Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Abdoul Moumouni Bakabé, cinéaste, réalisateur de films court et long métrages : Le jeune Bakabé sur les traces de son père


BakabIl s'appelle Abdoul Moumouni M. Bakabé. Son premier contact avec le cinéma remonte à l'année 1994. Il avait 6 ans lorsqu'il a joué un rôle dans une publicité pour la Société nigérienne des Eaux. Il a étudié l'audiovisuel en 2005, à l'Institut de Formation aux Techniques de l'Information et de la Communication (IFTIC) de Niamey. Il était fasciné par le montage vidéo qui est pour lui une forme d'écriture avec l'image. Aussi, le montage est une des étapes importantes dans le processus de création d'un film. Pour mieux se spécialiser et comprendre ce domaine, à la fin de sa première année du cycle moyen à l'IFTIC, il a effectué un stage en tant qu'Assistant monteur dans une des premières télévisions privées de Niamey où il a pendant un mois monté des reportages et des spots publicitaires. L'objectif était d'être en contact avec un programme de montage vidéo.
A la fin de sa deuxième année à l'IFTIC, Bakabé a effectué un stage de deux mois dans l'entreprise de son père lui aussi était cinéaste. C'est là, qu'il a monté son premier documentaire institutionnel. Très passionné par le montage, il faisait beaucoup d'images et de montages. Avant la fin de son stage, il a réalisé quatorze (14) documentaires institutionnels pour la coopération belge. Avec son père, cinéaste, réalisateur de films courts et long métrages, il a appris la caméra ; et faisait des exercices de photo en composant des cadres bien précis et ensemble ils analysaient les types de cadre.
En troisième année du cycle moyen à l'IFTIC, il a fait un stage court d'une semaine organisé par l'association Contre champ avec l'ambassade de France au Niger sur la nouvelle dotation des nouveaux matériels de production de l'IFTIC. Il s'agissait, là aussi, de faire des reportages et de les monter pour les distribuer aux différentes télévisions publiques et privées de Niamey. « Pour ce faire, nous avons été dirigés par le journaliste Français Jaques Ségui et la monteuse française Catherine Minier. Ce stage était une grande expérience pour moi, j'ai travaillé sous la direction des gens d'autres horizons. Au début, je me sentais sous pression, je n'étais pas habitué à ce rythme de travail. Au finish, on m'a appris à faire mon travail de montage plus rapidement et de la manière la plus ordonnée », a déclaré le cinéaste.
A la fin de son cycle du niveau moyen, il a soutenu un mémoire sur les techniques de montage, l'utilisation des effets de transition et les différents raccords de plan. Après ce cycle, il a monté son tout premier film de fiction (Honorable député) réalisé par son oncle Maman Siradji Bakabé. Son expérience dans le domaine du montage vidéo s'est davantage approfondi lors de son passage à Ouagadougou à l'institut Imagine, sous la direction du chef monteur Motandi Woba. A l'institut Imagine, pour la première fois, il avait plus d'une centaine de rush de films, a derusher'' sous ses yeux.
Ce passage, selon notre interlocuteur, lui a permis de développer surtout le sens de la patience en montage, à avoir un recul sur ce qu'on fait, à numériser soigneusement, à bien ordonner les rushs, visionner encore et encore des heures de film, choisir les plans selon leur sens et non pas selon leurs beautés. Ce stage a duré trois (3) bons mois, des mois pendant lesquels il a su tisser des relations avec des hommes du cinéma et surtout à apprendre plusieurs méthodes de montage.
Avec ce stage, M. Bakabé devient plus aguerri et plus ambitieux pour le septième art. «C'est alors qu'en 2009, je me suis inscrit en cycle supérieur pour me spécialiser en réalisation et production », a-t-il expliqué. L'aventure se poursuit.
Les premiers pas de Bakabé : pour un bon film, il faut un bon scenario
Avec l'appui de son papa, il a réalisé un film documentaire sur la parenté à plaisanterie qui l'a beaucoup fait voyager, jusqu'au Nigéria voisin. Ce fut une grande expérience parce qu'il faisait à la fois la réalisation et l'image. Par manque d'ingénieur de son expérimenté ; il lui fallait quelques fois contrôler en même temps le son et l'image; c'était dur pour lui. A la fin du tournage, il a tout de même trouvé le montage plus facile grâce à l'expérience acquise. « Après un assemblage des séquences, tout y est. Tout doucement, j'ai fini le film en l'absence même de mon réalisateur. C'était mon premier projet en tant qu'assistant réalisateur même si par ailleurs je n'ai pas assisté à l'écriture de ce dernier », affirme-t-il.
