Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Interview de notre compatriote Amadou Ousmane, auteur du livre ''Notre ami Kérékou'' : ''Afin que l'Histoire n'oublie pas Kérékou...''


amadou-1M. Amadou Ousmane, vous êtes un écrivain bien connu au Niger, mais presque pas au Bénin. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Je suis un fonctionnaire des Nations Unies à la retraite. J'ai servi 10 ans dans les missions de paix des Nations Unies au Burundi, comme Chef de l'Information et Porte-parole. J'ai aussi servi comme Chargé de Communication au National Democratic Institute (NDI) à Niamey et à Bujumbura. Avant cela, dans mon propre pays, j'ai assumé entre autres, les fonctions d'Attaché de Presse du Président Kountché ; Directeur de cabinet adjoint du Président Baré ; Directeur Général de l'Office National d'Edition et de Presse (ONEP); et Directeur Général de l'Agence Nigérienne de Presse (ANP).
Comme écrivain, je suis l'auteur d'une dizaine de livres dont les plus connus sont : ''15 ans, ça suffit !'' ; ''Le Nouveau Juge'' ; ''Le Témoin Gênant'' ; ''L'honneur perdu'' ; ''Audiences publiques'' et ''Chronique judiciaire''...
Certains de ces ouvrages sont d'ailleurs disponibles dans les librairies à Cotonou.
Vous êtes depuis peu à Cotonou pour la réalisation d'un livre sur Mathieu Kérékou ; livre dont le titre est précisément '' Notre ami Kérékou''. Qu'est-ce qui a amené le Nigérien que vous êtes à consacrer un livre de 316 pages à un ancien président béninois ?
Je suis un Africain et je devrais pouvoir vivre et travailler librement partout en Afrique. Plus encore ici au Bénin, en raison des liens géographiques, historiques, culturels, politiques et autres existant entre le Bénin et mon pays. D'ailleurs, depuis que je suis ici, tout le monde me traite en frère et j'y compte de nombreux amis, notamment dans la Presse et l'Edition.
Pourquoi j'ai pris la liberté de consacrer un livre à Mathieu Kérékou? D'abord, parce qu'on me l'a demandé ! Et puis, pourquoi pas? Parce qu'il le mérite bien !
Il a dirigé le Bénin pendant 29 ans. Il a été bon soldat, bon officier, bon dirigeant, bon croyant, et surtout un grand démocrate, puisqu'il a su quitter le pouvoir au moment où il le fallait. Il a ainsi su asseoir et maintenir l'unité de l'Armée et préserver la paix dans son pays. Un pays jadis réputé ingouvernable, qui avant lui, avait enregistré une dizaine de coups d'Etat en l'espace de 12 ans.
Pendant tout le temps qu'il a passé au pouvoir, Mathieu Kérékou n'a pas gaspillé les fonds publics dans d'inutiles dépenses de prestige. Il a eu le mérite, m'a-t-on dit, d'avoir accompli de bonnes réalisations en matière d'équipements. Et surtout, il n'a pas accumulé une fortune personnelle au détriment du Trésor public.
De mes multiples entretiens et lectures qui ont précédé la réalisation de ce livre, j'ai retenu ceci : après 29 ans de règne dont 15 de pouvoir dictatorial - appelons un chat, un chat ! –Personne n'a su déceler chez cet homme, le moindre signe d'embourgeoisement ou d'enrichissement illicite. Kérékou, à la date de sa mort, ne possédait qu'une modeste maison chez lui, à Natitingou. Kérékou n'a ni château, ni appartement, ni compte secret en Suisse, ni même un verger...!
Pour se rendre à l'école, ses propres enfants- j'en ai rencontré quelques uns – faisaient la queue pour monter dans les bus, comme tous les autres enfants de familles de conditions modestes. Lui-même a tenté plus d'une fois, d'enfourcher certains jours, les célèbres Zémidjan (taxi-motos) pour se rendre à son bureau à la Présidence. Au grand dam de sa garde rapprochée...'' Ça va plus vite et c'est plus simple '', disait-il. Sans rire.amadou-2
En dépit de tout cela, m'ont encore affirmé certains de ses proches, Kérékou a été ''le Chef d'Etat le plus critiqué par les médias béninois du temps de son règne''.
Adepte de la libre expression, il n'a jamais poursuivi en justice le moindre journaliste. Il avait ainsi laissé se multiplier les journaux privés et toléré que même des inepties soient écrites sur lui. Il disait alors : ''Le plus grand problème au Bénin, c'est le chômage des jeunes. Alors, si les bêtises et les inepties qu'écrivent les journalistes sur moi et mon gouvernement peuvent permettre à ces jeunes gens de trouver du travail, vivre et s'épanouir grâce à leurs simples écrits, je ne peux que les encourager dans cette voie.''
