Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Le voile : Indispensable pour la femme musulmane pendant ce mois béni


des-femmes-voilesCes dernières années, partout au Niger, on rencontre des femmes et même des petites filles qui portent le voile : le corps est couvert entièrement de la tête jusqu'au pied ; souvent le visage est caché et on ne peut pas reconnaître la personne. Le port du voile est obligatoire dans la religion musulmane, nous enseignent les musulmans. Le "hijab" ou la "burqua" sont des tenues que les femmes musulmanes portent selon les principes de la religion.
Pour les leaders religieux, "le voile est une obéissance à Allah et à son messager". Il est également dit que "Allah a fait du voile un signe de chasteté" et il est exprimé en ces termes : « ô prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles et aux femmes des croyants de ramener sur elles leurs grands voiles : elles en seront vite reconnues ». Ensuite, elles "éviteront d'être offensées". Un hadith du Prophète dit que " le visage et les mains ne font pas partie de la "awrah" féminine qu'il faut obligatoirement couvrir". Un tour au marché, précisément chez les vendeurs de voiles permet de dire que pendant ce mois béni de ramadan, l'offre et la demande sont très importantes. Les marchés de Niamey sont inondés de tissus, de voiles et de foulards pour tous les goûts et pour toutes les couleurs.
Dans les principes islamiques, a expliqué Moussa, est vendeur de foulards et voiles, le voile étant un signe religieux pour les musulmanes. Aussi pendant le Ramadan, elles sont nombreuses celles qui les utilisent. Mais pour lui, entre "la femme qui se voile et celle qui ne se voile pas, on ne fera pas un jugement de valeur religieux, c'est le degré de croyance ou d'appartenance à la religion qui est mis en exergue". Pendant ce mois de ramadan, les femmes se bousculent aussi chez les vendeurs de tissus généralement appelés ''Saharis'' moins coûteux et qui est adapté à cette période de chaleur car c'est du coton pur. Certes, le voile est un signe religieux musulman, mais il fait l'objet d'une exploitation par des personnes selon leurs motivations à elles. « Je connais des femmes qui ne sont pas musulmanes, mais qui portent le hidjab. Elles le portent, parce que ça couvre bien le corps de la femme. Il a poursuivi en disant : ''Comme c'est le début du mois de Ramadan, il y a la clientèle mais pas beaucoup ; peut-être dans les prochains jours, les femmes vont commencer à se bousculer au niveau des étalages des voiles et autres tissus''.
Un fidèle musulman venu acheter des chapelets qui a bien voulu garder l'anonymat nous confie : ''Le "hidjab" n'est pas que l'affaire des femmes musulmanes mais de toutes les femmes qui veulent se couvrir et se faire respecter ; il y a des difficultés financières, mais étant musulmans, nous sommes contraints de chercher ces articles pour l'habillement et surtout pour la prière. Selon lui, ''certaines personnes pensent que de plus en plus de femmes se voilent par conformisme ou simple effet de mode. Je dis et je suis convaincu que le savoir islamique en est pour quelque chose. Il y a quelques années de cela, les gens n'avaient pas la chance d'avoir toutes ces connaissances sur la religion. De nos jours, selon notre interlocuteur, nos sociétés n'ont plus de frontières à cause des médias, nos filles et sœurs ont tendance à tout copier de façon aveugle. Nous devons apprendre les bonnes manières à nos enfants ". Hadjia Rabi, directrice d'une école primaire et qui suit des cours coraniques dans une ''makaranta'' au quartier Terminus, abonde dans le même sens : « personnellement, je n'aime pas le hijab ordinaire comme on le voit souvent. Je couvre tout mon corps avec un grand foulard et un petit hijab au niveau de la tête. J'apprécie le voile fait de façon moderne avec des "brochures" par-ci, par-là. Cela fait habiller, c'est classe et décent aussi ». Ramadan ou pas, reconnait –elle, nos sœurs portent le hijab. Et, aujourd'hui, les filles particulièrement se voilent pour espérer avoir un mari dans une société où les hommes refusent de plus en plus d'assumer ce devoir religieux. Il faut que ces femmes soient convaincues d'une chose : si elles doivent porter enfin le voile sous la pression familiale, selon Rabi, elles ne le font pas par conviction. Elles ignorent les principes fondamentaux de la religion et les bafouent même souvent. Et de poursuivre que le voile fait partie intégrante de la tradition musulmane, c'est un honneur pour les femmes et les filles de le porter.
Parlant d'utilité toujours du port du voile dans la religion musulmane, l'Imam de la mosquée de Karadjé, Mallam Issoufou Idrissa, explique que ''le voile fait partie de l'habillement islamique ; dans notre société, il y a des comportements et des modes vestimentaires qui font partie des règlements de l'islam. Au niveau de la femme, il est fait mention du fait de couvrir sa tête comme les autres parties de son corps. En réalité, il s'agit de l'habillement décent. Notre religion a défini et pour l'homme et pour la femme comment ils devraient. En clair, l'islam dit que la femme, en s'habillant, doit couvrir tout son corps à l'exception du visage, des mains et des pieds.
D'après Mallam Issoufou, le visage et les mains ne font pas partie parce qu'on a besoin de ces membres dans les actions de tous les jours. Mais, quand la femme est avec les membres de la famille ou d'autres parents, elle peut laisser apparaître certaines parties de son corps. En public, il est dit que la femme musulmane s'habille en couvrant tout son corps. « De ce point de vue, on peut dire que le port du voile est obligatoire parce que nous voyons cela dans le coran notamment dans les versets 59 de la sourate 33 et les versets 30 à 32 de la sourate 24. Ces versets disent aux femmes de couvrir effectivement leur cheveux et de ne pas montrer leurs atouts, sauf à ceux qui leur sont interdits au degré de mariage », a-t-il enfin précisé.

