Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Concours de danse inter-fadas des jeunes du quartier Banga Bana/5ème Arrondissement : Quand la jeunesse fraternise à travers la distraction

DSC08116-danseurLes grandes vacances sont l'occasion pour les jeunes scolaires de s'adonner à diverses activités et manifestations sociales, culturelles ou sportives un peu partout à travers le pays. Si le Tournoi des grandes vacances (TGV) reste la manifestation la plus connue, il n'en demeure pas moins que d'autres activités voient le jour. Ainsi des rencontres en tout genre sont organisées au profit des jeunes ou à leur propre initiative. A Niamey, les quartiers sont très animés du début à la fin des vacances. C'est le cas du quartier Banga Bana dans le 5ème Arrondissement Communal de Niamey où des jeunes regroupés au sein des Fadas, ont organisé un concours de danse inter fadas. A l'image des concours de Break dance qui passent sur certains médias internationaux, les jeunes du 5ème arrondissement ont décidé de l'organiser à leur manière.
Cette initiative des jeunes élèves vacanciers est à sa troisième édition. En effet, le jeudi 11 aout dernier, les jeunes issus de 37 groupes ou fadas ont animé les rues du quartier Banga Bana (vers l'école Tassoukonou) au rythme des musiques urbaines en particulier le très célèbre Couper-décaler en vogue dans la sous région et même au delà. Les populations riveraines du lieu de ce regroupement des jeunes pensaient qu'il s'agit d'une veillée d'un mariage ou d'un baptême. Les jeunes (filles et garçons) et les enfants se sont mobilisés assister spectacle gratuit qui s'offre à eux. De passage dans ce quartier nous nous avons été attiré par l'ambiance. L'un des organisateurs Abdoul Nasser Aleouma dit Wizi nous a expliqué l'objectif et le déroulement de cette initiative soulignant que ce concours de danse est organisé chaque année. « Nous somme à notre 3ème édition alors qu'y a des groupes qui sont à leur 5ème ou 6ème édition » dit-il.
Comment s'organise cette manifestation ? D'après Abdoul Nasser, c'est une initiative des groupes qui vise à permettre aux anciens camarades d'école de se retrouver pendant les vacances pour fraterniser et se faire d'autres amis. « Cette occasion est la seule que nous avons à Harobanda pour notre épanouissement » confie-t-il. Et d'ajouter que chaque groupe s'organise à son sein pour faire des cotisations 100f, 200f par personne et par semaine ou par jour. Quand l'argent est réuni le groupe rentre dans l'organisation. L'organisation est spontanée parce que chaque groupe voulait être le premier à organiser cette activité. D'après M. Ismail Hamidou dit « Debordo », dès que les vacances s'annoncent beaucoup d'entre eux sinon tous, font des activités génératrices de revenu comme l'apprenti mécanicien, apprenti manœuvre, petit commerce pour avoir de quoi s'acquitter de ses cotisations.
L'organisation d'une telle activité ne demande pas beaucoup de moyens. Entre 25000 à 30000 fcfa suffisent pour accueillir le concours, parce que l'objectif c'est la participation. Les prix attribués sont pour l'essentiel constitués de boissons gazeuses, de jus, du thé et du sucre. La seule chose qui coute pour cette activité c'est la location de la sonorisation et la prise en charge du jury. Le concours consiste fondamentalement à exécuter devant un jury une danse chorégraphique qui se fait à tour de rôle pour les éliminatoires. Pour les demies finales les groupes se produisent en face à face devant le jury et le public. Cette année c'est la fada « SNEYPER 612 » de Banga Bana qui est la première à accueillir le concours. 37 groupes ou fadas de kirkissoye et Bang Bana ont pris part à la première nuit du concours. En demie finale chaque groupe choisit le morceau au rythme duquel il va exécuter da chorégraphie, mais en demie final le son est unique pour tous les qualifiés. « Nous nous sommes bien organisés. Il n'y a pas de bagarres entre nous. Certes il y a des incompréhensions mais on les gère à chaque fois qu'ils surviennent. Car notre objectif c'est de faire des amis dans la paix et la fraternité », souligne Ibrahim Touré dit scorpion, membre d'un groupe participant.
La rencontre est l'occasion pour chaque groupe de montrer son style devant ses supporters survoltés et un public enchanté. Un jury composé de trois membres est mis en place pour présider et superviser le concours. D'après Abdou Bachir Alhousseini dit « Richi », président dudit jury, le principal règlement c'est le respect de la chorégraphie mais le public participe aussi à la notation. « Car si tu a bien dansé le public applaudit fort mais si tu danses mal le public te siffle » explique le président du jury. Ce cadre n'a rien à envier au concours de break dance que les jeunes découvrent à travers les médias internationaux. A noter qu'il y a quatre danseurs par groupe. Ce genre d'initiatives mérite d'être soutenu par les bonnes volontés et mêmes les autorités en charge de la culture, car elles contribuent à cultiver l'esprit d'être ensemble, la fraternité, la paix et la solidarité entre les jeunes. Elles peuvent servir aussi de cadres pour faire passer des messages. La représentation de la jeunesse (Conseil national de la jeunesse) doit aussi apporter du sien pour l'amélioration de la qualité de cette initiative. Aussi, les ONG qui font la promotion de la paix et les autorités communales doivent accompagner ses genres initiatives surtout qu'elles émanent des jeunes. Pour l'instant, cette initiative n'est sponsorisée par aucun partenaire. Mais un appui de ce genre serait la bienvenue pour les organisateurs.

