Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Entretien avec le comédien, et acteur burkinabè, M. Gustave Sorgo : «Il ne suffit pas de prendre un caméscope pour devenir cinéaste, il y a une didactique cinématographique qu'il faut connaitre», déclare Gustave Sorgo


GustaveRien ne semblait prédisposer Sorgo Dak Jean Gustave, qui était d'abord enseignant puis employé de banque à la carrière de comédien et d'acteur, à part le désir qu'il a toujours eu de faire rire les autres, depuis l'école primaire quand il jouait dans des sketches. Appelé « Tonton Gaoussou », par les uns, « Sidiki », par les autres, Gustave Sorgo a fait du théâtre dans sa jeunesse. Mais c'est la rencontre en 1979 avec le réalisateur de renom, Sembène Ousmane qui lui a véritablement ouvert les portes du monde du 7ème art. Il va jouer avec des grands comédiens comme Sotigui Kouyaté, Dany Glover, et suivre de nombreux stages, ateliers et formations. Il va ainsi apprendre le métier d'acteur en travaillant avec de grands réalisateurs, comme Gaston Kaboré, Idrissa Ouédraogo, Cheick Omar Cissoko, Henri Duparc, Timité Bassori, Abderhamane Sissako... Agé aujourd'hui de 64 ans Gustave Sorgo dit avoir joué des rôles dans plus d'une quarantaine de films courts, longs métrages, séries, et pièces de théâtre. Dans cet entretien réalisé dans la salle du «Ciné Burkina» de Ouaga entre deux projections, pendant le 25ème Fespaco, Gustave Sorgo parle de sa carrière, du cinéma africain, et apprécie l'organisation de cette grande biennale du cinéma africain qu'il a vue évoluer.
M. Gustave Sorgo, qu'est ce qui vous a amené dans le théâtre et le cinéma alors que votre formation semblait plutôt vous prédestiner à une autre carrière ?

Le théâtre, le cinéma, sont une passion pour moi. C'est vrai que jeune au collège, j'aimais la chanson. Mais, j'avais cette passion là de jouer, de faire du spectacle soit au théâtre ou au cinéma. C'est par la suite que certains ateliers m'ont permis de suivre des formations.

Vous avez une longue carrière d'acteurs, comédien, et vous avez joué beaucoup de rôles dans des pièces de théâtres et films africains. Vous avez dû avoir des appuis et de l'encadrement pour faire tout ce chemin...
J'ai commencé à faire du théâtre entre 1974 et 1977. Et mon premier film, un long métrage était le «Le courage de autres», du réalisateur Christian Richard. J'ai joué avec Sotigui Kouyaté, un très grand acteur, mondialement connu. Il est de nationalité burkinabè mais d'origine malienne et guinéenne. Ce griot de naissance était un homme-orchestre, footballeur, musicien, tradi-praticien, comédien, metteur en scène, griot, conteur... C'était vraiment un homme à multiples facettes. Et, c'est avec lui que j'ai commencé à jouer dans «Le courage de autres». Après j'ai fait mon bout de chemin avec les ateliers, les formations, et j'ai continué à jouer. Dieu faisant bien les choses, j'ai eu la chance de rencontrer Sembène Ousmane, qui m'a en quelque sorte « adopté, comme un neveu ». Je suis passé par beaucoup de films, des courts et longs métrages, des séries. J'ai tourné souvent avec Sembène Ousmane comme dans «Camp Thiaroye» avec d'autres acteurs africains. C'était entre 1983 et 84. Le film est sorti en 1987.