Aïssa Abdoulaye Alfary(onep)
02/06/17

Culture

"Un coin du ciel noir" du réalisateur Djingarey Maïga : Quand l'amour triomphe des préjugés

"Un coin du ciel noir" du réalisateur Djingarey Maïga : Quand l'amour triomphe des préjugés

Âgé de 78 ans aujourd'hui, dont plus d'une cinquantaine d'années consacrées au cinéma, Djingarey Maïga vient de finir son neuvième film, "un coin du ciel noir", un long métrage de 90 mn. Ce film traite du sort pathétique réservé dans certaines sociétés aux personnes atteintes par l'albinisme, une particularité génétique qui se manifeste par un manque ou une absence de pigmentation de la peau, des cheveux, et des yeux.Après plus d'un an ...

Artiste chanteur Ismaêl Diallo : Ismo One, la force tranquille

Artiste chanteur Ismaêl Diallo : Ismo One, la force tranquille

La world music, c'est ce mélange d'Afro Zouk, Hip Hop, Reggae, Ragga et Funk comme effet de temps et de mode. Parmi les artistes en vogue dans ce domaine figure Ismaël Diallo. Connu sous le nom de Ismo One, il est l'un des artistes en vue au Niger. Auteur compositeur, il représente une voix incontestée de la musique nigérienne (nouvelle génération). Dans les fadas et clubs des quartiers périphériques de Niamey comme sur les ondes ses cr...

Ministre de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation sociale : Installation de l'équipe nationale char…

Ministre de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation sociale : Installation de l'équipe nationale chargée de l'élaboration du rapport périodique quadriennale de la mise en œuvre de la convention 2005 de l'UNESCO

Le Secrétaire général du Ministère de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation sociale M. Oumarou Moussa a présidé, hier après midi, la cérémonie officielle d'installation de l'équipe nationale chargée de l'élaboration du rapport périodique quadriennale de la mise en œuvre de la convention 2005 de l'UNESCO.L'équipe qui a été mise en place est repartie en quatre groupes thématiques. Le premier groupe se penchera sur la ...

Cérémonie d'ouverture de la 2ème édition du Festival Afrique-Asie des jeunes : Raffermissement des liens culturels entre…

Environ 400 représentants issus de plus de 40 pays africains et asiatiques se sont réunis dans la province de Shaanxi pour l'ouverture de la cérémonie de la deuxième édition du Festival des Jeunes. Ils étaient là, pour échanger, partager les expériences et nouer des partenariats entre eux. Ces acteurs majeurs pour le développement sont appelés à contribuer de façon significative dans le rayonnement de leurs pays respectifs. Ces jeunes s...

