Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Diouldé Laya disciple de Boubou Hama

Djioulde LayaLe temps est le meilleur juge, a-t-on coutume de dire. Une affirmation que met en évidence l'appréciation, par la postérité, des œuvres de certains illustres disparus, à l'image de Dr Diouldé Laya, intellectuel aux multiples casquettes, décédé en 2014 à l'âge de 77 ans, et lauréat, à titre posthume, du prix Boubou Hama depuis le 10 mars 2016. Une distinction qui vient quelques mois après la tenue à Niamey, en décembre 2015, du colloque international sur les sciences humaines et sociales qui était dédié au sociologue Diouldé Laya et à deux de ses collègues, le géographe Pr Arouna Hamidou Sidikou et l'archéologue Dr Boubé Gado disparus également, pour leur contribution au développement des sciences humaines et sociales au Niger et dans la région.
C'est une évidence, on ne mesure le vide laissé par une personnalité et surtout ce qu'elle a représenté dans son domaine d'activité que lorsqu'elle n'est plus là. Ce qu'illustre la cérémonie organisée le 10 mars dernier par le Ministère de la Culture, des Arts et Loisirs et qui a consacré la remise du prix Boubou Hama, édition 2015, à l'illustre homme de culture, écrivain, poète, conteur, essayiste, historien et homme politique, Dr Diouldé Laya. Les membres du jury du prix Boubou Hama, qui ont porté leur choix sur l'œuvre de Diouldé Laya, se sont conformés au ''verdict'' du temps qui est le meilleur des juges.
Polyglotte, pluridisciplinaire et progressiste, Diouldé Laya, né en 1937 à Tamou-Say au Niger, et décédé à Niamey en juillet 2014 à l'âge de 77 ans, était présenté comme un témoin avisé de son époque. Il se singularisait également par ses rapports avec autrui, son désintéressement du bien matériel et son ancrage dans sa culture. Diouldé Laya se faisait surtout remarquer par sa simplicité, cette qualité qui, selon Ghandi, caractérise les grands hommes. Mais on ne peut parler de Diouldé Laya sans évoquer sa contribution, au niveau de l'Institut de Recherches en Sciences Humaines (IRSH), et du Centre d'Etude Linguistique et Historique par Tradition Orale (CELTHO) qu'il a dirigés, respectivement entre 1970-1977 et 1977-1997. Dans le même cadre, Diouldé Laya a représenté le président Boubou Hama au comité permanent du conseil de rédaction de l'encyclopédie africaine à Accra, et a été, de 1979 à 1999, membre du comité scientifique international pour la rédaction d'une histoire générale de l'Afrique.
Tout le long de son cursus d'études supérieures, notamment à l'université de Dakar jusqu'à l'obtention d'une licence, puis d'un diplôme d'études supérieures en sociologie, ensuite à l'Université de Paris X-Nanterre où il a obtenu le diplôme de Docteur en Ethnologie en 1974, dans sa vie professionnelle, mais aussi après sa retraite de l'administration intervenue le premier janvier 1998, il n'a cessé d'écrire et de publier. Il est difficile de fixer la liste de ses publications ou écrits, qu'il n'a eu de cesse de disséminer jusqu'à la fin de sa vie. À son actif, déjà en 1972, l'édition de ''La Tradition orale : Problématique et méthodologie des sources de l'histoire africaine''. Sans être exhaustif, on peut estimer à une trentaine les travaux et autres ouvrages réalisés par Diouldé Laya ou en collaboration avec d'autres chercheurs nigériens, africains, occidentaux.
On peut citer sur l'histoire africaine, six documents et une contribution importante, huit documents sur la socio-anthropologie des Africains, neuf documents sur les problèmes de développement, trois documents sur la linguistique et l'établissement des textes oraux de littérature. Diouldé Laya était aussi un infatigable dans l'encadrement et l'orientation des chercheurs. L'homme dont on peut lire sur le CV en ce qui concerne la nationalité, la précision ''africaine (Etat du Niger)'', incarnait l'intellectuel engagé sans frontière, que rien ne laissait indifférent, témoignent ceux qui l'ont côtoyé. Son carnet d'adresses très étoffé, comportait aussi bien ses relations au Niger qui se comptaient dans tous les milieux, mais aussi des personnalités nationales comme Boubou Hama, Idé Oumarou et, au-delà, de solides relations dont Zoseph Ki Zerbo, Hamadou Hampaté Bâ, Jean Rouch, Djibril Tamsir Niane, Alpha Omar Konaré, ...
