Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Cinéma nigérien : Oumarou Ganda, cet immortel


Oumarou--1Frappé par un malaise cardiaque Oumarou Ganda meurt brutalement le 1er janvier 1981 alors que la veille, il travaillait sur le scénario d'un documentaire. Le monde apprend alors avec une vive émotion la disparition de celui qu'on considère au-delà du Niger comme l'un des plus grands cinéastes du Continent africain.
Au Niger, outre la douleur ressentie, le milieu cinématographique s'interroge sur l'avenir du 7ème art dans notre pays qui, du vivant de l'illustre disparu, occupait le 2ème rang en Afrique de l'Ouest après le Sénégal. Normal dans ces conditions d'être inquiet, voire d'épouser la thèse des pessimistes qui y vont de leurs commentaires, prophétisant la décadence du cinéma dans notre pays. Même si le mot décadence évoqué par ces oiseaux de mauvais augure est excessif, il n'en demeure pas moins qu'aujourd'hui, 35 ans après Oumarou Ganda, le cinéma nigérien bat de l'aile pour ne pas dire pire que cela. Absent des grandes rencontres cinématographiques du Continent d'où il figurait en vedette, notamment du festival de Carthage en Tunisie ou, plus grave encore, du Festival du cinéma de Ouagadougou (Fespaco) dont le 3ème prix est intitulé ''Prix Oumarou Ganda'', le cinéma nigérien mettra encore du temps à se relever si l'on ne pare pas au plus pressé. De là à ignorer les nombreux succès remportés par Moustapha Alassane, Mustapha Diop et Djingarey Maïga, il n'est pas question. Ils ont certes réalisé des grands films, mais tout le monde s'accorde à dire que la dynamique du cinéma nigérien impulsée par Oumarou Ganda a baissé d'un ton.
De taille très moyenne, qualifié de franc et d'honnête, de direct et de simple mais d'exigeant d'après ceux qui l'ont connu, Oumarou Ganda est l'archétype des enfants des quartiers pauvres de Niamey où il naquit en1935. ''Déscolarisé dès le primaire'' pour certains, ''il n'a jamais mis pied à l'école'' selon d'autres, le jeune Ganda n'a pratiquement rien de significatif devant lui. Ainsi naissent souvent les grands hommes que la providence se charge de combler. D'ailleurs, elle ne tardera pas à se manifester. En 1951, alors qu'il n'avait que 16 ans, il est engagé dans le corps expéditionnaire français en Indochine. De retour au Niger en 1955, il devient enquêteur-statisticien durant un an. Insatiable, il claque la porte et ''s'exile'', à Abidjan (Côte-d'Ivoire) devenu après le Ghana le nouvel Eldorado des migrants issus du Soudan français. Là, il s'exerce dans le métier de docker, exactement comme le Sénégalais Sembène Ousmane en France. Qu'y a-t-il de secret dans le métier de docker pour que deux cinéastes parmi les grands du Continent sortent de ses rangs. Autodidactes tous les deux, ils vont explorer les contours du cinéma africain sous la colonisation et s'imposer.

Mais c'est sa rencontre fortuite avec Jean Rouch qui va être déterminante puisqu'il lui confie un rôle dans le film ''Moi un Noir'' dans lequel il interprétera le rôle d'un ancien militaire d'Indochine, fonction qu'il a occupée de 1951 à 1955 dans le corps expéditionnaire français dès l'âge de 16 ans. C'est le déclic. C'est la naissance d'une passion pour le 7ème art qui durera toute sa vie.
Malgré sa vie insouciante à Abidjan, il se sent à l'étroit. En vérité, il avait le mal du pays. De retour au Niger, il fréquenta le Centre Culturel Franco Nigérien, la seule référence du pays dans le domaine des manifestations culturelles dans la capitale. Grâce à ses talents d'assistant-réalisateur acquis en Côte d'Ivoire, il intègre le groupe Culture & Cinéma, fondé à Niamey. En 1968, il tourne son premier scénario ''Cabascabo'' grâce à une bourse de la coopération. La même année, il s'envole pour Paris afin de procéder au montage de son film. Il se trouve coincé dans la capitale française suite aux évènements insurrectionnels de soixante-huitards. Le film retrace en vérité son propre vécu sur le champ de bataille en Indochine. C'est au demeurant l'histoire d'un jeune soldat vétéran de la guerre qui débarque dans son pays. Il croyait que cela lui ouvrirait les portes de l'emploi. Désillusion ! Du travail il n'en trouva point.
Sélectionné au festival de Cannes pour la semaine de la critique internationale, il obtint le Prix spécial du jury au festival de Moscou, puis à Malaga en Espagne où il obtint le prix de la critique internationale et celui de la Fédération espagnole des cinés clubs à Carthage, une mention. C'est le début d'une brillante carrière. Expérimenté dans le domaine, il s'émancipe en réalisant presque coup sur coup ''Wazzou polygame'' en 1970 et ''Saitane'' en 1972. Le premier est une critique des travers de la société nigérienne axée sur les mariages polygames en vogue à Niamey; quant au second, il met en exergue la puissance de l'argent, l'adultère d'un marabout véreux, incarnés par des acteurs de talents tels Zalika Souley, Amadou Saley et Oumarou Ganda. Notons que très souvent, ce réalisateur joue aussi des rôles dans ses films. Le dernier film de Ganda est ''L'Exilé'' sorti en 1980. C'est un film majeur qui s'inspire du conte africain dans son déroulement narratif. Pour les critiques, Oumarou Ganda introduit de ce fait une technique cinématographique jusque-là inexplorée.
Malgré le temps fou que requièrent les tournages, il s'est permis de varier ses goûts. Ainsi, après la réalisation des longs métrages, il s'est intéressé aux films documentaires et a réussi le tour de force de tourner ''Cock Cock Cock'' en 1977. C'est un hommage aux talents de ce grand chanteur, Seybou Ayorou, que nous connaissons tous sous le pseudonyme de ''Cokcokcok''. Parmi les documentaires, figurent aussi ''Batatu'' en 1976 et ''Le Niger au festival de Carthage'' en 1980. Ce dernier est un reportage télé montrant la participation des Nigériens aux événements cinématographiques d'envergure internationale.

