Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril nous permet de rappeler la rébellion, de parler de l'unité nationale, d'un Niger dans lequel tous ses enfants se sentent solidaire


InvitCréée en 1995 pour suivre la mise en œuvre des accords de paix de 1995 et des autres protocoles additionnels à ces accords intervenus en 1998, la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP), qui est rattachée à la Présidence de la République, est chargée entre autres de l'analyse prospectrice, de la prévention et de la gestion des crises et des conflits. Dans cette interview réalisée à moins d'une semaine de la célébration de la Journée Nationale de la Concorde, en souvenirs des accords cités ci-haut, le président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix, le Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, revient sur le sens de la journée du 24 avril, la question de l'unité nationale, les activités de la HACP en faveur de la consolidation de la paix et de la prévention des conflits, etc.
Monsieur le Président, sous quel signe est placée, cette année, la Journée Nationale de la Concorde que le Niger célèbre chaque 24 avril ?
La fête de la Concorde est une fête nationale qui aura lieu partout, je tiens à le préciser. Toutes les communes, tous les départements, toutes les régions, ainsi que les administrations, sont appelés à célébrer la fête du 24 avril. Cette année, sous le haut patronage du Premier ministre, nous allons organiser des activités à Tchintabaraden dans la région de Tahoua. L'édition 2017 de la fête de la concorde est placée sous le signe de ''La Paix et l'Unité Nationale''. Je voudrais rappeler que chaque année, la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix se déplace dans une des 76 communes cibles pour une grande cérémonie. Nous avons 76 communes que nous couvrons depuis Bosso jusqu'à Bankilaré, et cette année, nous avons reçu les instructions du Président de la République et du Premier ministre pour organiser la fête à Tchintabaraden. Et à cette occasion il y aura un forum dont le thème est ''La paix et l'unité nationale''.
Après près de vingt ans de célébration de la journée du 24 avril, quelle est la particularité de l'édition de cette année ?
J'ai l'habitude de dire que la Concorde, c'est la troisième fête nationale. Après la fête de l'Indépendance, la fête de la République, voilà la fête de l'unité nationale, celle de la Concorde. C'est quand même une fête extrêmement importante, car elle marque le retour définitif à la paix en 1995, avec la signature des accords de paix entre le Gouvernement et les anciennes rébellions. À partir de ce jour, on considère que la paix est revenue au Niger. C'est vrai qu'il y a eu une reprise de rébellion en 2007-2008, mais qui a fait long feu, dans la mesure où le Gouvernement de l'époque a refusé de négocier avec cette rébellion, étant entendu que les accords de paix ont été déjà conclus, on considérait que c'était une anomalie la rébellion de 2007. D'ailleurs elle a fini assez rapidement. Les quelques combattants ont déposé les armes, ils ont bénéficié d'une amnistie, la république est généreuse. On considère que depuis les accords de 1995, il n'y a pas eu de remise en cause de l'Unité Nationale. Je voudrais aussi dire un mot sur les questions de sécurité dont nous nous occupons avec les Forces de Défense et de Sécurité.
Le Président de la République a l'habitude de dire qu'il n'y a pas de sécurité sans développement. La Haute Autorité à la Consolidation de la Paix ne fait pas de la sécurité directement dans la mesure où nous ne disposons pas de troupes dans les régions. Mais nous faisons l'autre côté de la sécurité, ce qu'on appelle la sécurité soft, et c'est lier la sécurité au développement. C'est pour cela que nous mettons en œuvre un certain nombre de projets. Nous allons profiter de la fête de la Concorde pour expliquer certaines choses: les accords de paix de 1995 ont été organisés autour de trois axes. Il y a un axe que nous appelons ''Discrimination positive'', un axe ''Décentralisation'', et un axe ''Développement accéléré des zones Nord''.
Dans l'axe 1, il y a eu l'intégration des ex-combattants dans les Forces de Défense et de Sécurité. Mais il y a eu également l'insertion des ressortissants dans l'administration des zones touchées par la rébellion ; des bourses ont été octroyées aux ressortissants de ces zones. Ensuite le Gouvernement a poursuivi ses actions avec la nomination, dans ces zones, des chargés de mission qui, avec les délégués régionaux, nous font la narrative du Gouvernement au sein de ces communautés. Nous avons continué à travailler sur ces axes, en faisant un focus particulier sur les populations des zones vulnérables, parce que, à tord ou à raison, elles ont l'impression d'être un peu abandonnées.
