Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Editorial : Une diplomatie active et fructueuse


DG onepAprès Mohamed Moussa à la tête de l'ASECNA, Loïc Crespin au CIRTEF, la diplomatie nigérienne vient d'engranger encore, une fois de plus, une victoire éclatante avec l'accession d'un autre compatriote, Abdallah Boureima, à la tête de la Commission de l'UEMOA. Ceux qui ont suivi les péripéties ayant conduit à cette désignation savent que c'est un grand défi qui vient d'être relevé par le Chef de l'Etat. Il en avait fait son affaire, et a soulevé des montagnes afin que cette victoire soit. Et le résultat est là, tangible !
La vision diplomatique du Chef de l'Etat, parce que pragmatique et respectueuse des prérogatives des autres Nations voisines et amies, a donc donné ses fruits. On a toujours décrié l'absence, par trop criarde, des cadres nigériens dans les Organisations régionales et internationales, et surtout à la tête de ces instances. Mais, force est de constater que, ces dernières années, le déficit a été compensé. En effet, plusieurs valeureux cadres nigériens ont été portés à la tête d'instances internationales ou régionales. On peut citer, entre autres, Aïchatou Mindaoudou, Représentante du Secrétaire Général de l'ONU à l'ONUCI en Côte d'Ivoire; Mamane Sidikou, Représentant du Secrétaire Général de l'ONU au Congo ; Najim Mohamed, Secrétaire Permanent du G5 Sahel; Oua Saïdou à la Direction générale de l'Autorité du Liptako Gourma (ALG); M. Bouramah Ali Harouna au poste de Secrétaire Général de la CONFEJES. La liste n'est pas exhaustive.
Ces nominations, qui en disent assez sur les succès diplomatiques de notre pays ces dernières années, ravivent dans la mémoire collective des Nigériens les instants de gloire ayant conduit à la nomination de Feu Idé Oumarou au prestigieux poste de Secrétaire Général de l'OUA.
Il faut dire que, depuis son accession à la magistrature suprême de notre pays, le Président Issoufou a su insuffler une dynamique nouvelle à la diplomatie nigérienne. Pour le Chef de l'Etat, il s'agit de mettre la diplomatie au service du développement économique et social, au service de la sécurité des personnes et des biens. C'est pourquoi, dès 2011, le Gouvernement a été instruit par ses soins à mener une vaste offensive diplomatique visant à faire connaitre nos potentialités économiques, les avantages qu'offre le pays, et élargir sa carte diplomatique.
Cette dynamique portée par le Président Issoufou en personne s'est orientée vers la préservation de la paix et de la sécurité dans la sous-région et le reste du monde. Le Président, leader régional incontesté dans la lutte contre le terrorisme, l'insécurité et le trafic des êtres humains, a mis à profit toutes les tribunes régionales et internationales pour aborder la question sécuritaire et la lutte contre le terrorisme dans la zone sahélo-saharienne.
Mieux, dans toutes les conférences, fora et autres rencontres, le Président de la République a prêché sur la corrélation entre la sécurité, le développement et le triptyque Démocratie-Développement-Défense. Cette vision majeure fait du Niger un partenaire majeur dans le traitement des questions sécuritaires régionales.
L'implication directe du Président de la République dans la lutte contre le terrorisme et dans la préservation de la paix et de la sécurité s'est très vite traduite par l'envoi de contingents nigériens pour le maintien de la paix notamment au Mali, en Côte d'Ivoire, au Congo, et tout récemment au Nigeria.
Aujourd'hui, la voix du Niger, à travers celle du Président Issoufou, porte loin au sein des instances régionales et internationales. C'est ainsi que, lors de la 24ème session de l'Union Africaine, le Président de la République du Niger a été porté à la Vice-présidence de la conférence de cette institution au titre de l'exercice 2015-2016, et le Niger désigné pour abriter les travaux du sommet de l'UA en 2019.
De même, le Président Issoufou Mahamadou a été désigné, lors du 28ème Sommet de l'Union Africaine à Addis Abeba, comme ''Champion africain pour la facilitation des échanges'' pour préparer la Zone de Libre Echange Continental (ZLEC). Cette désignation est de tout honneur. En effet, comme l'a déjà souligné un expert en Politiques Commerciales, ''il faut peut-être remonter au règne du Général Seyni Kountché, qui a vu le plébiscite de notre compatriote Idé Oumarou comme Secrétaire Général de l'OUA, pour trouver un fait d'importance comparable''.
Pour cet expert, ''la mission du Président Issoufou Mahamadou est bien plus titanesque que construire des infrastructures couvrant quatre ou cinq pays tout au plus à la fois''.
Les enjeux liés à son sacre sont plus importants que les infrastructures, dès lors qu'il concerne la construction de la plus grande zone de libre-échange au monde, une fondation préalable pour les échanges, les investissements et les infrastructures. En effet, prendre en charge la construction d'une zone de libre-échange est bien plus chargé de défis que la seule mission de construire des infrastructures dès lors que les ressources sont disponibles.
Le défi pour Issoufou Mahamadou est d'ordre politique et technique. Il est d'ordre politique parce qu'il doit porter un leadership aussi éclairé que fort pour mettre sur pieds, en l'intervalle de quelques mois, une entente de dimension continentale avec ses pairs Chefs d'Etat, et mettre en ordre de bataille les différentes organisations communes régionales, (CEDEAO, UEMOA, CBLT, Conseil de l'Entente, etc.) afin de dresser un agenda devant conduire à l'opérationnalisation de la ZLEC en 2022. Il est d'ordre technique parce que la construction d'une zone de libre-échange est un processus de négociations interminables et d'un niveau technique très élevé pour accorder, harmoniser et concilier des intérêts nationaux aussi divers que variés, afin de former une dynamique continentale qui doit, en plus de se faire maître du jeu sur son terrain, se frayer une place dans le concert mondial des marchés intégrés''.
De même, le leadership du Président de la République, en matière d'intégration économique, lui a valu sa désignation comme coprésident, avec le Président du Ghana, du Haut Comité sur la monnaie unique des Etats de la CEDEAO, et Président du comité de haut niveau sur la sécurité alimentaire dans l'espace UEMOA.
C'est dire que la désignation d'Abdallah Boureima à la présidence de la Commission de l'UEMOA est le fruit de cette offensive diplomatique du Président Issoufou, qui a fait du placement des cadres nigériens à des postes de responsabilité au niveau des institutions et organismes internationaux, une de ses priorités majeures. C'est cette priorité majeure qui rejoint sa vision de faire de notre capitale, Niamey, qui va accueillir en 2019, les travaux du sommet de l'UA, une des villes attractives dans la sous région.
Le Programme Niamey Nyala, qu'il a initié depuis son arrivée au pouvoir, découle de cette vision présidentielle de doter la ville d'équipements et d'infrastructures dignes de ce nom, afin de la hisser au rang des grandes villes de la sous-région.
Aussi, après plusieurs investissements et réalisations d'infrastructures modernes, le Président de la République a déclaré récemment, lors du lancement des travaux du 3ème pont de Niamey : ''Nous voici aujourd'hui à Goudel pour la pose de la première pierre du 3ème pont, le ''Pont Général Seyni Kountché''. L'histoire retiendra que la véritable modernisation de la ville de Niamey a commencé avec la Renaissance. Depuis 6 ans, le peuple est témoin des efforts qui ont été faits pour moderniser la ville de Niamey. Depuis 6 ans, des réalisations majeures ont vu le jour, telles que l'Hôpital de référence, la Centrale Electrique de Gorou Banda, l'échangeur Mali Béro, l'échangeur du Rond-Point des Martyrs, ainsi que l'échangeur Diori Hamani en chantier. Cela veut dire qu'en moyenne, chaque année, nous réalisons une œuvre majeure au bénéfice des populations de la ville de Niamey. C'est des dizaines de milliards qui sont investis pour faire de Niamey une capitale digne de notre pays''.
Le Niger est aujourd'hui écouté et respecté partout. Niamey et les autres agglomérations urbaines se modernisent progressivement. Le pays se porte de mieux en mieux, malgré la morosité économique internationale ambiante.
En un mot, la Renaissance est en marche et à pas surs.

