Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Awa, la consécration !

Awa -2Harouna Coulibaly a des comptes à régler avec le cinéma. A la fiscalité, ce fonctionnaire des impôts, très pieux, a donné le meilleur de lui-même. A la littérature aussi et cela fait beaucoup. La cinquantaine approchant, ayant abandonné la fiscalité pour la caméra, et roulé sa bosse un peu partout, en Afrique de l'ouest, de Niamey à Bamako, en passant par Dakar, Abidjan, Ouagadougou, Lomé, Cotonou, Fez et Conakry, il se bat contre la caméra, longtemps rebelle à son talent. Quatre films (deux fictions et deux documentaires), le poussent à continuer. Il revient donc fidèle à ce qu'il est : entêté, engagé, modeste, ambitieux et un éternel paria à la fois révolutionnaire, fragile et insaisissable. Riche d'un scénario cette fois-ci à la mesure de sa rage d'en découdre avec une société cruelle et injuste pour les plus faibles ou les plus pauvres, tous ses écrits et films véhiculent des messages de combat contre l'injustice.

Tout le monde sort du lot : Awa (Zabbaou Modiely
Mohamed), la sublime nigérienne, docteur en pharmacie de son état, et qui fait ses premières armes dans le monde du septième art. Autour d'elle, tous les comédiens jouent les scènes avec une telle conviction qu'on de la peine à imaginer que plus de la moitié sont des amateurs. Kitary (Bakary Doucouré du Mali), jeune amoureux éconduit ; Katakoré (Jean Jacques Yem du Cameroun), indécrottable Don Juan et détrousseur de jeunes pucelles naïves ; Habib Dembélé (Guimba) du Mali, le grandiose avocat aux effets de manches et qui joue la scène du jugement plus vraie que nature ; le grandiloquent Magma Gabriel
Konaté dans la toge du président du tribunal ; Aminata Diombana Fofana, la professeur désabusée sur un monde pervertie ou seules triomphent sexe, mensonges et corruptions ; Djouma, la femme de
Katakoré, de la Côte d'Ivoire. Allez, la coupe est pleine, fermez le ban !
Plus de quinze ans ont passé depuis que Harouna Coulibaly a découvert la magie des images et du son. Quinze années de gestation difficile, ponctuées de déboires et de fausses couches, avant qu'il ne parvienne à boucler le budget de Awa, grâce à un concours de la représentation de la Banque Mondiale au Mali et du gouvernement malien qui prenait son patronyme pour un de ses dignes ressortissants – et, à vrai dire, le coup de pouce de l'ancien président, le Pr Alpha Oumar Konaré, décidé à financer le film retenu suite à un concours de scénario.

Ajoutons un mois de tournage, un autre de montage et une longue pénitence propre à alimenter les rumeurs et les élucubrations les plus farfelues. Bref, tout est réuni pour que, dans le désert cinématographique nigérien où les jeunes cinéastes manquent de référence, Awa soit marqué d'une pierre blanche !

Attention, les rideaux se lèvent sur ce monument d'intelligence et de beauté ! Une peinture aigre-douce de la société nigérienne autour des maux de l'école. C'est sa façon à lui de parler avec douceur des choses violentes. Pour donner vie à sa libre vision de justicier social et de panafricaniste convaincu, le cinéaste a réuni une pléiade de comédiens africains à la mesure de ses ambitions pour le Continent noir, et dont certains sont d'illustres inconnus. Et ils ont gagné le pari. Comment fendre le cœur de pierre d'une société qui a délibérément décidé de faire l'autruche, sans choquer, sur des sujets d'actualité et d'acuité comme la scolarisation des filles, le détournement des mineurs, l'avortement clandestin, la corruption en milieu scolaire, la maladie du sida et j'en passe !

Sur le sujet, et à force de trop embrasser, on se dit qu'Awa a toutes les chances de mal étreindre. Par la sobriété des images et le talent des acteurs, le natif de Magaria, à l'est de Zinder – que rien ne prédisposait aux chiffres, encore moins à l'image – tient les spectateurs sous le charme de son récit dans un dosage parfait d'émotions, de passions et d'humanisme sincères.

