salons de ...

L'imzad : Immortaliser ce violon au son cristallin qui se joue avec le cœur

L'imzad : Immortaliser ce violon au son cristallin qui se joue avec le cœur

L'imzad ou inzad, dont le nom signifie "crin de cheval" dans la langue tamatcheq, est un violon monocorde, joué exclusivement par les femmes Touareg et accompagné de poèmes et chants des hommes.Cet instrument de musique traditionnelle typiquement touareg a une longue histoire derrière ses airs cristallins qui vous bercent le cœur pour un long et mélodieux voyage sur les dunes de sable du désert, du Niger jusqu'en Algérie. Selon certaine...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Problématique de la disponibilité et de la gestion…

Problématique de la disponibilité et de la gestion du sang au niveau des centres de soins de Niamey : Entre insuffisance et sous-information

La quantité de sang reçue par le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) est actuel...

vendredi 21 juillet 2017

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispos…

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispositions prises pour éviter toute fraude

Le Centre Hospitalier Régional de Niamey, communément appelé maternité Poudrière, dispose ...

vendredi 21 juillet 2017

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidélise…

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidéliser les donneurs

Tchémaya qui signifie en haoussa, tchéton rey na mataa daa yara autrement dit sauver la vi...

vendredi 21 juillet 2017

L'air du temps

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Des milliers de jeunes gens, filles et garçons, attroupés autour d'un espace dégagé. Au mi...

vendredi 21 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.