Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Film : «La colère dans le vent»/ Un documentaire de Amina Weira : Espérance et déception sur l'exploitation de l'uranium à Arlit

Cinma--La-colre-dans-le-ventL'exploitation minière : Un sujet de prédilection pour des ONG, associations, altermondialistes ou spécialistes qui ne ratent pas les occasions pour dénoncer les pratiques des firmes ou des gouvernements dans le domaine. Mais cette fois-ci, c'est la fille d'un ancien ouvrier qui a passé 35 ans de sa vie dans les mines d'exploitation de l'uranium d'Arlit, qui s'est emparée du sujet pour en faire un documentaire. Munie du quitus du Centre National de la Cinématographie du Niger, et de la préfecture d'Arlit, Amina Weira est partie dans sa ville natale à la rencontre de ses parents, d'autres anciens ouvriers, des femmes et jeunes. Des histoires, des angoisses, des regrets, de ces hommes et femmes, est née «La colère dans le vent», un documentaire de 54 mn dont la première projection au Niger a eu lieu le 6 Aout dernier à Niamey.
«À notre arrivée on ne savait pas que l'uranium contenait de la radioactivité dont les effets se répercuteraient jusque sur nos enfants. On a commencé à travailler dans ces conditions sans connaitre les risques, et quand on a appris, on ne pouvait plus faire marche arrière», semble regretter Mahamane Weira, dans la conversation qu'il tient avec sa fille, au début du film. Le ton est ainsi donné pour « La colère dans le vent », qui commence sur des images de lever de soleil sur de vastes plaines désertes au sous sol riche du minerai dont la découverte a conduit à l'ouverture des mines et la création de la ville d'Arlit. En effet, comme on l'apprendra dans le film, avec un vieux touareg autochtone de la zone, Arlit doit sa création au développement de l'activité minière. « Quand le blanc était venu, il a vu une montagne et m'a demandé son nom. Je lui ai dit qu'elle s'appelait Arghli, et le blanc a écrit Arlit », d'où le nom de la ville, rappelle le vieux touareg.
Mais bien plus qu'un point d'histoire, le documentaire expose crûment une situation, telle que la vivent les populations concernées. Cri de cœur, ou « Colère dans le Vent », ainsi que l'a titré l'auteur, le documentaire a des allures d'un constat réquisitoire. Le synopsis en donne une idée précise : «Dans ma ville d'origine Arlit, au Nord du Niger, Areva exploite l'uranium depuis 1976(...). La radioactivité ne se voit pas et la population n'est pas informée des risques qu'elle encourt. Cette exploitation a complètement désorganisé la vie de la population. Une partie de l'année, des violents vents de sable enveloppent entièrement la ville. Ce vent de poussière propage des substances radioactives. Chacun cherche un abri. La ville devient calme, toutes les activités sont stoppées. Mon père, travailleur de la mine d'uranium en retraite, est au cœur de ce film. Il va dépoussiérer ses souvenirs ; les 35 années de son passage à la mine. Grâce à mon père, je vais à la rencontre d'autres anciens travailleurs qui ont certainement leur mot à dire ». Mieux, Amina Weira justifie ainsi la réalisation du film : « Une des mes motivations est la prise de conscience de la jeune génération face à l'exploitation minière dans ma ville natale. En tant que cinéaste c'est un devoir pour moi d'apporter ma pierre à l'édifice ».

