Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Entretien avec le comédien, et acteur burkinabè, M. Gustave Sorgo : «Il ne suffit pas de prendre un caméscope pour devenir cinéaste, il y a une didactique cinématographique qu'il faut connaitre», déclare Gustave Sorgo


GustaveRien ne semblait prédisposer Sorgo Dak Jean Gustave, qui était d'abord enseignant puis employé de banque à la carrière de comédien et d'acteur, à part le désir qu'il a toujours eu de faire rire les autres, depuis l'école primaire quand il jouait dans des sketches. Appelé « Tonton Gaoussou », par les uns, « Sidiki », par les autres, Gustave Sorgo a fait du théâtre dans sa jeunesse. Mais c'est la rencontre en 1979 avec le réalisateur de renom, Sembène Ousmane qui lui a véritablement ouvert les portes du monde du 7ème art. Il va jouer avec des grands comédiens comme Sotigui Kouyaté, Dany Glover, et suivre de nombreux stages, ateliers et formations. Il va ainsi apprendre le métier d'acteur en travaillant avec de grands réalisateurs, comme Gaston Kaboré, Idrissa Ouédraogo, Cheick Omar Cissoko, Henri Duparc, Timité Bassori, Abderhamane Sissako... Agé aujourd'hui de 64 ans Gustave Sorgo dit avoir joué des rôles dans plus d'une quarantaine de films courts, longs métrages, séries, et pièces de théâtre. Dans cet entretien réalisé dans la salle du «Ciné Burkina» de Ouaga entre deux projections, pendant le 25ème Fespaco, Gustave Sorgo parle de sa carrière, du cinéma africain, et apprécie l'organisation de cette grande biennale du cinéma africain qu'il a vue évoluer.
M. Gustave Sorgo, qu'est ce qui vous a amené dans le théâtre et le cinéma alors que votre formation semblait plutôt vous prédestiner à une autre carrière ?

Le théâtre, le cinéma, sont une passion pour moi. C'est vrai que jeune au collège, j'aimais la chanson. Mais, j'avais cette passion là de jouer, de faire du spectacle soit au théâtre ou au cinéma. C'est par la suite que certains ateliers m'ont permis de suivre des formations.

Vous avez une longue carrière d'acteurs, comédien, et vous avez joué beaucoup de rôles dans des pièces de théâtres et films africains. Vous avez dû avoir des appuis et de l'encadrement pour faire tout ce chemin...
J'ai commencé à faire du théâtre entre 1974 et 1977. Et mon premier film, un long métrage était le «Le courage de autres», du réalisateur Christian Richard. J'ai joué avec Sotigui Kouyaté, un très grand acteur, mondialement connu. Il est de nationalité burkinabè mais d'origine malienne et guinéenne. Ce griot de naissance était un homme-orchestre, footballeur, musicien, tradi-praticien, comédien, metteur en scène, griot, conteur... C'était vraiment un homme à multiples facettes. Et, c'est avec lui que j'ai commencé à jouer dans «Le courage de autres». Après j'ai fait mon bout de chemin avec les ateliers, les formations, et j'ai continué à jouer. Dieu faisant bien les choses, j'ai eu la chance de rencontrer Sembène Ousmane, qui m'a en quelque sorte « adopté, comme un neveu ». Je suis passé par beaucoup de films, des courts et longs métrages, des séries. J'ai tourné souvent avec Sembène Ousmane comme dans «Camp Thiaroye» avec d'autres acteurs africains. C'était entre 1983 et 84. Le film est sorti en 1987.

