Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Film : «La colère dans le vent»/ Un documentaire de Amina Weira : Espérance et déception sur l'exploitation de l'uranium à Arlit

Cinma--La-colre-dans-le-ventL'exploitation minière : Un sujet de prédilection pour des ONG, associations, altermondialistes ou spécialistes qui ne ratent pas les occasions pour dénoncer les pratiques des firmes ou des gouvernements dans le domaine. Mais cette fois-ci, c'est la fille d'un ancien ouvrier qui a passé 35 ans de sa vie dans les mines d'exploitation de l'uranium d'Arlit, qui s'est emparée du sujet pour en faire un documentaire. Munie du quitus du Centre National de la Cinématographie du Niger, et de la préfecture d'Arlit, Amina Weira est partie dans sa ville natale à la rencontre de ses parents, d'autres anciens ouvriers, des femmes et jeunes. Des histoires, des angoisses, des regrets, de ces hommes et femmes, est née «La colère dans le vent», un documentaire de 54 mn dont la première projection au Niger a eu lieu le 6 Aout dernier à Niamey.
«À notre arrivée on ne savait pas que l'uranium contenait de la radioactivité dont les effets se répercuteraient jusque sur nos enfants. On a commencé à travailler dans ces conditions sans connaitre les risques, et quand on a appris, on ne pouvait plus faire marche arrière», semble regretter Mahamane Weira, dans la conversation qu'il tient avec sa fille, au début du film. Le ton est ainsi donné pour « La colère dans le vent », qui commence sur des images de lever de soleil sur de vastes plaines désertes au sous sol riche du minerai dont la découverte a conduit à l'ouverture des mines et la création de la ville d'Arlit. En effet, comme on l'apprendra dans le film, avec un vieux touareg autochtone de la zone, Arlit doit sa création au développement de l'activité minière. « Quand le blanc était venu, il a vu une montagne et m'a demandé son nom. Je lui ai dit qu'elle s'appelait Arghli, et le blanc a écrit Arlit », d'où le nom de la ville, rappelle le vieux touareg.
Mais bien plus qu'un point d'histoire, le documentaire expose crûment une situation, telle que la vivent les populations concernées. Cri de cœur, ou « Colère dans le Vent », ainsi que l'a titré l'auteur, le documentaire a des allures d'un constat réquisitoire. Le synopsis en donne une idée précise : «Dans ma ville d'origine Arlit, au Nord du Niger, Areva exploite l'uranium depuis 1976(...). La radioactivité ne se voit pas et la population n'est pas informée des risques qu'elle encourt. Cette exploitation a complètement désorganisé la vie de la population. Une partie de l'année, des violents vents de sable enveloppent entièrement la ville. Ce vent de poussière propage des substances radioactives. Chacun cherche un abri. La ville devient calme, toutes les activités sont stoppées. Mon père, travailleur de la mine d'uranium en retraite, est au cœur de ce film. Il va dépoussiérer ses souvenirs ; les 35 années de son passage à la mine. Grâce à mon père, je vais à la rencontre d'autres anciens travailleurs qui ont certainement leur mot à dire ». Mieux, Amina Weira justifie ainsi la réalisation du film : « Une des mes motivations est la prise de conscience de la jeune génération face à l'exploitation minière dans ma ville natale. En tant que cinéaste c'est un devoir pour moi d'apporter ma pierre à l'édifice ».

