Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Editorial : Agir pour prévenir les catastrophes


DG onepAu moins onze personnes tuées. Pour la plupart, des enfants arrachés à l'affection de leurs parents du fait des pluies diluviennes qui se sont abattues, dans la nuit de mardi à mercredi derniers, sur la capitale Niamey. Des morts de plus, survenus dans l'effondrement de maisons, des chutes de murs dans différents quartiers et des dégâts matériels impressionnants.
150 mm de pluie déversées sur une ville dépourvue de toutes infrastructures d'assainissement dignes de ce nom. Nous voilà devant un scénario catastrophe d'une ville hantée par la menace des inondations, avec des habitants indisciplinés et des mairies amorphes, sans initiatives et inefficaces.
Aujourd'hui, après le passage du torrent, Niamey offre un spectacle de désolation totale avec de routes impraticables et des quartiers inaccessibles. Des maisons éventrées et d'autres sur le point de tomber à tout instant. Des bâtiments publics menacés. Comme mauvaise image illustrative de ce chaos général, le mur de clôture du Tribunal de Grande Instance de Niamey reconstruit l'année dernière, s'est encore affaissé comme un château de cartes.
Et pourtant, Niamey s'attendait à un tel déferlement de la nature. Tous les spécialistes l'avaient prévu et les autorités politiques alertées ont pris les devants. Le Président de la République, Chef de l'Etat, SE. Issoufou Mahamadou, et le Chef du Gouvernement, ont créé trois (03) départements ministériels pour faire face à la gestion des problèmes liés à l'urbanisme, à la salubrité et à la gestion des catastrophes. Mieux, un programme entier spécialement à la modernisation des infrastructures au sein de la ville, dénommé ''Niamey Nyala'' est mis en place; le tout soutenu par les actions du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et de Développement Urbain (PGRC-DU), sans oublier les communes dont la première vocation est de servir un cadre de vie agréable à leurs administrés.
Malheureusement, en dépit de toute cette armada, il a suffi d'une pluie pour que la catastrophe s'avère imparable. A vrai dire, ce n'est pas la volonté politique qui manque dans la prise en charge des problèmes d'assainissement qui se pose avec acuité à Niamey. Cette volonté politique, réaffirmée au plus haut sommet de l'Etat, est hélas quelque peu plombée par le manque d'anticipation et d'initiatives à plusieurs niveaux de responsabilité.
D'abord à commencer par les trois Ministères en charge de l'urbanisme, de cadastre, de la salubrité et des catastrophes. Nous estimons que gérer les problèmes urbains et les catastrophes, c'est d'abord anticiper pour prévenir les situations de détresse. Or, il n'est un secret pour personne que la plupart des quartiers, pour ne pas dire toute la ville de Niamey, sont érigés dans des zones inondables. Et pourtant, qu'est-ce qu'on constate ? Niamey, c'est cette ville qui manque de l'essentiel pour assurer les évacuations des eaux de pluie ; où les caniveaux sont inexistants dans certains quartiers ou mal entretenus ; où certaines habitations sont situées dans le lit du fleuve et l'aménagement urbain de la ville n'est pas respecté.
Ces Ministères ont été créés pour une coordination rapide des services de l'Etat intervenant dans ce genre de fléau ; ils doivent donc envisager tous les scenarios possibles et s'y préparer en conséquence et non pas attendre chaque année que l'irréparable se produise pour courir à droite, à gauche sans savoir par où commencer. Il ne faut pas avoir d'état d'âme, il faut déclarer d'utilité publique tous les terrains d'habitation se trouvant sur le lit du fleuve et les confisquer sans ménagement tout en dédommageant les légitimes propriétaires.
Le Programme Niamey Nyala ensuite doit prioriser ses interventions. Autant il est utile d'embellir Niamey avec l'érection de plusieurs infrastructures modernes, autant il faut investir dans la réalisation d'ouvrages d'assainissement de la ville, partout où c'est nécessaire, tout en prévoyant la réalisation des pavés afin de protéger les routes bitumées des risques d'ensablement. Mieux, une rigueur doit être observée dans l'entretien, par chaque commune, des arbres plantés en bordure des grandes artères de la ville.
Pour sa part, le Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et de Développement Urbain (PGRC-DU) devrait mettre ses actions en synergie avec les autres acteurs pour que les problèmes de la ville de Niamey connaissent enfin un début de solution.
Enfin les communes de Niamey qui dorment d'un sommeil profond, attendant que la providence fasse leur travail doivent se réveiller pour faire effectivement leur boulot. Ces communes doivent être à la première loge de ce combat commun pour faire de Niamey une ville digne de capitale d'un pays renaissant, comme le veut le Président de la République à travers le programme Niamey Nyala.
S'agissant plus spécifiquement du cas de l'indiscipline générale des habitants de la capitale, doter la police municipale des moyens conséquents en l'appuyant avec des brigades sanitaires pour patrouiller dans tous les quartiers de Niamey de jour comme de nuit pour réprimander sévèrement tous ceux qui déversent leurs détritus et eaux usées sur la voie publique.
Le laisser-aller a trop duré ! Il faut agir vite et avec rigueur afin que les uns et les autres changent de mentalité et se comportent enfin en citadins.
Mahamadou Adamou( Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. )
16/06/17

