Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Cinéma nigérien : A quand la vraie relance du cinéma ?


obamaToutes les bonnes histoires commencent par des anecdotes. Celles du cinéma nigérien aussi. Il était une fois, un ingénieur des Ponts et Chaussées nommé Jean Rouch, également ethnologue et philosophe à la fois. ''Moteur ça tourne'' !
Le cinéma nigérien vient de naitre et reconnait sa paternité à ce curieux intellectuel. Lorsqu'il a été affecté au Niger en 1941, il se trouvait qu'il était déjà un cinéaste accompli ayant réalisé plusieurs films. Mais nuance. Ce qui l'intéressait, ce n'était pas de produire des films de fictions que l'on attendait. Cela importe peu à cet homme singulier qui veut explorer une technique d'écriture cinématographique .Celle de tourner directement le réel et d'en transmettre la vérité. Ce qui fait de lui un adepte, voire un précurseur, du cinéma direct ; un courant né aux Etats unis vers 1958. Ses premiers films sont déjà évocateurs : ''Au pays des mages noirs'' en 1947 et ''Les magiciens de Wanzarbé'' en 1947. C'est donc toute cette expérience qu'il mettra au service du Niger encore sous la colonisation. Sa rencontre avec Oumarou Ganda, un jeune nigérien démobilisé en quête de travail, sera déterminante et prometteuse d'espoir. De fait, elle est perçue comme le clap de début. Acteur vedette de Jean Rouch dans ''Moi un noir'' (1957), puis assistant réalisateur, Oumarou Ganda sera le premier grand réalisateur nigérien de films de fiction.
Mais, en vérité, c'est avec Moustapha Alassane que le cinéma nigérien connaitra son baptême de feu. En 1966 il obtient le Prix de dessin au 1er Festival mondial des Arts nègres à Dakar, avec la ''Mort de Gandji''. Et comme Oumarou Ganda, Moustapha Alassane est un petit de Jean Rouch. C'est avec lui que ce bon mécanicien découvre les techniques du cinéma, notamment dans le tournage du film ''Petit à Petit'' réalisé en 1971. Les deux hommes étaient si liés que le destin a voulu que Jean Rouch meurt accidentellement en 2004 dans la voiture que conduisait Moustapha Alassane sur la route de Tahoua.
Maitre incontesté du dessin animé au Niger, Moustapha Alassane est le cinéaste qui a la plus volumineuse filmographie. Il capitalise plus d'une dizaine de films dont 5, produits en court métrage, sont réalisés avant 1970, année qui coïncide par ailleurs avec la vraie entrée en scène du cinéaste Oumarou Ganda.
''La bague du roi Koda'' et ''Aouré'' en 1962, ''Le retour d'un aventurier'' et ''Bon voyage Slim'' en 1966.
Aux côtés de ces deux grands dinosaures, gravitaient d'autres jeunes talents comme Inoussa Ousseini, auteur de plusieurs courts métrages dont la ''Sangsue'' en 1970 et ''Paris c'est joli'' en 1974. Il faut noter que cet intellectuel ambassadeur, délégué permanent du Niger à l'UNESCO, disciple de Moustapha Alassane, a dirigé le CIDC, le consortium panafricain du cinéma, dont le siège se trouvait à Ouagadougou. Parmi les jeunes talents de l'époque, il y avait aussi Moustapha Diop. De 1979 à 1984, il était réalisateur à la Télévision Nationale (ORTN), avant son premier film ''Synapse'' en 1974, et en 1981, il tourne ''La tomate'' avec Isabelle Calin.
1982 marque un tournant: il réalise un long métrage, ''Le médecin de Gafiré'', avec lequel il obtient plusieurs prix dont le "Grand Prix de l'ACCT" à Carthage en 1984. Zalika Souley, considérée comme la première actrice professionnelle d'Afrique de l'Ouest est tout aussi importante que les cinéastes cités plus haut. En effet, elle a joué dans plusieurs films et son apport à la grandeur du cinéma nigérien est inestimable. Puis il y a les autres ...Moussa Alzouma, Mamane Bakabé, Yaya Kosago. Il faut dire que le monde des cinéastes nigériens n'était pas nombreux si on excluait les techniciens de la caméra et consorts.
Grâce à ces cinéastes, notre pays a enregistré des succès importants sur la scène africaine et mondiale, le classant au 2ème rang après le Sénégal. Dès qu'une manifestation cinématographique se déroulait en Afrique, le nom du Niger est cité en exemple. Ainsi plusieurs distinctions et grands prix internationaux ont été décernés aux cinéastes nigériens dont le prix de dessin au premier Festival mondial des Arts Nègres à Dakar en 1966 avec la ''Mort de Gandji''. Avec Oumarou Ganda, ''Cabascabo'' sera le premier film africain sélectionné au Festival cinématographique de Cannes (France 1969) et il va également obtenir le prix du grand jury au festival de Moscou (URSS), la même année.
Le 12 mars 1972 Oumarou Ganda obtient le premier Grand prix Étalon de Yennega au 3ème festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (FESPACO), pour son moyen métrage ''Wazzou polygame''.
En 1979, Gatta Abdourahamane est distingué ''caméra d'or'' au FESPACO pour le film ''Gossi'', initiation sonantché. La même année, il est lauréat du scénario pour ''La Case'' vision habitat UNESCO à Nairobi au Kenya. En 1990, l'actrice Zalika Souley reçoit les ''insignes du mérite culturel'' de la Tunisie, en marge des 13èmes journées cinématographiques de Carthage.

