Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril nous permet de rappeler la rébellion, de parler de l'unité nationale, d'un Niger dans lequel tous ses enfants se sentent solidaire


InvitCréée en 1995 pour suivre la mise en œuvre des accords de paix de 1995 et des autres protocoles additionnels à ces accords intervenus en 1998, la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP), qui est rattachée à la Présidence de la République, est chargée entre autres de l'analyse prospectrice, de la prévention et de la gestion des crises et des conflits. Dans cette interview réalisée à moins d'une semaine de la célébration de la Journée Nationale de la Concorde, en souvenirs des accords cités ci-haut, le président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix, le Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, revient sur le sens de la journée du 24 avril, la question de l'unité nationale, les activités de la HACP en faveur de la consolidation de la paix et de la prévention des conflits, etc.
Monsieur le Président, sous quel signe est placée, cette année, la Journée Nationale de la Concorde que le Niger célèbre chaque 24 avril ?
La fête de la Concorde est une fête nationale qui aura lieu partout, je tiens à le préciser. Toutes les communes, tous les départements, toutes les régions, ainsi que les administrations, sont appelés à célébrer la fête du 24 avril. Cette année, sous le haut patronage du Premier ministre, nous allons organiser des activités à Tchintabaraden dans la région de Tahoua. L'édition 2017 de la fête de la concorde est placée sous le signe de ''La Paix et l'Unité Nationale''. Je voudrais rappeler que chaque année, la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix se déplace dans une des 76 communes cibles pour une grande cérémonie. Nous avons 76 communes que nous couvrons depuis Bosso jusqu'à Bankilaré, et cette année, nous avons reçu les instructions du Président de la République et du Premier ministre pour organiser la fête à Tchintabaraden. Et à cette occasion il y aura un forum dont le thème est ''La paix et l'unité nationale''.
Après près de vingt ans de célébration de la journée du 24 avril, quelle est la particularité de l'édition de cette année ?
J'ai l'habitude de dire que la Concorde, c'est la troisième fête nationale. Après la fête de l'Indépendance, la fête de la République, voilà la fête de l'unité nationale, celle de la Concorde. C'est quand même une fête extrêmement importante, car elle marque le retour définitif à la paix en 1995, avec la signature des accords de paix entre le Gouvernement et les anciennes rébellions. À partir de ce jour, on considère que la paix est revenue au Niger. C'est vrai qu'il y a eu une reprise de rébellion en 2007-2008, mais qui a fait long feu, dans la mesure où le Gouvernement de l'époque a refusé de négocier avec cette rébellion, étant entendu que les accords de paix ont été déjà conclus, on considérait que c'était une anomalie la rébellion de 2007. D'ailleurs elle a fini assez rapidement. Les quelques combattants ont déposé les armes, ils ont bénéficié d'une amnistie, la république est généreuse. On considère que depuis les accords de 1995, il n'y a pas eu de remise en cause de l'Unité Nationale. Je voudrais aussi dire un mot sur les questions de sécurité dont nous nous occupons avec les Forces de Défense et de Sécurité.
Le Président de la République a l'habitude de dire qu'il n'y a pas de sécurité sans développement. La Haute Autorité à la Consolidation de la Paix ne fait pas de la sécurité directement dans la mesure où nous ne disposons pas de troupes dans les régions. Mais nous faisons l'autre côté de la sécurité, ce qu'on appelle la sécurité soft, et c'est lier la sécurité au développement. C'est pour cela que nous mettons en œuvre un certain nombre de projets. Nous allons profiter de la fête de la Concorde pour expliquer certaines choses: les accords de paix de 1995 ont été organisés autour de trois axes. Il y a un axe que nous appelons ''Discrimination positive'', un axe ''Décentralisation'', et un axe ''Développement accéléré des zones Nord''.
Dans l'axe 1, il y a eu l'intégration des ex-combattants dans les Forces de Défense et de Sécurité. Mais il y a eu également l'insertion des ressortissants dans l'administration des zones touchées par la rébellion ; des bourses ont été octroyées aux ressortissants de ces zones. Ensuite le Gouvernement a poursuivi ses actions avec la nomination, dans ces zones, des chargés de mission qui, avec les délégués régionaux, nous font la narrative du Gouvernement au sein de ces communautés. Nous avons continué à travailler sur ces axes, en faisant un focus particulier sur les populations des zones vulnérables, parce que, à tord ou à raison, elles ont l'impression d'être un peu abandonnées.
Le deuxième axe est celui de la décentralisation qui était une revendication de la rébellion. Dans un premier temps, ils ont réclamé le fédéralisme, mais au cours des négociations, on est abouti à la décentralisation. Cette revendication a été étendue à l'ensemble du pays. Ce qui a été aussi un avantage qui a permis d'approfondir la démocratie. Aussi, cela a contribué à l'intégration des ex-combattants. Dans la région d'Agadez par exemple, tous les quinze maires qui avaient été élus par la suite, sont des ex-combattants. Ce deuxième axe a été aussi utile pour l'intégration et l'unité nationale.
Le troisième axe est le développement accéléré des zones nord. C'est un axe qui n'a pas eu beaucoup de succès dans la mesure où le Niger est un pays pauvre. Les partenaires ont promis, mais très peu de choses a été réellement fait. Néanmoins, le Gouvernement a fait ce qu'il pouvait et le Haut Commissariat à la Restauration de la Paix, à l'époque, a eu un certain nombre de projets dans le nord. Aujourd'hui, nous continuons sur ce troisième axe. Et une de nos principales activités à la HACP est de faire des micros projets dans les zones vulnérables. Nous avons au moins un ou deux projets en cours dans une de nos communes cibles, afin de renforcer la résilience des communautés.
Une autre stratégie, que nous avons adoptée au Niger dans le contexte des conflits, c'est de faire en sorte que les populations aient plus confiance en l'Etat, qu'aux groupes armés. C'est ce que nous avons fait dans la région de Diffa où opère Boko Haram. C'est là une action civilo-militaire que mène la HACP, en expliquant aux populations le sens du combat des Forces de Défense et de Sécurité, à travers des caravanes de la paix, des forums et des audiences foraines. Mais il ne faut pas s'arrêter là. Il faut à la fois des actions pour prendre en charge les besoins immédiats et aussi des actions pour le développement à long terme. Il faut accompagner les communautés, parce que ce sont elles qui sont l'instrument premier de la paix.
Pour me résumer, nous avons fait les accords de paix en 1995 et nous avons accumulé une expérience de travail avec les groupes hors-la-loi. Il faut s'en occuper avec une approche globale, déployer les Forces Armées, engager le dialogue avec les communautés pour avoir avec nous tous ceux qui ne sont pas susceptibles d'aller de l'autre côté, diminuer le nombre de nos ennemis, faire des actions socio-économiques en direction de ces gens, et enfin soutenir la résilience des communautés. Nous travaillons beaucoup avec les partenaires, notamment l'Union Européenne et l'AFD.
N'est-il pas aussi nécessaire d'étendre les actions en faveur des couches pauvres des zones sédentaires qui n'ont pas été concernées par les rebellions ?
L'administration est bien organisée, il y a aussi beaucoup d'institutions. Nous sommes souvent appelés à intervenir dans les zones sédentaires quand il y a les conflits entre sédentaires et nomades. Quelquefois, le Gouvernement demande un peu notre expertise et nous organisons des rencontres qui nous permettent d'arriver à des accords ; mais c'est le service du code rural qui est en charge de ces questions, ainsi que les différentes administrations, car la HACP ne peut pas avoir la prétention d'être partout.
Selon vous, est-ce que l'institutionnalisation de la journée du 24 avril aura servi à consolider la paix ?
Ce qui a été aussi important au Niger, c'est l'institutionnalisation de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix, qui a permis d'accumuler des expériences. C'est cette institution qui est aussi responsable de l'organisation de la Journée Nationale de la Concorde le 24 avril. Il faut que tous les ministères, toutes les institutions prennent en charge la journée du 24 avril. C'est une fête nationale qui doit être beaucoup plus intériorisée, appropriée par les administrations, par les populations, comme le 18 décembre ou le 3 Août. Je souhaite qu'il y ait plus d'engouement pour la fête de la Concorde Nationale. Les fêtes sont aussi faites pour se souvenir des moments particuliers de l'histoire, parler de leur signification. La fête du 24 avril nous permet de rappeler la rébellion, de parler de l'unité nationale, d'un Niger dans lequel tous ses enfants se sentent solidaires et plus à l'aise, etc.
L'indépendance est un thème important, la proclamation de la République également, mais le retour de l'unité nationale est un thème tout aussi important.
Réalisée par Souley Moutari (ONEP)

