Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Culture Maradi : Plusieurs stratégies à l'origine de la sauvegarde des richesses culturelles

Une vue de la bibliothèque de Maradi Une vue de la bibliothèque de Maradi

La région de Maradi en général, et la ville de Maradi en particulier, regorgent d'importantes potentialités culturelles qui font indéniablement de Maradi une référence nationale en matière culturelle. De par ses richesses culturelles, la région a gardé et continue à conserver certaines valeurs et pratiques qui jadis faisaient sa fierté. Force est de constater que ces valeurs et pratiques ont aujourd'hui tendance à disparaître. Cet abandon, observé ça et là, est lié à la pression de la modernité et de la religion. Aussi, le Ministère de la Culture a adopté diverses politiques et stratégies permettant de sauvegarder les richesses culturelles de toutes les communautés nigériennes, afin de faciliter leur compréhension à la jeunesse qui, jusque-là, ignore certains faits culturels ancestraux. Or, un adage dit que ''l'identité d'un peuple, c'est sa culture ''. Pour dire que chaque société humaine se situe à partir d'une culture bien donnée. C'est cet héritage légué par nos ancêtres qu'il faut valoriser, car il sert de tremplin pour le développement de notre pays. Source d'inspiration par excellence pour la protection et la cohésion sociale, la culture joue un rôle prépondérant dans la stabilité sociale et le développement durable à travers ses diverses composantes. En outre, comme dans toutes les régions du pays, la région de Maradi, à travers la direction régionale de la Culture, des Arts et des Loisirs, s'investit pour sauvegarder les différentes composantes culturelles de la région.


