Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseignement, d'éducation notamment historique »


ElkebiMohamed Elkebir est un jeune réalisateur nigérien et promoteur du label Sahara Niger. Après ses études secondaires au Niger, il a continué ses études au Burkina Faso, au Ghana puis en Côte d'Ivoire où il a reçu plusieurs formations. Il est aussi un acteur de la société civile, membre de l'association « Jeunesse active du Niger ».
Dès son retour au pays, il s'est inscrit à l'UAM où il décrocha un diplôme puis travailla dans une compagnie de téléphonie mobile de la place. Quelques années plus tard, sa passion l'a emporté au point de démissionner de son travail pour s'engager dans son domaine professionnel. « J'ai embrassé le cinéma par passion. Notre objectif, c'est de faire en sorte que le cinéma nigérien puisse rayonner dans le concert des nations», déclare M. Mohamad Elkebir du groupe Sahara Niger. Au delà de la production, il s'est lancé dans un projet entreprise qui vise à initier des jeunes aux techniques de production, de réalisation ... des films en organisant des séances de formation avec des écoles professionnelles.
Après la série'' Origine du mal'', qui comporte 9 épisodes, « L'extase du mal » est son tout dernier film. Mais, il avait aussi réalisé trois films documentaires, notamment « le sang de la vie» qui incite la population à donner du sang pour sauver des vies et « la logistique, source de valeur ajoutée. Et il y a aussi des films de fiction dont la série ''NIAMEYZE'' composés aussi de 9 épisodes sortis tout récemment dont la projection a eu lieu au CCFN. Avant cela, il a réalisé un autre film qu'il a présenté à un festival en Côte d'Ivoire intitulé : '' laffouci''. Il a en projet une nouvelle série : '' Kabba'' en Hausa de 9 épisodes.
Mais, pourquoi « l'extase du mal »? Pour le jeune réalisateur, c'est un devoir pour lui de s'investir sans relâche dans la production nigérienne. La raison est que « j'étais au Burkina en 2001 à l'occasion de FESPACO quand on a décerné le prix Oumarou Ganda et il y a un burkinabé qui m'a dit : ''Toi le Nigérien, parle nous d'Oumarou Ganda''. J'étais obligé de m'éclipser de la salle parce que tout ce que je connais d'Oumarou Ganda, c'est le CCOG. Je ne connaissais pas l'histoire cinématographique de ce dernier. Il m'a fallu après faire des recherches : je compris que Oumarou Ganda a été le premier lauréat du FESPACO déjà en 1972 avec son film ''Wazzu polygame'' ; or, depuis 1972, le Niger n'a plus remporté le grand prix du FESPACO. Et donc par la suite, comme j'étais au Burkina où j'étudiais, je travaillais en même temps avec de grands réalisateurs comme celui de la série ''le commissariat de Tampi''. J'ai eu une prise de bec avec des Burkinabés qui ont jeté l'anathème sur mon pays ; par patriotisme, j'ai décidé de revenir chez moi au Niger pour me mettre au service du cinéma nigérien».

« Depuis pratiquement 2007, affirme Elkebir, nous sommes en train de nous battre pour que ça puisse rayonner ; malheureusement, l'accompagnement qui devrait suivre ne suit pas. Le cinéma, selon lui, est un métier coûteux ; c'est un métier dans lequel, si vous investissez plus, vous gagnez à coup sûr. Dans certains pays, on injecte des milliards comme fonds d'aide pour la production cinématographique. L'enjeu c'est de produire des films dans des normes techniques internationales. Si aujourd'hui l'Etat met à la disposition des réalisateurs un bon budget, naturellement ils vont produire des bons films, des films qui peuvent être diffusés partout dans le monde. Si l'Etat accompagne les acteurs culturels ils ne vont pas courir de tort à travers pour chercher des financements auprès des partenaires étrangers qui souvent nous imposent des choses qui vont en contradiction avec nos réalités culturelles. Quand vous regardez dans la sous région, ils produisent des films dont la qualité artistique n'égale pas les films nigériens», a-t-il ajouté.
Mohamed Elkebir déplore que «la qualité technique et l'accompagnement financier qui devrait, suivre on en parle pas. Quand vous regardez un film sur les télévisions étrangères, vous allez voir que l'histoire ou le message qui y est raconté n'est pas si extraordinaire que ce que nous faisons ici, parce que le Nigérien, sa vie même, c'est un film. Mais malheureusement, il n'y a pas de moyen financier ou technique pour pouvoir accompagner ». « Pourquoi aujourd'hui, nous les Nigériens, nous n'allons pas créer les conditions de produire des films dans le sens de faire en sorte que nous puissions faire le doublage, pour pousser tout les milieux linguistiques nigériens à consommer les films nigériens. C'est mon combat! », assure-t-il.

