Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseignement, d'éducation notamment historique »


ElkebiMohamed Elkebir est un jeune réalisateur nigérien et promoteur du label Sahara Niger. Après ses études secondaires au Niger, il a continué ses études au Burkina Faso, au Ghana puis en Côte d'Ivoire où il a reçu plusieurs formations. Il est aussi un acteur de la société civile, membre de l'association « Jeunesse active du Niger ».
Dès son retour au pays, il s'est inscrit à l'UAM où il décrocha un diplôme puis travailla dans une compagnie de téléphonie mobile de la place. Quelques années plus tard, sa passion l'a emporté au point de démissionner de son travail pour s'engager dans son domaine professionnel. « J'ai embrassé le cinéma par passion. Notre objectif, c'est de faire en sorte que le cinéma nigérien puisse rayonner dans le concert des nations», déclare M. Mohamad Elkebir du groupe Sahara Niger. Au delà de la production, il s'est lancé dans un projet entreprise qui vise à initier des jeunes aux techniques de production, de réalisation ... des films en organisant des séances de formation avec des écoles professionnelles.
Après la série'' Origine du mal'', qui comporte 9 épisodes, « L'extase du mal » est son tout dernier film. Mais, il avait aussi réalisé trois films documentaires, notamment « le sang de la vie» qui incite la population à donner du sang pour sauver des vies et « la logistique, source de valeur ajoutée. Et il y a aussi des films de fiction dont la série ''NIAMEYZE'' composés aussi de 9 épisodes sortis tout récemment dont la projection a eu lieu au CCFN. Avant cela, il a réalisé un autre film qu'il a présenté à un festival en Côte d'Ivoire intitulé : '' laffouci''. Il a en projet une nouvelle série : '' Kabba'' en Hausa de 9 épisodes.
Mais, pourquoi « l'extase du mal »? Pour le jeune réalisateur, c'est un devoir pour lui de s'investir sans relâche dans la production nigérienne. La raison est que « j'étais au Burkina en 2001 à l'occasion de FESPACO quand on a décerné le prix Oumarou Ganda et il y a un burkinabé qui m'a dit : ''Toi le Nigérien, parle nous d'Oumarou Ganda''. J'étais obligé de m'éclipser de la salle parce que tout ce que je connais d'Oumarou Ganda, c'est le CCOG. Je ne connaissais pas l'histoire cinématographique de ce dernier. Il m'a fallu après faire des recherches : je compris que Oumarou Ganda a été le premier lauréat du FESPACO déjà en 1972 avec son film ''Wazzu polygame'' ; or, depuis 1972, le Niger n'a plus remporté le grand prix du FESPACO. Et donc par la suite, comme j'étais au Burkina où j'étudiais, je travaillais en même temps avec de grands réalisateurs comme celui de la série ''le commissariat de Tampi''. J'ai eu une prise de bec avec des Burkinabés qui ont jeté l'anathème sur mon pays ; par patriotisme, j'ai décidé de revenir chez moi au Niger pour me mettre au service du cinéma nigérien».

« Depuis pratiquement 2007, affirme Elkebir, nous sommes en train de nous battre pour que ça puisse rayonner ; malheureusement, l'accompagnement qui devrait suivre ne suit pas. Le cinéma, selon lui, est un métier coûteux ; c'est un métier dans lequel, si vous investissez plus, vous gagnez à coup sûr. Dans certains pays, on injecte des milliards comme fonds d'aide pour la production cinématographique. L'enjeu c'est de produire des films dans des normes techniques internationales. Si aujourd'hui l'Etat met à la disposition des réalisateurs un bon budget, naturellement ils vont produire des bons films, des films qui peuvent être diffusés partout dans le monde. Si l'Etat accompagne les acteurs culturels ils ne vont pas courir de tort à travers pour chercher des financements auprès des partenaires étrangers qui souvent nous imposent des choses qui vont en contradiction avec nos réalités culturelles. Quand vous regardez dans la sous région, ils produisent des films dont la qualité artistique n'égale pas les films nigériens», a-t-il ajouté.
Mohamed Elkebir déplore que «la qualité technique et l'accompagnement financier qui devrait, suivre on en parle pas. Quand vous regardez un film sur les télévisions étrangères, vous allez voir que l'histoire ou le message qui y est raconté n'est pas si extraordinaire que ce que nous faisons ici, parce que le Nigérien, sa vie même, c'est un film. Mais malheureusement, il n'y a pas de moyen financier ou technique pour pouvoir accompagner ». « Pourquoi aujourd'hui, nous les Nigériens, nous n'allons pas créer les conditions de produire des films dans le sens de faire en sorte que nous puissions faire le doublage, pour pousser tout les milieux linguistiques nigériens à consommer les films nigériens. C'est mon combat! », assure-t-il.

