Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

3ème édition du festival de la danse «Assaka» à Birni N'Lokoyo (Doutchi) : Nassirou Issoufou remporte le trophée pour la seconde fois

Le champion de la danse Assaka (au centre) Le champion de la danse Assaka (au centre)

Le village de Birni'n Lokoyo a abrité du 30 décembre 2015 au 1er janvier 2016, la troisième édition du festival de danse traditionnelle «Assaka». Cette édition a été parrainée par le maire de la commune rurale de Matankari M. Mage Maikaba qui a présidé la cérémonie du lancement et de clôture des festivités en présence du maire de Kornaka invité d'honneur du festival. L'on notait également la présence des responsables administratives locaux et de plusieurs chefs des villages de la commune ainsi que la population qui s'est fortement mobilisée pour la circonstance.
Organisée pour cette année par le Club UNESCO de l'Université Abdou Moumouni de Niamey en collaboration avec l'Ensemble artistique et culturel Gimshiki et les amis de Birni'n Lokoyo, la troisième édition du festival de danse traditionnelle «Assaka» a atteint toutes ses promesses. Il faut rappeler que ce festival a une dimension pluridisciplinaire. Il comporte en effet, en plus de la danse traditionnelle, «Assaka», un concours d'art culinaire, un concours de salubrité, un concours de dessin scolaire etc. Ce sont toutes ces activités qui étaient au rendez-vous de ce cadre d'échange pour les populations de l'Aréwa en particulier celle de la contrée de Lokoyo.
En plus de ces concours, d'autres activités connexes ont été organisées. Il s'agit entre autres des séances de salubrité au niveau des écoles et du centre de santé intégré de Birni N' Lokoyo, des séances de sensibilisation de la population notamment les femmes sur les questions d'hygiène et assainissement, des visites touristiques sur les collines et les tombes des grands guerriers de cette localité. Outre cette mobilisation de la population locale, une quinzaine d'étudiants de l'Université Abdou Moumouni de Niamey membre du Club UNESCO ont activement participé à la mise en œuvre des activités de ce festival.


Le festival de la danse «Assaka» est l'initiative d'un grand homme de culture M. Ambaka Hassane, ancien député national, ancien directeur du Centre Culturel Oumarou Ganda (CCOG) de Niamey, ancien Directeur adjoint du Centre Culturel Franco-Nigérien (CCFN) de Niamey et membre du comité d'organisation de plusieurs festivals de la jeunesse à son temps. Il est appuyé dans cette initiative par les artistes de l'Ensemble artistique Gimshiki. Evoquant les objectifs d'une telle initiative M. Hassane Ambarka a indiqué qu'elle vise à valoriser la danse «Assaka», une danse traditionnelle du terroir et faire connaitre aux générations présentes et futures leur culture. «C'est pour promouvoir la culture nigérienne très riche et variée mais mal exploitée que ce festival est né» a souligné le promoteur.
Le Maire de Matankari M. Mage Maikaba a, dans ses interventions au cours des festivités, exprimé toute sa satisfaction pour le bon déroulement de ce festival dans la fraternité, la paix, la communion des cœurs, l'entre-aide entre les filles et les fils de l'entité administrative qu'il dirige. Il a par la même occasion réitéré la disponibilité de la Commune à accompagner ce genre d'initiatives sur toute l'étendue de sa commune. Le maire devait aussi souligner que cette initiative cadre bien avec les aspirations et la volonté des autorités de la 7ème République qui font de la culture nationale un atout majeur dans la consolidation de la paix dans notre pays. M. Mage Maikaba a aussi rappelé aux participants que la tenue de ce festival en ce moment précis, rejoint les festivités au plan national célébrant l'inscription de la parenté à plaisanterie parmi les patrimoines mondiaux de l'UNESCO.
C'est pourquoi il a rendu un hommage aux étudiants du Club UNESCO de l'Université Abdou Moumouni de Niamey, à l'Ensemble artistique et culturel Gimshiki et aux amis de Birni Lokoyo qui font de ce festival d'année en année une rencontre nationale. Le maire de Matankari a salué et remercié SUNU Assurances qui a accepté de parrainer officiellement ce festival. M. Mage Maikaba a profité de cette occasion pour solliciter l'accompagnement des autres entreprises et sociétés nigérienne dans ces genres d'initiatives. Cette troisième édition du festival « Assaka» a mobilisé pendant les trois jours, plus de 500 personnes en majorité des jeunes filles et garçons de la localité.
Le représentant du président du Comité d'organisation a non seulement remercié les autorités et les autres responsables administratifs et coutumiers, mais aussi SUNU Assurances pour leur accompagnement. Il a surtout salué la mobilisation de la jeunesse et salué la présence des amis du club UNESCO de l'Université de Ouagadougou, et des amis de la France, une présence qui fait de «Assaka» un festival international. Il a, à cette même occasion, sollicité l'accompagnement de l'Etat dans l'organisation d'un tel événement.
Au sortir des compétitions, en danse «Assaka», c'est M. Nassirou Issoufou, champion de la précédente édition qui a remporté le trophée devant 18 candidats. Il empoche une enveloppe de 75.000 Fcfa. Les 2ème et 3ème candidats ont respectivement reçu 50.000 et 30.000 fcfa. En art culinaire, les prix sont respectivement de 30.000 ; 15.000 et 10.000 Fcfa. En concours de dessins scolaires les prix sont en nature, uniquement composés de fournitures scolaires. En ce qui concerne le concours de salubrité, le quartier le plus méritant a été doté d'une brouette, de 5 pelles et de 5 râteaux. Les candidats n'ont pas caché leur satisfaction et se sont donnés rendez-vous pour l'année prochaine à la même période.