Ali Maman(onep)

Culture

Le Slam : Une pratique artistique à l'assaut des scènes nigériennes

Le Slam : Une pratique artistique à l'assaut des scènes nigériennes

« Je déclame, tu m'acclames » : tel est le nom donné aux sessions de Slam qu'accueille depuis février dernier la scène du Centre Culturel Franco-Nigérien (CCFN-Jean Rouch) de Niamey chaque 1er jeudi du mois. Fait de déclamation de textes poétiques sur scène, le Slam qui est un mouvement artistique, culturel et social né à Chicago aux Etats-Unis à la fin des années 80, a gagné les scènes de Niamey, comme d'autres villes, où son audience ...

Quelques conseils utiles sur les journées du Ramadan

Quelques conseils utiles sur les journées du Ramadan

Le Ramadan 2017 a débuté depuis le 27 mai, ouvrant une période de jeûne d'un mois au cours de laquelle les obligations que doit respecter le fidèle ne sont pas toujours celles que l'on croit. Le ramadan, tradition religieuse tirée du Coran, souffre de nombreuses idées reçues, notamment sur les véritables interdits à respecter lors de ce jeûne. Une chose est sûre toutefois : les musulmans doivent respecter trois interdits majeurs pendant...

Portrait du styliste Ousmane Sambo Hamidou : «Il faut aider les couturiers nigériens à habiller tous les nigériens»

Portrait du styliste Ousmane Sambo Hamidou : «Il faut aider les couturiers nigériens à habiller tous les nigériens»

« Je suis né dans la mode ; mon père était un grand tailleur à Zinder ; ma mère et tous les autres membres de ma famille étaient couturiers et tailleurs aussi », affirme tout de go Ousmane Sambo Hamidou, un styliste né le 8 juin 1972 à Zinder et aujourd'hui père de deux enfants.L'environnement familial aidant, c'est à tout juste neuf (9) ans qu'Ousmane Sambo Hamidou commença à coudre. Sa scolarité allait en pâtir car il arrêta ses étude...

Conte « La marmite musicale » à la 10ème édition du Festival ''Emergences'' : La conteuse Rahina Ballarabé séduit le pub…

Conte « La marmite musicale » à la 10ème édition du Festival ''Emergences'' : La conteuse Rahina Ballarabé séduit le public jeune

Les sociétés africaines disposent d'un patrimoine culturel riche et varié, qui peut servir de source d'inspiration pour les artistes. Pour faire revivre les anciens temps à la nouvelle génération, la 10ème édition du Festival ''Emergences- Art et Racines a, programmé dans le cadre de ses activités, le conte parmi les spectacles qui ont eu lieu dans les centres des jeunes de Niamey. Le 25 mai dernier, la conteuse Rahina Ballarabé que con...

Finale de la 1ère édition de la phase nationale du Concours Panafricain de Littérature Livre d'Or : Les candidats affûte…

Finale de la 1ère édition de la phase nationale du Concours Panafricain de Littérature Livre d'Or : Les candidats affûtent leur plume en prélude à la grande finale de Cotonou en août prochain

L'ONG Aide Sociale et Réinsertion des Oubliés (ASRO), en collaboration avec le ministère de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, a organisé samedi dernier à la Maison des Jeunes et de la Culture (MJC) Djado Sékou de Niamey, la 1ère édition de la phase nationale du Concours Panafricain de Littérature Livre d'Or. Cette compétition est organisée en prélude de sa 2ème édition au plan Africain qui se tiendra à ...