Il a certes commis des erreurs et même des fautes politiques graves comme le choix de la voie du marxisme –léninisme ; mais lorsqu'il fut convaincu qu'il avait tort, il a eu l'intelligence d'y renoncer et de demander pardon publiquement à son peuple; permettant ainsi à son pays de rebondir et de s'engager résolument dans la voie de la Démocratie.
De fait, il demeurera à jamais un exemple et un modèle....Un modèle pour les hommes politiques en charge de la destinée de leurs peuples. Mathieu Kérékou, depuis sa mort, a cessé d'être un citoyen béninois. Il est désormais un élément du patrimoine africain. Il n'appartient plus exclusivement au peuple béninois. Il est de ceux dont il convient de cultiver la mémoire et propager les idéaux. Et c'est notre rôle d'hommes des médias, et pas seulement Nigériens, Béninois ou Africains, de continuer à lui rendre hommage en dévoilant, diffusant et amplifiant ce qu'il fut et ce qu'il fit... Afin que les générations montantes s'inspirent de son exemple en matière de vertu, d'humilité, de modestie, de simplicité, de sociabilité, de don de soi, de patriotisme pour tout dire.Voilà pourquoi j'ai choisi de lui consacrer ce livre qui n'est après tout, qu'un bouquet de témoignages recueillis auprès de ceux qui l'ont vraiment connu.
Vous avez déjà consacré un pareil livre au défunt président Seyni Kountché, parait-il ...
Je confirme... Je l'ai fait pour payer une dette morale. Il faut savoir que j'ai eu le bonheur et l'honneur de travailler avec ce grand homme. J'ai été longtemps son Attaché de presse. Et comme vous ne l'ignorez point, quatre ans après sa mort, il y a eu chez nous aussi au Niger, la Conférence Nationale de Juillet 1991, comme il y eut chez vous en février 1990, la Conférence des Forces Vives de la Nation. Dans ces moments d'euphorie collective, on se livre à des reniements, des dénigrements et toutes sortes de déballages. On s'autorise à dire tout et n'importe quoi.
Tout au long de celle du Niger, certains animateurs de cette Conférence avaient pris un malin plaisir à salir outrageusement la mémoire de Seyni Kountché. Avec une rage inexpliquée, et cela a duré 90 jours.C'est donc au sortir de cette Conférence-là, que j'ai pris la résolution, par fidélité à la mémoire de Seyni Kountché, d'écrire un livre pour permettre à ceux qui l'ont vraiment connu, d'apporter des éclairages crédible sur l'homme et sur sa gestion. Pour éviter aux mensonges de fleurir. Grâce à ces témoignages et avec le recul du temps, on connait maintenant un peu mieux cet homme qui, je peux l'attester, n'a vécu que pour la grandeur de son pays et la dignité de son peuple. L'Histoire, impitoyable, s'est donc chargée de rétablir la vérité face aux mensonges.
Pour en revenir à Mathieu Kérékou, quelle a été la démarche que vous avez adoptée et quelles ont été les principales étapes du processus de réalisation du livre ?
Je vais d'abord vous surprendre : c'est un prêtre béninois rencontré par hasard dans l'imprimerie Gutenberg de mon ami Robert Hounsounon ici même au quartier Zogbo à Cotonou, qui m'a convaincu de réaliser ce livre. C'était au lendemain des obsèques de Mathieu Kérékou. Je me trouvais là pour la réédition de mon livre ''Le Témoin Gênant'', lorsque ledit prêtre, de son vrai nom Christian, m'a tendu chaleureusement la main et m'a dit textuellement qu'il est un ancien de la Mission catholique de Niamey et que durant son séjour au Niger, il avait lu mon livre ''Kountché par ses proches''. Et qu'il l'a bien apprécié.
J'ai d'abord cru à un simple geste de civilité. Mais il a ajouté : ''Ce serait bien, si vous pouviez nous faire ce genre de livre sur notre regretté père, Mathieu Kérékou ...''. C'est ainsi que tout est parti. Il a suffi, par la suite, qu'il m'introduise auprès des responsables de la Fondation Mathieu Kérékou. Je ne savais même pas qu'il existait une fondation Mathieu Kérékou !
Aviez-vous connu MathieuKérékou auparavant ?
Oui, puisque je vous ai dit que j'ai été durant longtemps dans le sillage du président Seyni Kountché. L'on sait à quel point les deux hommes étaient proches. Ce n'était pas seulement des dirigeants de deux Etats voisins et amis. Bien plus que cela, ils étaient des frères, des amis, dans l'acception noble du terme. Anciens Enfants de troupe, tous deux sont passés par le moule des prestigieuses écoles de l'Armée française ; la similitude de leurs parcours militaire et politique a grandement contribué à les rapprocher.