Ali Maman (stagiaire) Envoyé spécial(onep)
www.lesahel.org

Culture

8emes Jeux de la Francophonie à Abidjan : Concours de conte : la qualité de la prestation de notre compatriote Aminatou …

8emes Jeux de la Francophonie à Abidjan : Concours de conte : la qualité de la prestation de notre compatriote Aminatou Yaou Alla reconnue par le public

Les cinq finalistes du concours de conte sont connus. Il s'agit des conteurs du Liban, du Congo Brazzaville, du Canada, de la Guinée et de la France. Ces cinq sélectionnés se retrouveront pour la grande finale du concours de conte. C'est à l'issue de quatre jours de compétition au cours desquels 20 pays se sont affrontés, qu'ils ont pu valider leur ticket.Cependant, la publication des résultats par le jury a suscité quelques grincements...

Portraits d'artistes slameurs : Hamani Kassoum, Jhonel, l'auteur de ''Niamey la cour commune''

Portraits d'artistes slameurs : Hamani Kassoum, Jhonel, l'auteur de ''Niamey la cour commune''

L'artiste Jhonel, de son vrai nom Hamani Kassoum, est né le 3 juin 1984 à Niamey; il est de teint noir, mince, avec une taille moyenne. Toujours souriant, Jhonel a le plus souvent un style vestimentaire typiquement afro. Avec une voix agréable, ses titres sont sans reproches. Ses prestations notamment sur le petit écran, lui valent estime et considération. Il chante en français et aussi en langue locale. Son talent dans l'art de manier ...

8èmes Jeux de la Francophonie, à Abidjan (Côte d'Ivoire) : Notre compatriote Razak René Joli remporte la Médaille d'or d…

8èmes Jeux de la Francophonie, à Abidjan (Côte d'Ivoire) : Notre compatriote Razak René Joli remporte la Médaille d'or du concours de littérature

Le Niger vient de décrocher sa première médaille aux 8èmes jeux de la Francophonie qui battent leur plein depuis à Abidjan. En effet, notre jeune compatriote, le nouvelliste Razak René Joli, a remporté, mardi dernier, la médaille d'or du concours de littérature dans la catégorie Nouvelle, avec son œuvre présentée sous le titre " L'Homme qui donnait des baisers au vent".Cette médaille d'or du jeune nouvelliste, qui vient compenser les la...

