Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Diouldé Laya disciple de Boubou Hama

Djioulde LayaLe temps est le meilleur juge, a-t-on coutume de dire. Une affirmation que met en évidence l'appréciation, par la postérité, des œuvres de certains illustres disparus, à l'image de Dr Diouldé Laya, intellectuel aux multiples casquettes, décédé en 2014 à l'âge de 77 ans, et lauréat, à titre posthume, du prix Boubou Hama depuis le 10 mars 2016. Une distinction qui vient quelques mois après la tenue à Niamey, en décembre 2015, du colloque international sur les sciences humaines et sociales qui était dédié au sociologue Diouldé Laya et à deux de ses collègues, le géographe Pr Arouna Hamidou Sidikou et l'archéologue Dr Boubé Gado disparus également, pour leur contribution au développement des sciences humaines et sociales au Niger et dans la région.
C'est une évidence, on ne mesure le vide laissé par une personnalité et surtout ce qu'elle a représenté dans son domaine d'activité que lorsqu'elle n'est plus là. Ce qu'illustre la cérémonie organisée le 10 mars dernier par le Ministère de la Culture, des Arts et Loisirs et qui a consacré la remise du prix Boubou Hama, édition 2015, à l'illustre homme de culture, écrivain, poète, conteur, essayiste, historien et homme politique, Dr Diouldé Laya. Les membres du jury du prix Boubou Hama, qui ont porté leur choix sur l'œuvre de Diouldé Laya, se sont conformés au ''verdict'' du temps qui est le meilleur des juges.
Polyglotte, pluridisciplinaire et progressiste, Diouldé Laya, né en 1937 à Tamou-Say au Niger, et décédé à Niamey en juillet 2014 à l'âge de 77 ans, était présenté comme un témoin avisé de son époque. Il se singularisait également par ses rapports avec autrui, son désintéressement du bien matériel et son ancrage dans sa culture. Diouldé Laya se faisait surtout remarquer par sa simplicité, cette qualité qui, selon Ghandi, caractérise les grands hommes. Mais on ne peut parler de Diouldé Laya sans évoquer sa contribution, au niveau de l'Institut de Recherches en Sciences Humaines (IRSH), et du Centre d'Etude Linguistique et Historique par Tradition Orale (CELTHO) qu'il a dirigés, respectivement entre 1970-1977 et 1977-1997. Dans le même cadre, Diouldé Laya a représenté le président Boubou Hama au comité permanent du conseil de rédaction de l'encyclopédie africaine à Accra, et a été, de 1979 à 1999, membre du comité scientifique international pour la rédaction d'une histoire générale de l'Afrique.
Tout le long de son cursus d'études supérieures, notamment à l'université de Dakar jusqu'à l'obtention d'une licence, puis d'un diplôme d'études supérieures en sociologie, ensuite à l'Université de Paris X-Nanterre où il a obtenu le diplôme de Docteur en Ethnologie en 1974, dans sa vie professionnelle, mais aussi après sa retraite de l'administration intervenue le premier janvier 1998, il n'a cessé d'écrire et de publier. Il est difficile de fixer la liste de ses publications ou écrits, qu'il n'a eu de cesse de disséminer jusqu'à la fin de sa vie. À son actif, déjà en 1972, l'édition de ''La Tradition orale : Problématique et méthodologie des sources de l'histoire africaine''. Sans être exhaustif, on peut estimer à une trentaine les travaux et autres ouvrages réalisés par Diouldé Laya ou en collaboration avec d'autres chercheurs nigériens, africains, occidentaux.
On peut citer sur l'histoire africaine, six documents et une contribution importante, huit documents sur la socio-anthropologie des Africains, neuf documents sur les problèmes de développement, trois documents sur la linguistique et l'établissement des textes oraux de littérature. Diouldé Laya était aussi un infatigable dans l'encadrement et l'orientation des chercheurs. L'homme dont on peut lire sur le CV en ce qui concerne la nationalité, la précision ''africaine (Etat du Niger)'', incarnait l'intellectuel engagé sans frontière, que rien ne laissait indifférent, témoignent ceux qui l'ont côtoyé. Son carnet d'adresses très étoffé, comportait aussi bien ses relations au Niger qui se comptaient dans tous les milieux, mais aussi des personnalités nationales comme Boubou Hama, Idé Oumarou et, au-delà, de solides relations dont Zoseph Ki Zerbo, Hamadou Hampaté Bâ, Jean Rouch, Djibril Tamsir Niane, Alpha Omar Konaré, ...
Avec celles du géographe Pr Arouna Hamidou Sidikou et l'archéologue Dr Boubé Gado, l'œuvre du sociologue Diouldé Laya était au programme du colloque international sur les sciences humaines et sociales, organisé par l'IRSH du 1er au 3 décembre 2015, et dont le thème était ''les Sciences Humaines et Sociales et le défi du développement en Afrique''.
Dr Boubé Saley Bali, qui intervenait lors de la table-ronde sur les travaux de Dr Diouldé Laya, a présenté cet intellectuel comme un pionnier dans le domaine des sciences humaines, et ''un bâtisseur infatigable qui a laissé ses empruntes indélébiles dans trois institutions considérées aujourd'hui comme les greniers du savoir nigérien (IRSH), africain (CELHTO) et mondial (Unesco)''. Avide d'échanges, Diouldé Laya était de toutes les rencontres scientifiques, groupes de recherches, missions de terrain, soutenances, colloques, conférences, et il n'hésite pas à exprimer son opinion.
''Il était l'épicentre et l'animateur scientifique des groupes de recherche, au niveau des bibliothèques de l'IRSH et la médiathèque du CELHTO. Conscient des problèmes que rencontrent les jeunes chercheurs africains à publier leurs travaux de recherche, Diouldé a initié ou soutenu, en tant que directeur d'institution, des revues comme ''Les Etudes Nigériennes'' et ''Les Cahiers du CELHTO''. Parallèlement, il a mené des travaux d'édition et de publication à travers divers ouvrages publiés sous l'égide du CELHTO, en provenance de l'aire d'action du Centre'', témoigne Dr Boubé Saley Bali.
''Mais s'il y a un domaine dans lequel Diouldé Laya a été d'une importance capitale pour le monde de la recherche et de l'activité d'écriture en général, c'est certainement celui de correcteur de textes. Il a été, pour plusieurs jeunes chercheurs, un second directeur de thèse ou l'évaluateur d'articles. Il les a accompagnés par le diagnostic, la correction, la réorganisation du texte et, souvent même, au niveau de la réécriture. Ce professionnel a été couronné par sa présence, de 1979-1997, en tant que membre, au Comité Scientifique International pour la Rédaction d'une Histoire Générale de l'Afrique (UNESCO)'', estime Dr Boubé Saley Bali.
Parlant de la contribution de Diouldé Laya pour le CELTHO, M. Benjamin Gnaléga racontait, avec beaucoup de nostalgie, que ''Diouldé a contribué à l'acquisition, par le CELTHO, d'une abondante et bonne moisson à travers les livres qu'il a écrits lui-même ou ceux dont il a participé à l'édition. Même admis à faire valoir ses droits à la retraite, Diouldé a continué à fréquenter le Centre tout en prodiguant ses conseils aux experts qui viennent y travailler. Il a travaillé de façon étroite avec tous les coordonnateurs qui se sont succédé. C'est pourquoi la Médiathèque a été baptisée de son illustre nom le 25 mai 2015''. Cet intellectuel, avide de débats, était aussi engagé dans la vie associative et syndicale à travers l'Union des Scolaires Nigériens (USN) et l'Association Timidria. Il était de la lutte pour l'instauration de la démocratie, pour la fin de l'esclavage, en combattant pour la pénalisation de l'esclavage comme crime au Niger, et en même temps, un défenseur des us et coutumes, des croyances et des symboles historiques.
Ecrire, aider, et accompagner les autres, constituaient pour lui des actes ''d'affirmation de soi et de foi'', un devoir envers son Continent dont il était fier d'affirmer la culture, de faire connaitre l'histoire, avec l'espoir de ''coudre une nouvelle identité, celle du métissage'', que ce polyglotte, de ''nationalité africaine'' a su bien incarner.

