Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Critique d'art : Des journalistes culturels francophones réunis à Abidjan (RCI)

Une-vue-des-participants--la-session-de-formationL'Académie des Sciences, des Arts, des Cultures d'Afrique et des Diasporas (ASCAD) d'Abidjan en Côte d'Ivoire a organisé, du 25 au 29 juillet 2016 un « séminaire international de critique d'Art à l'attention de journalistes culturels d'Afrique francophone».
La cinquantaine de participants était composée de journalistes originaires du Burkina Faso, du
Cameroun, du Congo-Brazzaville, du Congo-Kinshasa, du Niger, du Sénégal et de Côte d'Ivoire bien sûr mais aussi de professeurs d'université, de responsables de galeries, de commissaires d'exposition et d'artistes peintres. Les travaux, coordonnés par M. Yacouba Konaté, Professeur des Universités, critique d'art et Etudes africaines à l'Université d'Abidjan-Cocody, se sont déroulés à la Rotonde des Arts sise au quartier Plateau de la capitale ivoirienne.
Le discours d'ouverture a été prononcé par le président de l'ASCAD, le Professeur Aïdara Daouda, qui a souhaité la bienvenue aux participants et souligné l'importance de cette rencontre qui doit permettre aux journalistes culturels de mieux comprendre le «langage plastique ».
L'honneur est revenu au Français d'origine espagnole Ramon Tio Bellido, une des figures de proue de l'Association internationale des critiques d'art (AICA), de présenter la première communication à ce séminaire international de critique d'art. M. Tio Bellido a ainsi présenté un «Panorama des grandes figures de l'histoire de l'art en Occident ».
Entrant plus dans le vif du sujet, Mme Simone Guirandou, propriétaire de la galerie d'art Louis Simone Guirandou d'Abidjan, s'est appesanti sur le «langage plastique» proprement. « Comment regarder et lire un tableau ou une sculpture ? » : tel était l'objectif de cette brillante communication.
La troisième communication fut présentée par le Pr. Yacouba Konaté. Il y a évoqué « quelques repères dans l'art moderne et contemporain en Afrique » avec un accent sur ce qu'il appelle les « couleurs africaines » (blanc, noir, rouge) et les matériaux et techniques de composition des œuvres. La dernière communication, présentée par M. Tio Bellido, a porté sur « les grandes expositions internationales » d'art.
Les journalistes culturels participant au séminaire ont par la suite été scindés en deux groupes pour visiter des expositions. Le premier est allé à la galerie Louis Simone Guirandou et à la galerie «Houkami Guyzagn » de M. Thierry Dias ; le second, à la galerie Cécile Fakhoury. A la galerie de Mme Simone Guirandou, on a eu droit à une exposition de photos de l'Ivoiro-brésilienne Loza Malheombho. Il s'agit en fait d'un travail artistique original basé sur des «selfies » de Loza elle-même portant ou tenant divers animaux, coiffures ou objets qu'on n'associe pas couramment. La scénographie de l'exposition des vingt tableaux de Loza est agrémentée de meubles design du Franco-sénégalais David Guyot et de Issa Diabaté ainsi que de poteries ghanéennes et d'un meuble à base de matériaux de récupération.
Notons que la galerie Louis Simone Guirandou, ouverte le 10 décembre 2015 au quartier Cocody, est très connue, d'autant qu'elle jouxte le Goethe Institut ou Centre culturel allemand d'Abidjan. A la galerie « Houkami Guyzagn » de M. Thierry Dias, les tableaux, de diverses dimensions, sont accrochés aux murs sans ordre mais, ici, l'essentiel est ailleurs. En effet, cette galerie a vocation à « détecter, promouvoir et développer les œuvres de plasticiens et de sculpteurs, en organisant des expositions, des rencontres et des débats autour de l'art ». Pour ce faire, la galerie dispose d'un atelier de travail, de chambres et même d'un bar-restaurant en vue d'accueillir des artistes voulant d'une bonne retraite pour créer...
Après ces visites, les participants ont été conviés au montage de l'exposition « Diasporas » à la Rotonde des Arts. Histoire de connaître les dessous de cartes. Pour couronner le tout, ils ont été soumis à des «essais critiques» et au vernissage de l'exposition «Diasporas». Ils ont ainsi pu apprécier des œuvres des artistes peintres N'guessan Kra et Pascal Nanpemanla avant d'échanger librement, au finish, autour d'un pot offert par l'ASCAD. D'où il ressort la nécessité de créer un réseau africain de critiques d'art pour encourager les arts plastiques.
Soulé Manzo, Envoyé spécial

Culture

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

Dans un univers musical nigérien totalement dominé par des hommes, Philomène fait partie des rares femmes qui essaient de s'affirmer et d'émerger.Depuis son jeune âge, elle chante dans les gospels, les chorales des églises. A dix ans déjà, elle passait tout son temps à chanter et à danser. Une décennie après, elle s'est frayée un chemin dans un monde fait de hauts et de bas ; elle possède une voix angélique qui fait d'elle aujourd'hui u...

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur…

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur"

Le Niger sera représenté à la 17ème édition de Clap Ivoire qui se tiendra du 4 au 10 septembre par les réalisateurs Oumarou Kadry Koda en catégorie documentaire avec " Nos faiseurs de bonheur" et Abdoul Rachid Amadou Sanda Maïga avec la fiction "Epris d'une mère".Les représentants du Niger à ce festival de concours de court métrage destiné aux jeunes ressortissants et résidents des pays membres de l'UEMOA ont été sélectionnés le 17 juil...