Le deuxième axe est celui de la décentralisation qui était une revendication de la rébellion. Dans un premier temps, ils ont réclamé le fédéralisme, mais au cours des négociations, on est abouti à la décentralisation. Cette revendication a été étendue à l'ensemble du pays. Ce qui a été aussi un avantage qui a permis d'approfondir la démocratie. Aussi, cela a contribué à l'intégration des ex-combattants. Dans la région d'Agadez par exemple, tous les quinze maires qui avaient été élus par la suite, sont des ex-combattants. Ce deuxième axe a été aussi utile pour l'intégration et l'unité nationale.
Le troisième axe est le développement accéléré des zones nord. C'est un axe qui n'a pas eu beaucoup de succès dans la mesure où le Niger est un pays pauvre. Les partenaires ont promis, mais très peu de choses a été réellement fait. Néanmoins, le Gouvernement a fait ce qu'il pouvait et le Haut Commissariat à la Restauration de la Paix, à l'époque, a eu un certain nombre de projets dans le nord. Aujourd'hui, nous continuons sur ce troisième axe. Et une de nos principales activités à la HACP est de faire des micros projets dans les zones vulnérables. Nous avons au moins un ou deux projets en cours dans une de nos communes cibles, afin de renforcer la résilience des communautés.
Une autre stratégie, que nous avons adoptée au Niger dans le contexte des conflits, c'est de faire en sorte que les populations aient plus confiance en l'Etat, qu'aux groupes armés. C'est ce que nous avons fait dans la région de Diffa où opère Boko Haram. C'est là une action civilo-militaire que mène la HACP, en expliquant aux populations le sens du combat des Forces de Défense et de Sécurité, à travers des caravanes de la paix, des forums et des audiences foraines. Mais il ne faut pas s'arrêter là. Il faut à la fois des actions pour prendre en charge les besoins immédiats et aussi des actions pour le développement à long terme. Il faut accompagner les communautés, parce que ce sont elles qui sont l'instrument premier de la paix.
Pour me résumer, nous avons fait les accords de paix en 1995 et nous avons accumulé une expérience de travail avec les groupes hors-la-loi. Il faut s'en occuper avec une approche globale, déployer les Forces Armées, engager le dialogue avec les communautés pour avoir avec nous tous ceux qui ne sont pas susceptibles d'aller de l'autre côté, diminuer le nombre de nos ennemis, faire des actions socio-économiques en direction de ces gens, et enfin soutenir la résilience des communautés. Nous travaillons beaucoup avec les partenaires, notamment l'Union Européenne et l'AFD.
N'est-il pas aussi nécessaire d'étendre les actions en faveur des couches pauvres des zones sédentaires qui n'ont pas été concernées par les rebellions ?
L'administration est bien organisée, il y a aussi beaucoup d'institutions. Nous sommes souvent appelés à intervenir dans les zones sédentaires quand il y a les conflits entre sédentaires et nomades. Quelquefois, le Gouvernement demande un peu notre expertise et nous organisons des rencontres qui nous permettent d'arriver à des accords ; mais c'est le service du code rural qui est en charge de ces questions, ainsi que les différentes administrations, car la HACP ne peut pas avoir la prétention d'être partout.
Selon vous, est-ce que l'institutionnalisation de la journée du 24 avril aura servi à consolider la paix ?
Ce qui a été aussi important au Niger, c'est l'institutionnalisation de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix, qui a permis d'accumuler des expériences. C'est cette institution qui est aussi responsable de l'organisation de la Journée Nationale de la Concorde le 24 avril. Il faut que tous les ministères, toutes les institutions prennent en charge la journée du 24 avril. C'est une fête nationale qui doit être beaucoup plus intériorisée, appropriée par les administrations, par les populations, comme le 18 décembre ou le 3 Août. Je souhaite qu'il y ait plus d'engouement pour la fête de la Concorde Nationale. Les fêtes sont aussi faites pour se souvenir des moments particuliers de l'histoire, parler de leur signification. La fête du 24 avril nous permet de rappeler la rébellion, de parler de l'unité nationale, d'un Niger dans lequel tous ses enfants se sentent solidaires et plus à l'aise, etc.
L'indépendance est un thème important, la proclamation de la République également, mais le retour de l'unité nationale est un thème tout aussi important.
Réalisée par Souley Moutari (ONEP)

