Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Les africains et le petit commerce en Inde : De l'espoir dans le petit business malgré la peur....


d-1Du 11 au 22 mars dernier, une trentaine de journalistes africains ont séjourné dans la capitale indienne dans le cadre d'un atelier organisé par le Centre de Recherche en Communication de Masse, en collaboration avec le Ministère des Affaires Extérieures. Mettant à profit ce séjour, notre reporter s'est intéressé à certains aspects de cette ville cosmopolite en pleine évolution, au site touristique du Taj Mahal et aussi au tourisme médical.
L'Inde devient peu à peu un pays attractif pour les Africains en quête de bien-être économique. Cela dans la foulée de la nouvelle politique de redynamisation et du renforcement des liens que les autorités indiennes ont lancée vis-à-vis de l'Afrique. Depuis quelques années, l'on constate un intérêt particulier des Africains qui choisissent l'Inde comme destination pour des raisons économiques, académiques, commerciales, médicales. Aujourd'hui, le nombre de ces hommes et femmes, qui tentent leur chance dans l'exercice du commerce dans ce pays devenu une plaque tournante d'affaires, est de plus en plus croissant. A la faveur d'une situation qui rend l'Inde de plus en plus attrayante, certains Africains s'y sont rendus et ont établi leur commerce afin de prendre part aux activités commerciales, au même titre que les autochtones.
A la Fédération Indienne de la Chambre de Commerce et d'Industrie (FICCI), la conseillère à la Division Afrique, Mme Sheila Sudhakaran, a affirmé qu'effectivement le nombre des Africains qui visitent ou vivent en Inde a connu une nette augmentation. La pratique du petit commerce des expatriés, notamment les Africains, en Inde semble plus ou moins prendre un envol. Certes, il n'y a pas de statistiques officielles disponibles sur le nombre exhaustif d'Africains exerçant le commerce en Inde.
Elle a souligné que les Africains commerçants s'adonnent essentiellement à la vente des produits africains. On trouve dans les boutiques d'Africains, dans plusieurs villes indiennes, des produits alimentaires, des produits de beauté ''Made in Africa''. Mme Sudhakaran explique que ''certains Africains ont commencé à s'engager dans la vente des spécialités alimentaires africaines pour répondre à la demande de plus en plus croissante de la part des étudiants, patients, opérateurs économiques vivant en Inde''. Cependant, a-t-elle souligné, la pratique du petit commerce pour les Africains n'est pas un long fleuve tranquille. L'existence de certaines formes de racisme et de xénophobie dont sont victimes certains étrangers de la part de certains nationaux rendent le séjour et l'exercice de commerce plus ou moins difficiles. Elle reste toutefois optimiste que la situation changera, s'appuyant sur l'engagement politique réaffirmé du Gouvernement indien.
Dans le marché ''na Market'', l'un des plus grands marchés de la capitale Delhi, nous avions rencontré Mme Mama Africa, une femme commerçante ressortissante de la République Démocratique du Congo. Arrivée en Inde en 2007, elle s'est établie à Delhi où elle exerce son commerce. Mama Africa, parlant couramment la langue locale Hindi, s'est spécialisée dans la vente des produits typiquement africains dans sa boutique sis au sous-sol dudit marché. ''Je suis venue en Inde avec mon fils et mes deux filles qui sont aujourd'hui étudiants. Depuis lors, je me suis engagée dans le commerce des produits africains. Mon objectif est d'aider les Africains qui visitent l'Inde ou qui y vivent à avoir certaines spécialités africaines'', explique-t-elle.
Grâce à sa patience et son courage, Mama Africa a su tisser un large réseau de clientèle et de fournisseurs à partir de l'Afrique. Comment vivre dans un pays étranger où l'on ne partage ni la langue, ni les coutumes, ni la religion? A cette question Mama Africa se veut optimiste. ''En dépit du contexte social dans lequel j'opère, différent de celui de mon pays et de mon continent, je peux affirmer que j'exerce mon business sans trop de menace. Mais nous faisons face à une sorte de discrimination de la part de certaines personnes qui, pour la plupart, ne connaissent pas les hommes noirs comme nous'', souligne la commerçante.
''Je suis reconnaissante vis-à-vis de mes collègues indiens pour leur compréhension et leur solidarité. Certes, il y en a qui ne nous acceptent pas. Ça ne me préoccupe pas tant. L'important pour moi, c'est que jusque-là, mes enfants et moi n'avons jamais été agressés. Et la clientèle se fait de plus en plus importante et mon business se développe bien'', ajoute-t-elle.
Dans le même marché, nous avions rencontré Mme Kike Davis. C'est une jeune femme nigériane vivant en Inde depuis deux ans. Elle exerce dans la restauration. ''Je suis en Inde depuis deux ans et j'évolue dans le business de la restauration et la vente des produits africains. Je vends mes produits aux commerçants indiens et africains disséminés un peu partout dans la ville''.
Exercer le commerce ici en Inde, en tant qu'Africain, est un travail difficile, mais Mme Kike Davis pense que la situation est en train de changer positivement dans la mesure où les clichés raciaux sont petit à petit abandonnés par beaucoup d'Indiens, notamment par ceux qui ont la chance de voyager à l'étranger. Parlant des relations sociales, Mme Kike affirme que leur séjour se passe plutôt bien, même s'ils sont confrontés parfois au racisme de certains autochtones.
''Le souhait des Africains que nous sommes est de voir la fin du racisme et des actes xénophobes le plus tôt possible, afin qu'on puisse vivre ensemble comme chez nous, et exercer nos activités malgré la différence de couleur, de langue et de culture'', a conclu Mme Kike Davis.