Libérer la parole, dénoncer des pratiques pour plus de changement

Des témoignages, des récits émouvants s'enchainent tout le long du film. Les différents personnages pensent aujourd'hui que l'exploitation de l'uranium leur cause plus de soucis que de bien. Les anciens ouvriers des mines d'uranium égrènent leurs souvenirs, parlant des risques qu'ils ont pris, de leurs problèmes de santé. Certains pensent que la vérité leur a été cachée par l'employeur, et dans l'ignorance ils ont pris les risques qui sont à l'origine des maladies, qui leur sont cachées aussi lors des visites médicales. Dans une autre séquence du film, des femmes regroupées autour d'une borne fontaine vont jusqu'à se poser des questions et à s'inquiéter au sujet de la qualité de l'eau de consommation. « Mais c'est ici chez nous, c'est ici que se trouve notre vie, on ne peut plus vivre ailleurs », affirme l'une d'elles, presque résignée. Le documentaire interpelle aussi sur le danger auquel sont exposés les habitants de la ville du fait de certains matériaux ou résidus venant des mines. Des tonneaux, certains matériaux servant dans la construction des maisons viennent des mines, et seraient contaminés pas la radiation.
Presque tous les protagonistes du film se plaignent, parlent d'une vie, d'un sort qui aurait pu être meilleur. Chacun va de son commentaire, soutenant que la radiation est partout, les hommes, les animaux, le maigre couvert végétal, personnes ou aucune vie n'est épargnée. D'autres dénoncent l'état dans lequel se trouve la ville dont les voies d'accès sont maintenant fortement dégradées.
Toutefois quelques commodités sont assurées aux agents et ouvriers des mines, notamment des logements, dotés d'eau et d'électricité, les soins gratuitement, des lieux de loisirs... Ce qui permet d'atténuer un peu le rythme d'une vie réglée par les rotations sur les différents postes de travail dans les mines. Des commodités ou des privilèges que n'a pas toute la population de la ville, attirée souvent par l'espoir d'un meilleur lendemain dans cette ville présentée comme un « eldorado », ou « Petit Paris », par les échos qui y parvenaient. Ce qui est aujourd'hui loin d'être le meilleur endroit du Niger, selon les personnages du documentaire.
« Aujourd'hui, tout le monde est au courant du drame d'Arlit, mais ne pensez vous pas que cette situation est imputable au silence » demande la réalisatrice à son père, vers la fin du film. « La faute pourrait être imputée aux responsables, et à l'Etat, qui auraient pu parler et qui ne l'ont pas fait. Les pauvres ouvriers ignorent tout et leur parole n'aurait pas pesé. Mais avec la démocratie, la parole s'est libérée, les mauvaises pratiques sont dénoncées, et des droits et libertés concédées au ouvriers. Il y a un début de changement », explique Mahamane Weira. Libérer la parole, dénoncer des pratiques, c'est ce que l'auteur du documentaire a voulu faire, en choisissant de ne donner la parole qu'aux seules populations qui vivent le problème lié à l'exploitation minière. Cependant estime Amina Weira, la situation d'Arlit est loin d'être satisfaisante. «Ça me fait mal aujourd'hui de voir la ville d'Arlit, dans cet état, malgré ces deux mines. Tout ce que je vois et j'entends, me décourage et me désole. Il est temps que ça change ». Mais, comme le film, donne à comprendre, il n'y a que des paroles sans effets, de « la colère dans le vent », qui disparait comme dans cette tempête qui marque la fin du film.

Souley Moutari (onep)
www.lesahel.org

Culture

Point de presse du ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur la tenue du Festival de l'Air : Pour la relance du tourism…

Point de presse du ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur la tenue du Festival de l'Air : Pour la relance du tourisme au Niger

C'est en prélude à la 12ème édition du Festival de l'Air, qui est un grand événement touristique pour le Niger en général et particulièrement pour la région d'Agadez, que le ministre du Tourisme et de l'Artisanat M. Ahmed Boto a animé samedi dernier, dans la salle de réunions dudit ministère, un point presse pour le lancement des préparatifs de ce rendez vous. Le festival de l'Air, édition 2017 est prévu du 10 au 12 mars prochain à Ifer...

Théâtre : « La petite orange de ma mère » de Mamane M.I. Zeinabou : Sexe, sueur, salive et sang

Théâtre : « La petite orange de ma mère » de Mamane M.I. Zeinabou : Sexe, sueur, salive et sang

Le monologue, « la petite orange de ma mère » est une pièce écrite, mise en scène et jouée par Mamane Malam Issoufou Zeinabou, étudiante en master2 Arts du spectacle à la Faculté des Lettres et Sciences Humaine (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM). La pièce a été jouée la nuit du 27 janvier 2017 sur la scène « plein air », échafaudée dans l'enceinte de la FLSH, à l'occasion de la journée événement de la filière Arts du ...

Rétrospective 2016/ Secteur de la Culture : La Renaissance culturelle en marche

Rétrospective 2016/ Secteur de la Culture : La Renaissance culturelle en marche

Année électorale, 2016 a surtout brillé, au plan culturel, par trois actes majeurs : le choix du Président de la République, Chef de l'Etat, de « Promouvoir la renaissance culturelle » au rang de premier « axe prioritaire » de son second mandat (2016-2021), sa décision de dédier un ministère plein à cette Renaissance culturelle et à la Modernisation sociale et la déclinaison de cette volonté politique dans la Déclaration de Politique Gé...

Mission du ministre de la renaissance culturelle dans la région de Dosso : Identifier les sites historiques pour leur re…

Mission du ministre de la renaissance culturelle dans la région de Dosso : Identifier les sites historiques pour leur revalorisation

Après avoir pris part à la 38ème édition du sabre national tenue à Tahoua, le ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, Porte-parole du gouvernement M. Assoumana Malam Issa a effectué une visite de travail dans les régions de Tahoua et Dosso. L'objectif de ce déplacement et d'identifier les sites historiques de ces deux régions.Dans la région de Dosso, la délégation ministérielle s'est rendue à Loug...

Arts et culture : Portrait de Ibrahim Abdou dit Bagobiri, artiste chanteur

Arts et culture : Portrait de Ibrahim Abdou dit Bagobiri, artiste chanteur

Rien ne prédestinait Ibrahim Abdou à devenir chanteur. Né il y a environ 51 ans à Dangouna (village situé à dix kilomètres de Dan Daji dans le département d'Illéla, région de Tahoua), il vint à Niamey où, faute de mieux, il intégra la Samaria de Banizoumbou dans laquelle il joua trois ballets et effectuera ses toutes premières tournées à Ouallam et Téra dans l'actuelle région de Tillabéri. C'était sous le régime militaire de feu le Géné...