Selon le chef service communal de la culture, des Arts et de Loisirs de la ville de Maradi, M. Koudoua Zakari, conformément à la politique culturelle, le plan stratégique du Ministère de la Culture comprend deux (2) volets qui sont la conservation et la mise en valeur du patrimoine culturel, et l'amélioration des conditions du développement culturel. Concernant la conservation et la mise en valeur du patrimoine culturel, la ville dispose de potentialités culturelles et touristiques importantes. Ainsi, en termes de monuments, on peut citer, entre autres, Guidan Malan Zabeirou qui est connu dans presque toute la région. Mais ce monument ayant été démoli il y a de cela trois (3) ans, le service communal a proposé que soit édifié un monument symbolique permettant de rendre un hommage à l'ancien locataire du lieu qui, aujourd'hui, n'est plus de ce monde. De son vivant, il est important de le rappeler, il faisait de la calligraphie en arabe, bien qu'il ait perdu une partie de ses facultés mentales. Il a fait des choses extraordinaires qui ont attiré d'ailleurs les touristes de passage dans la ville de Niamey, en vue de nourrir leur curiosité.
Un autre monument à conserver aussi est celui de Gao Barké qui se trouve au quartier Maradawa. Et ce ''gao'' est également connu pour ceux qui connaissent l'histoire des Kastinawa. M. Koudoua Zakari a noté que l'Institut de Recherche en Sciences Humaines (IRSH) travaille depuis 2010 pour tenter de sauvegarder l'endroit. Il y a également Guidan Dusti qui servait de case de passage aux colons.
La ville comprend aussi des sites culturels à conserver au nombre desquels le site de Marema. C'est un site sur lequel on produit de la peinture traditionnelle destinée à l'embellissement des maisons et autres produits artisanaux. A côté des richesses culturelles visiblement accessibles au public, il existe d'autres qui sont gardées au niveau des chefferies traditionnelles et chez certains dignitaires. Pour ce qui est du patrimoine immatériel, la ville de Maradi dispose de plusieurs arts. En ce qui concerne l'art du spectacle, on note des fêtes comme celle des bouchers ou '' Hawon Kaho'' organisée chaque veille de fête. Il y a également le ''Maguiro'' qui est une fête à caractère rituel. Elle est organisée par les féticheurs de Soumarana à l'approche de la saison des pluies. La ville de Maradi est aussi connue à travers la danse de ''takaye'' qui est une danse populaire, ainsi que la danse de ''douma''. On peut aussi évoquer l'existence, dans la ville de Maradi, des musiques des différentes couches socioprofessionnelles, notamment celles des coiffeurs, des forgerons, des chasseurs, etc. Maradi a également la musique de ''Iya''.
Sur un tout autre plan, en matière de musique, la ville comprend cinq (5) groupes musicaux qui sont constamment en animation afin de tenir en haleine le public qui s'intéresse à la musique. Ce sont les groupes Carnaval de Maradi ; Etoile de Maradi de Papa Yaro ; et Bori Band International. Pour les groupes néo-traditionnels, on note Maâzou Garba; Ladabi; et Hadin Kay. Quant aux troupes traditionnelles, il y a Moussa Maïtakwano; Sani Maï Konkwo. Par rapport aux groupes de RAP, la Direction Régionale de la Culture a recensé 24, dont deux (2), Cool Master et For My People, sont les plus actifs. La ville a par ailleurs des troupes théâtrales comme Nazari et les Frères Kusu man, celles de Saraounia, Anfani, et de la Radio Jahar Maradi.
La ville n'est pas en marge de film avec Yan Production. Dans le cadre de la conservation culturelle, le service communal a vivement soutenu la délocalisation de la Maison de Jeunes et de la Culture Bawa Dan Wardanga. Cela permettra de mieux coordonner les activités culturelles dans la ville, sachant que l'environnement dans lequel se trouve la Maison de la Culture défavorise le développement de la culture dans la ville. Notons que dans le cadre du Programme Sectoriel de l'Education et de la Formation (PSEF), une Ecole de formation artistique et culturelle a été créée en 2015. La maison de Jeunes et de la Culture comprend également une bibliothèque de lecture publique contribuant à la culture des populations. C'est un cadre de formation qui accueille un nombre important de visiteurs. La bibliothèque dispose d'ouvrages en littérature et dans divers domaines. Il y a à côté de cette bibliothèque l'Espace Américain assurant la formation des jeunes en informatique et en langue anglaise. La bibliothèque du Point d'Interrogation et l'Alliance Française, et sept centres de lecture et d'animation culturelle (CLAC), contribuent à l'épanouissement des lecteurs à travers leurs ouvrages variés.
La région de Maradi a un projet de la création d'un musée régional et d'un éco-musée. Elle a aussi cinq (5) principaux festivals qui sont le festival Unari de Hawandawaki ; Eggo de Akadaré ; Parole de Sable ; le Festival de conte ; le Festival Galgagya de Mayahi (FEGUELMA) ; et le festival de danse et musique traditionnelles du Ministère de la Culture, des Arts et Loisirs. Ajoutons aussi que la région de Maradi dispose d'une délégation du Bureau Nigérien de Droit d'Auteur (BNDA). De par ses atouts culturels, la région a été marquée à travers des figures l'ayant fait connaitre au-delà des frontières. Parmi ces artistes, figure feu Dr Mamane Garba qui a apporté un appui inestimable à la promotion culturelle au Niger ; le ministre Oumarou Hadari qui a écrit beaucoup de chansons qui ont été primées au cours des festivals de la jeunesse et d'autres rencontres culturelles, dont entre autres ''Niger Lalé'', qui est un hymne à la Jeunesse. Son passage dans différentes localités dans le pays a été hautement apprécié par les autorités locales et les populations. Et il continue à mettre ses connaissances à la disponibilité de son pays pour la prospérité et l'émergence culturelle au Niger.
Il y a aussi feu Dan Anko qui a raflé plusieurs prix et distinctions grâce à l'originalité et la qualité de ses œuvres. Saâdou Bori a également a fait preuve de son talent sur l'échiquier national et international, surtout au Nigéria voisin. De même, feu Souley Konkwon a été un des animateurs infatigables du pays. Il a soutenu la promotion de la musique et de la tradition à travers ses célèbres chansons connues par le public.
Ecole de Formation Artistique et Culturelle
L'Ecole de Formation Artistique et Culturelle (EFAC) a ouvert ses portes en 2015. Elle s'inscrit dans le cadre du Programme Sectoriel de l'Education et de la Formation (PSEF) conformément à l'engagement du Président de la République à maintenir les enfants à l'école jusqu'à l'âge de 16 ans, a indiqué Mme Ibrahim Absatou, directrice de l'EFAC de Maradi. L'EFAC, qui est situé dans les locaux de la Maison des Jeunes et de la Culture, compte un effectif de 240 élèves dont plus de 50% de filles. Mme Ibrahim Absatou a précisé que pour cette année, elle a deux (2) niveaux, une classe de 6ème et une classe de 5ème. Pour mieux réussir cette formation, le Ministère de la Culture a mis en place un programme approprié composé de matières enseignées au niveau du collège d'enseignement général, et aussi de matières professionnelles ayant trait aux arts, à la culture et à la technologie comme la musique, les arts dramatiques, la peinture, la teinture batik, l'informatique, l'audiovisuelle, etc.
Par ailleurs, la direction régionale de la Culture a organisé des tests de recrutement d'enseignants contractuels pour assurer la formation des élèves. Le premier test a été organisé l'année passée pour la première promotion d'élèves, et le second test a été organisé cette année. Ils sont au total 12 enseignants à être recrutés à l'issue de ces tests, a confié Mme Ibrahim Absatou.
Laouali Souleymane, envoyé spécial
www.lesahel.org

