Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Entretien avec l'écrivain M. Boubé Hama : « Le lancement de mon recueil de nouvelles ''La légende du roi-sorcier'' est prévu, en exclusivité, lors du Festival international Efrouba du Livre de Grand-Lahou, en Côte d'Ivoire, en octobre 2017 »


ecrivainBoubé Hama est né à Arlit en 1980, ville située dans la région d'Agadez au Niger. Après avoir été scolarisé dans les écoles primaires et secondaires d'Arlit, il poursuit ses études à Niamey et obtient un baccalauréat littéraire en 2001. Il obtient également une maîtrise en Gestion des Entreprises, option Management, en 2006, à Ahmadu Bello University (ABU) au Nigeria. Il est en outre détenteur d'un BTS Informatique (progiciels) et a été professeur d'anglais (collèges et lycées). Boubé Hama travaille actuellement en tant que chargé des Ressources Humaines dans une entreprise de Niamey.
Ecrivain : poète, nouvelliste et romancier, il est l'auteur de trois ouvrages, Ah ! L'Afrique, un recueil de poèmes, Le Bac, un guide pour les bacheliers, Afrique, pleure..., recueil de poèmes, publiés tous chez Édilivre à Paris. Il est président de l'Association Poétique et Littéraire du Niger (APOL-Niger), délégué de l'association Rencontres Européennes-Europoésie (REE) au Niger et membre de plusieurs associations en France et au Niger. Il est surtout un infatigable activiste culturel.
Tout d'abord, quel regard peut-on jeter sur le répertoire des ouvrages que vous avez déjà publiés ?
Je me suis mis à l'écriture depuis 1997 et, par la grâce de Dieu, j'ai pu produire quatre ouvrages que sont un recueil de poèmes ''Ah ! L'Afrique'' ; un guide pour les candidats en classe d'examens ''Le Bac'' ; un recueil de poèmes ''Afrique, pleure...'', un recueil de nouvelles ''La légende du roi-sorcier''.
Pouvez-vous nous en dire plus sur votre dernier ouvrage, le recueil de nouvelles titré ''La légende du roi-sorcier'' ?
Pour cet ouvrage, je dois préciser que nous avons travaillé depuis plus d'une année sur la qualité du manuscrit avant son édition et sa publication par les Editions Ifrikiya du Cameroun. L'ouvrage compte six titres et a été préfacé par Joël Conte, un confrère français. Le recueil a des fortes chances de passer sur Vox Africa à l'émission Vox Books, tout comme mon troisième livre qui a eu la chance d'être vu sur Africa 24. Autre chose, l'ouvrage sera en octobre prochain sur les stands du Festival international Efrouba du Livre de Grand-Lahou en Côte d'Ivoire. Parlant de thèmes, nous y abordons les grandes questions comme la société, la politique, le mysticisme, l'éducation, les réseaux sociaux, le mariage forcé...
Pouvez-vous donner à nos lecteurs votre définition de la Nouvelle ?
Je dirai que la nouvelle a d'abord des caractéristiques qu'il faut respecter à savoir: un seul sujet, un récit court, un rythme rapide, peu de personnages, publication en recueil, etc...Ainsi donc, elle peut se définir comme étant un récit fictif écrit en prose. En un mot, c'est une sorte de « roman court ».
A votre avis, la littérature nigérienne a-t-elle encore de beaux jours devant elle ?
Je dirai oui mais à condition que les autorités en charge du secteur culturel et les anciens auteurs (nos devanciers) aient confiance à la nouvelle génération. Pour tout dire, j'apprécie les écrits des jeunes auteurs nigériens dont certains ont des talents insoupçonnés et qu'on pourrait mieux promouvoir tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du Niger.
Il est très difficile de publier un livre au Niger ; parlez-nous de l'expérience que vous avez vécue avec ce quatrième livre.
Tout d'abord permettez-moi de vous dire qu'il n'y aucune maison d'édition digne de ce nom dans notre pays. Alors, éditer un livre en étant ici relève d'un vrai parcours de combattant. En ce qui concerne mon quatrième livre, j'ai perdu des mois à rechercher un éditeur crédible pour le publier. Je vous laisse évaluer la qualité de travail de mon éditeur. En tout cas, je suis satisfait du résultat et du produit dont les commandes fusent déjà de partout.
A quand la sortie officielle de votre recueil de nouvelles ?
Ce qui est sûr, c'est que le lancement de ce recueil est prévu, en exclusivité, la première semaine du mois d'octobre 2017 lors du Festival international Efrouba du Livre de Grand-Lahou en Côte d'Ivoire où je suis invité par le Groupe Efrouba pour la Culture. Je profite pour saluer tous mes amis ivoiriens qui s'impatientent de déguster ce recueil de nouvelles.
Quel est votre mot de la fin ?
A l'endroit du Ministère de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, je souhaiterais qu'il œuvre à créer un cadre adéquat à travers lequel les jeunes écrivains pourront parfaire leurs textes. Je citerai, à titre d'exemple, les résidences et ateliers d'écriture. Je l'invite également à mieux considérer l'industrie créative et à l'accompagner techniquement et financièrement pour une meilleure visibilité des projets culturels et littéraires des Nigériens. Enfin, les experts de ce ministère doivent relever le défi de créer le Salon international du Livre de Niamey en partenariat avec des organismes comme l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) ou l'UNESCO afin de mieux vendre le Niger à l'extérieur. Le Niger doit avoir son salon du livre !
A l'endroit des jeunes écrivains nigériens, je les exhorte à se dépasser pour montrer leurs réelles compétences. Ils doivent surtout éviter les fausses maisons d'éditions qui sabotent impunément leurs créations intellectuelles. Le Niger gagnerait à voir produire des œuvres de belle facture et de très bonne qualité formelle (connaître et respecter les principes et règles d'écrire).
A nos lecteurs fidèles, les amoureux du livre, je les invite à se procurer nos ouvrages pour leur grand plaisir. Mon recueil de nouvelles est plein d'enseignements et sera disponible à la Librairie la Farandole des Livres de Niamey, dans les librairies de Paris, de Montréal, de Lomé, de Cotonou et d'Abidjan.
Pour terminer, je souhaiterais remercier votre journal pour l'opportunité que vous me donnez de mieux me faire connaître et promouvoir mes créations littéraires dont la cinquième est presque bouclée.