Culture

Entretien avec le comédien, et acteur burkinabè, M. Gustave Sorgo : «Il ne suffit pas de prendre un caméscope pour deven…

Entretien avec le comédien, et acteur burkinabè, M. Gustave Sorgo : «Il ne suffit pas de prendre un caméscope pour devenir cinéaste, il y a une didactique cinématographique qu'il faut connaitre», déclare Gustave Sorgo

Rien ne semblait prédisposer Sorgo Dak Jean Gustave, qui était d'abord enseignant puis employé de banque à la carrière de comédien et d'acteur, à part le désir qu'il a toujours eu de faire rire les autres, depuis l'école primaire quand il jouait dans des sketches. Appelé « Tonton Gaoussou », par les uns, « Sidiki », par les autres, Gustave Sorgo a fait du théâtre dans sa jeunesse. Mais c'est la rencontre en 1979 avec le réalisateur de r...

Vernissage du livre '' La Croix d'Agadès'' ou TENEGHL'T : TENEGHL'T, une identité culturelle nigérienne confirmée

Vernissage du livre '' La Croix d'Agadès'' ou TENEGHL'T : TENEGHL'T, une identité culturelle nigérienne confirmée

Le ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, Porte-parole du Gouvernement, M. Assoumana Mallam Issa, a présidé, jeudi dernier, au Musée National Boubou Hama, la cérémonie officielle du vernissage du livre de Thiamidi Babou Magha, intitulé ''La Croix d'Agadès'' ou TENEGHL'T, symbolisme et fonctions sociopolitiques.Dans ce livre, l'auteur montre le rôle sociopolitique de cette croix, ses fonctions et ...

Zin'naariâ ! L'alliance d'or de Rahmatou Keita, au Fespaco 2017 : Le film qui a séduit par la qualité de ses images

Zin'naariâ ! L'alliance d'or de Rahmatou Keita, au Fespaco 2017 : Le film qui a séduit par la qualité de ses images

En course pour l'étalon d'or de Yennenga au 25ème Fespaco, Zin'naariâ! (l'alliance d'or), le long métrage de la réalisatrice nigérienne Rahmatou Keita a décroché le trophée et le prix de la meilleure image.Zin'naariâ ! (l'alliance d'or) est un film du genre romantique d'une durée de 92 mn sorti en 2016. Sa première projection au 25ème Fespaco a eu lieu le 2 mars au "Ciné Burkina" de Ouagadougou. Dès la première scène, l'une des apprécia...

Cérémonie de clôture de la 25ème édition du FESPACO à Ouagadougou : «Félicité» du Sénégalais Alain Gomis remporte l'Etal…

Cérémonie de clôture de la 25ème édition du FESPACO à Ouagadougou : «Félicité» du Sénégalais Alain Gomis remporte l'Etalon d'or de Yénnega

Après dix jours et autant de nuits de projection de films courts et longs métrages, de séries télévisées, de films documentaires, et films d'écoles africaines de cinéma, et de panorama longs métrages fiction et documentaires, les écrans de la 25ème édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou se sont refermés, le 4 mars dernier au Palais des sports de Ouaga 2000, avec une cérémonie de clôture grandiose à ...

Alain Gomis, la confirmation d'un talent avec «Félicité»

Alain Gomis, la confirmation d'un talent avec «Félicité»

C'était le moment tant attendu du Fespaco, celui des palmarès avec la remise du prestigieux trophée, l'étalon d'or de Yennenga remporté cette année par le réalisateur sénégalais Alain Gomis avec « Félicité », un film d'une durée de 120mn sorti en 2016.Sans grande surprise l'étalon d'or de la 25ème édition du Fespaco a été remporté par le réalisateur sénégalais Alain Gomis avec son long métrage « Félicité ». Le succès remporté à Berlin p...