Les tentatives de relance du 7ème art
Toutes les bonnes choses, à l'évidence, ont une fin. Après la mort d'Oumarou Ganda en 1981, le régime du feu Président Seyni Kountché ayant senti le plongeon du cinéma, avait rencontré les cinéastes (dont Sembène Ousmane) venus présenter leurs condoléances à la famille du disparu. C'est peut-être de cette rencontre qu'est née la semaine Oumarou Ganda. Elle devrait servir de ''petit Fespaco'', maintenir l'enthousiasme au sein du monde des cinéastes et galvaniser leurs talents.
L'Association des cinéastes nigériens elle-même a pris conscience qu'il faut revigorer le 7ème art nigérien dont les succès s'amenuisaient. On parlait alors, à l'époque, de coma ou de léthargie du cinéma.
C'est dans ce contexte qu'un jeune inconnu du métier se pose en sauveur. Il s'appelle Ousmane Ilbo Mahamane. En 1994 il lance les RECAN (Rencontres du Cinéma Africain de Niamey). De par sa combativité, son allant et sa passion, il rappelle étrangement Oumarou Ganda. Pour ce jeune garçon aux idées lumineuses, ''les RECAN visent à créer les conditions multiformes pour le développement du cinéma au Niger. Ni festival, ni compétition, les RECAN sont une biennale qui a pour objectifs spécifiques de faire découvrir, à l'ensemble des acteurs de la chaîne cinématographique, les formes du jeune cinéma, de faire découvrir au public les aspects du cinéma sur le plan esthétique, historique, technique, économique; de former, d'informer et de sensibiliser les populations, les jeunes en particulier, à travers des thèmes propres à chaque édition.''
La première édition a été un test préparatoire. La seconde a été une réussite exemplaire. Autant que la 5ème de 2006. Le public nigérien commence à y croire. Mais les cinéastes nigériens n'y étaient pas.
Avant de sombrer, les RECAN constituaient l'une des plus importantes manifestations culturelles et cinématographiques du Niger. Elles ont mobilisé des cinéastes d'Afrique et d'Europe, des journalistes et hommes de culture, etc. Bref, plus de 70 films ont été présentés à travers les RECAN. C'est l'une des rares fois qu'une initiative privée dans le domaine est inscrite au marbre. Malgré toutes ces tentatives de relance on se rend à l'évidence que le compte n'y est pas. La fin du calvaire n'est peut-être pas pour demain.