Par Zabeirou Moussa, envoyé spécial

Culture

Interview de Mme Aminata Sanou, directrice artistique de la Compagnie Aminata Sanou-Tamadia International et du festival…

Interview de Mme Aminata Sanou, directrice artistique de la Compagnie Aminata Sanou-Tamadia International et du festival Tamadi'Arts : ''Le festival Tamadi'Arts est un cadre de rencontres et d'échanges entre des artistes professionnels venus des quat

Danseuse chorégraphe d'origine burkinabè, Aminata Sanou est la directrice artistique de la Compagnie Aminata Sanou-Tamadia International, qui a initié le Festival Tamadi'Arts qui se tient depuis 2012 à Carvin dans la région Haut de France. Ce festival, qui est un cadre de brassage, vise la promotion de des cultures africaine, afro-brésilienne et afro-contemporaine, de la culture tout court à travers notamment la musique, la danse, le th...

Entretien avec le comédien, et acteur burkinabè, M. Gustave Sorgo : «Il ne suffit pas de prendre un caméscope pour deven…

Entretien avec le comédien, et acteur burkinabè, M. Gustave Sorgo : «Il ne suffit pas de prendre un caméscope pour devenir cinéaste, il y a une didactique cinématographique qu'il faut connaitre», déclare Gustave Sorgo

Rien ne semblait prédisposer Sorgo Dak Jean Gustave, qui était d'abord enseignant puis employé de banque à la carrière de comédien et d'acteur, à part le désir qu'il a toujours eu de faire rire les autres, depuis l'école primaire quand il jouait dans des sketches. Appelé « Tonton Gaoussou », par les uns, « Sidiki », par les autres, Gustave Sorgo a fait du théâtre dans sa jeunesse. Mais c'est la rencontre en 1979 avec le réalisateur de r...

Vernissage du livre '' La Croix d'Agadès'' ou TENEGHL'T : TENEGHL'T, une identité culturelle nigérienne confirmée

Vernissage du livre '' La Croix d'Agadès'' ou TENEGHL'T : TENEGHL'T, une identité culturelle nigérienne confirmée

Le ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, Porte-parole du Gouvernement, M. Assoumana Mallam Issa, a présidé, jeudi dernier, au Musée National Boubou Hama, la cérémonie officielle du vernissage du livre de Thiamidi Babou Magha, intitulé ''La Croix d'Agadès'' ou TENEGHL'T, symbolisme et fonctions sociopolitiques.Dans ce livre, l'auteur montre le rôle sociopolitique de cette croix, ses fonctions et ...

Zin'naariâ ! L'alliance d'or de Rahmatou Keita, au Fespaco 2017 : Le film qui a séduit par la qualité de ses images

Zin'naariâ ! L'alliance d'or de Rahmatou Keita, au Fespaco 2017 : Le film qui a séduit par la qualité de ses images

En course pour l'étalon d'or de Yennenga au 25ème Fespaco, Zin'naariâ! (l'alliance d'or), le long métrage de la réalisatrice nigérienne Rahmatou Keita a décroché le trophée et le prix de la meilleure image.Zin'naariâ ! (l'alliance d'or) est un film du genre romantique d'une durée de 92 mn sorti en 2016. Sa première projection au 25ème Fespaco a eu lieu le 2 mars au "Ciné Burkina" de Ouagadougou. Dès la première scène, l'une des apprécia...

Cérémonie de clôture de la 25ème édition du FESPACO à Ouagadougou : «Félicité» du Sénégalais Alain Gomis remporte l'Etal…

Cérémonie de clôture de la 25ème édition du FESPACO à Ouagadougou : «Félicité» du Sénégalais Alain Gomis remporte l'Etalon d'or de Yénnega

Après dix jours et autant de nuits de projection de films courts et longs métrages, de séries télévisées, de films documentaires, et films d'écoles africaines de cinéma, et de panorama longs métrages fiction et documentaires, les écrans de la 25ème édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou se sont refermés, le 4 mars dernier au Palais des sports de Ouaga 2000, avec une cérémonie de clôture grandiose à ...