M.Bakabé arrivait à jumeler travail et études, en s'organisant pour travailler le soir et étudier le matin. Après ce film, il s'est lancé ensuite dans la mise en scène de spectacles, ce qui lui a valu, à l'occasion de la fête de la République de 2008, d'avoir la lourde tâche d'organiser un spectacle dans la région de Tillabéry située à 110 Km de Niamey la capitale. Ce spectacle intitulé Tilwa Béri était une fresque historique qui raconte la vie des premiers habitants de la région, l'origine des différents grands noms des familles qui ont été influentes dans la zone. C'était un spectacle son et lumière dans lequel il y avait du théâtre, de la danse traditionnelle, de la poésie et de la musique. «C'était encore plus grand que ce que j'avais l'habitude de faire. Comédien, danseur, poète, musicien technicien nous étions une équipe de plus de 300 personnes. C'était un spectacle d' 1h30mn. Avant toute répétition j'avais monté la bande son du spectacle du début jusqu'à la fin. Cette bande a servi aux acteurs de plus facilement répéter et de maitriser leur rôle jusqu'à la fin » a-t-il expliqué. L'année suivante, toujours à l'occasion de la fête de la République du 18 décembre précisément en 2010, il a assisté encore une fois à la mise en scène intitulé ''Komadougou Laléwo'' dans la région de Diffa située à 1300Km de Niamey et a procédé de la même manière qu'il a eu à faire à Tillabéry.
Evoluant toujours aux côtés de son père, Bakabé a réalisé et monté les images de la série télévisée ''Gari ya yi zafi'' ou ça Chauffe au village''. L'avantage pour lui cette fois ci c'est qu'il a assisté à l'écriture du film avec les acteurs. « Du fait qu'on était plus du côté de l'écriture, nous n'avions pas eu à participer au casting du film. Le tournage a été un peu difficile, il s'agissait pour nous de mettre en œuvre les techniques cinématographiques que nous avons eus à voir dans les films des autres pays (Burkina Faso, Côte d'Ivoire et même la France). Vu notre état d'esprit de jeune face à des anciens qui ont duré dans le cinéma et qui avaient plus d'expérience que nous il nous était presque impossible de prendre des décisions sur le projet. Malgré tout, nous avions pu imposer certaines de nos idées. Ce plateau de tournage m'a permis de comprendre à quel point le cinéma évolue en fonction des âges » nous confie t-il. Il pense qu'entre le cinéma d'avant et celui de maintenant il y'a une nette différence du point de vu des techniques de travail, et surtout sur le matériel.
Des cours intensifs, des stages de perfectionnement et des films diffusés partout
Entre 2009 et 2010, notre réalisateur a participé à plusieurs ateliers de formation sur l'écriture documentaire. Il s'agissait pour lui de comprendre tout d'abord le documentaire, savoir comment créer un projet de film documentaire. Ces sessions de formation lui ont permis de comprendre que toute œuvre cinématographique (fiction ou documentaire) doit se faire en fonction de la note intention. Une intention bien définie d'un projet, selon lui, est un film à moitié réussi avant même d'être écrit.
En 2012, il a participé à un séminaire organisé à Niamey sur les industries extractives et en a profité pour faire des images. M. Bakabé dit avoir visionné tous les rushes pour mieux comprendre les interventions des anciens miniers de la SOMINA, une société qui exploite de l'uranium dans le nord du Niger, précisément dans le département d'Ingal. Ces interventions lui ont servi de base pour constituer un projet de film sur ces anciens miniers qu'il a soumis au ''Projet Genovico'', un projet suisse qui œuvre pour la paix et la gestion non violente des conflits. Cette organisation a accepté de lui donner un appui financier d'une valeur de 3000 euros pour réaliser le film. Avec une jeune équipe, ils ont passé deux (2) mois dans le nord à travailler sur le projet, non sans difficultés sur le terrain. Heureusement, ce film a passé au Forum Africain du Film Documentaire, au Festival du Cinéma de Burundi, à Uranium Film Festival au Québec et a été diffusé par CFI Afrique (26 chaines de télévision de l'Afrique francophone et 4 chaines de télévision de l'Afrique Lusophone).
Bakabé a réalisé aussi ''Argent-Argile'', un film qui fait le portrait d'une potière suisse qui a vécu 30 ans au Niger dans le village de Boubon (un village de potiers) et qui a su apporter une touche contemporaine à la poterie classique que les habitants du village faisaient ; ''Alphadi, le ciseau d'or du désert'', en 2013, ''Toungouma ou '' Divination à travers la pierre et la terre, un film d'école qu'il a présenté à sa soutenance de Licence professionnelle en réalisation et production.