Reprenons. Pour avoir décroché leur BEPC, Awa, une jeune et jolie fille unique de son père, de surcroît imam de son bled, et son cousin transi d'amour pour elle, vont devoir quitter leur trou perdu abonné aux corvées et aux privations, pour les myriades et les mirages de la ville. Les voilà catapultés sur la toile de ce monstre froid, dont les mailles d'acier broient tous les gogos qui s'y aventurent en quête d'une vie meilleure. Awa, victime de sa beauté et de sa naïveté, a vite fait de l'apprendre à ses dépens. Cela, on le pressent, dès les premières images du film.

Entre traditions, modernité et perversions, Harouna Coulibaly dévide la trame de son histoire sans jamais rompre le fil. On sort de cette épreuve émouvante, le cœur à l'aise. Harouna Coulibaly fait du cinéma et personne n'est volé. Mais Awa n'est qu'une des pièces sur l'échiquier qu'il s'est construit, patiemment, année après année, case après case. Un échiquier à l'échelle continentale.
Il en sort une magistrale leçon de sociologie, débarrassée des afféteries de ceux qui pensent qu'il suffit de courir les festivals pour être consacré cinéaste. On reconnaît le talent, la reconnaissance, la générosité et l'humilité de celui qui ayant tout reçu de la République s'estime en devoir de partager ce qu'il a de mieux.

Tous sont formidables dans ce film où tout le monde, gouvernants, parents, éducateurs, leaders et élèves sont en permanence interpellés.
Awa peut-il faire mouche sur un sujet où tous semblent avoir baissé les bras ? Là est la question. La seule, mais d'importance, qui se pose au terme des trois premiers épisodes de trente minutes chacun, de cette série qui marque une étape importante dans la carrière de Harouna Coulibaly au cinéma. Et dans sa quête de la perfection, de la justice sociale et d'un peu plus d'humanisme tout court. Au fait, à quand la suite qui verra Awa, après moult péripéties, gravir les plus hautes marches de son pays, pour accéder à la magistrature suprême des Etats-Unis d'Afrique ? La question vaut aussi pour tous ceux qui pourraient aider à la concrétisation de ce rêve. Awa, la consécration !
Ibbo Daddy Abdoulaye
Journaliste, communicateur
LE FISC N°003 - JUIN 2016
Revue d'informations de la DGI
www.lesahel.org

Culture

Artiste chanteur Ismaêl Diallo : Ismo One, la force tranquille

La world music, c'est ce mélange d'Afro Zouk, Hip Hop, Reggae, Ragga et Funk comme effet de temps et de mode. Parmi les artistes en vogue dans ce domaine figure Ismaël Diallo. Connu sous le nom de Ismo One, il est l'un des artistes en vue au Niger. Auteur compositeur, il représente une voix incontestée de la musique nigérienne (nouvelle génération). Dans les fadas et clubs des quartiers périphériques de Niamey comme sur les ondes ses cr...

Ministre de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation sociale : Installation de l'équipe nationale char…

Le Secrétaire général du Ministère de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation sociale M. Oumarou Moussa a présidé, hier après midi, la cérémonie officielle d'installation de l'équipe nationale chargée de l'élaboration du rapport périodique quadriennale de la mise en œuvre de la convention 2005 de l'UNESCO.L'équipe qui a été mise en place est repartie en quatre groupes thématiques. Le premier groupe se penchera sur la ...

Cérémonie d'ouverture de la 2ème édition du Festival Afrique-Asie des jeunes : Raffermissement des liens culturels entre…

Environ 400 représentants issus de plus de 40 pays africains et asiatiques se sont réunis dans la province de Shaanxi pour l'ouverture de la cérémonie de la deuxième édition du Festival des Jeunes. Ils étaient là, pour échanger, partager les expériences et nouer des partenariats entre eux. Ces acteurs majeurs pour le développement sont appelés à contribuer de façon significative dans le rayonnement de leurs pays respectifs. Ces jeunes s...

Adama Dahico /Artiste -Comédien-Humoriste et écrivain ivoirien

25 ans de carrière, des milliers d'heures d'émissions humoristiques radio et des séries TVNé en mai 1968, le jeune humoriste a commencé sa carrière en 1992 avec une émission à la radio, Les Echos de l'allocodrome, le nom qu'il attribue aux maquis qui servent entre autres des bananes frites ou allocos. Son art humoristique est apprécié dans toute la sous-région, notamment au Niger. «J'adapte les expressions au lieu où je suis ; au Niger,...