M. Gustave Sorgo, vous avez participé à plusieurs éditions du Festival Panafricain du Cinéma et de Télévision de Ouagadougou (Fespaco) qui est cette année, à sa 25ème édition. Comment appréciez-vous l'évolution de cette institution ?
Si je me rappelle de la création du Fespaco en 1969, quand j'étais petit, et, voyant le Fespaco maintenant je me réfère à la phrase de Sembène Ousmane qui disait : « Nous avons créé le Fespaco, et aujourd'hui le Fespaco nous porte ». C'est tout un message, c'est toute une politique. Peut-être qu'aujourd'hui le Fespaco n'a pas encore atteint sa vitesse de croisière, parce que c'est un festival que ses précurseurs ont voulu panafricain. Ce qui veut dire que ce sont tous les pays de l'OUA à l'époque, donc de l'UA aujourd'hui qui devraient porter le Fespaco, pour que le message aille au-delà de toute l'Afrique. Ça veut dire que c'est un investissement de tous les pays pris un à un qui devrait financer et organiser le Fespaco. Mais actuellement le Fespaco est supporté financièrement par le Burkina Faso et ses partenaires étrangers. Et c'est justement là où il y a hiatus : comment d'autres personnes, d'autres institutions vont financer notre culture ? Si on permet à d'autres personnes de venir nous aider à perpétuer notre culture, c'est sûr que ce ne sera pas sans exigence ou contrepartie, et si c'est le cinéma par exemple, nous allons avoir des images qui ne sont pas appropriées à nous-mêmes.
C'est vrai qu'il y a l'évolution, il y a de l'engouement, le Fespaco est une grande fête, mais l'arbre ne doit pas cacher la forêt. Je pense que si l'organisation se faisait de façon panafricaine on n'en serait pas là. C'est vrai qu'à un certain moment la direction du Fespaco a estimé qu'il fallait aller vers le panafricanisme en optant d'avoir un pays invité à chaque édition. Maintenant est ce que c'est compris politiquement qu'il faut une implication directe de tous les pays? Ceci dit, avec l'évolution de la technique, avec les nouvelles technologies, il y a une flopée de films réalisés. Mais je pense qu'il faut que les jeunes sachent partir du passé, du vécu présent pour aller vers le futur. Ce que je reproche aux jeunes aujourd'hui c'est qu'ils ne prennent pas cette culture en eux. Parce que si vous regardez la thématique des films, on se rend compte qu'il y a des thèmes que les anciens ont abordés, que les gens abordent ici, et qu'ils n'arrivent pas à aborder de façon sereine, de façon profonde comme les premiers.
Justement, à l'ouverture du Fespaco le ministre burkinabè de la culture, appelait les réalisateurs africains à réaliser des films africains, au lieu de chercher à copier ce que font les réalisateurs des autres continents. Comment appréciez-vous cet appel en tant qu'acteur du cinéma africain?
Le ministre a touché du doigt le problème, et c'est ce que je disais tantôt. Si vous permettez à l'extérieur de financer votre culture, il va y avoir un travestissement de ce que vous faites, parce que quoi qu'on dise, les bailleurs de fonds vont vous imposer leur conduite. Le ministre a très bien fait de toucher du doigt le problème.

Malgré l'évolution technologique à laquelle vous faisiez allusion, il y a de plus en plus des critiques relativement à la qualité des films africains. N'est ce pas un peu paradoxal ?

Les gens pensent qu'avec le numérique tout est plus facile. Mais le numérique a ses exigences, comme l'analogique a aussi ses exigences. C'est vrai que le numérique est un outil qui permet de faire beaucoup de chose. Mais il y a une ligne de conduite, il faut une rigueur pour faire des films de qualité. Les gens se laissent aller à la facilité, voilà le problème. Il ne suffit pas de prendre un caméscope pour devenir cinéaste, il y a une didactique cinématographique qu'il faut connaitre. Il y a des bases fondamentales à connaitre pour faire le cinéma, même si c'est du numérique. Et l'analogique répond aussi à des critères sur la façon dont on doit faire le cinéma.
Réalisé par Souley Moutari, envoyé spécial(onep)

Culture

Le Slam : Une pratique artistique à l'assaut des scènes nigériennes

Le Slam : Une pratique artistique à l'assaut des scènes nigériennes

« Je déclame, tu m'acclames » : tel est le nom donné aux sessions de Slam qu'accueille depuis février dernier la scène du Centre Culturel Franco-Nigérien (CCFN-Jean Rouch) de Niamey chaque 1er jeudi du mois. Fait de déclamation de textes poétiques sur scène, le Slam qui est un mouvement artistique, culturel et social né à Chicago aux Etats-Unis à la fin des années 80, a gagné les scènes de Niamey, comme d'autres villes, où son audience ...