Souley Moutari(onep)
www.lesahel.org

Culture

8emes Jeux de la Francophonie à Abidjan : Concours de conte : la qualité de la prestation de notre compatriote Aminatou …

8emes Jeux de la Francophonie à Abidjan : Concours de conte : la qualité de la prestation de notre compatriote Aminatou Yaou Alla reconnue par le public

Les cinq finalistes du concours de conte sont connus. Il s'agit des conteurs du Liban, du Congo Brazzaville, du Canada, de la Guinée et de la France. Ces cinq sélectionnés se retrouveront pour la grande finale du concours de conte. C'est à l'issue de quatre jours de compétition au cours desquels 20 pays se sont affrontés, qu'ils ont pu valider leur ticket.Cependant, la publication des résultats par le jury a suscité quelques grincements...

Portraits d'artistes slameurs : Hamani Kassoum, Jhonel, l'auteur de ''Niamey la cour commune''

Portraits d'artistes slameurs : Hamani Kassoum, Jhonel, l'auteur de ''Niamey la cour commune''

L'artiste Jhonel, de son vrai nom Hamani Kassoum, est né le 3 juin 1984 à Niamey; il est de teint noir, mince, avec une taille moyenne. Toujours souriant, Jhonel a le plus souvent un style vestimentaire typiquement afro. Avec une voix agréable, ses titres sont sans reproches. Ses prestations notamment sur le petit écran, lui valent estime et considération. Il chante en français et aussi en langue locale. Son talent dans l'art de manier ...