Tout artiste rend service à nos populations à travers les œuvres culturelles qu'il produit. Prenons l'exemple du film ''laffouci'' : à travers la culture, il a sensibilisé les femmes sur les dangers, les méfaits de cela et de même dans '' l'extase du mal'', on parle de l'histoire d'Amadou Kourandaga et bien d'autres grands héros et combattants nigériens qui ont marqué l'histoire du temps. C'est bon qu'un acteur culturel revalorise nos histoires à travers ses œuvres. Et un de ses combats est de faire en sorte qu'on mette le Niger dans ses droits. Dans ''L'extase du mal'', il a dénoncé les injustices et il précise que « les décideurs politiques doivent nous considérer comme des collaborateurs, des porte-parole qui peuvent avoir des messages qui peuvent porter haut pour un changement positif».
Mohamed Elkebir assure que les productions nigériennes ont de l'avenir devant elles à condition que nous travaillions : « il ne faut pas viser de l'argent du coup. Pour que les productions nigériennes puissent avoir de l'avenir, il faut que nous soyons solidaires entre nous, pour pouvoir mobiliser la population à consommer nigérien. Quand nous allons commencer cette synergie, nous allons produire plus. Tant qu'il n'y a pas d'offre, il ne peut pas y avoir suffisamment de demande ; nous devrons nous professionnaliser et nous mettre au travail. Quand nous allons réussir à produire beaucoup, nous allons partir vers le public pour qu'ils puissent regarder nos productions. Nous n'avons pas de CD. Les gens demandent : où sont vos CD ? Nous n'en avons pas. Pour dupliquer un CD, il te faut 1000 ou 1500FCFA et comment tu vas le revendre ? Tu ne t'en sortiras pas. A peine tu vas avoir 100 ou 200F de bénéfice. Quand nous allons avoir des maisons de duplication, nous allons reproduire davantage et casser le prix pour permettre au public de consommer nos œuvres. Il faut que nous partions pour conquérir le marché avec le cinéma nigérien ».
Mais, d'ici décembre, son projet de faire des CDs sera réalisé et il est en train de préparer une sortie pour mener une vaste campagne à l'intérieur du pays notamment à Agadez, Zinder et Tillabéri pour pouvoir programmer des séances de projections dans ces localités.

Abdoul Aziz Ibrahim Souley
14/07/17

Culture

8emes Jeux de la Francophonie à Abidjan : Concours de conte : la qualité de la prestation de notre compatriote Aminatou …

8emes Jeux de la Francophonie à Abidjan : Concours de conte : la qualité de la prestation de notre compatriote Aminatou Yaou Alla reconnue par le public

Les cinq finalistes du concours de conte sont connus. Il s'agit des conteurs du Liban, du Congo Brazzaville, du Canada, de la Guinée et de la France. Ces cinq sélectionnés se retrouveront pour la grande finale du concours de conte. C'est à l'issue de quatre jours de compétition au cours desquels 20 pays se sont affrontés, qu'ils ont pu valider leur ticket.Cependant, la publication des résultats par le jury a suscité quelques grincements...

Portraits d'artistes slameurs : Hamani Kassoum, Jhonel, l'auteur de ''Niamey la cour commune''

Portraits d'artistes slameurs : Hamani Kassoum, Jhonel, l'auteur de ''Niamey la cour commune''

L'artiste Jhonel, de son vrai nom Hamani Kassoum, est né le 3 juin 1984 à Niamey; il est de teint noir, mince, avec une taille moyenne. Toujours souriant, Jhonel a le plus souvent un style vestimentaire typiquement afro. Avec une voix agréable, ses titres sont sans reproches. Ses prestations notamment sur le petit écran, lui valent estime et considération. Il chante en français et aussi en langue locale. Son talent dans l'art de manier ...

8èmes Jeux de la Francophonie, à Abidjan (Côte d'Ivoire) : Notre compatriote Razak René Joli remporte la Médaille d'or d…

8èmes Jeux de la Francophonie, à Abidjan (Côte d'Ivoire) : Notre compatriote Razak René Joli remporte la Médaille d'or du concours de littérature

Le Niger vient de décrocher sa première médaille aux 8èmes jeux de la Francophonie qui battent leur plein depuis à Abidjan. En effet, notre jeune compatriote, le nouvelliste Razak René Joli, a remporté, mardi dernier, la médaille d'or du concours de littérature dans la catégorie Nouvelle, avec son œuvre présentée sous le titre " L'Homme qui donnait des baisers au vent".Cette médaille d'or du jeune nouvelliste, qui vient compenser les la...