Libérer la parole, dénoncer des pratiques pour plus de changement

Des témoignages, des récits émouvants s'enchainent tout le long du film. Les différents personnages pensent aujourd'hui que l'exploitation de l'uranium leur cause plus de soucis que de bien. Les anciens ouvriers des mines d'uranium égrènent leurs souvenirs, parlant des risques qu'ils ont pris, de leurs problèmes de santé. Certains pensent que la vérité leur a été cachée par l'employeur, et dans l'ignorance ils ont pris les risques qui sont à l'origine des maladies, qui leur sont cachées aussi lors des visites médicales. Dans une autre séquence du film, des femmes regroupées autour d'une borne fontaine vont jusqu'à se poser des questions et à s'inquiéter au sujet de la qualité de l'eau de consommation. « Mais c'est ici chez nous, c'est ici que se trouve notre vie, on ne peut plus vivre ailleurs », affirme l'une d'elles, presque résignée. Le documentaire interpelle aussi sur le danger auquel sont exposés les habitants de la ville du fait de certains matériaux ou résidus venant des mines. Des tonneaux, certains matériaux servant dans la construction des maisons viennent des mines, et seraient contaminés pas la radiation.
Presque tous les protagonistes du film se plaignent, parlent d'une vie, d'un sort qui aurait pu être meilleur. Chacun va de son commentaire, soutenant que la radiation est partout, les hommes, les animaux, le maigre couvert végétal, personnes ou aucune vie n'est épargnée. D'autres dénoncent l'état dans lequel se trouve la ville dont les voies d'accès sont maintenant fortement dégradées.
Toutefois quelques commodités sont assurées aux agents et ouvriers des mines, notamment des logements, dotés d'eau et d'électricité, les soins gratuitement, des lieux de loisirs... Ce qui permet d'atténuer un peu le rythme d'une vie réglée par les rotations sur les différents postes de travail dans les mines. Des commodités ou des privilèges que n'a pas toute la population de la ville, attirée souvent par l'espoir d'un meilleur lendemain dans cette ville présentée comme un « eldorado », ou « Petit Paris », par les échos qui y parvenaient. Ce qui est aujourd'hui loin d'être le meilleur endroit du Niger, selon les personnages du documentaire.
« Aujourd'hui, tout le monde est au courant du drame d'Arlit, mais ne pensez vous pas que cette situation est imputable au silence » demande la réalisatrice à son père, vers la fin du film. « La faute pourrait être imputée aux responsables, et à l'Etat, qui auraient pu parler et qui ne l'ont pas fait. Les pauvres ouvriers ignorent tout et leur parole n'aurait pas pesé. Mais avec la démocratie, la parole s'est libérée, les mauvaises pratiques sont dénoncées, et des droits et libertés concédées au ouvriers. Il y a un début de changement », explique Mahamane Weira. Libérer la parole, dénoncer des pratiques, c'est ce que l'auteur du documentaire a voulu faire, en choisissant de ne donner la parole qu'aux seules populations qui vivent le problème lié à l'exploitation minière. Cependant estime Amina Weira, la situation d'Arlit est loin d'être satisfaisante. «Ça me fait mal aujourd'hui de voir la ville d'Arlit, dans cet état, malgré ces deux mines. Tout ce que je vois et j'entends, me décourage et me désole. Il est temps que ça change ». Mais, comme le film, donne à comprendre, il n'y a que des paroles sans effets, de « la colère dans le vent », qui disparait comme dans cette tempête qui marque la fin du film.

Souley Moutari (onep)
www.lesahel.org

Culture

8emes Jeux de la Francophonie à Abidjan : Concours de conte : la qualité de la prestation de notre compatriote Aminatou …

8emes Jeux de la Francophonie à Abidjan : Concours de conte : la qualité de la prestation de notre compatriote Aminatou Yaou Alla reconnue par le public

Les cinq finalistes du concours de conte sont connus. Il s'agit des conteurs du Liban, du Congo Brazzaville, du Canada, de la Guinée et de la France. Ces cinq sélectionnés se retrouveront pour la grande finale du concours de conte. C'est à l'issue de quatre jours de compétition au cours desquels 20 pays se sont affrontés, qu'ils ont pu valider leur ticket.Cependant, la publication des résultats par le jury a suscité quelques grincements...

Portraits d'artistes slameurs : Hamani Kassoum, Jhonel, l'auteur de ''Niamey la cour commune''

Portraits d'artistes slameurs : Hamani Kassoum, Jhonel, l'auteur de ''Niamey la cour commune''

L'artiste Jhonel, de son vrai nom Hamani Kassoum, est né le 3 juin 1984 à Niamey; il est de teint noir, mince, avec une taille moyenne. Toujours souriant, Jhonel a le plus souvent un style vestimentaire typiquement afro. Avec une voix agréable, ses titres sont sans reproches. Ses prestations notamment sur le petit écran, lui valent estime et considération. Il chante en français et aussi en langue locale. Son talent dans l'art de manier ...

8èmes Jeux de la Francophonie, à Abidjan (Côte d'Ivoire) : Notre compatriote Razak René Joli remporte la Médaille d'or d…

8èmes Jeux de la Francophonie, à Abidjan (Côte d'Ivoire) : Notre compatriote Razak René Joli remporte la Médaille d'or du concours de littérature

Le Niger vient de décrocher sa première médaille aux 8èmes jeux de la Francophonie qui battent leur plein depuis à Abidjan. En effet, notre jeune compatriote, le nouvelliste Razak René Joli, a remporté, mardi dernier, la médaille d'or du concours de littérature dans la catégorie Nouvelle, avec son œuvre présentée sous le titre " L'Homme qui donnait des baisers au vent".Cette médaille d'or du jeune nouvelliste, qui vient compenser les la...