O. ALI(onep)

Culture

Rétrospective 2016/ Secteur de la Culture : La Renaissance culturelle en marche

Rétrospective 2016/ Secteur de la Culture : La Renaissance culturelle en marche

Année électorale, 2016 a surtout brillé, au plan culturel, par trois actes majeurs : le choix du Président de la République, Chef de l'Etat, de « Promouvoir la renaissance culturelle » au rang de premier « axe prioritaire » de son second mandat (2016-2021), sa décision de dédier un ministère plein à cette Renaissance culturelle et à la Modernisation sociale et la déclinaison de cette volonté politique dans la Déclaration de Politique Gé...

Mission du ministre de la renaissance culturelle dans la région de Dosso : Identifier les sites historiques pour leur re…

Mission du ministre de la renaissance culturelle dans la région de Dosso : Identifier les sites historiques pour leur revalorisation

Après avoir pris part à la 38ème édition du sabre national tenue à Tahoua, le ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, Porte-parole du gouvernement M. Assoumana Malam Issa a effectué une visite de travail dans les régions de Tahoua et Dosso. L'objectif de ce déplacement et d'identifier les sites historiques de ces deux régions.Dans la région de Dosso, la délégation ministérielle s'est rendue à Loug...

Arts et culture : Portrait de Ibrahim Abdou dit Bagobiri, artiste chanteur

Arts et culture : Portrait de Ibrahim Abdou dit Bagobiri, artiste chanteur

Rien ne prédestinait Ibrahim Abdou à devenir chanteur. Né il y a environ 51 ans à Dangouna (village situé à dix kilomètres de Dan Daji dans le département d'Illéla, région de Tahoua), il vint à Niamey où, faute de mieux, il intégra la Samaria de Banizoumbou dans laquelle il joua trois ballets et effectuera ses toutes premières tournées à Ouallam et Téra dans l'actuelle région de Tillabéri. C'était sous le régime militaire de feu le Géné...

Dosso/Culture : Haoua Capochichi, artiste et enseignante

Dosso/Culture : Haoua Capochichi, artiste et enseignante

Issue d'une famille d'artistes, Janette Haoua Capochichi est arrivée dans la musique dans les années 1999 avec l'appui de son grand frère Roger le moine, lui-même artiste musicien. Elle rejoindra par la suite le groupe Toubal où elle apprit à faire le chœur avec feu Dargné Gadeyzé.Ayant acquis assez d'expériences, cette jeune femme de 36 ans fit sortir en 2001 son premier album intitulé Sodjaï Wandiya autrement dit la copine des militai...

Interview de notre compatriote Amadou Ousmane, auteur du livre ''Notre ami Kérékou'' : ''Afin que l'Histoire n'oublie pa…

Interview de notre compatriote Amadou Ousmane, auteur du livre ''Notre ami Kérékou'' : ''Afin que l'Histoire n'oublie pas Kérékou...''

M. Amadou Ousmane, vous êtes un écrivain bien connu au Niger, mais presque pas au Bénin. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?Je suis un fonctionnaire des Nations Unies à la retraite. J'ai servi 10 ans dans les missions de paix des Nations Unies au Burundi, comme Chef de l'Information et Porte-parole. J'ai aussi servi comme Chargé de Communication au National Democratic Institute (NDI) à Niamey et à Bujumbura. Avant cela, dans mon...

Agadez /Soirées culturelles d'Agadez Sokni : La jeunesse nigérienne en redemande

Agadez /Soirées culturelles d'Agadez Sokni : La jeunesse nigérienne en redemande

Dans toutes les festivités commémoratives, les soirées culturelles ont toujours été des moments privilégiés pour réconcilier la jeunesse nigérienne avec sa culture. Agadez Sokni n'a pas dérogé à cette règle. Les nuits culturelles ont attiré et conquis un public majoritairement juvénile assoiffé de spectacles. Quant aux artistes musiciens d'Agadez comme ceux venus des 4 coins du Niger, ils ont donné le meilleur d'eux-mêmes.Les groupes mu...