IVème Conférences des ministres francophones en charge de la Culture : Une déclaration et un plan d'action en vue d'une …

IVème Conférences des ministres francophones en charge de la Culture : Une déclaration et un plan d'action en vue d'une contribution de la culture au développement durable

En marge des VIIIème Jeux de la Francophonie qu'organise la Côte d'Ivoire, Abidjan a accueilli les 22 et 23 juillet la IVème Conférence des ministres francophones en charge de la culture. Cette rencontre se tient seize ans après celle de Cotonou en 2001, dans un contexte, bien différent de celui d'alors, aussi bien pour la Côte d'Ivoire que pour le monde entier.«Nous sommes ici, aujourd'hui, parce que Francophonie et diversité culturell...

mode et beauté : Quand les tresses traditionnelles remplacent les gros grains

mode et beauté : Quand les tresses traditionnelles remplacent les gros grains

Ces dernières années, les jeunes filles et femmes de Niamey optent plus pour les petites tresses traditionnelles sans mèches à défaut des tresses dites ''gros grains'' qui sont faites avec des mèches. Ce sont des tresses faciles à réaliser, prennent environ deux heures d'horloge pour les tresseuses. Elles ont l'avantage de s'entretenir facilement et de ne causer aucun dommage sur le cuir chevelu si sensible. Les professionnelles de ces ...

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

Dans un univers musical nigérien totalement dominé par des hommes, Philomène fait partie des rares femmes qui essaient de s'affirmer et d'émerger.Depuis son jeune âge, elle chante dans les gospels, les chorales des églises. A dix ans déjà, elle passait tout son temps à chanter et à danser. Une décennie après, elle s'est frayée un chemin dans un monde fait de hauts et de bas ; elle possède une voix angélique qui fait d'elle aujourd'hui u...

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur…

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur"

Le Niger sera représenté à la 17ème édition de Clap Ivoire qui se tiendra du 4 au 10 septembre par les réalisateurs Oumarou Kadry Koda en catégorie documentaire avec " Nos faiseurs de bonheur" et Abdoul Rachid Amadou Sanda Maïga avec la fiction "Epris d'une mère".Les représentants du Niger à ce festival de concours de court métrage destiné aux jeunes ressortissants et résidents des pays membres de l'UEMOA ont été sélectionnés le 17 juil...

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseig…

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseignement, d'éducation notamment historique »

Mohamed Elkebir est un jeune réalisateur nigérien et promoteur du label Sahara Niger. Après ses études secondaires au Niger, il a continué ses études au Burkina Faso, au Ghana puis en Côte d'Ivoire où il a reçu plusieurs formations. Il est aussi un acteur de la société civile, membre de l'association « Jeunesse active du Niger ».Dès son retour au pays, il s'est inscrit à l'UAM où il décrocha un diplôme puis travailla dans une compagnie ...

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très …

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très importante dans l'éveil des consciences »

À l'état civil il est Ibrahim Oumarou Yacouba, mais son nom de scène est "Sage Soldat". Après des études en droit des affaires, parallèlement à ses activités de chanteur de reggae, "Sage Soldat" s'est retourné vers des études beaucoup plus en phase avec sa passion, car il est étudiant en Master 1 en Arts et Culture à l'université de Niamey. Actuellement il est à Dakar dans le cadre de son stage professionnel à Africulturban, une associa...

Le port de natte par les femmes d'Abalak : Une pratique culturelle spécifique en voie de disparition

Situé à 135 km au nord de Tahoua sur la route d'Agadez, la ville d'Abalak chef-lieu du département du même nom, regorge d'énormes potentialités pastorales, culturelles et artisanales. Parmi les potentialités culturelles on peut citer le port de natte chez les femmes. Cette pratique est, pour la femme touareg, ce qu'est le hijab autrement dit le voile chez les femmes arabes. Le port de natte rêvait donc une fonction socioculturelle qui f...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

A la découverte du village de Tapoa : Un village t…

A la découverte du village de Tapoa : Un village touristique riche de sa biodiversité

Jadis un petit village habité par les gourmantchés, Tapoa est aujourd'hui un camp forestie...

vendredi 11 août 2017

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune…

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays

Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le v...

vendredi 11 août 2017

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Les propriétaires véreux face à l'impôt sur le loyer

Les propriétaires véreux face à l'impôt sur le loyer

L'impôt sur le loyer. Parlons-en ! Depuis la mise en œuvre de la décision instituant cet i...

vendredi 18 août 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.