Mahamadou Adamou( Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. )

Culture

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

Dans un univers musical nigérien totalement dominé par des hommes, Philomène fait partie des rares femmes qui essaient de s'affirmer et d'émerger.Depuis son jeune âge, elle chante dans les gospels, les chorales des églises. A dix ans déjà, elle passait tout son temps à chanter et à danser. Une décennie après, elle s'est frayée un chemin dans un monde fait de hauts et de bas ; elle possède une voix angélique qui fait d'elle aujourd'hui u...

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur…

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur"

Le Niger sera représenté à la 17ème édition de Clap Ivoire qui se tiendra du 4 au 10 septembre par les réalisateurs Oumarou Kadry Koda en catégorie documentaire avec " Nos faiseurs de bonheur" et Abdoul Rachid Amadou Sanda Maïga avec la fiction "Epris d'une mère".Les représentants du Niger à ce festival de concours de court métrage destiné aux jeunes ressortissants et résidents des pays membres de l'UEMOA ont été sélectionnés le 17 juil...

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseig…

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseignement, d'éducation notamment historique »

Mohamed Elkebir est un jeune réalisateur nigérien et promoteur du label Sahara Niger. Après ses études secondaires au Niger, il a continué ses études au Burkina Faso, au Ghana puis en Côte d'Ivoire où il a reçu plusieurs formations. Il est aussi un acteur de la société civile, membre de l'association « Jeunesse active du Niger ».Dès son retour au pays, il s'est inscrit à l'UAM où il décrocha un diplôme puis travailla dans une compagnie ...

