Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Phénomène de mode : ''Goggoro et bonnet'', des foulards en vogue à Niamey


gogoroLes foulards Gogoro ou Achoké, étaient à l'origine des foulards portés par les femmes yoruba. Mais ces derniers temps on est de suite frappé, à l'occasion des cérémonies et de certaines occasions de réjouissance, par la forte présence de ces gros foulards communément appelés "Goggoro" ou "Achoké" de plus en plus à la mode chez les femmes de la capitale. Longtemps importés, ces foulards sont présentement confectionnés dans des salons de beauté et des ateliers de couture à Niamey.
Les accessoires de mode sont des éléments incontournables pour un habillement réussi. Un chapeau, un beau foulard intensifient un look, le rendent unique. Que ce soit sur les coiffeuses ou dans nos armoires, les accessoires se collectionnent à l'infini. Qui n'a jamais eu envie d'un sac, d'un collier, d'une bague ? Au poignet, autour du cou ou sur la tête, les accessoires de mode se déclinent et se multiplient au rythme des saisons et de nos envies. Les Nigériens sont devenus des spécialistes du commerce de ces articles en vogue.
Au salon de beauté « L'élégance », la responsable Juliette nous confirme que ce sont des tissus qui proviennent des pays de la sous-région notamment du Benin et du Nigeria qu'elle utilise pour confectionner les foulards Gogoro qui sont, de tout temps, la mode chez les yorouba. Les femmes portent ces foulards pour donner une touche particulière à leur tenue. Il y'a divers formes et styles, tout dépend de la matière dont sont confectionnés ces foulards. Il y'en a plusieurs modèles dont les nénuphars, les papillons, les chapeaux, les tout-couverts, les genres bonnets...Mme Juliette affirme que ces articles sont fabriqués avec des tissus satins, légers, lourds ou même avec des bazins et des pagnes. « Souvent nous les fabriquons selon le choix de nos clientes, mais le modèle le plus demandé est le nénuphar. Pour rendre plus attrayant ces foulards, nous ajoutons des accessoires notamment des broches, des fleurs, des perles, bref des petits ornements qui scintillent », explique Juliette.
Mme Safi est fan de ces foulards. Elle est venue prendre sa commande chez Juliette. « Avant je pensais que ça nous venait de l'extérieur mais depuis que j'ai su que ces foulards sont fabriqués ici, je viens avec des bouts de tissu de mes couleurs préférés que je porte régulièrement. Mon problème, je ne sais pas bien nouer les foulards et avec ce phénomène de mode, je suis à l'aise. C'est magnifique et j'aime bien », dit Safi. « Depuis que j'ai découvert ce genre de foulards, je ne prends plus de temps devant le miroir pour attacher un foulard. Je prends celui qui est déjà noué et hop le maquillage est fait », confie de son côté Sadia. Voilà qui est bien dit.

Celles qui n'aiment pas se tresser ou ne se coiffent pas, préfèrent acheter ces "couvre têtes" noués par les coiffeuses. Une cliente nommée Nafissa a apporté un mètre de Bazin qu'elle a fait coudre pour sa tenue de réveillon, afin qu'on lui confectionne un foulard. « Depuis l'avènement de cette mode, je ne porte que ça, assorti et noué dans différents styles. Chaque habit a son foulard, j'en ai déjà plusieurs » dit-elle avant de louer la qualité du travail de Juliette, et de conseiller toutes ses amies de venir se faire fabriquer ces accessoires. Convenablement et de façon coquette Sadia en porte un. «Ces foulards confectionnés me facilitent la tâche. Je suis là car il faut amener le tissu une semaine avant au moins pour être sûre de l'avoir à temps » confie-t-elle.