8èmes Jeux de la Francophonie, à Abidjan (Côte d'Ivoire) : Notre compatriote Razak René Joli remporte la Médaille d'or d…

8èmes Jeux de la Francophonie, à Abidjan (Côte d'Ivoire) : Notre compatriote Razak René Joli remporte la Médaille d'or du concours de littérature

Le Niger vient de décrocher sa première médaille aux 8èmes jeux de la Francophonie qui battent leur plein depuis à Abidjan. En effet, notre jeune compatriote, le nouvelliste Razak René Joli, a remporté, mardi dernier, la médaille d'or du concours de littérature dans la catégorie Nouvelle, avec son œuvre présentée sous le titre " L'Homme qui donnait des baisers au vent".Cette médaille d'or du jeune nouvelliste, qui vient compenser les la...

IVème Conférences des ministres francophones en charge de la Culture : Une déclaration et un plan d'action en vue d'une …

IVème Conférences des ministres francophones en charge de la Culture : Une déclaration et un plan d'action en vue d'une contribution de la culture au développement durable

En marge des VIIIème Jeux de la Francophonie qu'organise la Côte d'Ivoire, Abidjan a accueilli les 22 et 23 juillet la IVème Conférence des ministres francophones en charge de la culture. Cette rencontre se tient seize ans après celle de Cotonou en 2001, dans un contexte, bien différent de celui d'alors, aussi bien pour la Côte d'Ivoire que pour le monde entier.«Nous sommes ici, aujourd'hui, parce que Francophonie et diversité culturell...

mode et beauté : Quand les tresses traditionnelles remplacent les gros grains

mode et beauté : Quand les tresses traditionnelles remplacent les gros grains

Ces dernières années, les jeunes filles et femmes de Niamey optent plus pour les petites tresses traditionnelles sans mèches à défaut des tresses dites ''gros grains'' qui sont faites avec des mèches. Ce sont des tresses faciles à réaliser, prennent environ deux heures d'horloge pour les tresseuses. Elles ont l'avantage de s'entretenir facilement et de ne causer aucun dommage sur le cuir chevelu si sensible. Les professionnelles de ces ...

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

Dans un univers musical nigérien totalement dominé par des hommes, Philomène fait partie des rares femmes qui essaient de s'affirmer et d'émerger.Depuis son jeune âge, elle chante dans les gospels, les chorales des églises. A dix ans déjà, elle passait tout son temps à chanter et à danser. Une décennie après, elle s'est frayée un chemin dans un monde fait de hauts et de bas ; elle possède une voix angélique qui fait d'elle aujourd'hui u...

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur…

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur"

Le Niger sera représenté à la 17ème édition de Clap Ivoire qui se tiendra du 4 au 10 septembre par les réalisateurs Oumarou Kadry Koda en catégorie documentaire avec " Nos faiseurs de bonheur" et Abdoul Rachid Amadou Sanda Maïga avec la fiction "Epris d'une mère".Les représentants du Niger à ce festival de concours de court métrage destiné aux jeunes ressortissants et résidents des pays membres de l'UEMOA ont été sélectionnés le 17 juil...

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseig…

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseignement, d'éducation notamment historique »

Mohamed Elkebir est un jeune réalisateur nigérien et promoteur du label Sahara Niger. Après ses études secondaires au Niger, il a continué ses études au Burkina Faso, au Ghana puis en Côte d'Ivoire où il a reçu plusieurs formations. Il est aussi un acteur de la société civile, membre de l'association « Jeunesse active du Niger ».Dès son retour au pays, il s'est inscrit à l'UAM où il décrocha un diplôme puis travailla dans une compagnie ...

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très …

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très importante dans l'éveil des consciences »

À l'état civil il est Ibrahim Oumarou Yacouba, mais son nom de scène est "Sage Soldat". Après des études en droit des affaires, parallèlement à ses activités de chanteur de reggae, "Sage Soldat" s'est retourné vers des études beaucoup plus en phase avec sa passion, car il est étudiant en Master 1 en Arts et Culture à l'université de Niamey. Actuellement il est à Dakar dans le cadre de son stage professionnel à Africulturban, une associa...

Le port de natte par les femmes d'Abalak : Une pratique culturelle spécifique en voie de disparition

Situé à 135 km au nord de Tahoua sur la route d'Agadez, la ville d'Abalak chef-lieu du département du même nom, regorge d'énormes potentialités pastorales, culturelles et artisanales. Parmi les potentialités culturelles on peut citer le port de natte chez les femmes. Cette pratique est, pour la femme touareg, ce qu'est le hijab autrement dit le voile chez les femmes arabes. Le port de natte rêvait donc une fonction socioculturelle qui f...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

Les vendeuses de Tigadigué souhaitent un appui pou…

Les vendeuses de Tigadigué souhaitent un appui pour rentabiliser leurs activités

Au marché central de Dosso règne une vive animation chez les vendeuses d'huile d'arachide,...

vendredi 28 juillet 2017

Appuis de la Direction régionale de la Promotion d…

Appuis de la Direction régionale de la Promotion de la femme aux femmes extractrices d'huile d'arachide

  Les femmes de Dosso qui extraient l'huile d'arachide ont bénéficié de la direction...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Ces volants fous de la capitale

Ces volants fous de la capitale

On ne sait pas encore comment. Mais, pour sûr, il faut trouver une solution urgente au pro...

vendredi 28 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.