Avec celles du géographe Pr Arouna Hamidou Sidikou et l'archéologue Dr Boubé Gado, l'œuvre du sociologue Diouldé Laya était au programme du colloque international sur les sciences humaines et sociales, organisé par l'IRSH du 1er au 3 décembre 2015, et dont le thème était ''les Sciences Humaines et Sociales et le défi du développement en Afrique''.
Dr Boubé Saley Bali, qui intervenait lors de la table-ronde sur les travaux de Dr Diouldé Laya, a présenté cet intellectuel comme un pionnier dans le domaine des sciences humaines, et ''un bâtisseur infatigable qui a laissé ses empruntes indélébiles dans trois institutions considérées aujourd'hui comme les greniers du savoir nigérien (IRSH), africain (CELHTO) et mondial (Unesco)''. Avide d'échanges, Diouldé Laya était de toutes les rencontres scientifiques, groupes de recherches, missions de terrain, soutenances, colloques, conférences, et il n'hésite pas à exprimer son opinion.
''Il était l'épicentre et l'animateur scientifique des groupes de recherche, au niveau des bibliothèques de l'IRSH et la médiathèque du CELHTO. Conscient des problèmes que rencontrent les jeunes chercheurs africains à publier leurs travaux de recherche, Diouldé a initié ou soutenu, en tant que directeur d'institution, des revues comme ''Les Etudes Nigériennes'' et ''Les Cahiers du CELHTO''. Parallèlement, il a mené des travaux d'édition et de publication à travers divers ouvrages publiés sous l'égide du CELHTO, en provenance de l'aire d'action du Centre'', témoigne Dr Boubé Saley Bali.
''Mais s'il y a un domaine dans lequel Diouldé Laya a été d'une importance capitale pour le monde de la recherche et de l'activité d'écriture en général, c'est certainement celui de correcteur de textes. Il a été, pour plusieurs jeunes chercheurs, un second directeur de thèse ou l'évaluateur d'articles. Il les a accompagnés par le diagnostic, la correction, la réorganisation du texte et, souvent même, au niveau de la réécriture. Ce professionnel a été couronné par sa présence, de 1979-1997, en tant que membre, au Comité Scientifique International pour la Rédaction d'une Histoire Générale de l'Afrique (UNESCO)'', estime Dr Boubé Saley Bali.
Parlant de la contribution de Diouldé Laya pour le CELTHO, M. Benjamin Gnaléga racontait, avec beaucoup de nostalgie, que ''Diouldé a contribué à l'acquisition, par le CELTHO, d'une abondante et bonne moisson à travers les livres qu'il a écrits lui-même ou ceux dont il a participé à l'édition. Même admis à faire valoir ses droits à la retraite, Diouldé a continué à fréquenter le Centre tout en prodiguant ses conseils aux experts qui viennent y travailler. Il a travaillé de façon étroite avec tous les coordonnateurs qui se sont succédé. C'est pourquoi la Médiathèque a été baptisée de son illustre nom le 25 mai 2015''. Cet intellectuel, avide de débats, était aussi engagé dans la vie associative et syndicale à travers l'Union des Scolaires Nigériens (USN) et l'Association Timidria. Il était de la lutte pour l'instauration de la démocratie, pour la fin de l'esclavage, en combattant pour la pénalisation de l'esclavage comme crime au Niger, et en même temps, un défenseur des us et coutumes, des croyances et des symboles historiques.
Ecrire, aider, et accompagner les autres, constituaient pour lui des actes ''d'affirmation de soi et de foi'', un devoir envers son Continent dont il était fier d'affirmer la culture, de faire connaitre l'histoire, avec l'espoir de ''coudre une nouvelle identité, celle du métissage'', que ce polyglotte, de ''nationalité africaine'' a su bien incarner.