Culture

"Un coin du ciel noir" du réalisateur Djingarey Maïga : Quand l'amour triomphe des préjugés

"Un coin du ciel noir" du réalisateur Djingarey Maïga : Quand l'amour triomphe des préjugés

Âgé de 78 ans aujourd'hui, dont plus d'une cinquantaine d'années consacrées au cinéma, Djingarey Maïga vient de finir son neuvième film, "un coin du ciel noir", un long métrage de 90 mn. Ce film traite du sort pathétique réservé dans certaines sociétés aux personnes atteintes par l'albinisme, une particularité génétique qui se manifeste par un manque ou une absence de pigmentation de la peau, des cheveux, et des yeux.Après plus d'un an ...

Artiste chanteur Ismaêl Diallo : Ismo One, la force tranquille

Artiste chanteur Ismaêl Diallo : Ismo One, la force tranquille

La world music, c'est ce mélange d'Afro Zouk, Hip Hop, Reggae, Ragga et Funk comme effet de temps et de mode. Parmi les artistes en vogue dans ce domaine figure Ismaël Diallo. Connu sous le nom de Ismo One, il est l'un des artistes en vue au Niger. Auteur compositeur, il représente une voix incontestée de la musique nigérienne (nouvelle génération). Dans les fadas et clubs des quartiers périphériques de Niamey comme sur les ondes ses cr...

Ministre de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation sociale : Installation de l'équipe nationale char…

Ministre de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation sociale : Installation de l'équipe nationale chargée de l'élaboration du rapport périodique quadriennale de la mise en œuvre de la convention 2005 de l'UNESCO

Le Secrétaire général du Ministère de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation sociale M. Oumarou Moussa a présidé, hier après midi, la cérémonie officielle d'installation de l'équipe nationale chargée de l'élaboration du rapport périodique quadriennale de la mise en œuvre de la convention 2005 de l'UNESCO.L'équipe qui a été mise en place est repartie en quatre groupes thématiques. Le premier groupe se penchera sur la ...

Cérémonie d'ouverture de la 2ème édition du Festival Afrique-Asie des jeunes : Raffermissement des liens culturels entre…

Environ 400 représentants issus de plus de 40 pays africains et asiatiques se sont réunis dans la province de Shaanxi pour l'ouverture de la cérémonie de la deuxième édition du Festival des Jeunes. Ils étaient là, pour échanger, partager les expériences et nouer des partenariats entre eux. Ces acteurs majeurs pour le développement sont appelés à contribuer de façon significative dans le rayonnement de leurs pays respectifs. Ces jeunes s...