Culture

Artiste chanteur Ismaêl Diallo : Ismo One, la force tranquille

La world music, c'est ce mélange d'Afro Zouk, Hip Hop, Reggae, Ragga et Funk comme effet de temps et de mode. Parmi les artistes en vogue dans ce domaine figure Ismaël Diallo. Connu sous le nom de Ismo One, il est l'un des artistes en vue au Niger. Auteur compositeur, il représente une voix incontestée de la musique nigérienne (nouvelle génération). Dans les fadas et clubs des quartiers périphériques de Niamey comme sur les ondes ses cr...

Ministre de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation sociale : Installation de l'équipe nationale char…

Le Secrétaire général du Ministère de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation sociale M. Oumarou Moussa a présidé, hier après midi, la cérémonie officielle d'installation de l'équipe nationale chargée de l'élaboration du rapport périodique quadriennale de la mise en œuvre de la convention 2005 de l'UNESCO.L'équipe qui a été mise en place est repartie en quatre groupes thématiques. Le premier groupe se penchera sur la ...

Cérémonie d'ouverture de la 2ème édition du Festival Afrique-Asie des jeunes : Raffermissement des liens culturels entre…

Environ 400 représentants issus de plus de 40 pays africains et asiatiques se sont réunis dans la province de Shaanxi pour l'ouverture de la cérémonie de la deuxième édition du Festival des Jeunes. Ils étaient là, pour échanger, partager les expériences et nouer des partenariats entre eux. Ces acteurs majeurs pour le développement sont appelés à contribuer de façon significative dans le rayonnement de leurs pays respectifs. Ces jeunes s...

