Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

3ème édition du festival de la danse «Assaka» à Birni N'Lokoyo (Doutchi) : Nassirou Issoufou remporte le trophée pour la seconde fois

Le champion de la danse Assaka (au centre) Le champion de la danse Assaka (au centre)

Le village de Birni'n Lokoyo a abrité du 30 décembre 2015 au 1er janvier 2016, la troisième édition du festival de danse traditionnelle «Assaka». Cette édition a été parrainée par le maire de la commune rurale de Matankari M. Mage Maikaba qui a présidé la cérémonie du lancement et de clôture des festivités en présence du maire de Kornaka invité d'honneur du festival. L'on notait également la présence des responsables administratives locaux et de plusieurs chefs des villages de la commune ainsi que la population qui s'est fortement mobilisée pour la circonstance.
Organisée pour cette année par le Club UNESCO de l'Université Abdou Moumouni de Niamey en collaboration avec l'Ensemble artistique et culturel Gimshiki et les amis de Birni'n Lokoyo, la troisième édition du festival de danse traditionnelle «Assaka» a atteint toutes ses promesses. Il faut rappeler que ce festival a une dimension pluridisciplinaire. Il comporte en effet, en plus de la danse traditionnelle, «Assaka», un concours d'art culinaire, un concours de salubrité, un concours de dessin scolaire etc. Ce sont toutes ces activités qui étaient au rendez-vous de ce cadre d'échange pour les populations de l'Aréwa en particulier celle de la contrée de Lokoyo.
En plus de ces concours, d'autres activités connexes ont été organisées. Il s'agit entre autres des séances de salubrité au niveau des écoles et du centre de santé intégré de Birni N' Lokoyo, des séances de sensibilisation de la population notamment les femmes sur les questions d'hygiène et assainissement, des visites touristiques sur les collines et les tombes des grands guerriers de cette localité. Outre cette mobilisation de la population locale, une quinzaine d'étudiants de l'Université Abdou Moumouni de Niamey membre du Club UNESCO ont activement participé à la mise en œuvre des activités de ce festival.


Le festival de la danse «Assaka» est l'initiative d'un grand homme de culture M. Ambaka Hassane, ancien député national, ancien directeur du Centre Culturel Oumarou Ganda (CCOG) de Niamey, ancien Directeur adjoint du Centre Culturel Franco-Nigérien (CCFN) de Niamey et membre du comité d'organisation de plusieurs festivals de la jeunesse à son temps. Il est appuyé dans cette initiative par les artistes de l'Ensemble artistique Gimshiki. Evoquant les objectifs d'une telle initiative M. Hassane Ambarka a indiqué qu'elle vise à valoriser la danse «Assaka», une danse traditionnelle du terroir et faire connaitre aux générations présentes et futures leur culture. «C'est pour promouvoir la culture nigérienne très riche et variée mais mal exploitée que ce festival est né» a souligné le promoteur.
Le Maire de Matankari M. Mage Maikaba a, dans ses interventions au cours des festivités, exprimé toute sa satisfaction pour le bon déroulement de ce festival dans la fraternité, la paix, la communion des cœurs, l'entre-aide entre les filles et les fils de l'entité administrative qu'il dirige. Il a par la même occasion réitéré la disponibilité de la Commune à accompagner ce genre d'initiatives sur toute l'étendue de sa commune. Le maire devait aussi souligner que cette initiative cadre bien avec les aspirations et la volonté des autorités de la 7ème République qui font de la culture nationale un atout majeur dans la consolidation de la paix dans notre pays. M. Mage Maikaba a aussi rappelé aux participants que la tenue de ce festival en ce moment précis, rejoint les festivités au plan national célébrant l'inscription de la parenté à plaisanterie parmi les patrimoines mondiaux de l'UNESCO.
C'est pourquoi il a rendu un hommage aux étudiants du Club UNESCO de l'Université Abdou Moumouni de Niamey, à l'Ensemble artistique et culturel Gimshiki et aux amis de Birni Lokoyo qui font de ce festival d'année en année une rencontre nationale. Le maire de Matankari a salué et remercié SUNU Assurances qui a accepté de parrainer officiellement ce festival. M. Mage Maikaba a profité de cette occasion pour solliciter l'accompagnement des autres entreprises et sociétés nigérienne dans ces genres d'initiatives. Cette troisième édition du festival « Assaka» a mobilisé pendant les trois jours, plus de 500 personnes en majorité des jeunes filles et garçons de la localité.
Le représentant du président du Comité d'organisation a non seulement remercié les autorités et les autres responsables administratifs et coutumiers, mais aussi SUNU Assurances pour leur accompagnement. Il a surtout salué la mobilisation de la jeunesse et salué la présence des amis du club UNESCO de l'Université de Ouagadougou, et des amis de la France, une présence qui fait de «Assaka» un festival international. Il a, à cette même occasion, sollicité l'accompagnement de l'Etat dans l'organisation d'un tel événement.
Au sortir des compétitions, en danse «Assaka», c'est M. Nassirou Issoufou, champion de la précédente édition qui a remporté le trophée devant 18 candidats. Il empoche une enveloppe de 75.000 Fcfa. Les 2ème et 3ème candidats ont respectivement reçu 50.000 et 30.000 fcfa. En art culinaire, les prix sont respectivement de 30.000 ; 15.000 et 10.000 Fcfa. En concours de dessins scolaires les prix sont en nature, uniquement composés de fournitures scolaires. En ce qui concerne le concours de salubrité, le quartier le plus méritant a été doté d'une brouette, de 5 pelles et de 5 râteaux. Les candidats n'ont pas caché leur satisfaction et se sont donnés rendez-vous pour l'année prochaine à la même période.