Ainsi, lorsqu'ils se retrouvaient à trois ou quatre, généralement avec Gnassingbé Eyadema du Togo et Moussa Traoré du Mali, dans les rencontres internationales ou régionales, ils se comportaient en privé, bien évidemment, en véritables ''larrons en foire'', si je peux me le permettre. On pouvait alors les entendre échanger des piques, comme s'ils étaient des parents à plaisanteries. D'ailleurs, leurs Aides de camp qui s'amusaient beaucoup de cette ambiance, avaient fini par les surnommer ''la Bande des quatre''. C'est tout dire ...
Pour autant, je ne peux pas affirmer que j'ai bien connu Mathieu Kérékou, car dans ces rencontres-là, je n'étais alors qu'un Attaché de Presse parmi d'autres ; autrement dit, un élément de la suite de Seyni Kountché.
Lorsqu'on parcourt votre livre ''Notre ami Kérékou'', on s'aperçoit que c'est l'ensemble de la classe politique béninoise dans toute sa diversité qui s'exprime et dit ce qu'elle sait et ce qu'elle pense de Mathieu Kérékou, mais aussi de son ''règne''.
Je ne me suis pas contenté de la classe politique. J'ai tendu mon micro à tous ceux et toutes celles qui pouvaient me dire des choses intéressantes sur l'homme que fut Mathieu Kérékou, à diverses étapes de sa vie.
Au-delà des hommes politiques, il y a là un total de 36 personnalités que je suis allé voir à leurs bureaux ou à domicile, depuis les plus hautes Institutions de l'Etat, jusqu'au cœur de l'Etat-major des Armées, les associations de la société civile, les confrères, les leaders religieux etc....: amis d'enfance, anciens compagnons d'armes, anciens ministres, anciens pilotes, Aides de Camp, médecin-traitant, collaborateurs de toutes catégories, y compris des conseillers occultes. Il y a même sur cette liste, certains qui furent pour Kérékou de redoutables adversaires politiques à un moment ou à un autre, mais avec lesquels il a réussi à se réconcilier.
Pour la petite histoire, sachez que j'étais parti pour réaliser un livre de 200 pages et je me suis retrouvé dans l'obligation d'en faire un de 316 pages ! Et encore, il avait fallu trier et écarter certains, car il y avait tellement de gens qui voulaient témoigner que j'ai dû faire un choix douloureux. Je me suis rendu compte alors combien Kérékou est aimé et respecté de son peuple, même après sa mort...
Petite observation pertinente ... il manque tout de même, à ce bouquet de témoignages, celui du président du Bénin, S.E.M. Patrice Tallon. Comment l'expliquer... ?
Lorsque nous avions, de commun accord avec les responsables de la Fondation Mathieu Kérékou, dressé la liste des personnalités à solliciter en priorité pour leurs témoignages, le secrétaire général de ladite Fondation, M. Houdou Ali, a envoyé une correspondance officielle à chacun des cinq Chefs d'Etat du Conseil de l'Entente. Certains ont répondu, d'autres pas...
En publiant ce livre, qu'attendez-vous, qu'espérez-vous ?
Ce que j'attends, c'est ce que tout journaliste ou écrivain attend et espère de ses aimables lecteurs. J'attends donc que les Béninois, en particulier les plus jeunes, ceux qui n'ont pas connu le Président Kérékou, lisent ce livre et s'approprient les nobles idéaux de Mathieu Kérékou. Après tout, dans ce livre, et à travers les différents témoignages, ils y trouveront l'évocation, même très sommaire, de certaines pages de l'histoire tumultueuse de leur pays : l'Affaire Kovacs ; le putsch avorté de Assogba ; l'Affaire Aïkpé ; l'Affaire dite des mercenaires de Bob Denard et même quelques bons mots de Mathieu Kérékou, du style : ''Même l'eau sale peut servir à éteindre le feu!''.Ou encore ''je ne suis pas Dieu, nom de Dieu !''.
Quel sera le prix de vente du livre, à l'unité ?
Je peux d'abord vous assurer que notre démarche n'a pas été guidée par un esprit mercantiliste... Après tout, ce livre a été préparé pour servir d'outil de plaidoyer pour la pérennisation de l'œuvre de Mathieu Kérékou.
C'est pourquoi, malgré son volume (316 pages), nous avons choisi de le céder à un prix tenant compte du faible pouvoir d'achat des Béninois ; mais surtout, de l'esprit de désintéressement qui a toujours caractérisé Mathieu Kérékou.
Mon souhait le plus ardent, est qu'il soit lu par le plus grand nombre de Béninois, y compris les jeunes scolaires. Pour que la graine de la vertu semée par Mathieu Kérékou puisse éclore et fleurir ''afin que l'Histoire n'oublie pas Kérékou''