Dosso/Culture : Haoua Capochichi, artiste et enseignante

Dosso/Culture : Haoua Capochichi, artiste et enseignante

Issue d'une famille d'artistes, Janette Haoua Capochichi est arrivée dans la musique dans les années 1999 avec l'appui de son grand frère Roger le moine, lui-même artiste musicien. Elle rejoindra par la suite le groupe Toubal où elle apprit à faire le chœur avec feu Dargné Gadeyzé.Ayant acquis assez d'expériences, cette jeune femme de 36 ans fit sortir en 2001 son premier album intitulé Sodjaï Wandiya autrement dit la copine des militai...

Interview de notre compatriote Amadou Ousmane, auteur du livre ''Notre ami Kérékou'' : ''Afin que l'Histoire n'oublie pa…

Interview de notre compatriote Amadou Ousmane, auteur du livre ''Notre ami Kérékou'' : ''Afin que l'Histoire n'oublie pas Kérékou...''

M. Amadou Ousmane, vous êtes un écrivain bien connu au Niger, mais presque pas au Bénin. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?Je suis un fonctionnaire des Nations Unies à la retraite. J'ai servi 10 ans dans les missions de paix des Nations Unies au Burundi, comme Chef de l'Information et Porte-parole. J'ai aussi servi comme Chargé de Communication au National Democratic Institute (NDI) à Niamey et à Bujumbura. Avant cela, dans mon...

Agadez /Soirées culturelles d'Agadez Sokni : La jeunesse nigérienne en redemande

Agadez /Soirées culturelles d'Agadez Sokni : La jeunesse nigérienne en redemande

Dans toutes les festivités commémoratives, les soirées culturelles ont toujours été des moments privilégiés pour réconcilier la jeunesse nigérienne avec sa culture. Agadez Sokni n'a pas dérogé à cette règle. Les nuits culturelles ont attiré et conquis un public majoritairement juvénile assoiffé de spectacles. Quant aux artistes musiciens d'Agadez comme ceux venus des 4 coins du Niger, ils ont donné le meilleur d'eux-mêmes.Les groupes mu...

Exposition à la bibliothèque de la faculté des Lettres et des Sciences Humaines (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de…

Exposition à la bibliothèque de la faculté des Lettres et des Sciences Humaines (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM) : Dialogue culturel sur l'œuvre de Miguel Cervantès

Dans le cadre de la commémoration du 4ème centenaire de l'écrivain espagnol, Miguel de Cervantes, une initiative culturelle de l'Espagne à l'étranger en 2016 à travers des expositions des dessins a été lancée au niveau des ambassades au Niger, au Mali et en Guinée, qui sont les trois pays unis par le fleuve Niger pour faire connaître davantage la figure universelle de Don Quichotte. A Niamey, la cérémonie d'ouverture de l'exposition s'e...

Soirée d'enregistrement en direct de l'émission ''Couleurs Tropicales'' sur la radio RFI : Les talents musicaux du Niger…

Soirée d'enregistrement en direct de l'émission ''Couleurs Tropicales'' sur la radio RFI : Les talents musicaux du Niger à l'honneur sur RFI

Après la région de Dosso, c'était au tour de la région de Niamey d'accueillir vendredi dernier, au palais des congrès, la soirée d'enregistrement en direct sur la radio RFI de l'émission ''Couleurs Tropicales''. Cette soirée s'est déroulée en collaboration avec le gouvernement du Niger, l'Assemblée Nationale, et le Ministère de la Renaissance Culturelle des Arts et de la Modernisation Sociale. Aussi, plusieurs sponsors dont l'Office Nat...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Pari gagné !

lundi 9 janvier 2017

Editorial : Pari gagné !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Insalubrité dans la ville de Niamey : Un changemen…

Insalubrité dans la ville de Niamey : Un changement de comportement du citoyen s'impose

La ville de Niamey est salle. On ne le dira jamais assez. Mais le plus inquiétant est que ...

jeudi 16 février 2017

Salubrité urbaine : Beaucoup reste à faire pour as…

Salubrité urbaine : Beaucoup reste à faire pour assurer la propreté de nos villes et campagnes

A voir les monticules et même les montagnes de déchets solides ainsi que les mares et rivi...

jeudi 16 février 2017

Insalubrité urbaine

Insalubrité urbaine

A une heure indue de la nuit, nombreux sont les noctambules qui voient ces braves hommes e...

jeudi 16 février 2017

L'air du temps

La Saint Valentin ou l'heure de vérité

La Saint Valentin ou l'heure de vérité

Mardi dernier, les jeunes ont fêté la Saint-Valentin ou la fête des amoureux. L'occasion é...

jeudi 16 février 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.