Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Djingarey Maïga: ''Il a manqué une politique cinématographique efficace''

M. Djingarey Maïga M. Djingarey Maïga

Depuis cette nuit mémorable d'un soir du mois de juin 1952 où il entra pour la première fois dans une salle de cinéma à Gao, Djingarey Maïga n'a plus nourri qu'une passion : faire des films, devenir cinéaste. Il n'avait alors que 14 ans. Cet amour pour le cinéma, doublé d'une détermination inébranlable, a fini par faire de cet homme l'une des grandes figures du 7ème art nigérien. L'auteur de la série des ''Noirs'' (le mot noir revient toujours dans les titres de ses films).
M. Djingarey Maïga a commencé le cinéma en 1965-1966 aux côtés de Moustapha Alassane, Jean Rouch et Jean-Pierre Olivier de Sardan. Ces deux derniers étaient alors chercheurs à l'Institut de recherche en sciences humaines. Assistant au début, Djingarey Maïga, participa au tournage des premiers films de Moustapha Alassane à savoir ''Aouré'' (Mariage) et ''Le retour d'un aventurier''. Mais il fut définitivement engagé en 1968 après avoir quitté la Nigelec pour se consacrer uniquement au cinéma. En 1969, il participe au tournage de ''FVVA''(Femme, voiture, villa argent) de Moustapha Alassane, à Ouagadougou. C'est par la suite qu'il approche Jean Pierre Olivier de Sardan pour lui faire part de son intention de tourner un film. Ce qui fut fait en 1972 avec ''le ballon'', un film sur le football nigérien.


En fait, dans ces années de gloire du cinéma nigérien, indique M. Djingarey Maïga, ''les cinéastes ont bénéficié de la disponibilité des moyens techniques à l'IRSH (caméra, table de montage, rampe de mixage, etc) qu'on trouvait rarement ailleurs dans les pays d'Afrique noire''. Ces matériels ont été acquis grâce à Boubou Hama, à la suite d'une de ses visites à l'IRSH. Il y avait également, souligne-t-il, ''la disponibilité et les appuis divers du directeur de l'IRSH, M. Djouldé Laya. Ce dernier les appuyait financièrement pour aller développer les pellicules en France. C'est grâce à ce matériel et à cet appui que j'ai tourné mon premier long métrage, ''L'étoile noire'' (1h 20 mm).
Depuis lors, Djingarey Maïga se consacra résolument au cinéma. Il tourna successivement "Nuages noirs", "Aube noire", "Lueur noire", "Vendredi noir", et actuellement, nous a-t-il confié, il a en chantier un autre long métrage intitulé "Quatrième nuit noire" et qui traite de la corruption au Niger.

Pour Djingarey Maïga, ''les cinéastes nigériens manquent de moyens pour faire du cinéma, en l'absence d'une politique cinématographique à même d'impulser notre cinéma. Le Niger a des cinéastes, mais il a manqué un appui conséquent et constant. ''La seule fois où quelque chose a été fait, c'est quand le Président Kountché avait débloqué 20 millions de francs CFA pour encourager les cinéastes. Mais après, ce fut grand et long silence''.
Cependant, reconnaît M. Djingarey Maïga, ''on observe ces derniers temps quelques efforts du côté de l'Etat pour faire revivre le cinéma nigérien, car on a compris que le cinéma est non seulement un art, mais aussi une activité économique et commerciale qui peut générer beaucoup de ressources financières et des retombées dans beaucoup d'autres secteurs''.
C'est peut-être pour cela, estime Djingarey Maïga, que le gouvernement a décidé d'allouer une enveloppe budgétaire de 300 millions de francs CFA Sen vue de relancer le cinéma. Par rapport à la loi récemment votée sur la création d'un Centre national de la cinématographie, Djingarey Maïga pense que cette initiative risque de décevoir. ''On a vu des écoles de cinématographie qui ont déjà échoué. J'aurais préféré des appuis directs aux projets des cinéastes'', déclare-t-il.

Siradji Sanda(onep)
www.lesahel.org

Culture

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

Dans un univers musical nigérien totalement dominé par des hommes, Philomène fait partie des rares femmes qui essaient de s'affirmer et d'émerger.Depuis son jeune âge, elle chante dans les gospels, les chorales des églises. A dix ans déjà, elle passait tout son temps à chanter et à danser. Une décennie après, elle s'est frayée un chemin dans un monde fait de hauts et de bas ; elle possède une voix angélique qui fait d'elle aujourd'hui u...

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur…

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur"

Le Niger sera représenté à la 17ème édition de Clap Ivoire qui se tiendra du 4 au 10 septembre par les réalisateurs Oumarou Kadry Koda en catégorie documentaire avec " Nos faiseurs de bonheur" et Abdoul Rachid Amadou Sanda Maïga avec la fiction "Epris d'une mère".Les représentants du Niger à ce festival de concours de court métrage destiné aux jeunes ressortissants et résidents des pays membres de l'UEMOA ont été sélectionnés le 17 juil...