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très …

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très importante dans l'éveil des consciences »

À l'état civil il est Ibrahim Oumarou Yacouba, mais son nom de scène est "Sage Soldat". Après des études en droit des affaires, parallèlement à ses activités de chanteur de reggae, "Sage Soldat" s'est retourné vers des études beaucoup plus en phase avec sa passion, car il est étudiant en Master 1 en Arts et Culture à l'université de Niamey. Actuellement il est à Dakar dans le cadre de son stage professionnel à Africulturban, une associa...

Le port de natte par les femmes d'Abalak : Une pratique culturelle spécifique en voie de disparition

Situé à 135 km au nord de Tahoua sur la route d'Agadez, la ville d'Abalak chef-lieu du département du même nom, regorge d'énormes potentialités pastorales, culturelles et artisanales. Parmi les potentialités culturelles on peut citer le port de natte chez les femmes. Cette pratique est, pour la femme touareg, ce qu'est le hijab autrement dit le voile chez les femmes arabes. Le port de natte rêvait donc une fonction socioculturelle qui f...

À la découverte du dromadaire : Le fidèle compagnon des peuples nomades

Appartenant au même genre biologique que le chameau qui, lui à une ou deux bosses selon son origine, le dromadaire appartient au genre camélus apparu il ya cinquante millions d'années. Il se distingue des autres mammifères par la longueur de son cou et la nature de ses pieds dépourvu de sabots. C'est cette élégante bête qui est l'animal emblématique de la région de Tahoua dont la présence est illustrée à l'entrée de la ville à travers u...

Culture : Mlle Mariama Daouda : revaloriser la croix d'Agadez à travers la maroquinerie

Culture : Mlle Mariama Daouda : revaloriser la croix d'Agadez à travers la maroquinerie

Au Niger, le secteur de la mode regorge de talents, mais peine à prendre un envol véritable. C'est pourtant un monde riche et varié où, on peut gagner son pain à la sueur de son front. Développer une nouvelle approche dans ce secteur, c'est le challenge que s'est fixé Melle Mariama Daouda en réalisant la nouvelle marque d'accessoires ''zamany accessory''. C'est avec des matériaux de chez nous, qu'elle confectionne des sacs ''made in Nig...

Portrait/Abdoul Karim Elhadj Adamou, artiste : L'auteur de la marionnette Toukourourou, l'enfant terrible

Portrait/Abdoul Karim Elhadj Adamou, artiste : L'auteur de la marionnette Toukourourou, l'enfant terrible

Les marionnettes sont des figurines, des pantins ou des poupées qu'on fait bouger à travers des fils donnant l'impression d'une scène animée. Les artistes animateurs de théâtre de marionnettes ne courent pas les rues au Niger. Abdoul Karim Elhadj Adamou en est un. Agé de 36 ans, il est étudiant en Master2 « art et spectacle» à la Faculté de Littérature, Art et Communication de l'Université de Niamey. Il a commencé à s'intéresser au spec...

Phénomène de mode : ''Goggoro et bonnet'', des foulards en vogue à Niamey

Phénomène de mode : ''Goggoro et bonnet'', des foulards en vogue à Niamey

Les foulards Gogoro ou Achoké, étaient à l'origine des foulards portés par les femmes yoruba. Mais ces derniers temps on est de suite frappé, à l'occasion des cérémonies et de certaines occasions de réjouissance, par la forte présence de ces gros foulards communément appelés "Goggoro" ou "Achoké" de plus en plus à la mode chez les femmes de la capitale. Longtemps importés, ces foulards sont présentement confectionnés dans des salons de ...

L'imzad : Immortaliser ce violon au son cristallin qui se joue avec le cœur

L'imzad : Immortaliser ce violon au son cristallin qui se joue avec le cœur

L'imzad ou inzad, dont le nom signifie "crin de cheval" dans la langue tamatcheq, est un violon monocorde, joué exclusivement par les femmes Touareg et accompagné de poèmes et chants des hommes.Cet instrument de musique traditionnelle typiquement touareg a une longue histoire derrière ses airs cristallins qui vous bercent le cœur pour un long et mélodieux voyage sur les dunes de sable du désert, du Niger jusqu'en Algérie. Selon certaine...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Problématique de la disponibilité et de la gestion…

Problématique de la disponibilité et de la gestion du sang au niveau des centres de soins de Niamey : Entre insuffisance et sous-information

La quantité de sang reçue par le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) est actuel...

vendredi 21 juillet 2017

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispos…

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispositions prises pour éviter toute fraude

Le Centre Hospitalier Régional de Niamey, communément appelé maternité Poudrière, dispose ...

vendredi 21 juillet 2017

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidélise…

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidéliser les donneurs

Tchémaya qui signifie en haoussa, tchéton rey na mataa daa yara autrement dit sauver la vi...

vendredi 21 juillet 2017

L'air du temps

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Des milliers de jeunes gens, filles et garçons, attroupés autour d'un espace dégagé. Au mi...

vendredi 21 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.