Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Cinéma : ''Ma Grande Famille'' ou le retour en force de la série ivoirienne ''Ma Famille''


delta''Ma Famille''. En Afrique francophone, tout le monde connait cette série télévisée ivoirienne qui a fait vibrer les cœurs de tous les téléspectateurs, en Côte d'Ivoire, avant de se répandre dans tous les pays de la sous-région ouest-africaine. Lancée en 2002, la série ''Ma Famille'' de la réalisatrice et actrice ivoirienne, Akissi Delta, a vu sa diffusion suspendue en 2007. Et aujourd'hui, soit environ dix ans après, la série fait son retour en force, avec une ambition tournée vers la vision panafricaniste. Ainsi la saison 2, rebaptisée ''Ma grande Famille'', qui est composée de 300 épisodes, s'ouvre aux talentueux acteurs de presque tous les pays de la sous-région de l'Afrique de l'Ouest que nous verrons à travers des histoires encore plus croustillantes.
Avec la série ''Ma Famille'', les spectateurs se passionnaient des arrogances de la belle-mère acariâtre, Nadié, des tartuferies de Bohiri, le mari volage, de manigances des employés de maison qui participaient aux imbroglios pour généralement défendre leur maîtresse de maison, la belle et soumise Delta. Qui oubliera les frasques de gaffeur Gohou Michel et de son indomptable épouse Cléclé, de Tatiana, de Bazé Thérèse, de la naïve Marie-Laure, et bien d'autres. Dans le souci de faire mieux, pour ne pas proposer «du réchauffé» aux téléspectateurs, Akissi Delta s'est enfermée dans une tour d'ivoire depuis 2007 pour écrire ''Ma grande famille'', la suite de son premier téléfilm à succès.

260 épisodes, 13800 minutes de diffusion, pour égayer les téléspectateurs
Cette fois-ci encore la réalisatrice de la saison 2, ''Ma Grande Famille'', promet de vous replonger au cœur de la vie quotidienne des quartiers populaires d'Abidjan où cohabitent, dans des cours communes, des personnes à revenu moyen et venus d'horizons divers. Le décor est bien planté pour vous embarquer dans l'ambiance tumultueuse des cours communes avec son lot quotidien de mensonges, de tromperies, d'envies et d'altercations verbales (et souvent physiques), à n'en point finir.
C'est du moins ce qu'assure la réalisatrice elle-même qui annonçait les couleurs sur les innovations attendues, dans un entretien qu'elle a accordé à Afrikipresse, peu avant le premier coup de manivelle du démarrage du tournage intervenu le 25 juin 2016. « C'est toujours la même chose avec comme acteur principal Bohiri et ses micmacs avec les femmes. Mais contrairement aux épisodes précédents, cette-fois, je tourne dans beaucoup de pays : Burkina, Mali, Bénin, Togo, Sénégal...et avec comme grandes surprises, des acteurs mauritaniens qui vont faire leur apparition dans la série. À travers ce feuilleton, je voudrais qu'on voit les Mauritaniens autrement.ma-famille-2 Dans les prochains épisodes de "Ma Famille", se retrouveront toutes les nationalités issues de l'Afrique francophone. Ce sera un creuset de diversité culturelle africaine car, en plus des Mauritaniens, il y aura aussi des acteurs congolais, gabonais etc., avec plusieurs acteurs qui viendront aussi de l'Afrique centrale. Mais le coup de cœur sera pour moi, la Mauritanie qui fera son entrée au sein de l'équipe de Ma Famille», soulignait Akissi Delta
Un budget de près d'un milliard de FCFA...
Pour gagner le pari de donner à la série une touche plutôt panafricaniste, la réalisatrice s'est entourée, en plus des principaux acteurs de ''Ma famille'', d'autres acteurs de renom de la sous-région ouest-africaine et même du Cameroun. De même, le tournage, qui durera douze mois, se déroulera en Côte d'Ivoire, mais aussi au Sénégal, au Mali, au Burkina, au Togo, au Bénin et au Niger.
Face au grand succès de ''Ma famille'', Delta ne cache pas sa peur de décevoir. «J'ai peur, je vous demande de me soutenir», a-t-elle déclaré. Mais déjà elle peut compter sur des soutiens de poids : celui de la télévision ivoirienne (RTI), ainsi que de Canal+ Overseas, sachant que la série sera diffusée sur sa chaîne A+. D'autre part, la ministre ivoirienne de la Culture, qui présidait la cérémonie de lancement du tournage, a annoncé un appui du gouvernement ivoirien pour un montant de cent (100) millions de Fcfa. Le budget avoisine le milliard de FCFA (1,5 million d'euros).