Ali Maman (stagiaire) Envoyé spécial(onep)
www.lesahel.org

Culture

Rétrospective 2016/ Secteur de la Culture : La Renaissance culturelle en marche

Rétrospective 2016/ Secteur de la Culture : La Renaissance culturelle en marche

Année électorale, 2016 a surtout brillé, au plan culturel, par trois actes majeurs : le choix du Président de la République, Chef de l'Etat, de « Promouvoir la renaissance culturelle » au rang de premier « axe prioritaire » de son second mandat (2016-2021), sa décision de dédier un ministère plein à cette Renaissance culturelle et à la Modernisation sociale et la déclinaison de cette volonté politique dans la Déclaration de Politique Gé...

Mission du ministre de la renaissance culturelle dans la région de Dosso : Identifier les sites historiques pour leur re…

Mission du ministre de la renaissance culturelle dans la région de Dosso : Identifier les sites historiques pour leur revalorisation

Après avoir pris part à la 38ème édition du sabre national tenue à Tahoua, le ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, Porte-parole du gouvernement M. Assoumana Malam Issa a effectué une visite de travail dans les régions de Tahoua et Dosso. L'objectif de ce déplacement et d'identifier les sites historiques de ces deux régions.Dans la région de Dosso, la délégation ministérielle s'est rendue à Loug...

Arts et culture : Portrait de Ibrahim Abdou dit Bagobiri, artiste chanteur

Arts et culture : Portrait de Ibrahim Abdou dit Bagobiri, artiste chanteur

Rien ne prédestinait Ibrahim Abdou à devenir chanteur. Né il y a environ 51 ans à Dangouna (village situé à dix kilomètres de Dan Daji dans le département d'Illéla, région de Tahoua), il vint à Niamey où, faute de mieux, il intégra la Samaria de Banizoumbou dans laquelle il joua trois ballets et effectuera ses toutes premières tournées à Ouallam et Téra dans l'actuelle région de Tillabéri. C'était sous le régime militaire de feu le Géné...

Dosso/Culture : Haoua Capochichi, artiste et enseignante

Dosso/Culture : Haoua Capochichi, artiste et enseignante

Issue d'une famille d'artistes, Janette Haoua Capochichi est arrivée dans la musique dans les années 1999 avec l'appui de son grand frère Roger le moine, lui-même artiste musicien. Elle rejoindra par la suite le groupe Toubal où elle apprit à faire le chœur avec feu Dargné Gadeyzé.Ayant acquis assez d'expériences, cette jeune femme de 36 ans fit sortir en 2001 son premier album intitulé Sodjaï Wandiya autrement dit la copine des militai...

Interview de notre compatriote Amadou Ousmane, auteur du livre ''Notre ami Kérékou'' : ''Afin que l'Histoire n'oublie pa…

Interview de notre compatriote Amadou Ousmane, auteur du livre ''Notre ami Kérékou'' : ''Afin que l'Histoire n'oublie pas Kérékou...''

M. Amadou Ousmane, vous êtes un écrivain bien connu au Niger, mais presque pas au Bénin. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?Je suis un fonctionnaire des Nations Unies à la retraite. J'ai servi 10 ans dans les missions de paix des Nations Unies au Burundi, comme Chef de l'Information et Porte-parole. J'ai aussi servi comme Chargé de Communication au National Democratic Institute (NDI) à Niamey et à Bujumbura. Avant cela, dans mon...

