Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Entretien avec le philosophe Paulin J. Hountondji :« Je pense que l'une des premières urgences en Afrique, dans les différentes disciplines est de nous autonomiser en regardant en face les problèmes auxquels nos sociétés sont confrontées aujourd'hui

Agrégé de philosophie, docteur ès lettres, le Professeur Pauli J. Hountondji a enseigné aux universités de Besançon, Kinshasa, et Lubumbashi. Depuis 1972, il enseigne à l'Université d'Abomey-Calavi au Bénin. Il est membre fondateur du Conseil Inter-Africain de Philosophie (CIAP). Suite au changement de régime consécutif à la Conférence des Forces Vives de la Nation de février 1990 au Bénin, il a successivement occupé les fonctions de Ministre de l'Éducation Nationale dans le gouvernement de transition (1990-1991), puis Ministre de la Culture et de la Communication (1991-1993). Chargé de mission du Président de la République, il démissionne en octobre 1994 pour reprendre ses enseignements. En 2009, il est Directeur du Centre Africain de Hautes Études dont le siège est à Porto-Novo au Bénin. Paulin J. Hountondji est auteur de nombreuses publications dont, Sur la « philosophie africaine »; « l'appropriation collective du savoir : tâches nouvelles pour une politique scientifique » ; « Les Savoirs endogènes : pistes pour une recherche » ; « Combat pour le sens ; un itinéraire africain » etc. De passage à Niamey où il a participé à au colloque international organisé par l'Institut de Recherche en Sciences Humaines (IRSH), le Professeur a bien voulu se confié au Sahel.
Professeur, vous participer au colloque de Niamey sur les sciences humaines et le défi du développement en Afrique. Et à cette occasion vous rendez un hommage à trois chercheurs nigériens décédés en 2014 et 2015. Peut-on savoir les sentiments qui vous animent?
Je ne les connaissais pas tous, mais parmi eux, il y a un que j'ai particulièrement connu, que j'ai souvent vu, que j'ai souvent rencontré, et que j'ai considéré comme un ami. Je ne savais pas qu'il était mort. C'est en recevant l'annonce de ce colloque que j'ai appris que Diouldé Laya était mort. J'ai aussi très bien connu celui qui lui avait succédé à l'époque, Mangoné Niang, qui était un brillant anthropologue et linguiste sénégalais, et qui est mort il ya deux ans et demi. Je suis heureux de me retrouver une fois de plus au Niger. J'ai déjà eu plusieurs occasions d'y venir.

Le thème de votre colloque, c'est le rapport entre les sciences humaines et le développement ; quel rapport vous établissez entre le développement en Afrique et les sciences humaines ?
Il y a plusieurs volets, plusieurs aspects, et plusieurs niveaux de développement. Disons qu'en ce qui me concerne, je mets beaucoup l'accent sur le développement intellectuel et scientifique, ou plus exactement, je mets l'accent sur l'effort que nous devons faire pour devenir parfaitement autonomes et maîtres de notre savoir et de notre technologie. Je pense que les intellectuels africains, les hommes de science africains, dans toutes les disciplines, y compris dans les sciences humaines et sociales, ne doivent pas se contenter de ressasser ou de rabâcher les thèmes qui font l'actualité chez leurs homologues occidentaux. Je pense que l'une des premières urgences en Afrique, dans les différentes disciplines est de nous autonomiser en regardant en face les problèmes auxquels nos sociétés sont confrontées aujourd'hui.

Professeur, est-il illusoire de penser qu'en Afrique le développement sera en laissant en marge les sciences humaines et sociales ?
Non, absolument pas ! Je dis que les sciences humaines et sociales sont soumises aux mêmes exigences et aux mêmes nécessités que toutes les autres disciplines. C'est-à-dire qu'il s'agisse des sciences exactes et naturelles, ou des sciences humaines et sociales, la première chose que nous avons à faire est de devenir nous-mêmes. C'est à cette condition que nous pourrons participer efficacement au développement économique, au développement politique, au développement social, et au développement humain en général.

