Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Awa, la consécration !

Awa -2Harouna Coulibaly a des comptes à régler avec le cinéma. A la fiscalité, ce fonctionnaire des impôts, très pieux, a donné le meilleur de lui-même. A la littérature aussi et cela fait beaucoup. La cinquantaine approchant, ayant abandonné la fiscalité pour la caméra, et roulé sa bosse un peu partout, en Afrique de l'ouest, de Niamey à Bamako, en passant par Dakar, Abidjan, Ouagadougou, Lomé, Cotonou, Fez et Conakry, il se bat contre la caméra, longtemps rebelle à son talent. Quatre films (deux fictions et deux documentaires), le poussent à continuer. Il revient donc fidèle à ce qu'il est : entêté, engagé, modeste, ambitieux et un éternel paria à la fois révolutionnaire, fragile et insaisissable. Riche d'un scénario cette fois-ci à la mesure de sa rage d'en découdre avec une société cruelle et injuste pour les plus faibles ou les plus pauvres, tous ses écrits et films véhiculent des messages de combat contre l'injustice.

Tout le monde sort du lot : Awa (Zabbaou Modiely
Mohamed), la sublime nigérienne, docteur en pharmacie de son état, et qui fait ses premières armes dans le monde du septième art. Autour d'elle, tous les comédiens jouent les scènes avec une telle conviction qu'on de la peine à imaginer que plus de la moitié sont des amateurs. Kitary (Bakary Doucouré du Mali), jeune amoureux éconduit ; Katakoré (Jean Jacques Yem du Cameroun), indécrottable Don Juan et détrousseur de jeunes pucelles naïves ; Habib Dembélé (Guimba) du Mali, le grandiose avocat aux effets de manches et qui joue la scène du jugement plus vraie que nature ; le grandiloquent Magma Gabriel
Konaté dans la toge du président du tribunal ; Aminata Diombana Fofana, la professeur désabusée sur un monde pervertie ou seules triomphent sexe, mensonges et corruptions ; Djouma, la femme de
Katakoré, de la Côte d'Ivoire. Allez, la coupe est pleine, fermez le ban !
Plus de quinze ans ont passé depuis que Harouna Coulibaly a découvert la magie des images et du son. Quinze années de gestation difficile, ponctuées de déboires et de fausses couches, avant qu'il ne parvienne à boucler le budget de Awa, grâce à un concours de la représentation de la Banque Mondiale au Mali et du gouvernement malien qui prenait son patronyme pour un de ses dignes ressortissants – et, à vrai dire, le coup de pouce de l'ancien président, le Pr Alpha Oumar Konaré, décidé à financer le film retenu suite à un concours de scénario.

Ajoutons un mois de tournage, un autre de montage et une longue pénitence propre à alimenter les rumeurs et les élucubrations les plus farfelues. Bref, tout est réuni pour que, dans le désert cinématographique nigérien où les jeunes cinéastes manquent de référence, Awa soit marqué d'une pierre blanche !

Attention, les rideaux se lèvent sur ce monument d'intelligence et de beauté ! Une peinture aigre-douce de la société nigérienne autour des maux de l'école. C'est sa façon à lui de parler avec douceur des choses violentes. Pour donner vie à sa libre vision de justicier social et de panafricaniste convaincu, le cinéaste a réuni une pléiade de comédiens africains à la mesure de ses ambitions pour le Continent noir, et dont certains sont d'illustres inconnus. Et ils ont gagné le pari. Comment fendre le cœur de pierre d'une société qui a délibérément décidé de faire l'autruche, sans choquer, sur des sujets d'actualité et d'acuité comme la scolarisation des filles, le détournement des mineurs, l'avortement clandestin, la corruption en milieu scolaire, la maladie du sida et j'en passe !

Sur le sujet, et à force de trop embrasser, on se dit qu'Awa a toutes les chances de mal étreindre. Par la sobriété des images et le talent des acteurs, le natif de Magaria, à l'est de Zinder – que rien ne prédisposait aux chiffres, encore moins à l'image – tient les spectateurs sous le charme de son récit dans un dosage parfait d'émotions, de passions et d'humanisme sincères.

Reprenons. Pour avoir décroché leur BEPC, Awa, une jeune et jolie fille unique de son père, de surcroît imam de son bled, et son cousin transi d'amour pour elle, vont devoir quitter leur trou perdu abonné aux corvées et aux privations, pour les myriades et les mirages de la ville. Les voilà catapultés sur la toile de ce monstre froid, dont les mailles d'acier broient tous les gogos qui s'y aventurent en quête d'une vie meilleure. Awa, victime de sa beauté et de sa naïveté, a vite fait de l'apprendre à ses dépens. Cela, on le pressent, dès les premières images du film.