Adama Dahico /Artiste -Comédien-Humoriste et écrivain ivoirien

25 ans de carrière, des milliers d'heures d'émissions humoristiques radio et des séries TVNé en mai 1968, le jeune humoriste a commencé sa carrière en 1992 avec une émission à la radio, Les Echos de l'allocodrome, le nom qu'il attribue aux maquis qui servent entre autres des bananes frites ou allocos. Son art humoristique est apprécié dans toute la sous-région, notamment au Niger. «J'adapte les expressions au lieu où je suis ; au Niger,...

Conférence inaugurale de la 17ème édition de Clap Ivoire : Contribuer à l'éclosion et à la révélation des jeunes talents

Du 4 au 9 septembre, Abidjan est le carrefour des talents du cinéma et de l'audiovisuels de la sous-région (UEMOA) avec la 17ème édition de Clap Ivoire qui va mettre en compétition des jeunes réalisateurs de courts métrages. Initiée dans un esprit de célébration de l'intégration sous régionale à travers le cinéma, le concours s'adresse à tous les Pays ressortissants de l'UEMOA, dont le nôtre. Pour les organisateurs, à travers cette renc...

Portrait/Abdoulaye Adamou Mato Ingénieur de son, régisseur Général et scénographe nigérien : «Le manque d'implication de…

Avec plusieurs stages à son actif au Niger et des bourses d'études de l'Institut Imagine au Burkina Faso et de l'Organisation International de la Francophonie (OIF), Abdoulaye Adamou Mato s'est spécialisé dans l'art de la scène et radiophonique, en studio, en régie son et lumière au Centre Arabo Africain de Formation et de Recherche Théâtrale en Tunisie.L'évolution technologique dans l'audiovisuel a poussé Abdoulaye Adamou Mato pour maî...

Les vertus du henné : Tatouages et soins de beauté au henné

A l'approche de la fête de la Tabaski, l'ambiance bat son plein à Niamey. Les femmes prennent d'assaut les marchés et les salons pour se faire belle. Fête rime avec élégance chez beaucoup d'entre elles et des marchés et salons d'esthétique se créent de façon spontanée au grand bonheur des commerçants et promoteurs. De jour, comme de nuit, ces lieux, grouillent de monde. Nombreuses sont les femmes qui utilisent le henné comme tatouage au...

Portrait : Rahina Balarabé, conteuse et comédienne : Conter sans compter

Rahina Balarabé est une conteuse, d'ailleurs une des rares femmes qui pratique ce métier au Niger. Cette diplômée de l'Institut de Formation aux Techniques de l'Information et de la Communication (IFTIC) est bien connue du grand public nigérien grâce à son émission télévisée « c'est l'heure du conte ».Passionnée de contes depuis son jeune âge, Rahina Balarabé a commencé à écrire en 2006, avec l'ambition de faire un livre de contes, mais...

Portrait : Amadou Edouard Lompo : Dramaturge, écrivain et scénariste nigérien

Conseiller pédagogique de français de son Etat, Amadou Edouard Lompo est un passionné de la littérature. Il termine son doctorat en littérature à l'Ecole Doctorale, Lettres, Arts, Sciences de l'Homme et de la Société (ED- LASHS) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey. Amadou Edouard Lompo se spécialise sur la connaissance des grands héros du Niger, plus précisément les épopées. Confronté à un manque d'ouvrages littéraires dans les ann...

Les spectacles Artistiques et Culturels du FESCUAO 2017 : Des prestations sur les valeurs d'unité, de paix, de solidarit…

Les spectacles artistiques et culturels se poursuivent activement à Ouagadougou, la capitale du Faso, dans le cadre des festivités de la 14ème édition du Festival Scientifique et Culturel des Clubs UNESCO Universitaires de l'Afrique de l'Ouest (FESCUAO) à laquelle participent 450 festivaliers.Les troupes artistiques et culturelles des clubs UNESCO des pays participants se sont produites chacune en théâtre, en danse traditionnelle et mod...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Le paludisme : Des efforts soutenus dans la lutte …

Le paludisme est une maladie parasitaire qui constitue un problème de santé publique au Ni...

vendredi 27 octobre 2017

Interview de Dr. Hadiza Jackou, Coordinatrice du P…

Cette année encore, le paludisme fait beaucoup de victimes au Niger : quel est le nombre d...

vendredi 27 octobre 2017

Paludisme : Le choix de lutte

La lutte contre le paludisme a été entreprise, à l'échelle internationale, par l'Organisat...

vendredi 27 octobre 2017

L'air du temps

Baroud d'honneur dans l'Anzourou

Baroud d'honneur dans l'Anzourou

Il y a comme un vent de débâcle et de panique qui plane sur la tête des groupes armés qui ...

vendredi 17 novembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.