Près de cinq films longs et moyens métrages pour autant de documentaires, voilà l''héritage laissé par ce grand cinéaste arraché à notre affection à l'âge de 45 ans. Ses réalisations tissées dans le monde fermé des grands réalisateurs, son talent d'orateur qui lui a permis de défendre ses films face à la critique des journalistes du domaine, la qualité de ses films, son charisme personnel, ont permis au Niger d'être, à chaque rencontre, cité parmi les meilleurs nations du 7ème art. Il était également le seul cinéaste à avoir décroché, en 1972, le prix de l'Etalon de Yennega, soit la haute distinction du Festival de Ouagadougou, pour son film le ''Wazzou Polygame''. Sa mémoire a été immortalisée par un centre culturel nigérien qui porte son nom, le CCOG, Centre Culturel Oumarou Ganda.

La jeune génération doit s'inspirer de son travail et de sa combativité pour redorer le blason du cinéma nigérien. Son exemple doit réveiller les jeunes réalisateurs nigériens qui cachent leur insuccès derrière le manque de financement étatique ou de la coopération. Ganda n'était pas riche. Il était mort pauvre. Mais il restera immortel.
O. ALI

www.lesahel.org

Culture

Point de presse du ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur la tenue du Festival de l'Air : Pour la relance du tourism…

Point de presse du ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur la tenue du Festival de l'Air : Pour la relance du tourisme au Niger

C'est en prélude à la 12ème édition du Festival de l'Air, qui est un grand événement touristique pour le Niger en général et particulièrement pour la région d'Agadez, que le ministre du Tourisme et de l'Artisanat M. Ahmed Boto a animé samedi dernier, dans la salle de réunions dudit ministère, un point presse pour le lancement des préparatifs de ce rendez vous. Le festival de l'Air, édition 2017 est prévu du 10 au 12 mars prochain à Ifer...

Théâtre : « La petite orange de ma mère » de Mamane M.I. Zeinabou : Sexe, sueur, salive et sang

Théâtre : « La petite orange de ma mère » de Mamane M.I. Zeinabou : Sexe, sueur, salive et sang

Le monologue, « la petite orange de ma mère » est une pièce écrite, mise en scène et jouée par Mamane Malam Issoufou Zeinabou, étudiante en master2 Arts du spectacle à la Faculté des Lettres et Sciences Humaine (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM). La pièce a été jouée la nuit du 27 janvier 2017 sur la scène « plein air », échafaudée dans l'enceinte de la FLSH, à l'occasion de la journée événement de la filière Arts du ...

Rétrospective 2016/ Secteur de la Culture : La Renaissance culturelle en marche

Rétrospective 2016/ Secteur de la Culture : La Renaissance culturelle en marche

Année électorale, 2016 a surtout brillé, au plan culturel, par trois actes majeurs : le choix du Président de la République, Chef de l'Etat, de « Promouvoir la renaissance culturelle » au rang de premier « axe prioritaire » de son second mandat (2016-2021), sa décision de dédier un ministère plein à cette Renaissance culturelle et à la Modernisation sociale et la déclinaison de cette volonté politique dans la Déclaration de Politique Gé...

Mission du ministre de la renaissance culturelle dans la région de Dosso : Identifier les sites historiques pour leur re…

Mission du ministre de la renaissance culturelle dans la région de Dosso : Identifier les sites historiques pour leur revalorisation

Après avoir pris part à la 38ème édition du sabre national tenue à Tahoua, le ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, Porte-parole du gouvernement M. Assoumana Malam Issa a effectué une visite de travail dans les régions de Tahoua et Dosso. L'objectif de ce déplacement et d'identifier les sites historiques de ces deux régions.Dans la région de Dosso, la délégation ministérielle s'est rendue à Loug...