Adama Dahico /Artiste -Comédien-Humoriste et écrivain ivoirien

25 ans de carrière, des milliers d'heures d'émissions humoristiques radio et des séries TVNé en mai 1968, le jeune humoriste a commencé sa carrière en 1992 avec une émission à la radio, Les Echos de l'allocodrome, le nom qu'il attribue aux maquis qui servent entre autres des bananes frites ou allocos. Son art humoristique est apprécié dans toute la sous-région, notamment au Niger. «J'adapte les expressions au lieu où je suis ; au Niger,...

Conférence inaugurale de la 17ème édition de Clap Ivoire : Contribuer à l'éclosion et à la révélation des jeunes talents

Du 4 au 9 septembre, Abidjan est le carrefour des talents du cinéma et de l'audiovisuels de la sous-région (UEMOA) avec la 17ème édition de Clap Ivoire qui va mettre en compétition des jeunes réalisateurs de courts métrages. Initiée dans un esprit de célébration de l'intégration sous régionale à travers le cinéma, le concours s'adresse à tous les Pays ressortissants de l'UEMOA, dont le nôtre. Pour les organisateurs, à travers cette renc...

Portrait/Abdoulaye Adamou Mato Ingénieur de son, régisseur Général et scénographe nigérien : «Le manque d'implication de…

Avec plusieurs stages à son actif au Niger et des bourses d'études de l'Institut Imagine au Burkina Faso et de l'Organisation International de la Francophonie (OIF), Abdoulaye Adamou Mato s'est spécialisé dans l'art de la scène et radiophonique, en studio, en régie son et lumière au Centre Arabo Africain de Formation et de Recherche Théâtrale en Tunisie.L'évolution technologique dans l'audiovisuel a poussé Abdoulaye Adamou Mato pour maî...

Les vertus du henné : Tatouages et soins de beauté au henné

A l'approche de la fête de la Tabaski, l'ambiance bat son plein à Niamey. Les femmes prennent d'assaut les marchés et les salons pour se faire belle. Fête rime avec élégance chez beaucoup d'entre elles et des marchés et salons d'esthétique se créent de façon spontanée au grand bonheur des commerçants et promoteurs. De jour, comme de nuit, ces lieux, grouillent de monde. Nombreuses sont les femmes qui utilisent le henné comme tatouage au...

Portrait : Rahina Balarabé, conteuse et comédienne : Conter sans compter

Rahina Balarabé est une conteuse, d'ailleurs une des rares femmes qui pratique ce métier au Niger. Cette diplômée de l'Institut de Formation aux Techniques de l'Information et de la Communication (IFTIC) est bien connue du grand public nigérien grâce à son émission télévisée « c'est l'heure du conte ».Passionnée de contes depuis son jeune âge, Rahina Balarabé a commencé à écrire en 2006, avec l'ambition de faire un livre de contes, mais...

Portrait : Amadou Edouard Lompo : Dramaturge, écrivain et scénariste nigérien

Conseiller pédagogique de français de son Etat, Amadou Edouard Lompo est un passionné de la littérature. Il termine son doctorat en littérature à l'Ecole Doctorale, Lettres, Arts, Sciences de l'Homme et de la Société (ED- LASHS) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey. Amadou Edouard Lompo se spécialise sur la connaissance des grands héros du Niger, plus précisément les épopées. Confronté à un manque d'ouvrages littéraires dans les ann...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Le paludisme : Des efforts soutenus dans la lutte …

Le paludisme est une maladie parasitaire qui constitue un problème de santé publique au Ni...

vendredi 27 octobre 2017

Interview de Dr. Hadiza Jackou, Coordinatrice du P…

Cette année encore, le paludisme fait beaucoup de victimes au Niger : quel est le nombre d...

vendredi 27 octobre 2017

Paludisme : Le choix de lutte

La lutte contre le paludisme a été entreprise, à l'échelle internationale, par l'Organisat...

vendredi 27 octobre 2017

L'air du temps

Fuite des cerveaux : à qui la faute ?

Fuite des cerveaux : à qui la faute ?

Dès qu'on parle de fuite de cerveaux, on se tourne à première vue vers l'occident. Et pour...

vendredi 8 décembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.