Tout artiste rend service à nos populations à travers les œuvres culturelles qu'il produit. Prenons l'exemple du film ''laffouci'' : à travers la culture, il a sensibilisé les femmes sur les dangers, les méfaits de cela et de même dans '' l'extase du mal'', on parle de l'histoire d'Amadou Kourandaga et bien d'autres grands héros et combattants nigériens qui ont marqué l'histoire du temps. C'est bon qu'un acteur culturel revalorise nos histoires à travers ses œuvres. Et un de ses combats est de faire en sorte qu'on mette le Niger dans ses droits. Dans ''L'extase du mal'', il a dénoncé les injustices et il précise que « les décideurs politiques doivent nous considérer comme des collaborateurs, des porte-parole qui peuvent avoir des messages qui peuvent porter haut pour un changement positif».
Mohamed Elkebir assure que les productions nigériennes ont de l'avenir devant elles à condition que nous travaillions : « il ne faut pas viser de l'argent du coup. Pour que les productions nigériennes puissent avoir de l'avenir, il faut que nous soyons solidaires entre nous, pour pouvoir mobiliser la population à consommer nigérien. Quand nous allons commencer cette synergie, nous allons produire plus. Tant qu'il n'y a pas d'offre, il ne peut pas y avoir suffisamment de demande ; nous devrons nous professionnaliser et nous mettre au travail. Quand nous allons réussir à produire beaucoup, nous allons partir vers le public pour qu'ils puissent regarder nos productions. Nous n'avons pas de CD. Les gens demandent : où sont vos CD ? Nous n'en avons pas. Pour dupliquer un CD, il te faut 1000 ou 1500FCFA et comment tu vas le revendre ? Tu ne t'en sortiras pas. A peine tu vas avoir 100 ou 200F de bénéfice. Quand nous allons avoir des maisons de duplication, nous allons reproduire davantage et casser le prix pour permettre au public de consommer nos œuvres. Il faut que nous partions pour conquérir le marché avec le cinéma nigérien ».
Mais, d'ici décembre, son projet de faire des CDs sera réalisé et il est en train de préparer une sortie pour mener une vaste campagne à l'intérieur du pays notamment à Agadez, Zinder et Tillabéri pour pouvoir programmer des séances de projections dans ces localités.

Abdoul Aziz Ibrahim Souley
14/07/17

Culture

Première édition du Hottungo de Birni N'Gaouré : Un grand rendez-vous dédié au renforcement de la cohésion sociale

Première édition du Hottungo de Birni N'Gaouré : Un grand rendez-vous dédié au renforcement de la cohésion sociale

Le quartier Silinkaye, dans la commune urbaine de Birni N'Gaouré, a abrité du 9 au 10 février 2019, sa première édition du Hottungo, ou fête annuelle des éleveurs. L'événement a été organisé par l'association des éleveurs Kawtal Waafakey avec l'appui du Ministère de l'Agriculture et de l'Elevage, du Haut-Commissariat à l'Initiative 3N, du Millénium Challenge, de la Haute Autorité à la paix et des organisations professionnelles d'élevage...

Premier festival de l'Organisation de la conférence islamique (OCI), au Caire (Egypte) : Le Niger représenté par une bel…

Premier festival de l'Organisation de la conférence islamique (OCI), au Caire (Egypte) : Le Niger représenté par une belle brochette d'artistes

      Une délégation nigérienne composée de 18 personnes, dont trois officiels et 15 artistes, a pris part au premier festival de l'Organisation de la conférence islamique (OCI) qui s'est déroulé du 5 au 9 février 2019, au Caire, en Egypte.Les artistes nigériens qui se sont produits sur scène, jeudi passé, ont fait des prestations assez remarquables dans toutes les disciplines. Il faut dire que le choix des artistes co...