IVème Conférences des ministres francophones en charge de la Culture : Une déclaration et un plan d'action en vue d'une …

IVème Conférences des ministres francophones en charge de la Culture : Une déclaration et un plan d'action en vue d'une contribution de la culture au développement durable

En marge des VIIIème Jeux de la Francophonie qu'organise la Côte d'Ivoire, Abidjan a accueilli les 22 et 23 juillet la IVème Conférence des ministres francophones en charge de la culture. Cette rencontre se tient seize ans après celle de Cotonou en 2001, dans un contexte, bien différent de celui d'alors, aussi bien pour la Côte d'Ivoire que pour le monde entier.«Nous sommes ici, aujourd'hui, parce que Francophonie et diversité culturell...

mode et beauté : Quand les tresses traditionnelles remplacent les gros grains

mode et beauté : Quand les tresses traditionnelles remplacent les gros grains

Ces dernières années, les jeunes filles et femmes de Niamey optent plus pour les petites tresses traditionnelles sans mèches à défaut des tresses dites ''gros grains'' qui sont faites avec des mèches. Ce sont des tresses faciles à réaliser, prennent environ deux heures d'horloge pour les tresseuses. Elles ont l'avantage de s'entretenir facilement et de ne causer aucun dommage sur le cuir chevelu si sensible. Les professionnelles de ces ...

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

Dans un univers musical nigérien totalement dominé par des hommes, Philomène fait partie des rares femmes qui essaient de s'affirmer et d'émerger.Depuis son jeune âge, elle chante dans les gospels, les chorales des églises. A dix ans déjà, elle passait tout son temps à chanter et à danser. Une décennie après, elle s'est frayée un chemin dans un monde fait de hauts et de bas ; elle possède une voix angélique qui fait d'elle aujourd'hui u...

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur…

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur"

Le Niger sera représenté à la 17ème édition de Clap Ivoire qui se tiendra du 4 au 10 septembre par les réalisateurs Oumarou Kadry Koda en catégorie documentaire avec " Nos faiseurs de bonheur" et Abdoul Rachid Amadou Sanda Maïga avec la fiction "Epris d'une mère".Les représentants du Niger à ce festival de concours de court métrage destiné aux jeunes ressortissants et résidents des pays membres de l'UEMOA ont été sélectionnés le 17 juil...

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseig…

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseignement, d'éducation notamment historique »

Mohamed Elkebir est un jeune réalisateur nigérien et promoteur du label Sahara Niger. Après ses études secondaires au Niger, il a continué ses études au Burkina Faso, au Ghana puis en Côte d'Ivoire où il a reçu plusieurs formations. Il est aussi un acteur de la société civile, membre de l'association « Jeunesse active du Niger ».Dès son retour au pays, il s'est inscrit à l'UAM où il décrocha un diplôme puis travailla dans une compagnie ...

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très …

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très importante dans l'éveil des consciences »

À l'état civil il est Ibrahim Oumarou Yacouba, mais son nom de scène est "Sage Soldat". Après des études en droit des affaires, parallèlement à ses activités de chanteur de reggae, "Sage Soldat" s'est retourné vers des études beaucoup plus en phase avec sa passion, car il est étudiant en Master 1 en Arts et Culture à l'université de Niamey. Actuellement il est à Dakar dans le cadre de son stage professionnel à Africulturban, une associa...

Le port de natte par les femmes d'Abalak : Une pratique culturelle spécifique en voie de disparition

Situé à 135 km au nord de Tahoua sur la route d'Agadez, la ville d'Abalak chef-lieu du département du même nom, regorge d'énormes potentialités pastorales, culturelles et artisanales. Parmi les potentialités culturelles on peut citer le port de natte chez les femmes. Cette pratique est, pour la femme touareg, ce qu'est le hijab autrement dit le voile chez les femmes arabes. Le port de natte rêvait donc une fonction socioculturelle qui f...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

Les vendeuses de Tigadigué souhaitent un appui pou…

Les vendeuses de Tigadigué souhaitent un appui pour rentabiliser leurs activités

Au marché central de Dosso règne une vive animation chez les vendeuses d'huile d'arachide,...

vendredi 28 juillet 2017

Appuis de la Direction régionale de la Promotion d…

Appuis de la Direction régionale de la Promotion de la femme aux femmes extractrices d'huile d'arachide

  Les femmes de Dosso qui extraient l'huile d'arachide ont bénéficié de la direction...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Ces volants fous de la capitale

Ces volants fous de la capitale

On ne sait pas encore comment. Mais, pour sûr, il faut trouver une solution urgente au pro...

vendredi 28 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.