Entre traditions, modernité et perversions, Harouna Coulibaly dévide la trame de son histoire sans jamais rompre le fil. On sort de cette épreuve émouvante, le cœur à l'aise. Harouna Coulibaly fait du cinéma et personne n'est volé. Mais Awa n'est qu'une des pièces sur l'échiquier qu'il s'est construit, patiemment, année après année, case après case. Un échiquier à l'échelle continentale.
Il en sort une magistrale leçon de sociologie, débarrassée des afféteries de ceux qui pensent qu'il suffit de courir les festivals pour être consacré cinéaste. On reconnaît le talent, la reconnaissance, la générosité et l'humilité de celui qui ayant tout reçu de la République s'estime en devoir de partager ce qu'il a de mieux.

Tous sont formidables dans ce film où tout le monde, gouvernants, parents, éducateurs, leaders et élèves sont en permanence interpellés.
Awa peut-il faire mouche sur un sujet où tous semblent avoir baissé les bras ? Là est la question. La seule, mais d'importance, qui se pose au terme des trois premiers épisodes de trente minutes chacun, de cette série qui marque une étape importante dans la carrière de Harouna Coulibaly au cinéma. Et dans sa quête de la perfection, de la justice sociale et d'un peu plus d'humanisme tout court. Au fait, à quand la suite qui verra Awa, après moult péripéties, gravir les plus hautes marches de son pays, pour accéder à la magistrature suprême des Etats-Unis d'Afrique ? La question vaut aussi pour tous ceux qui pourraient aider à la concrétisation de ce rêve. Awa, la consécration !
Ibbo Daddy Abdoulaye
Journaliste, communicateur
LE FISC N°003 - JUIN 2016
Revue d'informations de la DGI
www.lesahel.org

Culture

Portrait d'Artiste : Hassane Boukary, artiste engagé pour la promotion de la paix

Portrait d'Artiste : Hassane Boukary, artiste engagé pour la promotion de la paix

Habillé d'un costume traditionnel nigérien, l'artiste tenait entre ses mains une canne en bronze en forme de vipère. Souriant et très ouvert, Hassane Boukary surnommé « Nounou » est auteur compositeur. Il avait débuté le métier d'artiste depuis son jeune âge. « J'ai embrassé la musique par amour, je ne l'ai pas hérité. Aucun membre de ma famille n'est chanteur », a-t-il déclaré. Selon lui, à travers la musique, il pense apporter sa cont...

Point de presse du ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur la tenue du Festival de l'Air : Pour la relance du tourism…

Point de presse du ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur la tenue du Festival de l'Air : Pour la relance du tourisme au Niger

C'est en prélude à la 12ème édition du Festival de l'Air, qui est un grand événement touristique pour le Niger en général et particulièrement pour la région d'Agadez, que le ministre du Tourisme et de l'Artisanat M. Ahmed Boto a animé samedi dernier, dans la salle de réunions dudit ministère, un point presse pour le lancement des préparatifs de ce rendez vous. Le festival de l'Air, édition 2017 est prévu du 10 au 12 mars prochain à Ifer...

Théâtre : « La petite orange de ma mère » de Mamane M.I. Zeinabou : Sexe, sueur, salive et sang

Théâtre : « La petite orange de ma mère » de Mamane M.I. Zeinabou : Sexe, sueur, salive et sang

Le monologue, « la petite orange de ma mère » est une pièce écrite, mise en scène et jouée par Mamane Malam Issoufou Zeinabou, étudiante en master2 Arts du spectacle à la Faculté des Lettres et Sciences Humaine (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM). La pièce a été jouée la nuit du 27 janvier 2017 sur la scène « plein air », échafaudée dans l'enceinte de la FLSH, à l'occasion de la journée événement de la filière Arts du ...

Rétrospective 2016/ Secteur de la Culture : La Renaissance culturelle en marche

Rétrospective 2016/ Secteur de la Culture : La Renaissance culturelle en marche

Année électorale, 2016 a surtout brillé, au plan culturel, par trois actes majeurs : le choix du Président de la République, Chef de l'Etat, de « Promouvoir la renaissance culturelle » au rang de premier « axe prioritaire » de son second mandat (2016-2021), sa décision de dédier un ministère plein à cette Renaissance culturelle et à la Modernisation sociale et la déclinaison de cette volonté politique dans la Déclaration de Politique Gé...

Mission du ministre de la renaissance culturelle dans la région de Dosso : Identifier les sites historiques pour leur re…

Mission du ministre de la renaissance culturelle dans la région de Dosso : Identifier les sites historiques pour leur revalorisation

Après avoir pris part à la 38ème édition du sabre national tenue à Tahoua, le ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, Porte-parole du gouvernement M. Assoumana Malam Issa a effectué une visite de travail dans les régions de Tahoua et Dosso. L'objectif de ce déplacement et d'identifier les sites historiques de ces deux régions.Dans la région de Dosso, la délégation ministérielle s'est rendue à Loug...