Exposition à la bibliothèque de la faculté des Lettres et des Sciences Humaines (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de…

Exposition à la bibliothèque de la faculté des Lettres et des Sciences Humaines (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM) : Dialogue culturel sur l'œuvre de Miguel Cervantès

Dans le cadre de la commémoration du 4ème centenaire de l'écrivain espagnol, Miguel de Cervantes, une initiative culturelle de l'Espagne à l'étranger en 2016 à travers des expositions des dessins a été lancée au niveau des ambassades au Niger, au Mali et en Guinée, qui sont les trois pays unis par le fleuve Niger pour faire connaître davantage la figure universelle de Don Quichotte. A Niamey, la cérémonie d'ouverture de l'exposition s'e...

Soirée d'enregistrement en direct de l'émission ''Couleurs Tropicales'' sur la radio RFI : Les talents musicaux du Niger…

Soirée d'enregistrement en direct de l'émission ''Couleurs Tropicales'' sur la radio RFI : Les talents musicaux du Niger à l'honneur sur RFI

Après la région de Dosso, c'était au tour de la région de Niamey d'accueillir vendredi dernier, au palais des congrès, la soirée d'enregistrement en direct sur la radio RFI de l'émission ''Couleurs Tropicales''. Cette soirée s'est déroulée en collaboration avec le gouvernement du Niger, l'Assemblée Nationale, et le Ministère de la Renaissance Culturelle des Arts et de la Modernisation Sociale. Aussi, plusieurs sponsors dont l'Office Nat...

10ème édition du Festival International de la Mode Africaine (FIMA) : «Education, industrie pour une Afrique de métissag…

10ème édition du Festival International de la Mode Africaine (FIMA) : «Education, industrie pour une Afrique de métissage et de paix», thème de cette édition

Le ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale M. Assoumana Malam Issa a présidé, le vendredi 16 décembre dernier, à l'Arène des jeux traditionnels d'Agadez, la cérémonie de lancement de la 10ème édition du Festival International de la Mode Africaine (FIMA) 2016. Un concours Top-modèle et un concours du meilleur artisan ont été organisés en prélude à cette édition. De même le meilleur bijoutier et le m...

Le département de Tchirozérine : La troupe culturelle ''Albichir'', une fierté nationale

Le département de Tchirozérine : La troupe culturelle ''Albichir'', une fierté nationale

Après la Société Nigérienne de Charbon (SONICHAR), le nom de Tchirozérine est intimement lié à celui de la célèbre troupe culturelle de chants et danse ''Albichir''. Quel est en effet cet être normal dont le corps et l'esprit n'ont vibré aux mélodies langoureuses et cadensés de ces jeunes et splendides filles de cette contrée de l'Aïr qu'est Tchiro, dont le sous-sol est couvert de gisements de charbon, d'étain et du métal jaune qu'est l...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Pari gagné !

lundi 9 janvier 2017

Editorial : Pari gagné !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Commandement des Etats Unis pour l'Afrique (AFRICO…

Commandement des Etats Unis pour l'Afrique (AFRICOM) : Une vision au-delà des préjugés, comprendre les enjeux sécuritaires en Afrique

Du 26 novembre au 1er décembre dernier, un groupe de journalistes nigériens et camerounais...

jeudi 12 janvier 2017

Egypte : Au pays des pyramides

Egypte : Au pays des pyramides

L'Egypte tire incontestablement sa renommée, au plan mondial, des pyramides et plusieurs a...

jeudi 29 décembre 2016

Le nouveau canal de Suez : Le symbole du patriotis…

Le nouveau canal de Suez : Le symbole du patriotisme égyptien

Inauguré il y a plus d'un an, précisément le 6 Août 2015, le nouveau Canal de Suez constit...

jeudi 29 décembre 2016

L'air du temps

Il n'y a pas que ça à faire...

Il n'y a pas que ça à faire...

Politique à la une des médias, politique sur les réseaux sociaux, politique dans les fadas...

jeudi 12 janvier 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.