Adama Dahico /Artiste -Comédien-Humoriste et écrivain ivoirien

25 ans de carrière, des milliers d'heures d'émissions humoristiques radio et des séries TVNé en mai 1968, le jeune humoriste a commencé sa carrière en 1992 avec une émission à la radio, Les Echos de l'allocodrome, le nom qu'il attribue aux maquis qui servent entre autres des bananes frites ou allocos. Son art humoristique est apprécié dans toute la sous-région, notamment au Niger. «J'adapte les expressions au lieu où je suis ; au Niger,...

Conférence inaugurale de la 17ème édition de Clap Ivoire : Contribuer à l'éclosion et à la révélation des jeunes talents

Du 4 au 9 septembre, Abidjan est le carrefour des talents du cinéma et de l'audiovisuels de la sous-région (UEMOA) avec la 17ème édition de Clap Ivoire qui va mettre en compétition des jeunes réalisateurs de courts métrages. Initiée dans un esprit de célébration de l'intégration sous régionale à travers le cinéma, le concours s'adresse à tous les Pays ressortissants de l'UEMOA, dont le nôtre. Pour les organisateurs, à travers cette renc...

Portrait/Abdoulaye Adamou Mato Ingénieur de son, régisseur Général et scénographe nigérien : «Le manque d'implication de…

Avec plusieurs stages à son actif au Niger et des bourses d'études de l'Institut Imagine au Burkina Faso et de l'Organisation International de la Francophonie (OIF), Abdoulaye Adamou Mato s'est spécialisé dans l'art de la scène et radiophonique, en studio, en régie son et lumière au Centre Arabo Africain de Formation et de Recherche Théâtrale en Tunisie.L'évolution technologique dans l'audiovisuel a poussé Abdoulaye Adamou Mato pour maî...

Les vertus du henné : Tatouages et soins de beauté au henné

A l'approche de la fête de la Tabaski, l'ambiance bat son plein à Niamey. Les femmes prennent d'assaut les marchés et les salons pour se faire belle. Fête rime avec élégance chez beaucoup d'entre elles et des marchés et salons d'esthétique se créent de façon spontanée au grand bonheur des commerçants et promoteurs. De jour, comme de nuit, ces lieux, grouillent de monde. Nombreuses sont les femmes qui utilisent le henné comme tatouage au...

Portrait : Rahina Balarabé, conteuse et comédienne : Conter sans compter

Rahina Balarabé est une conteuse, d'ailleurs une des rares femmes qui pratique ce métier au Niger. Cette diplômée de l'Institut de Formation aux Techniques de l'Information et de la Communication (IFTIC) est bien connue du grand public nigérien grâce à son émission télévisée « c'est l'heure du conte ».Passionnée de contes depuis son jeune âge, Rahina Balarabé a commencé à écrire en 2006, avec l'ambition de faire un livre de contes, mais...

Portrait : Amadou Edouard Lompo : Dramaturge, écrivain et scénariste nigérien

Conseiller pédagogique de français de son Etat, Amadou Edouard Lompo est un passionné de la littérature. Il termine son doctorat en littérature à l'Ecole Doctorale, Lettres, Arts, Sciences de l'Homme et de la Société (ED- LASHS) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey. Amadou Edouard Lompo se spécialise sur la connaissance des grands héros du Niger, plus précisément les épopées. Confronté à un manque d'ouvrages littéraires dans les ann...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Le paludisme : Des efforts soutenus dans la lutte …

Le paludisme est une maladie parasitaire qui constitue un problème de santé publique au Ni...

vendredi 27 octobre 2017

Interview de Dr. Hadiza Jackou, Coordinatrice du P…

Cette année encore, le paludisme fait beaucoup de victimes au Niger : quel est le nombre d...

vendredi 27 octobre 2017

Paludisme : Le choix de lutte

La lutte contre le paludisme a été entreprise, à l'échelle internationale, par l'Organisat...

vendredi 27 octobre 2017

L'air du temps

Fuite des cerveaux : à qui la faute ?

Fuite des cerveaux : à qui la faute ?

Dès qu'on parle de fuite de cerveaux, on se tourne à première vue vers l'occident. Et pour...

vendredi 8 décembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.