Aux foires on rencontre toutes sortes de ces "Achoké" et ou "Goggoro", des belles parures pour femmes, toutes sortes de décors. On en trouve pour toutes les bourses, des petits foulards comme des grands. L'avantage pour la vente de ces "foulards prêts à porter", selon la revendeuse Mme Maiga originaire du Mali, est que «les femmes de Niamey en raffolent, et on peut les porter aussitôt avant ou après achat pour les essayer. On peut même les reprendre le lendemain si ça ne répond pas à vos attentes ». Une autre commerçante est accompagnée de ses deux filles qui portent toutes, des bonnets. Elle s'est approvisionnée en bonnets, en tissus, en achoke, précisant que c'est lors de ces rencontres qu'on les trouve à un bon prix. « Ils nous proviennent de la sous-région et on peut les revendre après » dit-elle. Elle raconte qu'elle a toujours fait ces achats de fête au niveau des foires, où elle trouve tout ce qu'elle veut et à des prix défiant toute concurrence. Les foires sont selon elle, moins encombrées et les gens peuvent choisir dans la tranquillité leurs articles, contrairement au marché ou l'accès est difficile. « Elles nous offrent la possibilité d'avoir plus de choix, il y'a des étals ou on ne trouve uniquement que ce genre de coiffes (foulards, bonnets et perruques). J'en achète beaucoup pour mon salon de beauté et je revends avec un peu plus de bénéfices » ajoute-t-elle.

Aïssa Abdoulaye Alfary(onep)
06/07/17

Culture

"Un coin du ciel noir" du réalisateur Djingarey Maïga : Quand l'amour triomphe des préjugés

"Un coin du ciel noir" du réalisateur Djingarey Maïga : Quand l'amour triomphe des préjugés

Âgé de 78 ans aujourd'hui, dont plus d'une cinquantaine d'années consacrées au cinéma, Djingarey Maïga vient de finir son neuvième film, "un coin du ciel noir", un long métrage de 90 mn. Ce film traite du sort pathétique réservé dans certaines sociétés aux personnes atteintes par l'albinisme, une particularité génétique qui se manifeste par un manque ou une absence de pigmentation de la peau, des cheveux, et des yeux.Après plus d'un an ...

Artiste chanteur Ismaêl Diallo : Ismo One, la force tranquille

Artiste chanteur Ismaêl Diallo : Ismo One, la force tranquille

La world music, c'est ce mélange d'Afro Zouk, Hip Hop, Reggae, Ragga et Funk comme effet de temps et de mode. Parmi les artistes en vogue dans ce domaine figure Ismaël Diallo. Connu sous le nom de Ismo One, il est l'un des artistes en vue au Niger. Auteur compositeur, il représente une voix incontestée de la musique nigérienne (nouvelle génération). Dans les fadas et clubs des quartiers périphériques de Niamey comme sur les ondes ses cr...

Ministre de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation sociale : Installation de l'équipe nationale char…

Ministre de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation sociale : Installation de l'équipe nationale chargée de l'élaboration du rapport périodique quadriennale de la mise en œuvre de la convention 2005 de l'UNESCO

Le Secrétaire général du Ministère de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation sociale M. Oumarou Moussa a présidé, hier après midi, la cérémonie officielle d'installation de l'équipe nationale chargée de l'élaboration du rapport périodique quadriennale de la mise en œuvre de la convention 2005 de l'UNESCO.L'équipe qui a été mise en place est repartie en quatre groupes thématiques. Le premier groupe se penchera sur la ...

Cérémonie d'ouverture de la 2ème édition du Festival Afrique-Asie des jeunes : Raffermissement des liens culturels entre…

Environ 400 représentants issus de plus de 40 pays africains et asiatiques se sont réunis dans la province de Shaanxi pour l'ouverture de la cérémonie de la deuxième édition du Festival des Jeunes. Ils étaient là, pour échanger, partager les expériences et nouer des partenariats entre eux. Ces acteurs majeurs pour le développement sont appelés à contribuer de façon significative dans le rayonnement de leurs pays respectifs. Ces jeunes s...