Culture

Ouverture officielle de la 25ème édition du Fespaco : C'est parti pour la course à l'étalon d'or de Yennega

Ouverture officielle de la 25ème édition du Fespaco : C'est parti pour la course à l'étalon d'or de Yennega

Le Clap d'ouverture de la 25ème édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (Fespaco) a été donné par le président du Faso, Sem Roch Marc Christian Kaboré dans l'après-midi du 25 février au stade municipal de Ouagadougou. Placé sous le thème "Formation et métiers du cinéma et de l'audiovisuel'', l'édition 2017 du festival met à l'honneur la Côte d'Ivoire, pays invité d'honneur. Ce pays qui marque sa prés...

Portrait d'Artiste : Hassane Boukary, artiste engagé pour la promotion de la paix

Portrait d'Artiste : Hassane Boukary, artiste engagé pour la promotion de la paix

Habillé d'un costume traditionnel nigérien, l'artiste tenait entre ses mains une canne en bronze en forme de vipère. Souriant et très ouvert, Hassane Boukary surnommé « Nounou » est auteur compositeur. Il avait débuté le métier d'artiste depuis son jeune âge. « J'ai embrassé la musique par amour, je ne l'ai pas hérité. Aucun membre de ma famille n'est chanteur », a-t-il déclaré. Selon lui, à travers la musique, il pense apporter sa cont...

Point de presse du ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur la tenue du Festival de l'Air : Pour la relance du tourism…

Point de presse du ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur la tenue du Festival de l'Air : Pour la relance du tourisme au Niger

C'est en prélude à la 12ème édition du Festival de l'Air, qui est un grand événement touristique pour le Niger en général et particulièrement pour la région d'Agadez, que le ministre du Tourisme et de l'Artisanat M. Ahmed Boto a animé samedi dernier, dans la salle de réunions dudit ministère, un point presse pour le lancement des préparatifs de ce rendez vous. Le festival de l'Air, édition 2017 est prévu du 10 au 12 mars prochain à Ifer...

Théâtre : « La petite orange de ma mère » de Mamane M.I. Zeinabou : Sexe, sueur, salive et sang

Théâtre : « La petite orange de ma mère » de Mamane M.I. Zeinabou : Sexe, sueur, salive et sang

Le monologue, « la petite orange de ma mère » est une pièce écrite, mise en scène et jouée par Mamane Malam Issoufou Zeinabou, étudiante en master2 Arts du spectacle à la Faculté des Lettres et Sciences Humaine (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM). La pièce a été jouée la nuit du 27 janvier 2017 sur la scène « plein air », échafaudée dans l'enceinte de la FLSH, à l'occasion de la journée événement de la filière Arts du ...

Rétrospective 2016/ Secteur de la Culture : La Renaissance culturelle en marche

Rétrospective 2016/ Secteur de la Culture : La Renaissance culturelle en marche

Année électorale, 2016 a surtout brillé, au plan culturel, par trois actes majeurs : le choix du Président de la République, Chef de l'Etat, de « Promouvoir la renaissance culturelle » au rang de premier « axe prioritaire » de son second mandat (2016-2021), sa décision de dédier un ministère plein à cette Renaissance culturelle et à la Modernisation sociale et la déclinaison de cette volonté politique dans la Déclaration de Politique Gé...