Quelle est donc l'attitude que doivent avoir les décideurs africains par rapport aux sciences humaines et sociales qu'on a tendance à négliger ?
Je crois qu'il ne faut pas en vouloir aux décideurs africains. Il faut les laisser faire, et qu'il appartient aux hommes de sciences africains de s'imposer progressivement par la qualité et la pertinence de leurs travaux. Mais d'un autre côté, les décideurs politiques, doivent être eux-mêmes suffisamment intelligents, et suffisamment conscients des problèmes de leurs sociétés pour interpeller directement ou indirectement les intellectuels et les chercheurs qu'ils ont à leur disposition. Ils doivent poser à leurs intellectuels, à leurs universitaires, à leurs chercheurs les questions qui leur paraissent les plus importantes, les plus décisives, pour améliorer la situation actuelle de leurs sociétés, et de ce fait, ils doivent pouvoir encourager les chercheurs et les soutenir par tous les moyens y compris par des moyens financiers conséquents pour améliorer effectivement la qualité de leurs productions.

Oumarou Moussa(onep)
www.lesahel.org

Culture

Point de presse du ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur la tenue du Festival de l'Air : Pour la relance du tourism…

Point de presse du ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur la tenue du Festival de l'Air : Pour la relance du tourisme au Niger

C'est en prélude à la 12ème édition du Festival de l'Air, qui est un grand événement touristique pour le Niger en général et particulièrement pour la région d'Agadez, que le ministre du Tourisme et de l'Artisanat M. Ahmed Boto a animé samedi dernier, dans la salle de réunions dudit ministère, un point presse pour le lancement des préparatifs de ce rendez vous. Le festival de l'Air, édition 2017 est prévu du 10 au 12 mars prochain à Ifer...

Théâtre : « La petite orange de ma mère » de Mamane M.I. Zeinabou : Sexe, sueur, salive et sang

Théâtre : « La petite orange de ma mère » de Mamane M.I. Zeinabou : Sexe, sueur, salive et sang

Le monologue, « la petite orange de ma mère » est une pièce écrite, mise en scène et jouée par Mamane Malam Issoufou Zeinabou, étudiante en master2 Arts du spectacle à la Faculté des Lettres et Sciences Humaine (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM). La pièce a été jouée la nuit du 27 janvier 2017 sur la scène « plein air », échafaudée dans l'enceinte de la FLSH, à l'occasion de la journée événement de la filière Arts du ...

Rétrospective 2016/ Secteur de la Culture : La Renaissance culturelle en marche

Rétrospective 2016/ Secteur de la Culture : La Renaissance culturelle en marche

Année électorale, 2016 a surtout brillé, au plan culturel, par trois actes majeurs : le choix du Président de la République, Chef de l'Etat, de « Promouvoir la renaissance culturelle » au rang de premier « axe prioritaire » de son second mandat (2016-2021), sa décision de dédier un ministère plein à cette Renaissance culturelle et à la Modernisation sociale et la déclinaison de cette volonté politique dans la Déclaration de Politique Gé...

Mission du ministre de la renaissance culturelle dans la région de Dosso : Identifier les sites historiques pour leur re…

Mission du ministre de la renaissance culturelle dans la région de Dosso : Identifier les sites historiques pour leur revalorisation

Après avoir pris part à la 38ème édition du sabre national tenue à Tahoua, le ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, Porte-parole du gouvernement M. Assoumana Malam Issa a effectué une visite de travail dans les régions de Tahoua et Dosso. L'objectif de ce déplacement et d'identifier les sites historiques de ces deux régions.Dans la région de Dosso, la délégation ministérielle s'est rendue à Loug...

Arts et culture : Portrait de Ibrahim Abdou dit Bagobiri, artiste chanteur

Arts et culture : Portrait de Ibrahim Abdou dit Bagobiri, artiste chanteur

Rien ne prédestinait Ibrahim Abdou à devenir chanteur. Né il y a environ 51 ans à Dangouna (village situé à dix kilomètres de Dan Daji dans le département d'Illéla, région de Tahoua), il vint à Niamey où, faute de mieux, il intégra la Samaria de Banizoumbou dans laquelle il joua trois ballets et effectuera ses toutes premières tournées à Ouallam et Téra dans l'actuelle région de Tillabéri. C'était sous le régime militaire de feu le Géné...

Dosso/Culture : Haoua Capochichi, artiste et enseignante

Dosso/Culture : Haoua Capochichi, artiste et enseignante

Issue d'une famille d'artistes, Janette Haoua Capochichi est arrivée dans la musique dans les années 1999 avec l'appui de son grand frère Roger le moine, lui-même artiste musicien. Elle rejoindra par la suite le groupe Toubal où elle apprit à faire le chœur avec feu Dargné Gadeyzé.Ayant acquis assez d'expériences, cette jeune femme de 36 ans fit sortir en 2001 son premier album intitulé Sodjaï Wandiya autrement dit la copine des militai...