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseig…

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseignement, d'éducation notamment historique »

Mohamed Elkebir est un jeune réalisateur nigérien et promoteur du label Sahara Niger. Après ses études secondaires au Niger, il a continué ses études au Burkina Faso, au Ghana puis en Côte d'Ivoire où il a reçu plusieurs formations. Il est aussi un acteur de la société civile, membre de l'association « Jeunesse active du Niger ».Dès son retour au pays, il s'est inscrit à l'UAM où il décrocha un diplôme puis travailla dans une compagnie ...

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très …

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très importante dans l'éveil des consciences »

À l'état civil il est Ibrahim Oumarou Yacouba, mais son nom de scène est "Sage Soldat". Après des études en droit des affaires, parallèlement à ses activités de chanteur de reggae, "Sage Soldat" s'est retourné vers des études beaucoup plus en phase avec sa passion, car il est étudiant en Master 1 en Arts et Culture à l'université de Niamey. Actuellement il est à Dakar dans le cadre de son stage professionnel à Africulturban, une associa...

Le port de natte par les femmes d'Abalak : Une pratique culturelle spécifique en voie de disparition

Situé à 135 km au nord de Tahoua sur la route d'Agadez, la ville d'Abalak chef-lieu du département du même nom, regorge d'énormes potentialités pastorales, culturelles et artisanales. Parmi les potentialités culturelles on peut citer le port de natte chez les femmes. Cette pratique est, pour la femme touareg, ce qu'est le hijab autrement dit le voile chez les femmes arabes. Le port de natte rêvait donc une fonction socioculturelle qui f...

À la découverte du dromadaire : Le fidèle compagnon des peuples nomades

Appartenant au même genre biologique que le chameau qui, lui à une ou deux bosses selon son origine, le dromadaire appartient au genre camélus apparu il ya cinquante millions d'années. Il se distingue des autres mammifères par la longueur de son cou et la nature de ses pieds dépourvu de sabots. C'est cette élégante bête qui est l'animal emblématique de la région de Tahoua dont la présence est illustrée à l'entrée de la ville à travers u...

Culture : Mlle Mariama Daouda : revaloriser la croix d'Agadez à travers la maroquinerie

Culture : Mlle Mariama Daouda : revaloriser la croix d'Agadez à travers la maroquinerie

Au Niger, le secteur de la mode regorge de talents, mais peine à prendre un envol véritable. C'est pourtant un monde riche et varié où, on peut gagner son pain à la sueur de son front. Développer une nouvelle approche dans ce secteur, c'est le challenge que s'est fixé Melle Mariama Daouda en réalisant la nouvelle marque d'accessoires ''zamany accessory''. C'est avec des matériaux de chez nous, qu'elle confectionne des sacs ''made in Nig...

Portrait/Abdoul Karim Elhadj Adamou, artiste : L'auteur de la marionnette Toukourourou, l'enfant terrible

Portrait/Abdoul Karim Elhadj Adamou, artiste : L'auteur de la marionnette Toukourourou, l'enfant terrible

Les marionnettes sont des figurines, des pantins ou des poupées qu'on fait bouger à travers des fils donnant l'impression d'une scène animée. Les artistes animateurs de théâtre de marionnettes ne courent pas les rues au Niger. Abdoul Karim Elhadj Adamou en est un. Agé de 36 ans, il est étudiant en Master2 « art et spectacle» à la Faculté de Littérature, Art et Communication de l'Université de Niamey. Il a commencé à s'intéresser au spec...

Phénomène de mode : ''Goggoro et bonnet'', des foulards en vogue à Niamey

Phénomène de mode : ''Goggoro et bonnet'', des foulards en vogue à Niamey

Les foulards Gogoro ou Achoké, étaient à l'origine des foulards portés par les femmes yoruba. Mais ces derniers temps on est de suite frappé, à l'occasion des cérémonies et de certaines occasions de réjouissance, par la forte présence de ces gros foulards communément appelés "Goggoro" ou "Achoké" de plus en plus à la mode chez les femmes de la capitale. Longtemps importés, ces foulards sont présentement confectionnés dans des salons de ...

L'imzad : Immortaliser ce violon au son cristallin qui se joue avec le cœur

L'imzad : Immortaliser ce violon au son cristallin qui se joue avec le cœur

L'imzad ou inzad, dont le nom signifie "crin de cheval" dans la langue tamatcheq, est un violon monocorde, joué exclusivement par les femmes Touareg et accompagné de poèmes et chants des hommes.Cet instrument de musique traditionnelle typiquement touareg a une longue histoire derrière ses airs cristallins qui vous bercent le cœur pour un long et mélodieux voyage sur les dunes de sable du désert, du Niger jusqu'en Algérie. Selon certaine...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Problématique de la disponibilité et de la gestion…

Problématique de la disponibilité et de la gestion du sang au niveau des centres de soins de Niamey : Entre insuffisance et sous-information

La quantité de sang reçue par le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) est actuel...

vendredi 21 juillet 2017

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispos…

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispositions prises pour éviter toute fraude

Le Centre Hospitalier Régional de Niamey, communément appelé maternité Poudrière, dispose ...

vendredi 21 juillet 2017

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidélise…

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidéliser les donneurs

Tchémaya qui signifie en haoussa, tchéton rey na mataa daa yara autrement dit sauver la vi...

vendredi 21 juillet 2017

L'air du temps

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Des milliers de jeunes gens, filles et garçons, attroupés autour d'un espace dégagé. Au mi...

vendredi 21 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.