Mission du ministre de la renaissance culturelle dans la région de Dosso : Identifier les sites historiques pour leur re…

Mission du ministre de la renaissance culturelle dans la région de Dosso : Identifier les sites historiques pour leur revalorisation

Après avoir pris part à la 38ème édition du sabre national tenue à Tahoua, le ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, Porte-parole du gouvernement M. Assoumana Malam Issa a effectué une visite de travail dans les régions de Tahoua et Dosso. L'objectif de ce déplacement et d'identifier les sites historiques de ces deux régions.Dans la région de Dosso, la délégation ministérielle s'est rendue à Loug...

Arts et culture : Portrait de Ibrahim Abdou dit Bagobiri, artiste chanteur

Arts et culture : Portrait de Ibrahim Abdou dit Bagobiri, artiste chanteur

Rien ne prédestinait Ibrahim Abdou à devenir chanteur. Né il y a environ 51 ans à Dangouna (village situé à dix kilomètres de Dan Daji dans le département d'Illéla, région de Tahoua), il vint à Niamey où, faute de mieux, il intégra la Samaria de Banizoumbou dans laquelle il joua trois ballets et effectuera ses toutes premières tournées à Ouallam et Téra dans l'actuelle région de Tillabéri. C'était sous le régime militaire de feu le Géné...

Dosso/Culture : Haoua Capochichi, artiste et enseignante

Dosso/Culture : Haoua Capochichi, artiste et enseignante

Issue d'une famille d'artistes, Janette Haoua Capochichi est arrivée dans la musique dans les années 1999 avec l'appui de son grand frère Roger le moine, lui-même artiste musicien. Elle rejoindra par la suite le groupe Toubal où elle apprit à faire le chœur avec feu Dargné Gadeyzé.Ayant acquis assez d'expériences, cette jeune femme de 36 ans fit sortir en 2001 son premier album intitulé Sodjaï Wandiya autrement dit la copine des militai...

Interview de notre compatriote Amadou Ousmane, auteur du livre ''Notre ami Kérékou'' : ''Afin que l'Histoire n'oublie pa…

Interview de notre compatriote Amadou Ousmane, auteur du livre ''Notre ami Kérékou'' : ''Afin que l'Histoire n'oublie pas Kérékou...''

M. Amadou Ousmane, vous êtes un écrivain bien connu au Niger, mais presque pas au Bénin. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?Je suis un fonctionnaire des Nations Unies à la retraite. J'ai servi 10 ans dans les missions de paix des Nations Unies au Burundi, comme Chef de l'Information et Porte-parole. J'ai aussi servi comme Chargé de Communication au National Democratic Institute (NDI) à Niamey et à Bujumbura. Avant cela, dans mon...

Agadez /Soirées culturelles d'Agadez Sokni : La jeunesse nigérienne en redemande

Agadez /Soirées culturelles d'Agadez Sokni : La jeunesse nigérienne en redemande

Dans toutes les festivités commémoratives, les soirées culturelles ont toujours été des moments privilégiés pour réconcilier la jeunesse nigérienne avec sa culture. Agadez Sokni n'a pas dérogé à cette règle. Les nuits culturelles ont attiré et conquis un public majoritairement juvénile assoiffé de spectacles. Quant aux artistes musiciens d'Agadez comme ceux venus des 4 coins du Niger, ils ont donné le meilleur d'eux-mêmes.Les groupes mu...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Pari gagné !

lundi 9 janvier 2017

Editorial : Pari gagné !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Utilisation du gaz domestique : L'entretien des bo…

Utilisation du gaz domestique : L'entretien des bouteilles et la sécurité des équipements

Depuis que le Niger est devenu pays producteur et exportateur de pétrole, les populations ...

jeudi 23 février 2017

Proprété des bouteilles : à qui la faute ?

Proprété des bouteilles : à qui la faute ?

Le Niger a initié, depuis les années 90, un programme national de l'énergie domestique, po...

jeudi 23 février 2017

Des utilisateurs témoignent

Des utilisateurs témoignent

Mme Aïssa ZakariJ'utilise les bouteilles de gaz depuis plusieurs années. Je possède en réa...

jeudi 23 février 2017

L'air du temps

Assainir l'école

Assainir l'école

L'actualité de ces dernières semaines est en train de se cristalliser autour de l'école ni...

jeudi 23 février 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.