Aïssa Abdoulaye Alfary(onep)
30/06/17

Culture

Première édition du Hottungo de Birni N'Gaouré : Un grand rendez-vous dédié au renforcement de la cohésion sociale

Première édition du Hottungo de Birni N'Gaouré : Un grand rendez-vous dédié au renforcement de la cohésion sociale

Le quartier Silinkaye, dans la commune urbaine de Birni N'Gaouré, a abrité du 9 au 10 février 2019, sa première édition du Hottungo, ou fête annuelle des éleveurs. L'événement a été organisé par l'association des éleveurs Kawtal Waafakey avec l'appui du Ministère de l'Agriculture et de l'Elevage, du Haut-Commissariat à l'Initiative 3N, du Millénium Challenge, de la Haute Autorité à la paix et des organisations professionnelles d'élevage...

Premier festival de l'Organisation de la conférence islamique (OCI), au Caire (Egypte) : Le Niger représenté par une bel…

Premier festival de l'Organisation de la conférence islamique (OCI), au Caire (Egypte) : Le Niger représenté par une belle brochette d'artistes

      Une délégation nigérienne composée de 18 personnes, dont trois officiels et 15 artistes, a pris part au premier festival de l'Organisation de la conférence islamique (OCI) qui s'est déroulé du 5 au 9 février 2019, au Caire, en Egypte.Les artistes nigériens qui se sont produits sur scène, jeudi passé, ont fait des prestations assez remarquables dans toutes les disciplines. Il faut dire que le choix des artistes co...

Célébration de la Fête des éleveurs ou ''Hottungo'' à Birni' N'Gaouré : Promouvoir le pastoralisme et la cohésion social…

Célébration de la Fête des éleveurs ou ''Hottungo'' à Birni' N'Gaouré : Promouvoir le pastoralisme et la cohésion sociale

      Le département de Boboye vibrera du 9 au 10 février prochain aux rythmes du festival '' Hottungo''. Cette fête basée sur le pastoralisme, vise à promouvoir et à maintenir les liens culturels entre communautés sédentaires et nomades. Cet évènement de grande envergure est porté par l'Association Kawtal Waafakey, les organisations d'éleveurs et la Commune Urbaine de Birni'N'Gaouré. Le thème de cette année est ''Paix...

Clôture de l'atelier de formation des jeunes en production audiovisuelle : Des réalisations cinématographiques pour prom…

Clôture de l'atelier de formation des jeunes en production audiovisuelle : Des réalisations cinématographiques pour promouvoir le genre

L'atelier de formation de onze jeunes nigériens en production audiovisuelle a pris fin le samedi dernier à Niamey, avec la remise des attestations aux séminaristes. Cette initiative de l'ambassade des Etats Unis d'Amérique au Niger, réalisée en collaboration avec Peace Tech Center et la participation de formateurs nigériens et étrangers, vise à promouvoir la liberté d'expression, la renaissance culturelle du Niger, l'autonomisation de l...

Cinéma : « Ma belle-mère Ma Coépouse » a fait bonne impression chez le public de Niamey

Cinéma : « Ma belle-mère Ma Coépouse » a fait bonne impression chez le public de Niamey

      Sorti en 2018 le film fiction « Ma belle-mère Ma Coépouse », un long métrage de 75 minutes du réalisateur Moussa Hamadou Djingarey a fait l'objet d'une cérémonie de première projection le 2 février dernier au Palais des Congrès de Niamey. De nombreux cinéphiles ont fait le déplacement pour apprécier ce film tourné à Agadez, ville du nord Niger avec des acteurs locaux. Le film est en sélection officielle panorama ...