Quelques conseils utiles sur les journées du Ramadan

Quelques conseils utiles sur les journées du Ramadan

Le Ramadan 2017 a débuté depuis le 27 mai, ouvrant une période de jeûne d'un mois au cours de laquelle les obligations que doit respecter le fidèle ne sont pas toujours celles que l'on croit. Le ramadan, tradition religieuse tirée du Coran, souffre de nombreuses idées reçues, notamment sur les véritables interdits à respecter lors de ce jeûne. Une chose est sûre toutefois : les musulmans doivent respecter trois interdits majeurs pendant...

Portrait du styliste Ousmane Sambo Hamidou : «Il faut aider les couturiers nigériens à habiller tous les nigériens»

Portrait du styliste Ousmane Sambo Hamidou : «Il faut aider les couturiers nigériens à habiller tous les nigériens»

« Je suis né dans la mode ; mon père était un grand tailleur à Zinder ; ma mère et tous les autres membres de ma famille étaient couturiers et tailleurs aussi », affirme tout de go Ousmane Sambo Hamidou, un styliste né le 8 juin 1972 à Zinder et aujourd'hui père de deux enfants.L'environnement familial aidant, c'est à tout juste neuf (9) ans qu'Ousmane Sambo Hamidou commença à coudre. Sa scolarité allait en pâtir car il arrêta ses étude...

Conte « La marmite musicale » à la 10ème édition du Festival ''Emergences'' : La conteuse Rahina Ballarabé séduit le pub…

Conte « La marmite musicale » à la 10ème édition du Festival ''Emergences'' : La conteuse Rahina Ballarabé séduit le public jeune

Les sociétés africaines disposent d'un patrimoine culturel riche et varié, qui peut servir de source d'inspiration pour les artistes. Pour faire revivre les anciens temps à la nouvelle génération, la 10ème édition du Festival ''Emergences- Art et Racines a, programmé dans le cadre de ses activités, le conte parmi les spectacles qui ont eu lieu dans les centres des jeunes de Niamey. Le 25 mai dernier, la conteuse Rahina Ballarabé que con...

Finale de la 1ère édition de la phase nationale du Concours Panafricain de Littérature Livre d'Or : Les candidats affûte…

Finale de la 1ère édition de la phase nationale du Concours Panafricain de Littérature Livre d'Or : Les candidats affûtent leur plume en prélude à la grande finale de Cotonou en août prochain

L'ONG Aide Sociale et Réinsertion des Oubliés (ASRO), en collaboration avec le ministère de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, a organisé samedi dernier à la Maison des Jeunes et de la Culture (MJC) Djado Sékou de Niamey, la 1ère édition de la phase nationale du Concours Panafricain de Littérature Livre d'Or. Cette compétition est organisée en prélude de sa 2ème édition au plan Africain qui se tiendra à ...

Clôture, samedi dernier, de la 10ème édition du Festival Emergence Arts et Racine à Niamey : Les organisateurs et les pa…

Clôture, samedi dernier, de la 10ème édition du Festival Emergence Arts et Racine à Niamey : Les organisateurs et les participants se félicitent du bon déroulement de l'édition

La compagnie théâtrale Arène Théâtre a organisé du 24 au 27 mai 2017, la 10ème édition du festival Emergence Arts et Racine à Niamey. Plusieurs pays, notamment le Cameroun, le Congo, la Côte d'Ivoire, le Bénin, le Mali et le Burkina Faso ont pris activement part à cette rencontre artistique annuelle de Niamey. Les festivités ont pris fin le samedi 27 mai 2017 dans la soirée au Centre des jeunes de Karadjé (village du festival) en présen...