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseig…

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseignement, d'éducation notamment historique »

Mohamed Elkebir est un jeune réalisateur nigérien et promoteur du label Sahara Niger. Après ses études secondaires au Niger, il a continué ses études au Burkina Faso, au Ghana puis en Côte d'Ivoire où il a reçu plusieurs formations. Il est aussi un acteur de la société civile, membre de l'association « Jeunesse active du Niger ».Dès son retour au pays, il s'est inscrit à l'UAM où il décrocha un diplôme puis travailla dans une compagnie ...

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très …

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très importante dans l'éveil des consciences »

À l'état civil il est Ibrahim Oumarou Yacouba, mais son nom de scène est "Sage Soldat". Après des études en droit des affaires, parallèlement à ses activités de chanteur de reggae, "Sage Soldat" s'est retourné vers des études beaucoup plus en phase avec sa passion, car il est étudiant en Master 1 en Arts et Culture à l'université de Niamey. Actuellement il est à Dakar dans le cadre de son stage professionnel à Africulturban, une associa...

Le port de natte par les femmes d'Abalak : Une pratique culturelle spécifique en voie de disparition

Situé à 135 km au nord de Tahoua sur la route d'Agadez, la ville d'Abalak chef-lieu du département du même nom, regorge d'énormes potentialités pastorales, culturelles et artisanales. Parmi les potentialités culturelles on peut citer le port de natte chez les femmes. Cette pratique est, pour la femme touareg, ce qu'est le hijab autrement dit le voile chez les femmes arabes. Le port de natte rêvait donc une fonction socioculturelle qui f...

À la découverte du dromadaire : Le fidèle compagnon des peuples nomades

Appartenant au même genre biologique que le chameau qui, lui à une ou deux bosses selon son origine, le dromadaire appartient au genre camélus apparu il ya cinquante millions d'années. Il se distingue des autres mammifères par la longueur de son cou et la nature de ses pieds dépourvu de sabots. C'est cette élégante bête qui est l'animal emblématique de la région de Tahoua dont la présence est illustrée à l'entrée de la ville à travers u...

Culture : Mlle Mariama Daouda : revaloriser la croix d'Agadez à travers la maroquinerie

Culture : Mlle Mariama Daouda : revaloriser la croix d'Agadez à travers la maroquinerie

Au Niger, le secteur de la mode regorge de talents, mais peine à prendre un envol véritable. C'est pourtant un monde riche et varié où, on peut gagner son pain à la sueur de son front. Développer une nouvelle approche dans ce secteur, c'est le challenge que s'est fixé Melle Mariama Daouda en réalisant la nouvelle marque d'accessoires ''zamany accessory''. C'est avec des matériaux de chez nous, qu'elle confectionne des sacs ''made in Nig...

Portrait/Abdoul Karim Elhadj Adamou, artiste : L'auteur de la marionnette Toukourourou, l'enfant terrible

Portrait/Abdoul Karim Elhadj Adamou, artiste : L'auteur de la marionnette Toukourourou, l'enfant terrible

Les marionnettes sont des figurines, des pantins ou des poupées qu'on fait bouger à travers des fils donnant l'impression d'une scène animée. Les artistes animateurs de théâtre de marionnettes ne courent pas les rues au Niger. Abdoul Karim Elhadj Adamou en est un. Agé de 36 ans, il est étudiant en Master2 « art et spectacle» à la Faculté de Littérature, Art et Communication de l'Université de Niamey. Il a commencé à s'intéresser au spec...

Phénomène de mode : ''Goggoro et bonnet'', des foulards en vogue à Niamey

Phénomène de mode : ''Goggoro et bonnet'', des foulards en vogue à Niamey

Les foulards Gogoro ou Achoké, étaient à l'origine des foulards portés par les femmes yoruba. Mais ces derniers temps on est de suite frappé, à l'occasion des cérémonies et de certaines occasions de réjouissance, par la forte présence de ces gros foulards communément appelés "Goggoro" ou "Achoké" de plus en plus à la mode chez les femmes de la capitale. Longtemps importés, ces foulards sont présentement confectionnés dans des salons de ...

L'imzad : Immortaliser ce violon au son cristallin qui se joue avec le cœur

L'imzad : Immortaliser ce violon au son cristallin qui se joue avec le cœur

L'imzad ou inzad, dont le nom signifie "crin de cheval" dans la langue tamatcheq, est un violon monocorde, joué exclusivement par les femmes Touareg et accompagné de poèmes et chants des hommes.Cet instrument de musique traditionnelle typiquement touareg a une longue histoire derrière ses airs cristallins qui vous bercent le cœur pour un long et mélodieux voyage sur les dunes de sable du désert, du Niger jusqu'en Algérie. Selon certaine...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Problématique de la disponibilité et de la gestion…

Problématique de la disponibilité et de la gestion du sang au niveau des centres de soins de Niamey : Entre insuffisance et sous-information

La quantité de sang reçue par le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) est actuel...

vendredi 21 juillet 2017

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispos…

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispositions prises pour éviter toute fraude

Le Centre Hospitalier Régional de Niamey, communément appelé maternité Poudrière, dispose ...

vendredi 21 juillet 2017

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidélise…

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidéliser les donneurs

Tchémaya qui signifie en haoussa, tchéton rey na mataa daa yara autrement dit sauver la vi...

vendredi 21 juillet 2017

L'air du temps

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Des milliers de jeunes gens, filles et garçons, attroupés autour d'un espace dégagé. Au mi...

vendredi 21 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.