Souley Moutari(onep)
www.lesahel.org

Culture

Point de presse du ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur la tenue du Festival de l'Air : Pour la relance du tourism…

Point de presse du ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur la tenue du Festival de l'Air : Pour la relance du tourisme au Niger

C'est en prélude à la 12ème édition du Festival de l'Air, qui est un grand événement touristique pour le Niger en général et particulièrement pour la région d'Agadez, que le ministre du Tourisme et de l'Artisanat M. Ahmed Boto a animé samedi dernier, dans la salle de réunions dudit ministère, un point presse pour le lancement des préparatifs de ce rendez vous. Le festival de l'Air, édition 2017 est prévu du 10 au 12 mars prochain à Ifer...

Théâtre : « La petite orange de ma mère » de Mamane M.I. Zeinabou : Sexe, sueur, salive et sang

Théâtre : « La petite orange de ma mère » de Mamane M.I. Zeinabou : Sexe, sueur, salive et sang

Le monologue, « la petite orange de ma mère » est une pièce écrite, mise en scène et jouée par Mamane Malam Issoufou Zeinabou, étudiante en master2 Arts du spectacle à la Faculté des Lettres et Sciences Humaine (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM). La pièce a été jouée la nuit du 27 janvier 2017 sur la scène « plein air », échafaudée dans l'enceinte de la FLSH, à l'occasion de la journée événement de la filière Arts du ...

Rétrospective 2016/ Secteur de la Culture : La Renaissance culturelle en marche

Rétrospective 2016/ Secteur de la Culture : La Renaissance culturelle en marche

Année électorale, 2016 a surtout brillé, au plan culturel, par trois actes majeurs : le choix du Président de la République, Chef de l'Etat, de « Promouvoir la renaissance culturelle » au rang de premier « axe prioritaire » de son second mandat (2016-2021), sa décision de dédier un ministère plein à cette Renaissance culturelle et à la Modernisation sociale et la déclinaison de cette volonté politique dans la Déclaration de Politique Gé...

Mission du ministre de la renaissance culturelle dans la région de Dosso : Identifier les sites historiques pour leur re…

Mission du ministre de la renaissance culturelle dans la région de Dosso : Identifier les sites historiques pour leur revalorisation

Après avoir pris part à la 38ème édition du sabre national tenue à Tahoua, le ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, Porte-parole du gouvernement M. Assoumana Malam Issa a effectué une visite de travail dans les régions de Tahoua et Dosso. L'objectif de ce déplacement et d'identifier les sites historiques de ces deux régions.Dans la région de Dosso, la délégation ministérielle s'est rendue à Loug...

Arts et culture : Portrait de Ibrahim Abdou dit Bagobiri, artiste chanteur

Arts et culture : Portrait de Ibrahim Abdou dit Bagobiri, artiste chanteur

Rien ne prédestinait Ibrahim Abdou à devenir chanteur. Né il y a environ 51 ans à Dangouna (village situé à dix kilomètres de Dan Daji dans le département d'Illéla, région de Tahoua), il vint à Niamey où, faute de mieux, il intégra la Samaria de Banizoumbou dans laquelle il joua trois ballets et effectuera ses toutes premières tournées à Ouallam et Téra dans l'actuelle région de Tillabéri. C'était sous le régime militaire de feu le Géné...

Dosso/Culture : Haoua Capochichi, artiste et enseignante

Dosso/Culture : Haoua Capochichi, artiste et enseignante

Issue d'une famille d'artistes, Janette Haoua Capochichi est arrivée dans la musique dans les années 1999 avec l'appui de son grand frère Roger le moine, lui-même artiste musicien. Elle rejoindra par la suite le groupe Toubal où elle apprit à faire le chœur avec feu Dargné Gadeyzé.Ayant acquis assez d'expériences, cette jeune femme de 36 ans fit sortir en 2001 son premier album intitulé Sodjaï Wandiya autrement dit la copine des militai...