Le voile : Indispensable pour la femme musulmane pendant ce mois béni

Le voile : Indispensable pour la femme musulmane pendant ce mois béni

Ces dernières années, partout au Niger, on rencontre des femmes et même des petites filles qui portent le voile : le corps est couvert entièrement de la tête jusqu'au pied ; souvent le visage est caché et on ne peut pas reconnaître la personne. Le port du voile est obligatoire dans la religion musulmane, nous enseignent les musulmans. Le "hijab" ou la "burqua" sont des tenues que les femmes musulmanes portent selon les principes de la r...

Vernissage du film « Solaire made in Africa, l'œuvre du pr Abdou Moumouni» du réalisateur Malam Saguirou : Un documentai…

Vernissage du film « Solaire made in Africa, l'œuvre du pr Abdou Moumouni» du réalisateur Malam Saguirou : Un documentaire qui met en exergue la problématique de l'indépendance énergétique

Vendredi dernier, c'est une salle archicomble du Palais des Congrès qui a accueilli le vernissage du film « Solaire made in Africa, l'œuvre du Professeur Abdou Moumouni» du réalisateur Malam Saguirou. Personnalités du pays, parents, amis et connaissances de Feu Professeur Abdou Moumouni ont pris d'assaut la grande salle du Palais des congrès pour visionner ce film qui célèbre l'illustre scientifique, un grand homme aux valeurs universel...

Amadou Younsa Hamani alias '' Force morale'', artiste rappeur : Une nouvelle voix dans l'univers musical nigérien

Amadou Younsa Hamani alias '' Force morale'', artiste rappeur : Une nouvelle voix dans l'univers musical nigérien

«Force morale » fait de plus en plus parler de lui à travers l'un de ses titres phares : ''s'amuser'' ; il gagne en audience car, sur scène, il séduit les mélomanes par sa voix mélodieuse et l'originalité qui caractérise ses morceaux. Son objectif : montrer à la face du monde qu'avec la musique, un pays peut se développer.Amadou Younsa Hamani alias '' Force morale'' est étudiant en troisième (3ème) année de gestion à l'Université Abdou ...

Interview de Mme Aminata Sanou, directrice artistique de la Compagnie Aminata Sanou-Tamadia International et du festival…

Interview de Mme Aminata Sanou, directrice artistique de la Compagnie Aminata Sanou-Tamadia International et du festival Tamadi'Arts : ''Le festival Tamadi'Arts est un cadre de rencontres et d'échanges entre des artistes professionnels venus des quat

Danseuse chorégraphe d'origine burkinabè, Aminata Sanou est la directrice artistique de la Compagnie Aminata Sanou-Tamadia International, qui a initié le Festival Tamadi'Arts qui se tient depuis 2012 à Carvin dans la région Haut de France. Ce festival, qui est un cadre de brassage, vise la promotion de des cultures africaine, afro-brésilienne et afro-contemporaine, de la culture tout court à travers notamment la musique, la danse, le th...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Artisanat à Agadez : Le savoir-faire traditionnel …

Artisanat à Agadez : Le savoir-faire traditionnel des femmes

Agadez est connu partout au Niger et ailleurs dans le monde pour son artisanat. Dans ce se...

vendredi 16 juin 2017

Mme Inani Amado Mamoudou, présidente communale des…

Mme Inani Amado Mamoudou, présidente communale des femmes artisanes d'Agadez : Les produits artisanaux de la région ont acquis une notoriété aux plans national et international

La présidente communale des femmes artisanes d'Agadez, Mme Inani Amado Mamoudou fait parti...

vendredi 16 juin 2017

Le travail des enfants à Niamey : Entre débrouilla…

Le travail des enfants à Niamey : Entre débrouillardise et exploitation

Le phénomène ne semble nullement choqué et pourtant le travail des enfants prend de l'ampl...

vendredi 9 juin 2017

L'air du temps

Il a plu des cordes sur Niamey

Il a plu des cordes sur Niamey

Après les pluies torrentielles qui se sont abattues sur la ville de Niamey dans la nuit de...

vendredi 16 juin 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.