Arts et culture : Portrait de Ibrahim Abdou dit Bagobiri, artiste chanteur

Arts et culture : Portrait de Ibrahim Abdou dit Bagobiri, artiste chanteur

Rien ne prédestinait Ibrahim Abdou à devenir chanteur. Né il y a environ 51 ans à Dangouna (village situé à dix kilomètres de Dan Daji dans le département d'Illéla, région de Tahoua), il vint à Niamey où, faute de mieux, il intégra la Samaria de Banizoumbou dans laquelle il joua trois ballets et effectuera ses toutes premières tournées à Ouallam et Téra dans l'actuelle région de Tillabéri. C'était sous le régime militaire de feu le Géné...

Dosso/Culture : Haoua Capochichi, artiste et enseignante

Dosso/Culture : Haoua Capochichi, artiste et enseignante

Issue d'une famille d'artistes, Janette Haoua Capochichi est arrivée dans la musique dans les années 1999 avec l'appui de son grand frère Roger le moine, lui-même artiste musicien. Elle rejoindra par la suite le groupe Toubal où elle apprit à faire le chœur avec feu Dargné Gadeyzé.Ayant acquis assez d'expériences, cette jeune femme de 36 ans fit sortir en 2001 son premier album intitulé Sodjaï Wandiya autrement dit la copine des militai...

Interview de notre compatriote Amadou Ousmane, auteur du livre ''Notre ami Kérékou'' : ''Afin que l'Histoire n'oublie pa…

Interview de notre compatriote Amadou Ousmane, auteur du livre ''Notre ami Kérékou'' : ''Afin que l'Histoire n'oublie pas Kérékou...''

M. Amadou Ousmane, vous êtes un écrivain bien connu au Niger, mais presque pas au Bénin. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?Je suis un fonctionnaire des Nations Unies à la retraite. J'ai servi 10 ans dans les missions de paix des Nations Unies au Burundi, comme Chef de l'Information et Porte-parole. J'ai aussi servi comme Chargé de Communication au National Democratic Institute (NDI) à Niamey et à Bujumbura. Avant cela, dans mon...

Agadez /Soirées culturelles d'Agadez Sokni : La jeunesse nigérienne en redemande

Agadez /Soirées culturelles d'Agadez Sokni : La jeunesse nigérienne en redemande

Dans toutes les festivités commémoratives, les soirées culturelles ont toujours été des moments privilégiés pour réconcilier la jeunesse nigérienne avec sa culture. Agadez Sokni n'a pas dérogé à cette règle. Les nuits culturelles ont attiré et conquis un public majoritairement juvénile assoiffé de spectacles. Quant aux artistes musiciens d'Agadez comme ceux venus des 4 coins du Niger, ils ont donné le meilleur d'eux-mêmes.Les groupes mu...

Exposition à la bibliothèque de la faculté des Lettres et des Sciences Humaines (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de…

Exposition à la bibliothèque de la faculté des Lettres et des Sciences Humaines (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM) : Dialogue culturel sur l'œuvre de Miguel Cervantès

Dans le cadre de la commémoration du 4ème centenaire de l'écrivain espagnol, Miguel de Cervantes, une initiative culturelle de l'Espagne à l'étranger en 2016 à travers des expositions des dessins a été lancée au niveau des ambassades au Niger, au Mali et en Guinée, qui sont les trois pays unis par le fleuve Niger pour faire connaître davantage la figure universelle de Don Quichotte. A Niamey, la cérémonie d'ouverture de l'exposition s'e...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Pari gagné !

lundi 9 janvier 2017

Editorial : Pari gagné !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Utilisation du gaz domestique : L'entretien des bo…

Utilisation du gaz domestique : L'entretien des bouteilles et la sécurité des équipements

Depuis que le Niger est devenu pays producteur et exportateur de pétrole, les populations ...

jeudi 23 février 2017

Proprété des bouteilles : à qui la faute ?

Proprété des bouteilles : à qui la faute ?

Le Niger a initié, depuis les années 90, un programme national de l'énergie domestique, po...

jeudi 23 février 2017

Des utilisateurs témoignent

Des utilisateurs témoignent

Mme Aïssa ZakariJ'utilise les bouteilles de gaz depuis plusieurs années. Je possède en réa...

jeudi 23 février 2017

L'air du temps

Assainir l'école

Assainir l'école

L'actualité de ces dernières semaines est en train de se cristalliser autour de l'école ni...

jeudi 23 février 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.