Adama Dahico /Artiste -Comédien-Humoriste et écrivain ivoirien

25 ans de carrière, des milliers d'heures d'émissions humoristiques radio et des séries TVNé en mai 1968, le jeune humoriste a commencé sa carrière en 1992 avec une émission à la radio, Les Echos de l'allocodrome, le nom qu'il attribue aux maquis qui servent entre autres des bananes frites ou allocos. Son art humoristique est apprécié dans toute la sous-région, notamment au Niger. «J'adapte les expressions au lieu où je suis ; au Niger,...

Conférence inaugurale de la 17ème édition de Clap Ivoire : Contribuer à l'éclosion et à la révélation des jeunes talents

Du 4 au 9 septembre, Abidjan est le carrefour des talents du cinéma et de l'audiovisuels de la sous-région (UEMOA) avec la 17ème édition de Clap Ivoire qui va mettre en compétition des jeunes réalisateurs de courts métrages. Initiée dans un esprit de célébration de l'intégration sous régionale à travers le cinéma, le concours s'adresse à tous les Pays ressortissants de l'UEMOA, dont le nôtre. Pour les organisateurs, à travers cette renc...

Portrait/Abdoulaye Adamou Mato Ingénieur de son, régisseur Général et scénographe nigérien : «Le manque d'implication de…

Avec plusieurs stages à son actif au Niger et des bourses d'études de l'Institut Imagine au Burkina Faso et de l'Organisation International de la Francophonie (OIF), Abdoulaye Adamou Mato s'est spécialisé dans l'art de la scène et radiophonique, en studio, en régie son et lumière au Centre Arabo Africain de Formation et de Recherche Théâtrale en Tunisie.L'évolution technologique dans l'audiovisuel a poussé Abdoulaye Adamou Mato pour maî...

Les vertus du henné : Tatouages et soins de beauté au henné

A l'approche de la fête de la Tabaski, l'ambiance bat son plein à Niamey. Les femmes prennent d'assaut les marchés et les salons pour se faire belle. Fête rime avec élégance chez beaucoup d'entre elles et des marchés et salons d'esthétique se créent de façon spontanée au grand bonheur des commerçants et promoteurs. De jour, comme de nuit, ces lieux, grouillent de monde. Nombreuses sont les femmes qui utilisent le henné comme tatouage au...

Portrait : Rahina Balarabé, conteuse et comédienne : Conter sans compter

Rahina Balarabé est une conteuse, d'ailleurs une des rares femmes qui pratique ce métier au Niger. Cette diplômée de l'Institut de Formation aux Techniques de l'Information et de la Communication (IFTIC) est bien connue du grand public nigérien grâce à son émission télévisée « c'est l'heure du conte ».Passionnée de contes depuis son jeune âge, Rahina Balarabé a commencé à écrire en 2006, avec l'ambition de faire un livre de contes, mais...

Portrait : Amadou Edouard Lompo : Dramaturge, écrivain et scénariste nigérien

Conseiller pédagogique de français de son Etat, Amadou Edouard Lompo est un passionné de la littérature. Il termine son doctorat en littérature à l'Ecole Doctorale, Lettres, Arts, Sciences de l'Homme et de la Société (ED- LASHS) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey. Amadou Edouard Lompo se spécialise sur la connaissance des grands héros du Niger, plus précisément les épopées. Confronté à un manque d'ouvrages littéraires dans les ann...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Le paludisme : Des efforts soutenus dans la lutte …

Le paludisme est une maladie parasitaire qui constitue un problème de santé publique au Ni...

vendredi 27 octobre 2017

Interview de Dr. Hadiza Jackou, Coordinatrice du P…

Cette année encore, le paludisme fait beaucoup de victimes au Niger : quel est le nombre d...

vendredi 27 octobre 2017

Paludisme : Le choix de lutte

La lutte contre le paludisme a été entreprise, à l'échelle internationale, par l'Organisat...

vendredi 27 octobre 2017

L'air du temps

Fuite des cerveaux : à qui la faute ?

Fuite des cerveaux : à qui la faute ?

Dès qu'on parle de fuite de cerveaux, on se tourne à première vue vers l'occident. Et pour...

vendredi 8 décembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.