Arts et culture : Portrait de Ibrahim Abdou dit Bagobiri, artiste chanteur

Arts et culture : Portrait de Ibrahim Abdou dit Bagobiri, artiste chanteur

Rien ne prédestinait Ibrahim Abdou à devenir chanteur. Né il y a environ 51 ans à Dangouna (village situé à dix kilomètres de Dan Daji dans le département d'Illéla, région de Tahoua), il vint à Niamey où, faute de mieux, il intégra la Samaria de Banizoumbou dans laquelle il joua trois ballets et effectuera ses toutes premières tournées à Ouallam et Téra dans l'actuelle région de Tillabéri. C'était sous le régime militaire de feu le Géné...

Dosso/Culture : Haoua Capochichi, artiste et enseignante

Dosso/Culture : Haoua Capochichi, artiste et enseignante

Issue d'une famille d'artistes, Janette Haoua Capochichi est arrivée dans la musique dans les années 1999 avec l'appui de son grand frère Roger le moine, lui-même artiste musicien. Elle rejoindra par la suite le groupe Toubal où elle apprit à faire le chœur avec feu Dargné Gadeyzé.Ayant acquis assez d'expériences, cette jeune femme de 36 ans fit sortir en 2001 son premier album intitulé Sodjaï Wandiya autrement dit la copine des militai...

Interview de notre compatriote Amadou Ousmane, auteur du livre ''Notre ami Kérékou'' : ''Afin que l'Histoire n'oublie pa…

Interview de notre compatriote Amadou Ousmane, auteur du livre ''Notre ami Kérékou'' : ''Afin que l'Histoire n'oublie pas Kérékou...''

M. Amadou Ousmane, vous êtes un écrivain bien connu au Niger, mais presque pas au Bénin. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?Je suis un fonctionnaire des Nations Unies à la retraite. J'ai servi 10 ans dans les missions de paix des Nations Unies au Burundi, comme Chef de l'Information et Porte-parole. J'ai aussi servi comme Chargé de Communication au National Democratic Institute (NDI) à Niamey et à Bujumbura. Avant cela, dans mon...

Agadez /Soirées culturelles d'Agadez Sokni : La jeunesse nigérienne en redemande

Agadez /Soirées culturelles d'Agadez Sokni : La jeunesse nigérienne en redemande

Dans toutes les festivités commémoratives, les soirées culturelles ont toujours été des moments privilégiés pour réconcilier la jeunesse nigérienne avec sa culture. Agadez Sokni n'a pas dérogé à cette règle. Les nuits culturelles ont attiré et conquis un public majoritairement juvénile assoiffé de spectacles. Quant aux artistes musiciens d'Agadez comme ceux venus des 4 coins du Niger, ils ont donné le meilleur d'eux-mêmes.Les groupes mu...

Exposition à la bibliothèque de la faculté des Lettres et des Sciences Humaines (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de…

Exposition à la bibliothèque de la faculté des Lettres et des Sciences Humaines (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM) : Dialogue culturel sur l'œuvre de Miguel Cervantès

Dans le cadre de la commémoration du 4ème centenaire de l'écrivain espagnol, Miguel de Cervantes, une initiative culturelle de l'Espagne à l'étranger en 2016 à travers des expositions des dessins a été lancée au niveau des ambassades au Niger, au Mali et en Guinée, qui sont les trois pays unis par le fleuve Niger pour faire connaître davantage la figure universelle de Don Quichotte. A Niamey, la cérémonie d'ouverture de l'exposition s'e...

Soirée d'enregistrement en direct de l'émission ''Couleurs Tropicales'' sur la radio RFI : Les talents musicaux du Niger…

Soirée d'enregistrement en direct de l'émission ''Couleurs Tropicales'' sur la radio RFI : Les talents musicaux du Niger à l'honneur sur RFI

Après la région de Dosso, c'était au tour de la région de Niamey d'accueillir vendredi dernier, au palais des congrès, la soirée d'enregistrement en direct sur la radio RFI de l'émission ''Couleurs Tropicales''. Cette soirée s'est déroulée en collaboration avec le gouvernement du Niger, l'Assemblée Nationale, et le Ministère de la Renaissance Culturelle des Arts et de la Modernisation Sociale. Aussi, plusieurs sponsors dont l'Office Nat...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Pari gagné !

lundi 9 janvier 2017

Editorial : Pari gagné !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Insalubrité dans la ville de Niamey : Un changemen…

Insalubrité dans la ville de Niamey : Un changement de comportement du citoyen s'impose

La ville de Niamey est salle. On ne le dira jamais assez. Mais le plus inquiétant est que ...

jeudi 16 février 2017

Salubrité urbaine : Beaucoup reste à faire pour as…

Salubrité urbaine : Beaucoup reste à faire pour assurer la propreté de nos villes et campagnes

A voir les monticules et même les montagnes de déchets solides ainsi que les mares et rivi...

jeudi 16 février 2017

Insalubrité urbaine

Insalubrité urbaine

A une heure indue de la nuit, nombreux sont les noctambules qui voient ces braves hommes e...

jeudi 16 février 2017

L'air du temps

La Saint Valentin ou l'heure de vérité

La Saint Valentin ou l'heure de vérité

Mardi dernier, les jeunes ont fêté la Saint-Valentin ou la fête des amoureux. L'occasion é...

jeudi 16 février 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.