M. Gustave Sorgo, vous avez participé à plusieurs éditions du Festival Panafricain du Cinéma et de Télévision de Ouagadougou (Fespaco) qui est cette année, à sa 25ème édition. Comment appréciez-vous l'évolution de cette institution ?
Si je me rappelle de la création du Fespaco en 1969, quand j'étais petit, et, voyant le Fespaco maintenant je me réfère à la phrase de Sembène Ousmane qui disait : « Nous avons créé le Fespaco, et aujourd'hui le Fespaco nous porte ». C'est tout un message, c'est toute une politique. Peut-être qu'aujourd'hui le Fespaco n'a pas encore atteint sa vitesse de croisière, parce que c'est un festival que ses précurseurs ont voulu panafricain. Ce qui veut dire que ce sont tous les pays de l'OUA à l'époque, donc de l'UA aujourd'hui qui devraient porter le Fespaco, pour que le message aille au-delà de toute l'Afrique. Ça veut dire que c'est un investissement de tous les pays pris un à un qui devrait financer et organiser le Fespaco. Mais actuellement le Fespaco est supporté financièrement par le Burkina Faso et ses partenaires étrangers. Et c'est justement là où il y a hiatus : comment d'autres personnes, d'autres institutions vont financer notre culture ? Si on permet à d'autres personnes de venir nous aider à perpétuer notre culture, c'est sûr que ce ne sera pas sans exigence ou contrepartie, et si c'est le cinéma par exemple, nous allons avoir des images qui ne sont pas appropriées à nous-mêmes.
C'est vrai qu'il y a l'évolution, il y a de l'engouement, le Fespaco est une grande fête, mais l'arbre ne doit pas cacher la forêt. Je pense que si l'organisation se faisait de façon panafricaine on n'en serait pas là. C'est vrai qu'à un certain moment la direction du Fespaco a estimé qu'il fallait aller vers le panafricanisme en optant d'avoir un pays invité à chaque édition. Maintenant est ce que c'est compris politiquement qu'il faut une implication directe de tous les pays? Ceci dit, avec l'évolution de la technique, avec les nouvelles technologies, il y a une flopée de films réalisés. Mais je pense qu'il faut que les jeunes sachent partir du passé, du vécu présent pour aller vers le futur. Ce que je reproche aux jeunes aujourd'hui c'est qu'ils ne prennent pas cette culture en eux. Parce que si vous regardez la thématique des films, on se rend compte qu'il y a des thèmes que les anciens ont abordés, que les gens abordent ici, et qu'ils n'arrivent pas à aborder de façon sereine, de façon profonde comme les premiers.
Justement, à l'ouverture du Fespaco le ministre burkinabè de la culture, appelait les réalisateurs africains à réaliser des films africains, au lieu de chercher à copier ce que font les réalisateurs des autres continents. Comment appréciez-vous cet appel en tant qu'acteur du cinéma africain?
Le ministre a touché du doigt le problème, et c'est ce que je disais tantôt. Si vous permettez à l'extérieur de financer votre culture, il va y avoir un travestissement de ce que vous faites, parce que quoi qu'on dise, les bailleurs de fonds vont vous imposer leur conduite. Le ministre a très bien fait de toucher du doigt le problème.

Malgré l'évolution technologique à laquelle vous faisiez allusion, il y a de plus en plus des critiques relativement à la qualité des films africains. N'est ce pas un peu paradoxal ?

Les gens pensent qu'avec le numérique tout est plus facile. Mais le numérique a ses exigences, comme l'analogique a aussi ses exigences. C'est vrai que le numérique est un outil qui permet de faire beaucoup de chose. Mais il y a une ligne de conduite, il faut une rigueur pour faire des films de qualité. Les gens se laissent aller à la facilité, voilà le problème. Il ne suffit pas de prendre un caméscope pour devenir cinéaste, il y a une didactique cinématographique qu'il faut connaitre. Il y a des bases fondamentales à connaitre pour faire le cinéma, même si c'est du numérique. Et l'analogique répond aussi à des critères sur la façon dont on doit faire le cinéma.
Réalisé par Souley Moutari, envoyé spécial(onep)

Culture

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

Dans un univers musical nigérien totalement dominé par des hommes, Philomène fait partie des rares femmes qui essaient de s'affirmer et d'émerger.Depuis son jeune âge, elle chante dans les gospels, les chorales des églises. A dix ans déjà, elle passait tout son temps à chanter et à danser. Une décennie après, elle s'est frayée un chemin dans un monde fait de hauts et de bas ; elle possède une voix angélique qui fait d'elle aujourd'hui u...

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur…

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur"

Le Niger sera représenté à la 17ème édition de Clap Ivoire qui se tiendra du 4 au 10 septembre par les réalisateurs Oumarou Kadry Koda en catégorie documentaire avec " Nos faiseurs de bonheur" et Abdoul Rachid Amadou Sanda Maïga avec la fiction "Epris d'une mère".Les représentants du Niger à ce festival de concours de court métrage destiné aux jeunes ressortissants et résidents des pays membres de l'UEMOA ont été sélectionnés le 17 juil...

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseig…

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseignement, d'éducation notamment historique »

Mohamed Elkebir est un jeune réalisateur nigérien et promoteur du label Sahara Niger. Après ses études secondaires au Niger, il a continué ses études au Burkina Faso, au Ghana puis en Côte d'Ivoire où il a reçu plusieurs formations. Il est aussi un acteur de la société civile, membre de l'association « Jeunesse active du Niger ».Dès son retour au pays, il s'est inscrit à l'UAM où il décrocha un diplôme puis travailla dans une compagnie ...

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très …

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très importante dans l'éveil des consciences »

À l'état civil il est Ibrahim Oumarou Yacouba, mais son nom de scène est "Sage Soldat". Après des études en droit des affaires, parallèlement à ses activités de chanteur de reggae, "Sage Soldat" s'est retourné vers des études beaucoup plus en phase avec sa passion, car il est étudiant en Master 1 en Arts et Culture à l'université de Niamey. Actuellement il est à Dakar dans le cadre de son stage professionnel à Africulturban, une associa...