Interview de notre compatriote Amadou Ousmane, auteur du livre ''Notre ami Kérékou'' : ''Afin que l'Histoire n'oublie pa…

Interview de notre compatriote Amadou Ousmane, auteur du livre ''Notre ami Kérékou'' : ''Afin que l'Histoire n'oublie pas Kérékou...''

M. Amadou Ousmane, vous êtes un écrivain bien connu au Niger, mais presque pas au Bénin. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?Je suis un fonctionnaire des Nations Unies à la retraite. J'ai servi 10 ans dans les missions de paix des Nations Unies au Burundi, comme Chef de l'Information et Porte-parole. J'ai aussi servi comme Chargé de Communication au National Democratic Institute (NDI) à Niamey et à Bujumbura. Avant cela, dans mon...

Agadez /Soirées culturelles d'Agadez Sokni : La jeunesse nigérienne en redemande

Agadez /Soirées culturelles d'Agadez Sokni : La jeunesse nigérienne en redemande

Dans toutes les festivités commémoratives, les soirées culturelles ont toujours été des moments privilégiés pour réconcilier la jeunesse nigérienne avec sa culture. Agadez Sokni n'a pas dérogé à cette règle. Les nuits culturelles ont attiré et conquis un public majoritairement juvénile assoiffé de spectacles. Quant aux artistes musiciens d'Agadez comme ceux venus des 4 coins du Niger, ils ont donné le meilleur d'eux-mêmes.Les groupes mu...

Exposition à la bibliothèque de la faculté des Lettres et des Sciences Humaines (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de…

Exposition à la bibliothèque de la faculté des Lettres et des Sciences Humaines (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM) : Dialogue culturel sur l'œuvre de Miguel Cervantès

Dans le cadre de la commémoration du 4ème centenaire de l'écrivain espagnol, Miguel de Cervantes, une initiative culturelle de l'Espagne à l'étranger en 2016 à travers des expositions des dessins a été lancée au niveau des ambassades au Niger, au Mali et en Guinée, qui sont les trois pays unis par le fleuve Niger pour faire connaître davantage la figure universelle de Don Quichotte. A Niamey, la cérémonie d'ouverture de l'exposition s'e...

Soirée d'enregistrement en direct de l'émission ''Couleurs Tropicales'' sur la radio RFI : Les talents musicaux du Niger…

Soirée d'enregistrement en direct de l'émission ''Couleurs Tropicales'' sur la radio RFI : Les talents musicaux du Niger à l'honneur sur RFI

Après la région de Dosso, c'était au tour de la région de Niamey d'accueillir vendredi dernier, au palais des congrès, la soirée d'enregistrement en direct sur la radio RFI de l'émission ''Couleurs Tropicales''. Cette soirée s'est déroulée en collaboration avec le gouvernement du Niger, l'Assemblée Nationale, et le Ministère de la Renaissance Culturelle des Arts et de la Modernisation Sociale. Aussi, plusieurs sponsors dont l'Office Nat...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Pari gagné !

lundi 9 janvier 2017

Editorial : Pari gagné !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Insalubrité dans la ville de Niamey : Un changemen…

Insalubrité dans la ville de Niamey : Un changement de comportement du citoyen s'impose

La ville de Niamey est salle. On ne le dira jamais assez. Mais le plus inquiétant est que ...

jeudi 16 février 2017

Salubrité urbaine : Beaucoup reste à faire pour as…

Salubrité urbaine : Beaucoup reste à faire pour assurer la propreté de nos villes et campagnes

A voir les monticules et même les montagnes de déchets solides ainsi que les mares et rivi...

jeudi 16 février 2017

Insalubrité urbaine

Insalubrité urbaine

A une heure indue de la nuit, nombreux sont les noctambules qui voient ces braves hommes e...

jeudi 16 février 2017

L'air du temps

La Saint Valentin ou l'heure de vérité

La Saint Valentin ou l'heure de vérité

Mardi dernier, les jeunes ont fêté la Saint-Valentin ou la fête des amoureux. L'occasion é...

jeudi 16 février 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.