Alain Gomis, la confirmation d'un talent avec «Félicité»

Alain Gomis, la confirmation d'un talent avec «Félicité»

C'était le moment tant attendu du Fespaco, celui des palmarès avec la remise du prestigieux trophée, l'étalon d'or de Yennenga remporté cette année par le réalisateur sénégalais Alain Gomis avec « Félicité », un film d'une durée de 120mn sorti en 2016.Sans grande surprise l'étalon d'or de la 25ème édition du Fespaco a été remporté par le réalisateur sénégalais Alain Gomis avec son long métrage « Félicité ». Le succès remporté à Berlin p...

Projection de la série télévisée nigérienne en compétition au 25ème Fespaco à Ouagadougou : Baptême du feu pour " D…

Projection de la série télévisée nigérienne en compétition au 25ème Fespaco à Ouagadougou : Baptême du feu pour " Délou"

Sortie, le 3 décembre 2016, la série télévisée "Délou" du réalisateur nigérien Souleymane Mahamane, a été sélectionnée pour la compétition officielle au 25ème Fespaco. Le film d'une cinquantaine d'épisodes qui retrace le cheminement d'une femme décidée à devenir présidente, pour mettre fin à l'injustice, dont elle et ses concitoyens sont victimes, a été projeté le 26 février 2017 dans la salle « CBC » de Ouaga. Mais, seulement les trois...

Ouverture officielle de la 25ème édition du Fespaco : C'est parti pour la course à l'étalon d'or de Yennega

Ouverture officielle de la 25ème édition du Fespaco : C'est parti pour la course à l'étalon d'or de Yennega

Le Clap d'ouverture de la 25ème édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (Fespaco) a été donné par le président du Faso, Sem Roch Marc Christian Kaboré dans l'après-midi du 25 février au stade municipal de Ouagadougou. Placé sous le thème "Formation et métiers du cinéma et de l'audiovisuel'', l'édition 2017 du festival met à l'honneur la Côte d'Ivoire, pays invité d'honneur. Ce pays qui marque sa prés...

Portrait d'Artiste : Hassane Boukary, artiste engagé pour la promotion de la paix

Portrait d'Artiste : Hassane Boukary, artiste engagé pour la promotion de la paix

Habillé d'un costume traditionnel nigérien, l'artiste tenait entre ses mains une canne en bronze en forme de vipère. Souriant et très ouvert, Hassane Boukary surnommé « Nounou » est auteur compositeur. Il avait débuté le métier d'artiste depuis son jeune âge. « J'ai embrassé la musique par amour, je ne l'ai pas hérité. Aucun membre de ma famille n'est chanteur », a-t-il déclaré. Selon lui, à travers la musique, il pense apporter sa cont...

Point de presse du ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur la tenue du Festival de l'Air : Pour la relance du tourism…

Point de presse du ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur la tenue du Festival de l'Air : Pour la relance du tourisme au Niger

C'est en prélude à la 12ème édition du Festival de l'Air, qui est un grand événement touristique pour le Niger en général et particulièrement pour la région d'Agadez, que le ministre du Tourisme et de l'Artisanat M. Ahmed Boto a animé samedi dernier, dans la salle de réunions dudit ministère, un point presse pour le lancement des préparatifs de ce rendez vous. Le festival de l'Air, édition 2017 est prévu du 10 au 12 mars prochain à Ifer...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Ruée vers l'or à Tanda-Boundou, Commune rurale de …

Ruée vers l'or à Tanda-Boundou, Commune rurale de Liboré : De l'engouement aux questionnements

Or ou pas or dans le village de Tanda-Boundou, dans la Commune rurale de Liboré ? C'est la...

jeudi 27 avril 2017

Ambiance de marché sur le site de fouille aurifère…

Ambiance de marché sur le site de fouille aurifère de Tanda-Boundou

Pour se rendre sur le site de fouille d'or du village de Tanda-Boundou, sis entre Malam Ko...

jeudi 27 avril 2017

L'Initiative 3N : Un programme qui marque un chang…

L'Initiative 3N : Un programme qui marque un changement de comportement dans la région de Dosso

L'Initiative 3N, faudrait-il le rappeler, est un programme ambitieux, une vision du Présid...

vendredi 21 avril 2017

L'air du temps

Ces ruées vers l'or qui soulèvent des foules

Ces ruées vers l'or qui soulèvent des foules

Vers la fin de l'année 2014, ils ont déferlé, en bravant les dunes et les tempêtes de sabl...

jeudi 27 avril 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.