Interview réalisée et publiée par le quotidien béninois « La Nation»

Culture

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

Dans un univers musical nigérien totalement dominé par des hommes, Philomène fait partie des rares femmes qui essaient de s'affirmer et d'émerger.Depuis son jeune âge, elle chante dans les gospels, les chorales des églises. A dix ans déjà, elle passait tout son temps à chanter et à danser. Une décennie après, elle s'est frayée un chemin dans un monde fait de hauts et de bas ; elle possède une voix angélique qui fait d'elle aujourd'hui u...

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur…

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur"

Le Niger sera représenté à la 17ème édition de Clap Ivoire qui se tiendra du 4 au 10 septembre par les réalisateurs Oumarou Kadry Koda en catégorie documentaire avec " Nos faiseurs de bonheur" et Abdoul Rachid Amadou Sanda Maïga avec la fiction "Epris d'une mère".Les représentants du Niger à ce festival de concours de court métrage destiné aux jeunes ressortissants et résidents des pays membres de l'UEMOA ont été sélectionnés le 17 juil...

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseig…

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseignement, d'éducation notamment historique »

Mohamed Elkebir est un jeune réalisateur nigérien et promoteur du label Sahara Niger. Après ses études secondaires au Niger, il a continué ses études au Burkina Faso, au Ghana puis en Côte d'Ivoire où il a reçu plusieurs formations. Il est aussi un acteur de la société civile, membre de l'association « Jeunesse active du Niger ».Dès son retour au pays, il s'est inscrit à l'UAM où il décrocha un diplôme puis travailla dans une compagnie ...

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très …

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très importante dans l'éveil des consciences »

À l'état civil il est Ibrahim Oumarou Yacouba, mais son nom de scène est "Sage Soldat". Après des études en droit des affaires, parallèlement à ses activités de chanteur de reggae, "Sage Soldat" s'est retourné vers des études beaucoup plus en phase avec sa passion, car il est étudiant en Master 1 en Arts et Culture à l'université de Niamey. Actuellement il est à Dakar dans le cadre de son stage professionnel à Africulturban, une associa...

Le port de natte par les femmes d'Abalak : Une pratique culturelle spécifique en voie de disparition

Situé à 135 km au nord de Tahoua sur la route d'Agadez, la ville d'Abalak chef-lieu du département du même nom, regorge d'énormes potentialités pastorales, culturelles et artisanales. Parmi les potentialités culturelles on peut citer le port de natte chez les femmes. Cette pratique est, pour la femme touareg, ce qu'est le hijab autrement dit le voile chez les femmes arabes. Le port de natte rêvait donc une fonction socioculturelle qui f...