Assane Soumana(onep)
www.lesahel.org

Culture

Rétrospective 2016/ Secteur de la Culture : La Renaissance culturelle en marche

Rétrospective 2016/ Secteur de la Culture : La Renaissance culturelle en marche

Année électorale, 2016 a surtout brillé, au plan culturel, par trois actes majeurs : le choix du Président de la République, Chef de l'Etat, de « Promouvoir la renaissance culturelle » au rang de premier « axe prioritaire » de son second mandat (2016-2021), sa décision de dédier un ministère plein à cette Renaissance culturelle et à la Modernisation sociale et la déclinaison de cette volonté politique dans la Déclaration de Politique Gé...

Mission du ministre de la renaissance culturelle dans la région de Dosso : Identifier les sites historiques pour leur re…

Mission du ministre de la renaissance culturelle dans la région de Dosso : Identifier les sites historiques pour leur revalorisation

Après avoir pris part à la 38ème édition du sabre national tenue à Tahoua, le ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, Porte-parole du gouvernement M. Assoumana Malam Issa a effectué une visite de travail dans les régions de Tahoua et Dosso. L'objectif de ce déplacement et d'identifier les sites historiques de ces deux régions.Dans la région de Dosso, la délégation ministérielle s'est rendue à Loug...

Arts et culture : Portrait de Ibrahim Abdou dit Bagobiri, artiste chanteur

Arts et culture : Portrait de Ibrahim Abdou dit Bagobiri, artiste chanteur

Rien ne prédestinait Ibrahim Abdou à devenir chanteur. Né il y a environ 51 ans à Dangouna (village situé à dix kilomètres de Dan Daji dans le département d'Illéla, région de Tahoua), il vint à Niamey où, faute de mieux, il intégra la Samaria de Banizoumbou dans laquelle il joua trois ballets et effectuera ses toutes premières tournées à Ouallam et Téra dans l'actuelle région de Tillabéri. C'était sous le régime militaire de feu le Géné...

Dosso/Culture : Haoua Capochichi, artiste et enseignante

Dosso/Culture : Haoua Capochichi, artiste et enseignante

Issue d'une famille d'artistes, Janette Haoua Capochichi est arrivée dans la musique dans les années 1999 avec l'appui de son grand frère Roger le moine, lui-même artiste musicien. Elle rejoindra par la suite le groupe Toubal où elle apprit à faire le chœur avec feu Dargné Gadeyzé.Ayant acquis assez d'expériences, cette jeune femme de 36 ans fit sortir en 2001 son premier album intitulé Sodjaï Wandiya autrement dit la copine des militai...

Interview de notre compatriote Amadou Ousmane, auteur du livre ''Notre ami Kérékou'' : ''Afin que l'Histoire n'oublie pa…

Interview de notre compatriote Amadou Ousmane, auteur du livre ''Notre ami Kérékou'' : ''Afin que l'Histoire n'oublie pas Kérékou...''

M. Amadou Ousmane, vous êtes un écrivain bien connu au Niger, mais presque pas au Bénin. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?Je suis un fonctionnaire des Nations Unies à la retraite. J'ai servi 10 ans dans les missions de paix des Nations Unies au Burundi, comme Chef de l'Information et Porte-parole. J'ai aussi servi comme Chargé de Communication au National Democratic Institute (NDI) à Niamey et à Bujumbura. Avant cela, dans mon...

Agadez /Soirées culturelles d'Agadez Sokni : La jeunesse nigérienne en redemande

Agadez /Soirées culturelles d'Agadez Sokni : La jeunesse nigérienne en redemande

Dans toutes les festivités commémoratives, les soirées culturelles ont toujours été des moments privilégiés pour réconcilier la jeunesse nigérienne avec sa culture. Agadez Sokni n'a pas dérogé à cette règle. Les nuits culturelles ont attiré et conquis un public majoritairement juvénile assoiffé de spectacles. Quant aux artistes musiciens d'Agadez comme ceux venus des 4 coins du Niger, ils ont donné le meilleur d'eux-mêmes.Les groupes mu...