Projection de la série télévisée nigérienne en compétition au 25ème Fespaco à Ouagadougou : Baptême du feu pour " D…

Projection de la série télévisée nigérienne en compétition au 25ème Fespaco à Ouagadougou : Baptême du feu pour " Délou"

Sortie, le 3 décembre 2016, la série télévisée "Délou" du réalisateur nigérien Souleymane Mahamane, a été sélectionnée pour la compétition officielle au 25ème Fespaco. Le film d'une cinquantaine d'épisodes qui retrace le cheminement d'une femme décidée à devenir présidente, pour mettre fin à l'injustice, dont elle et ses concitoyens sont victimes, a été projeté le 26 février 2017 dans la salle « CBC » de Ouaga. Mais, seulement les trois...

Ouverture officielle de la 25ème édition du Fespaco : C'est parti pour la course à l'étalon d'or de Yennega

Ouverture officielle de la 25ème édition du Fespaco : C'est parti pour la course à l'étalon d'or de Yennega

Le Clap d'ouverture de la 25ème édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (Fespaco) a été donné par le président du Faso, Sem Roch Marc Christian Kaboré dans l'après-midi du 25 février au stade municipal de Ouagadougou. Placé sous le thème "Formation et métiers du cinéma et de l'audiovisuel'', l'édition 2017 du festival met à l'honneur la Côte d'Ivoire, pays invité d'honneur. Ce pays qui marque sa prés...

Portrait d'Artiste : Hassane Boukary, artiste engagé pour la promotion de la paix

Portrait d'Artiste : Hassane Boukary, artiste engagé pour la promotion de la paix

Habillé d'un costume traditionnel nigérien, l'artiste tenait entre ses mains une canne en bronze en forme de vipère. Souriant et très ouvert, Hassane Boukary surnommé « Nounou » est auteur compositeur. Il avait débuté le métier d'artiste depuis son jeune âge. « J'ai embrassé la musique par amour, je ne l'ai pas hérité. Aucun membre de ma famille n'est chanteur », a-t-il déclaré. Selon lui, à travers la musique, il pense apporter sa cont...

Point de presse du ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur la tenue du Festival de l'Air : Pour la relance du tourism…

Point de presse du ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur la tenue du Festival de l'Air : Pour la relance du tourisme au Niger

C'est en prélude à la 12ème édition du Festival de l'Air, qui est un grand événement touristique pour le Niger en général et particulièrement pour la région d'Agadez, que le ministre du Tourisme et de l'Artisanat M. Ahmed Boto a animé samedi dernier, dans la salle de réunions dudit ministère, un point presse pour le lancement des préparatifs de ce rendez vous. Le festival de l'Air, édition 2017 est prévu du 10 au 12 mars prochain à Ifer...

Théâtre : « La petite orange de ma mère » de Mamane M.I. Zeinabou : Sexe, sueur, salive et sang

Théâtre : « La petite orange de ma mère » de Mamane M.I. Zeinabou : Sexe, sueur, salive et sang

Le monologue, « la petite orange de ma mère » est une pièce écrite, mise en scène et jouée par Mamane Malam Issoufou Zeinabou, étudiante en master2 Arts du spectacle à la Faculté des Lettres et Sciences Humaine (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM). La pièce a été jouée la nuit du 27 janvier 2017 sur la scène « plein air », échafaudée dans l'enceinte de la FLSH, à l'occasion de la journée événement de la filière Arts du ...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

L'Initiative 3N : Un programme qui marque un chang…

L'Initiative 3N : Un programme qui marque un changement de comportement dans la région de Dosso

L'Initiative 3N, faudrait-il le rappeler, est un programme ambitieux, une vision du Présid...

vendredi 21 avril 2017

Cultures irriguées à Dosso : D'importantes potenti…

Cultures irriguées à Dosso : D'importantes potentialités en terres irrigables dans la région

Les cultures irriguées contribuent à l'atteinte de l'objectif global de l'Initiative 3N. L...

vendredi 21 avril 2017

Les africains et le petit commerce en Inde : De l'…

Les africains et le petit commerce en Inde : De l'espoir dans le petit business malgré la peur....

Du 11 au 22 mars dernier, une trentaine de journalistes africains ont séjourné dans la cap...

vendredi 14 avril 2017

L'air du temps

Ces scènes de rue, telles qu'on les aime

Ces scènes de rue, telles qu'on les aime

Des scènes de rue, on en trouve très fréquemment à Niamey. De quoi satisfaire les bandes d...

vendredi 21 avril 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.