La nuit des idées édition 2019 au Niger : Le Pr Cédric Villani a animé des conférences au CCFN-Jean-Rouch et à l'Univers…

La nuit des idées édition 2019 au Niger : Le Pr Cédric Villani a animé des conférences au CCFN-Jean-Rouch et à l'Université Abdou Moumouni de Niamey

      La « Nuit des Idées », est un événement proposé partout au même moment à travers le monde par l'Institut Français de Paris et qui est destiné à développer le débat d'idées sur les cinq continents. Cette année la nuit des idées a pour thème « face au présent ». A cette occasion le mathématicien et député à l'assemblée nationale française, Pr Cédric Villani, médaillé Fields considérés comme l'équivalent du Prix Nob...

Conférence de presse sur le lancement du Projet Arts et Culture : Promouvoir la production culturelle et artistique

Conférence de presse sur le lancement du Projet Arts et Culture : Promouvoir la production culturelle et artistique

      Une conférence de presse sur le lancement du Projet Arts et Culture, s'est tenue hier, dans la salle d'exposition temporaire du Musée national Boubou Hama (MNBH) de Niamey. Placée sous le thème « Arts et Culture pour l'inclinaison citoyenne : l'Université Abdou Moumouni jette des ponts », l'activité s'est déroulée en présence du Secrétaire général du ministère de la Renaissance Culturelle, des Arts et la Modernis...

Concours sous régional de Miss Littérature 2019 : Ali Firdaoussou et Mahamane Alou Arzika Farida défendent les couleurs …

Concours sous régional de Miss Littérature 2019 : Ali Firdaoussou et Mahamane Alou Arzika Farida défendent les couleurs nationales

      Le comité d'organisation de la saison littéraire 2019 a lancé ses activités mardi dernier au Bénin. La présidente du comité d'organisation de ce concours, Mme Carmen Toudonou, lors d'une conférence de presse, a donné des informations générales sur cette édition, notamment la composition du jury, les cadeaux à octroyer et les perspectives. Le Niger est présent à ce concours grâce à sa Miss littérature Melle Ali Fi...

« La Nuit des Idées 2019 » : Le mathématicien Cédric Villani annoncé au CCFN et à l'UAM pour une conférence-débat sur le…

« La Nuit des Idées 2019 » : Le mathématicien Cédric Villani annoncé au CCFN et à l'UAM pour une conférence-débat sur le thème « face au présent »

La « Nuit des Idées », est un événement mondial proposé partout au même moment à travers le monde par l'Institut Français de Paris et qui est destiné à développer le débat d'idées sur les cinq continents. A cette occasion le mathématicien et député à l'Assemblée nationale française, M. Cédric Villani est attendu à Niamey où il va animer des conférences-débats sur les grands défis que l'humanité doit affronter au XXIème.Le mathématicien ...

26ème FESPACO : Le Niger en sélection officielle avec trois documentaires en compétition et deux autres films en panoram…

26ème FESPACO : Le Niger en sélection officielle avec trois documentaires en compétition et deux autres films en panorama

La 26ème édition du Festival Panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) qui se tiendra du 23 février au 2 mars 2019 sous le thème « Mémoire et Avenir des cinémas africains » coïncide avec le cinquantenaire du plus grand rendez-vous cinématographique de l'Afrique et de la diaspora. Le Niger participe à cette biennale avec cinq films.Trois films documentaires des réalisateurs nigériens figurent dans la sélection of...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Département de Magaria : La préservation de l'envi…

Département de Magaria : La préservation de l'environnement gage de développement durable

Avec une superficie de 7 903 km2, Magaria est l'un des départements les plus riches en mat...

vendredi 15 février 2019

"La sécurité est aujourd'hui garantie dans le…

"La sécurité est aujourd'hui garantie dans le département", affirme le préfet : M. le préfet, pouvez-vous nous faire succinctement la présentation de votre entité administrative ?

Nous vous remercions de l'intérêt que vous accordez à notre département à savoir le départ...

vendredi 15 février 2019

Le numérique au Niger : Promouvoir le numérique et…

Le numérique au Niger : Promouvoir le numérique et accélérer le progrès social

Certes le fossé qui existe entre les pays dits développés et ceux du tiers monde est grand...

mardi 12 février 2019

L'air du temps

Saint Valentin : au cœur de l'espièglerie juvénile

Saint Valentin : au cœur de l'espièglerie juvénile

Hier, jeudi 14 février 2019, les jeunes ont célébré la fête de la Saint-Valentin dédiée au...

vendredi 15 février 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.