Clôture, samedi dernier, de la 10ème édition du Festival Emergence Arts et Racine à Niamey : Les organisateurs et les pa…

Clôture, samedi dernier, de la 10ème édition du Festival Emergence Arts et Racine à Niamey : Les organisateurs et les participants se félicitent du bon déroulement de l'édition

La compagnie théâtrale Arène Théâtre a organisé du 24 au 27 mai 2017, la 10ème édition du festival Emergence Arts et Racine à Niamey. Plusieurs pays, notamment le Cameroun, le Congo, la Côte d'Ivoire, le Bénin, le Mali et le Burkina Faso ont pris activement part à cette rencontre artistique annuelle de Niamey. Les festivités ont pris fin le samedi 27 mai 2017 dans la soirée au Centre des jeunes de Karadjé (village du festival) en présen...

Le voile : Indispensable pour la femme musulmane pendant ce mois béni

Le voile : Indispensable pour la femme musulmane pendant ce mois béni

Ces dernières années, partout au Niger, on rencontre des femmes et même des petites filles qui portent le voile : le corps est couvert entièrement de la tête jusqu'au pied ; souvent le visage est caché et on ne peut pas reconnaître la personne. Le port du voile est obligatoire dans la religion musulmane, nous enseignent les musulmans. Le "hijab" ou la "burqua" sont des tenues que les femmes musulmanes portent selon les principes de la r...

Vernissage du film « Solaire made in Africa, l'œuvre du pr Abdou Moumouni» du réalisateur Malam Saguirou : Un documentai…

Vernissage du film « Solaire made in Africa, l'œuvre du pr Abdou Moumouni» du réalisateur Malam Saguirou : Un documentaire qui met en exergue la problématique de l'indépendance énergétique

Vendredi dernier, c'est une salle archicomble du Palais des Congrès qui a accueilli le vernissage du film « Solaire made in Africa, l'œuvre du Professeur Abdou Moumouni» du réalisateur Malam Saguirou. Personnalités du pays, parents, amis et connaissances de Feu Professeur Abdou Moumouni ont pris d'assaut la grande salle du Palais des congrès pour visionner ce film qui célèbre l'illustre scientifique, un grand homme aux valeurs universel...

Amadou Younsa Hamani alias '' Force morale'', artiste rappeur : Une nouvelle voix dans l'univers musical nigérien

Amadou Younsa Hamani alias '' Force morale'', artiste rappeur : Une nouvelle voix dans l'univers musical nigérien

«Force morale » fait de plus en plus parler de lui à travers l'un de ses titres phares : ''s'amuser'' ; il gagne en audience car, sur scène, il séduit les mélomanes par sa voix mélodieuse et l'originalité qui caractérise ses morceaux. Son objectif : montrer à la face du monde qu'avec la musique, un pays peut se développer.Amadou Younsa Hamani alias '' Force morale'' est étudiant en troisième (3ème) année de gestion à l'Université Abdou ...

Interview de Mme Aminata Sanou, directrice artistique de la Compagnie Aminata Sanou-Tamadia International et du festival…

Interview de Mme Aminata Sanou, directrice artistique de la Compagnie Aminata Sanou-Tamadia International et du festival Tamadi'Arts : ''Le festival Tamadi'Arts est un cadre de rencontres et d'échanges entre des artistes professionnels venus des quat

Danseuse chorégraphe d'origine burkinabè, Aminata Sanou est la directrice artistique de la Compagnie Aminata Sanou-Tamadia International, qui a initié le Festival Tamadi'Arts qui se tient depuis 2012 à Carvin dans la région Haut de France. Ce festival, qui est un cadre de brassage, vise la promotion de des cultures africaine, afro-brésilienne et afro-contemporaine, de la culture tout court à travers notamment la musique, la danse, le th...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Artisanat à Agadez : Le savoir-faire traditionnel …

Artisanat à Agadez : Le savoir-faire traditionnel des femmes

Agadez est connu partout au Niger et ailleurs dans le monde pour son artisanat. Dans ce se...

vendredi 16 juin 2017

Mme Inani Amado Mamoudou, présidente communale des…

Mme Inani Amado Mamoudou, présidente communale des femmes artisanes d'Agadez : Les produits artisanaux de la région ont acquis une notoriété aux plans national et international

La présidente communale des femmes artisanes d'Agadez, Mme Inani Amado Mamoudou fait parti...

vendredi 16 juin 2017

Le travail des enfants à Niamey : Entre débrouilla…

Le travail des enfants à Niamey : Entre débrouillardise et exploitation

Le phénomène ne semble nullement choqué et pourtant le travail des enfants prend de l'ampl...

vendredi 9 juin 2017

L'air du temps

Il a plu des cordes sur Niamey

Il a plu des cordes sur Niamey

Après les pluies torrentielles qui se sont abattues sur la ville de Niamey dans la nuit de...

vendredi 16 juin 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.