Par Abdel Aziz Ibrahim Souley
23/06/17

Culture

Portrait/Mlle Fatouma Aiya Attahirou Akiné artiste plasticienne nigérienne : 23 ans et déjà grande artiste

Portrait/Mlle Fatouma Aiya Attahirou Akiné artiste plasticienne nigérienne : 23 ans et déjà grande artiste

« Aux âmes bien nées, la valeur n'atteint point le nombre d'années », dit-on à la jeune artiste plasticienne nigérienne Mlle Fatouma Aiya Attahirou Akiné. Du Conservatoire des Arts et Métiers Multimédias Balla Fasseké Kouyaté (CAMM/BFK) de Bamako à sa vie professionnelle, Mlle Akiné qui est âgée de 23 ans a déjà, à son actif, plus de 2500 œuvres dans sa carrière d'artiste plasticienne. On peut dire sans se tromper que tout, prédisposait...

8emes Jeux de la Francophonie à Abidjan : Concours de conte : la qualité de la prestation de notre compatriote Aminatou …

8emes Jeux de la Francophonie à Abidjan : Concours de conte : la qualité de la prestation de notre compatriote Aminatou Yaou Alla reconnue par le public

Les cinq finalistes du concours de conte sont connus. Il s'agit des conteurs du Liban, du Congo Brazzaville, du Canada, de la Guinée et de la France. Ces cinq sélectionnés se retrouveront pour la grande finale du concours de conte. C'est à l'issue de quatre jours de compétition au cours desquels 20 pays se sont affrontés, qu'ils ont pu valider leur ticket.Cependant, la publication des résultats par le jury a suscité quelques grincements...

Portraits d'artistes slameurs : Hamani Kassoum, Jhonel, l'auteur de ''Niamey la cour commune''

Portraits d'artistes slameurs : Hamani Kassoum, Jhonel, l'auteur de ''Niamey la cour commune''

L'artiste Jhonel, de son vrai nom Hamani Kassoum, est né le 3 juin 1984 à Niamey; il est de teint noir, mince, avec une taille moyenne. Toujours souriant, Jhonel a le plus souvent un style vestimentaire typiquement afro. Avec une voix agréable, ses titres sont sans reproches. Ses prestations notamment sur le petit écran, lui valent estime et considération. Il chante en français et aussi en langue locale. Son talent dans l'art de manier ...