Le port de natte par les femmes d'Abalak : Une pratique culturelle spécifique en voie de disparition

Situé à 135 km au nord de Tahoua sur la route d'Agadez, la ville d'Abalak chef-lieu du département du même nom, regorge d'énormes potentialités pastorales, culturelles et artisanales. Parmi les potentialités culturelles on peut citer le port de natte chez les femmes. Cette pratique est, pour la femme touareg, ce qu'est le hijab autrement dit le voile chez les femmes arabes. Le port de natte rêvait donc une fonction socioculturelle qui f...

À la découverte du dromadaire : Le fidèle compagnon des peuples nomades

Appartenant au même genre biologique que le chameau qui, lui à une ou deux bosses selon son origine, le dromadaire appartient au genre camélus apparu il ya cinquante millions d'années. Il se distingue des autres mammifères par la longueur de son cou et la nature de ses pieds dépourvu de sabots. C'est cette élégante bête qui est l'animal emblématique de la région de Tahoua dont la présence est illustrée à l'entrée de la ville à travers u...

Culture : Mlle Mariama Daouda : revaloriser la croix d'Agadez à travers la maroquinerie

Culture : Mlle Mariama Daouda : revaloriser la croix d'Agadez à travers la maroquinerie

Au Niger, le secteur de la mode regorge de talents, mais peine à prendre un envol véritable. C'est pourtant un monde riche et varié où, on peut gagner son pain à la sueur de son front. Développer une nouvelle approche dans ce secteur, c'est le challenge que s'est fixé Melle Mariama Daouda en réalisant la nouvelle marque d'accessoires ''zamany accessory''. C'est avec des matériaux de chez nous, qu'elle confectionne des sacs ''made in Nig...

Portrait/Abdoul Karim Elhadj Adamou, artiste : L'auteur de la marionnette Toukourourou, l'enfant terrible

Portrait/Abdoul Karim Elhadj Adamou, artiste : L'auteur de la marionnette Toukourourou, l'enfant terrible

Les marionnettes sont des figurines, des pantins ou des poupées qu'on fait bouger à travers des fils donnant l'impression d'une scène animée. Les artistes animateurs de théâtre de marionnettes ne courent pas les rues au Niger. Abdoul Karim Elhadj Adamou en est un. Agé de 36 ans, il est étudiant en Master2 « art et spectacle» à la Faculté de Littérature, Art et Communication de l'Université de Niamey. Il a commencé à s'intéresser au spec...

Phénomène de mode : ''Goggoro et bonnet'', des foulards en vogue à Niamey

Phénomène de mode : ''Goggoro et bonnet'', des foulards en vogue à Niamey

Les foulards Gogoro ou Achoké, étaient à l'origine des foulards portés par les femmes yoruba. Mais ces derniers temps on est de suite frappé, à l'occasion des cérémonies et de certaines occasions de réjouissance, par la forte présence de ces gros foulards communément appelés "Goggoro" ou "Achoké" de plus en plus à la mode chez les femmes de la capitale. Longtemps importés, ces foulards sont présentement confectionnés dans des salons de ...

L'imzad : Immortaliser ce violon au son cristallin qui se joue avec le cœur

L'imzad : Immortaliser ce violon au son cristallin qui se joue avec le cœur

L'imzad ou inzad, dont le nom signifie "crin de cheval" dans la langue tamatcheq, est un violon monocorde, joué exclusivement par les femmes Touareg et accompagné de poèmes et chants des hommes.Cet instrument de musique traditionnelle typiquement touareg a une longue histoire derrière ses airs cristallins qui vous bercent le cœur pour un long et mélodieux voyage sur les dunes de sable du désert, du Niger jusqu'en Algérie. Selon certaine...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Problématique de la disponibilité et de la gestion…

Problématique de la disponibilité et de la gestion du sang au niveau des centres de soins de Niamey : Entre insuffisance et sous-information

La quantité de sang reçue par le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) est actuel...

vendredi 21 juillet 2017

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispos…

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispositions prises pour éviter toute fraude

Le Centre Hospitalier Régional de Niamey, communément appelé maternité Poudrière, dispose ...

vendredi 21 juillet 2017

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidélise…

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidéliser les donneurs

Tchémaya qui signifie en haoussa, tchéton rey na mataa daa yara autrement dit sauver la vi...

vendredi 21 juillet 2017

L'air du temps

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Des milliers de jeunes gens, filles et garçons, attroupés autour d'un espace dégagé. Au mi...

vendredi 21 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.