Agadez /Soirées culturelles d'Agadez Sokni : La jeunesse nigérienne en redemande

Agadez /Soirées culturelles d'Agadez Sokni : La jeunesse nigérienne en redemande

Dans toutes les festivités commémoratives, les soirées culturelles ont toujours été des moments privilégiés pour réconcilier la jeunesse nigérienne avec sa culture. Agadez Sokni n'a pas dérogé à cette règle. Les nuits culturelles ont attiré et conquis un public majoritairement juvénile assoiffé de spectacles. Quant aux artistes musiciens d'Agadez comme ceux venus des 4 coins du Niger, ils ont donné le meilleur d'eux-mêmes.Les groupes mu...

Exposition à la bibliothèque de la faculté des Lettres et des Sciences Humaines (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de…

Exposition à la bibliothèque de la faculté des Lettres et des Sciences Humaines (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM) : Dialogue culturel sur l'œuvre de Miguel Cervantès

Dans le cadre de la commémoration du 4ème centenaire de l'écrivain espagnol, Miguel de Cervantes, une initiative culturelle de l'Espagne à l'étranger en 2016 à travers des expositions des dessins a été lancée au niveau des ambassades au Niger, au Mali et en Guinée, qui sont les trois pays unis par le fleuve Niger pour faire connaître davantage la figure universelle de Don Quichotte. A Niamey, la cérémonie d'ouverture de l'exposition s'e...

Soirée d'enregistrement en direct de l'émission ''Couleurs Tropicales'' sur la radio RFI : Les talents musicaux du Niger…

Soirée d'enregistrement en direct de l'émission ''Couleurs Tropicales'' sur la radio RFI : Les talents musicaux du Niger à l'honneur sur RFI

Après la région de Dosso, c'était au tour de la région de Niamey d'accueillir vendredi dernier, au palais des congrès, la soirée d'enregistrement en direct sur la radio RFI de l'émission ''Couleurs Tropicales''. Cette soirée s'est déroulée en collaboration avec le gouvernement du Niger, l'Assemblée Nationale, et le Ministère de la Renaissance Culturelle des Arts et de la Modernisation Sociale. Aussi, plusieurs sponsors dont l'Office Nat...

10ème édition du Festival International de la Mode Africaine (FIMA) : «Education, industrie pour une Afrique de métissag…

10ème édition du Festival International de la Mode Africaine (FIMA) : «Education, industrie pour une Afrique de métissage et de paix», thème de cette édition

Le ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale M. Assoumana Malam Issa a présidé, le vendredi 16 décembre dernier, à l'Arène des jeux traditionnels d'Agadez, la cérémonie de lancement de la 10ème édition du Festival International de la Mode Africaine (FIMA) 2016. Un concours Top-modèle et un concours du meilleur artisan ont été organisés en prélude à cette édition. De même le meilleur bijoutier et le m...

Le département de Tchirozérine : La troupe culturelle ''Albichir'', une fierté nationale

Le département de Tchirozérine : La troupe culturelle ''Albichir'', une fierté nationale

Après la Société Nigérienne de Charbon (SONICHAR), le nom de Tchirozérine est intimement lié à celui de la célèbre troupe culturelle de chants et danse ''Albichir''. Quel est en effet cet être normal dont le corps et l'esprit n'ont vibré aux mélodies langoureuses et cadensés de ces jeunes et splendides filles de cette contrée de l'Aïr qu'est Tchiro, dont le sous-sol est couvert de gisements de charbon, d'étain et du métal jaune qu'est l...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Pari gagné !

lundi 9 janvier 2017

Editorial : Pari gagné !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Mise en œuvre de la réforme du guichet unique auto…

Mise en œuvre de la réforme du guichet unique automobile au Niger : En finir avec les faux documents et leur corollaire de pertes énormes des recettes de l'Etat

Dans le cadre de la modernisation de l'administration des douanes afin d'améliorer ses pre...

jeudi 19 janvier 2017

SONILOGA, égalité des citoyens devant le service p…

SONILOGA, égalité des citoyens devant le service public

« Nous sommes des délégataires, et notre mission est de traduire en acte la reforme sur la...

jeudi 19 janvier 2017

Application du système du guichet unique des autom…

Application du système du guichet unique des automobiles : Complaintes des vendeurs des véhicules d'occasion

Le marché des véhicules d'occasion connait ces derniers temps dans notre pays un boulevers...

jeudi 19 janvier 2017

L'air du temps

Ces feux tricolores ''fantômes''

Ces feux tricolores ''fantômes''

Les feux optiques sont conçus pour jouer un rôle essentiel dans le dispositif de la régula...

jeudi 19 janvier 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.