8èmes Jeux de la Francophonie, à Abidjan (Côte d'Ivoire) : Notre compatriote Razak René Joli remporte la Médaille d'or d…

8èmes Jeux de la Francophonie, à Abidjan (Côte d'Ivoire) : Notre compatriote Razak René Joli remporte la Médaille d'or du concours de littérature

Le Niger vient de décrocher sa première médaille aux 8èmes jeux de la Francophonie qui battent leur plein depuis à Abidjan. En effet, notre jeune compatriote, le nouvelliste Razak René Joli, a remporté, mardi dernier, la médaille d'or du concours de littérature dans la catégorie Nouvelle, avec son œuvre présentée sous le titre " L'Homme qui donnait des baisers au vent".Cette médaille d'or du jeune nouvelliste, qui vient compenser les la...

IVème Conférences des ministres francophones en charge de la Culture : Une déclaration et un plan d'action en vue d'une …

IVème Conférences des ministres francophones en charge de la Culture : Une déclaration et un plan d'action en vue d'une contribution de la culture au développement durable

En marge des VIIIème Jeux de la Francophonie qu'organise la Côte d'Ivoire, Abidjan a accueilli les 22 et 23 juillet la IVème Conférence des ministres francophones en charge de la culture. Cette rencontre se tient seize ans après celle de Cotonou en 2001, dans un contexte, bien différent de celui d'alors, aussi bien pour la Côte d'Ivoire que pour le monde entier.«Nous sommes ici, aujourd'hui, parce que Francophonie et diversité culturell...

mode et beauté : Quand les tresses traditionnelles remplacent les gros grains

mode et beauté : Quand les tresses traditionnelles remplacent les gros grains

Ces dernières années, les jeunes filles et femmes de Niamey optent plus pour les petites tresses traditionnelles sans mèches à défaut des tresses dites ''gros grains'' qui sont faites avec des mèches. Ce sont des tresses faciles à réaliser, prennent environ deux heures d'horloge pour les tresseuses. Elles ont l'avantage de s'entretenir facilement et de ne causer aucun dommage sur le cuir chevelu si sensible. Les professionnelles de ces ...

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

Dans un univers musical nigérien totalement dominé par des hommes, Philomène fait partie des rares femmes qui essaient de s'affirmer et d'émerger.Depuis son jeune âge, elle chante dans les gospels, les chorales des églises. A dix ans déjà, elle passait tout son temps à chanter et à danser. Une décennie après, elle s'est frayée un chemin dans un monde fait de hauts et de bas ; elle possède une voix angélique qui fait d'elle aujourd'hui u...

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur…

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur"

Le Niger sera représenté à la 17ème édition de Clap Ivoire qui se tiendra du 4 au 10 septembre par les réalisateurs Oumarou Kadry Koda en catégorie documentaire avec " Nos faiseurs de bonheur" et Abdoul Rachid Amadou Sanda Maïga avec la fiction "Epris d'une mère".Les représentants du Niger à ce festival de concours de court métrage destiné aux jeunes ressortissants et résidents des pays membres de l'UEMOA ont été sélectionnés le 17 juil...

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseig…

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseignement, d'éducation notamment historique »

Mohamed Elkebir est un jeune réalisateur nigérien et promoteur du label Sahara Niger. Après ses études secondaires au Niger, il a continué ses études au Burkina Faso, au Ghana puis en Côte d'Ivoire où il a reçu plusieurs formations. Il est aussi un acteur de la société civile, membre de l'association « Jeunesse active du Niger ».Dès son retour au pays, il s'est inscrit à l'UAM où il décrocha un diplôme puis travailla dans une compagnie ...

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très …

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très importante dans l'éveil des consciences »

À l'état civil il est Ibrahim Oumarou Yacouba, mais son nom de scène est "Sage Soldat". Après des études en droit des affaires, parallèlement à ses activités de chanteur de reggae, "Sage Soldat" s'est retourné vers des études beaucoup plus en phase avec sa passion, car il est étudiant en Master 1 en Arts et Culture à l'université de Niamey. Actuellement il est à Dakar dans le cadre de son stage professionnel à Africulturban, une associa...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

A la découverte du village de Tapoa : Un village t…

A la découverte du village de Tapoa : Un village touristique riche de sa biodiversité

Jadis un petit village habité par les gourmantchés, Tapoa est aujourd'hui un camp forestie...

vendredi 11 août 2017

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune…

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays

Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le v...

vendredi 11 août 2017

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Les propriétaires véreux face à l'impôt sur le loyer

Les propriétaires véreux face à l'impôt sur le loyer

L'impôt sur le loyer. Parlons-en ! Depuis la mise en œuvre de la décision instituant cet i...

vendredi 18 août 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.