Exposition à la bibliothèque de la faculté des Lettres et des Sciences Humaines (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de…

Exposition à la bibliothèque de la faculté des Lettres et des Sciences Humaines (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM) : Dialogue culturel sur l'œuvre de Miguel Cervantès

Dans le cadre de la commémoration du 4ème centenaire de l'écrivain espagnol, Miguel de Cervantes, une initiative culturelle de l'Espagne à l'étranger en 2016 à travers des expositions des dessins a été lancée au niveau des ambassades au Niger, au Mali et en Guinée, qui sont les trois pays unis par le fleuve Niger pour faire connaître davantage la figure universelle de Don Quichotte. A Niamey, la cérémonie d'ouverture de l'exposition s'e...

Soirée d'enregistrement en direct de l'émission ''Couleurs Tropicales'' sur la radio RFI : Les talents musicaux du Niger…

Soirée d'enregistrement en direct de l'émission ''Couleurs Tropicales'' sur la radio RFI : Les talents musicaux du Niger à l'honneur sur RFI

Après la région de Dosso, c'était au tour de la région de Niamey d'accueillir vendredi dernier, au palais des congrès, la soirée d'enregistrement en direct sur la radio RFI de l'émission ''Couleurs Tropicales''. Cette soirée s'est déroulée en collaboration avec le gouvernement du Niger, l'Assemblée Nationale, et le Ministère de la Renaissance Culturelle des Arts et de la Modernisation Sociale. Aussi, plusieurs sponsors dont l'Office Nat...

10ème édition du Festival International de la Mode Africaine (FIMA) : «Education, industrie pour une Afrique de métissag…

10ème édition du Festival International de la Mode Africaine (FIMA) : «Education, industrie pour une Afrique de métissage et de paix», thème de cette édition

Le ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale M. Assoumana Malam Issa a présidé, le vendredi 16 décembre dernier, à l'Arène des jeux traditionnels d'Agadez, la cérémonie de lancement de la 10ème édition du Festival International de la Mode Africaine (FIMA) 2016. Un concours Top-modèle et un concours du meilleur artisan ont été organisés en prélude à cette édition. De même le meilleur bijoutier et le m...

Le département de Tchirozérine : La troupe culturelle ''Albichir'', une fierté nationale

Le département de Tchirozérine : La troupe culturelle ''Albichir'', une fierté nationale

Après la Société Nigérienne de Charbon (SONICHAR), le nom de Tchirozérine est intimement lié à celui de la célèbre troupe culturelle de chants et danse ''Albichir''. Quel est en effet cet être normal dont le corps et l'esprit n'ont vibré aux mélodies langoureuses et cadensés de ces jeunes et splendides filles de cette contrée de l'Aïr qu'est Tchiro, dont le sous-sol est couvert de gisements de charbon, d'étain et du métal jaune qu'est l...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Pari gagné !

lundi 9 janvier 2017

Editorial : Pari gagné !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Mise en œuvre de la réforme du guichet unique auto…

Mise en œuvre de la réforme du guichet unique automobile au Niger : En finir avec les faux documents et leur corollaire de pertes énormes des recettes de l'Etat

Dans le cadre de la modernisation de l'administration des douanes afin d'améliorer ses pre...

jeudi 19 janvier 2017

SONILOGA, égalité des citoyens devant le service p…

SONILOGA, égalité des citoyens devant le service public

« Nous sommes des délégataires, et notre mission est de traduire en acte la reforme sur la...

jeudi 19 janvier 2017

Application du système du guichet unique des autom…

Application du système du guichet unique des automobiles : Complaintes des vendeurs des véhicules d'occasion

Le marché des véhicules d'occasion connait ces derniers temps dans notre pays un boulevers...

jeudi 19 janvier 2017

L'air du temps

Ces feux tricolores ''fantômes''

Ces feux tricolores ''fantômes''

Les feux optiques sont conçus pour jouer un rôle essentiel dans le dispositif de la régula...

jeudi 19 janvier 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.