IVème Conférences des ministres francophones en charge de la Culture : Une déclaration et un plan d'action en vue d'une …

IVème Conférences des ministres francophones en charge de la Culture : Une déclaration et un plan d'action en vue d'une contribution de la culture au développement durable

En marge des VIIIème Jeux de la Francophonie qu'organise la Côte d'Ivoire, Abidjan a accueilli les 22 et 23 juillet la IVème Conférence des ministres francophones en charge de la culture. Cette rencontre se tient seize ans après celle de Cotonou en 2001, dans un contexte, bien différent de celui d'alors, aussi bien pour la Côte d'Ivoire que pour le monde entier.«Nous sommes ici, aujourd'hui, parce que Francophonie et diversité culturell...

mode et beauté : Quand les tresses traditionnelles remplacent les gros grains

mode et beauté : Quand les tresses traditionnelles remplacent les gros grains

Ces dernières années, les jeunes filles et femmes de Niamey optent plus pour les petites tresses traditionnelles sans mèches à défaut des tresses dites ''gros grains'' qui sont faites avec des mèches. Ce sont des tresses faciles à réaliser, prennent environ deux heures d'horloge pour les tresseuses. Elles ont l'avantage de s'entretenir facilement et de ne causer aucun dommage sur le cuir chevelu si sensible. Les professionnelles de ces ...

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

Dans un univers musical nigérien totalement dominé par des hommes, Philomène fait partie des rares femmes qui essaient de s'affirmer et d'émerger.Depuis son jeune âge, elle chante dans les gospels, les chorales des églises. A dix ans déjà, elle passait tout son temps à chanter et à danser. Une décennie après, elle s'est frayée un chemin dans un monde fait de hauts et de bas ; elle possède une voix angélique qui fait d'elle aujourd'hui u...

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur…

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur"

Le Niger sera représenté à la 17ème édition de Clap Ivoire qui se tiendra du 4 au 10 septembre par les réalisateurs Oumarou Kadry Koda en catégorie documentaire avec " Nos faiseurs de bonheur" et Abdoul Rachid Amadou Sanda Maïga avec la fiction "Epris d'une mère".Les représentants du Niger à ce festival de concours de court métrage destiné aux jeunes ressortissants et résidents des pays membres de l'UEMOA ont été sélectionnés le 17 juil...

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseig…

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseignement, d'éducation notamment historique »

Mohamed Elkebir est un jeune réalisateur nigérien et promoteur du label Sahara Niger. Après ses études secondaires au Niger, il a continué ses études au Burkina Faso, au Ghana puis en Côte d'Ivoire où il a reçu plusieurs formations. Il est aussi un acteur de la société civile, membre de l'association « Jeunesse active du Niger ».Dès son retour au pays, il s'est inscrit à l'UAM où il décrocha un diplôme puis travailla dans une compagnie ...

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très …

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très importante dans l'éveil des consciences »

À l'état civil il est Ibrahim Oumarou Yacouba, mais son nom de scène est "Sage Soldat". Après des études en droit des affaires, parallèlement à ses activités de chanteur de reggae, "Sage Soldat" s'est retourné vers des études beaucoup plus en phase avec sa passion, car il est étudiant en Master 1 en Arts et Culture à l'université de Niamey. Actuellement il est à Dakar dans le cadre de son stage professionnel à Africulturban, une associa...

Le port de natte par les femmes d'Abalak : Une pratique culturelle spécifique en voie de disparition

Situé à 135 km au nord de Tahoua sur la route d'Agadez, la ville d'Abalak chef-lieu du département du même nom, regorge d'énormes potentialités pastorales, culturelles et artisanales. Parmi les potentialités culturelles on peut citer le port de natte chez les femmes. Cette pratique est, pour la femme touareg, ce qu'est le hijab autrement dit le voile chez les femmes arabes. Le port de natte rêvait donc une fonction socioculturelle qui f...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

Les vendeuses de Tigadigué souhaitent un appui pou…

Les vendeuses de Tigadigué souhaitent un appui pour rentabiliser leurs activités

Au marché central de Dosso règne une vive animation chez les vendeuses d'huile d'arachide,...

vendredi 28 juillet 2017

Appuis de la Direction régionale de la Promotion d…

Appuis de la Direction régionale de la Promotion de la femme aux femmes extractrices d'huile d'arachide

  Les femmes de Dosso qui extraient l'huile d'arachide ont bénéficié de la direction...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Ces volants fous de la capitale

Ces volants fous de la capitale

On ne sait pas encore comment. Mais, pour sûr, il faut trouver une solution urgente au pro...

vendredi 28 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.