Conférence inaugurale de la 17ème édition de Clap Ivoire : Contribuer à l'éclosion et à la révélation des jeunes talents

Du 4 au 9 septembre, Abidjan est le carrefour des talents du cinéma et de l'audiovisuels de la sous-région (UEMOA) avec la 17ème édition de Clap Ivoire qui va mettre en compétition des jeunes réalisateurs de courts métrages. Initiée dans un esprit de célébration de l'intégration sous régionale à travers le cinéma, le concours s'adresse à tous les Pays ressortissants de l'UEMOA, dont le nôtre. Pour les organisateurs, à travers cette renc...

Portrait/Abdoulaye Adamou Mato Ingénieur de son, régisseur Général et scénographe nigérien : «Le manque d'implication de…

Avec plusieurs stages à son actif au Niger et des bourses d'études de l'Institut Imagine au Burkina Faso et de l'Organisation International de la Francophonie (OIF), Abdoulaye Adamou Mato s'est spécialisé dans l'art de la scène et radiophonique, en studio, en régie son et lumière au Centre Arabo Africain de Formation et de Recherche Théâtrale en Tunisie.L'évolution technologique dans l'audiovisuel a poussé Abdoulaye Adamou Mato pour maî...

Les vertus du henné : Tatouages et soins de beauté au henné

A l'approche de la fête de la Tabaski, l'ambiance bat son plein à Niamey. Les femmes prennent d'assaut les marchés et les salons pour se faire belle. Fête rime avec élégance chez beaucoup d'entre elles et des marchés et salons d'esthétique se créent de façon spontanée au grand bonheur des commerçants et promoteurs. De jour, comme de nuit, ces lieux, grouillent de monde. Nombreuses sont les femmes qui utilisent le henné comme tatouage au...

Portrait : Rahina Balarabé, conteuse et comédienne : Conter sans compter

Rahina Balarabé est une conteuse, d'ailleurs une des rares femmes qui pratique ce métier au Niger. Cette diplômée de l'Institut de Formation aux Techniques de l'Information et de la Communication (IFTIC) est bien connue du grand public nigérien grâce à son émission télévisée « c'est l'heure du conte ».Passionnée de contes depuis son jeune âge, Rahina Balarabé a commencé à écrire en 2006, avec l'ambition de faire un livre de contes, mais...

Portrait : Amadou Edouard Lompo : Dramaturge, écrivain et scénariste nigérien

Conseiller pédagogique de français de son Etat, Amadou Edouard Lompo est un passionné de la littérature. Il termine son doctorat en littérature à l'Ecole Doctorale, Lettres, Arts, Sciences de l'Homme et de la Société (ED- LASHS) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey. Amadou Edouard Lompo se spécialise sur la connaissance des grands héros du Niger, plus précisément les épopées. Confronté à un manque d'ouvrages littéraires dans les ann...

Les spectacles Artistiques et Culturels du FESCUAO 2017 : Des prestations sur les valeurs d'unité, de paix, de solidarit…

Les spectacles artistiques et culturels se poursuivent activement à Ouagadougou, la capitale du Faso, dans le cadre des festivités de la 14ème édition du Festival Scientifique et Culturel des Clubs UNESCO Universitaires de l'Afrique de l'Ouest (FESCUAO) à laquelle participent 450 festivaliers.Les troupes artistiques et culturelles des clubs UNESCO des pays participants se sont produites chacune en théâtre, en danse traditionnelle et mod...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Le paludisme : Des efforts soutenus dans la lutte …

Le paludisme est une maladie parasitaire qui constitue un problème de santé publique au Ni...

vendredi 27 octobre 2017

Interview de Dr. Hadiza Jackou, Coordinatrice du P…

Cette année encore, le paludisme fait beaucoup de victimes au Niger : quel est le nombre d...

vendredi 27 octobre 2017

Paludisme : Le choix de lutte

La lutte contre le paludisme a été entreprise, à l'échelle internationale, par l'Organisat...

vendredi 27 octobre 2017

L'air du temps

Baroud d'honneur dans l'Anzourou

Baroud d'honneur dans l'Anzourou

Il y a comme un vent de débâcle et de panique qui plane sur la tête des groupes armés qui ...

vendredi 17 novembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.