Interview de notre compatriote Amadou Ousmane, auteur du livre ''Notre ami Kérékou'' : ''Afin que l'Histoire n'oublie pa…

Interview de notre compatriote Amadou Ousmane, auteur du livre ''Notre ami Kérékou'' : ''Afin que l'Histoire n'oublie pas Kérékou...''

M. Amadou Ousmane, vous êtes un écrivain bien connu au Niger, mais presque pas au Bénin. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?Je suis un fonctionnaire des Nations Unies à la retraite. J'ai servi 10 ans dans les missions de paix des Nations Unies au Burundi, comme Chef de l'Information et Porte-parole. J'ai aussi servi comme Chargé de Communication au National Democratic Institute (NDI) à Niamey et à Bujumbura. Avant cela, dans mon...

Agadez /Soirées culturelles d'Agadez Sokni : La jeunesse nigérienne en redemande

Agadez /Soirées culturelles d'Agadez Sokni : La jeunesse nigérienne en redemande

Dans toutes les festivités commémoratives, les soirées culturelles ont toujours été des moments privilégiés pour réconcilier la jeunesse nigérienne avec sa culture. Agadez Sokni n'a pas dérogé à cette règle. Les nuits culturelles ont attiré et conquis un public majoritairement juvénile assoiffé de spectacles. Quant aux artistes musiciens d'Agadez comme ceux venus des 4 coins du Niger, ils ont donné le meilleur d'eux-mêmes.Les groupes mu...

Exposition à la bibliothèque de la faculté des Lettres et des Sciences Humaines (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de…

Exposition à la bibliothèque de la faculté des Lettres et des Sciences Humaines (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM) : Dialogue culturel sur l'œuvre de Miguel Cervantès

Dans le cadre de la commémoration du 4ème centenaire de l'écrivain espagnol, Miguel de Cervantes, une initiative culturelle de l'Espagne à l'étranger en 2016 à travers des expositions des dessins a été lancée au niveau des ambassades au Niger, au Mali et en Guinée, qui sont les trois pays unis par le fleuve Niger pour faire connaître davantage la figure universelle de Don Quichotte. A Niamey, la cérémonie d'ouverture de l'exposition s'e...

Soirée d'enregistrement en direct de l'émission ''Couleurs Tropicales'' sur la radio RFI : Les talents musicaux du Niger…

Soirée d'enregistrement en direct de l'émission ''Couleurs Tropicales'' sur la radio RFI : Les talents musicaux du Niger à l'honneur sur RFI

Après la région de Dosso, c'était au tour de la région de Niamey d'accueillir vendredi dernier, au palais des congrès, la soirée d'enregistrement en direct sur la radio RFI de l'émission ''Couleurs Tropicales''. Cette soirée s'est déroulée en collaboration avec le gouvernement du Niger, l'Assemblée Nationale, et le Ministère de la Renaissance Culturelle des Arts et de la Modernisation Sociale. Aussi, plusieurs sponsors dont l'Office Nat...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Pari gagné !

lundi 9 janvier 2017

Editorial : Pari gagné !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Insalubrité dans la ville de Niamey : Un changemen…

Insalubrité dans la ville de Niamey : Un changement de comportement du citoyen s'impose

La ville de Niamey est salle. On ne le dira jamais assez. Mais le plus inquiétant est que ...

jeudi 16 février 2017

Salubrité urbaine : Beaucoup reste à faire pour as…

Salubrité urbaine : Beaucoup reste à faire pour assurer la propreté de nos villes et campagnes

A voir les monticules et même les montagnes de déchets solides ainsi que les mares et rivi...

jeudi 16 février 2017

Insalubrité urbaine

Insalubrité urbaine

A une heure indue de la nuit, nombreux sont les noctambules qui voient ces braves hommes e...

jeudi 16 février 2017

L'air du temps

La Saint Valentin ou l'heure de vérité

La Saint Valentin ou l'heure de vérité

Mardi dernier, les jeunes ont fêté la Saint-Valentin ou la fête des amoureux. L'occasion é...

jeudi 16 février 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.