À la découverte du dromadaire : Le fidèle compagnon des peuples nomades

Appartenant au même genre biologique que le chameau qui, lui à une ou deux bosses selon son origine, le dromadaire appartient au genre camélus apparu il ya cinquante millions d'années. Il se distingue des autres mammifères par la longueur de son cou et la nature de ses pieds dépourvu de sabots. C'est cette élégante bête qui est l'animal emblématique de la région de Tahoua dont la présence est illustrée à l'entrée de la ville à travers u...

Culture : Mlle Mariama Daouda : revaloriser la croix d'Agadez à travers la maroquinerie

Culture : Mlle Mariama Daouda : revaloriser la croix d'Agadez à travers la maroquinerie

Au Niger, le secteur de la mode regorge de talents, mais peine à prendre un envol véritable. C'est pourtant un monde riche et varié où, on peut gagner son pain à la sueur de son front. Développer une nouvelle approche dans ce secteur, c'est le challenge que s'est fixé Melle Mariama Daouda en réalisant la nouvelle marque d'accessoires ''zamany accessory''. C'est avec des matériaux de chez nous, qu'elle confectionne des sacs ''made in Nig...

Portrait/Abdoul Karim Elhadj Adamou, artiste : L'auteur de la marionnette Toukourourou, l'enfant terrible

Portrait/Abdoul Karim Elhadj Adamou, artiste : L'auteur de la marionnette Toukourourou, l'enfant terrible

Les marionnettes sont des figurines, des pantins ou des poupées qu'on fait bouger à travers des fils donnant l'impression d'une scène animée. Les artistes animateurs de théâtre de marionnettes ne courent pas les rues au Niger. Abdoul Karim Elhadj Adamou en est un. Agé de 36 ans, il est étudiant en Master2 « art et spectacle» à la Faculté de Littérature, Art et Communication de l'Université de Niamey. Il a commencé à s'intéresser au spec...

Phénomène de mode : ''Goggoro et bonnet'', des foulards en vogue à Niamey

Phénomène de mode : ''Goggoro et bonnet'', des foulards en vogue à Niamey

Les foulards Gogoro ou Achoké, étaient à l'origine des foulards portés par les femmes yoruba. Mais ces derniers temps on est de suite frappé, à l'occasion des cérémonies et de certaines occasions de réjouissance, par la forte présence de ces gros foulards communément appelés "Goggoro" ou "Achoké" de plus en plus à la mode chez les femmes de la capitale. Longtemps importés, ces foulards sont présentement confectionnés dans des salons de ...

L'imzad : Immortaliser ce violon au son cristallin qui se joue avec le cœur

L'imzad : Immortaliser ce violon au son cristallin qui se joue avec le cœur

L'imzad ou inzad, dont le nom signifie "crin de cheval" dans la langue tamatcheq, est un violon monocorde, joué exclusivement par les femmes Touareg et accompagné de poèmes et chants des hommes.Cet instrument de musique traditionnelle typiquement touareg a une longue histoire derrière ses airs cristallins qui vous bercent le cœur pour un long et mélodieux voyage sur les dunes de sable du désert, du Niger jusqu'en Algérie. Selon certaine...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Problématique de la disponibilité et de la gestion…

Problématique de la disponibilité et de la gestion du sang au niveau des centres de soins de Niamey : Entre insuffisance et sous-information

La quantité de sang reçue par le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) est actuel...

vendredi 21 juillet 2017

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispos…

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispositions prises pour éviter toute fraude

Le Centre Hospitalier Régional de Niamey, communément appelé maternité Poudrière, dispose ...

vendredi 21 juillet 2017

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidélise…

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidéliser les donneurs

Tchémaya qui signifie en haoussa, tchéton rey na mataa daa yara autrement dit sauver la vi...

vendredi 21 juillet 2017

L'air du temps

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Des milliers de jeunes gens, filles et garçons, attroupés autour d'un espace dégagé. Au mi...

vendredi 21 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.