Célébration de la Fête des éleveurs ou ''Hottungo'' à Birni' N'Gaouré : Promouvoir le pastoralisme et la cohésion social…

Célébration de la Fête des éleveurs ou ''Hottungo'' à Birni' N'Gaouré : Promouvoir le pastoralisme et la cohésion sociale

      Le département de Boboye vibrera du 9 au 10 février prochain aux rythmes du festival '' Hottungo''. Cette fête basée sur le pastoralisme, vise à promouvoir et à maintenir les liens culturels entre communautés sédentaires et nomades. Cet évènement de grande envergure est porté par l'Association Kawtal Waafakey, les organisations d'éleveurs et la Commune Urbaine de Birni'N'Gaouré. Le thème de cette année est ''Paix...

Clôture de l'atelier de formation des jeunes en production audiovisuelle : Des réalisations cinématographiques pour prom…

Clôture de l'atelier de formation des jeunes en production audiovisuelle : Des réalisations cinématographiques pour promouvoir le genre

L'atelier de formation de onze jeunes nigériens en production audiovisuelle a pris fin le samedi dernier à Niamey, avec la remise des attestations aux séminaristes. Cette initiative de l'ambassade des Etats Unis d'Amérique au Niger, réalisée en collaboration avec Peace Tech Center et la participation de formateurs nigériens et étrangers, vise à promouvoir la liberté d'expression, la renaissance culturelle du Niger, l'autonomisation de l...

Cinéma : « Ma belle-mère Ma Coépouse » a fait bonne impression chez le public de Niamey

Cinéma : « Ma belle-mère Ma Coépouse » a fait bonne impression chez le public de Niamey

      Sorti en 2018 le film fiction « Ma belle-mère Ma Coépouse », un long métrage de 75 minutes du réalisateur Moussa Hamadou Djingarey a fait l'objet d'une cérémonie de première projection le 2 février dernier au Palais des Congrès de Niamey. De nombreux cinéphiles ont fait le déplacement pour apprécier ce film tourné à Agadez, ville du nord Niger avec des acteurs locaux. Le film est en sélection officielle panorama ...

La nuit des idées édition 2019 au Niger : Le Pr Cédric Villani a animé des conférences au CCFN-Jean-Rouch et à l'Univers…

La nuit des idées édition 2019 au Niger : Le Pr Cédric Villani a animé des conférences au CCFN-Jean-Rouch et à l'Université Abdou Moumouni de Niamey

      La « Nuit des Idées », est un événement proposé partout au même moment à travers le monde par l'Institut Français de Paris et qui est destiné à développer le débat d'idées sur les cinq continents. Cette année la nuit des idées a pour thème « face au présent ». A cette occasion le mathématicien et député à l'assemblée nationale française, Pr Cédric Villani, médaillé Fields considérés comme l'équivalent du Prix Nob...

Conférence de presse sur le lancement du Projet Arts et Culture : Promouvoir la production culturelle et artistique

Conférence de presse sur le lancement du Projet Arts et Culture : Promouvoir la production culturelle et artistique

      Une conférence de presse sur le lancement du Projet Arts et Culture, s'est tenue hier, dans la salle d'exposition temporaire du Musée national Boubou Hama (MNBH) de Niamey. Placée sous le thème « Arts et Culture pour l'inclinaison citoyenne : l'Université Abdou Moumouni jette des ponts », l'activité s'est déroulée en présence du Secrétaire général du ministère de la Renaissance Culturelle, des Arts et la Modernis...

Concours sous régional de Miss Littérature 2019 : Ali Firdaoussou et Mahamane Alou Arzika Farida défendent les couleurs …

Concours sous régional de Miss Littérature 2019 : Ali Firdaoussou et Mahamane Alou Arzika Farida défendent les couleurs nationales

      Le comité d'organisation de la saison littéraire 2019 a lancé ses activités mardi dernier au Bénin. La présidente du comité d'organisation de ce concours, Mme Carmen Toudonou, lors d'une conférence de presse, a donné des informations générales sur cette édition, notamment la composition du jury, les cadeaux à octroyer et les perspectives. Le Niger est présent à ce concours grâce à sa Miss littérature Melle Ali Fi...

« La Nuit des Idées 2019 » : Le mathématicien Cédric Villani annoncé au CCFN et à l'UAM pour une conférence-débat sur le…

« La Nuit des Idées 2019 » : Le mathématicien Cédric Villani annoncé au CCFN et à l'UAM pour une conférence-débat sur le thème « face au présent »

La « Nuit des Idées », est un événement mondial proposé partout au même moment à travers le monde par l'Institut Français de Paris et qui est destiné à développer le débat d'idées sur les cinq continents. A cette occasion le mathématicien et député à l'Assemblée nationale française, M. Cédric Villani est attendu à Niamey où il va animer des conférences-débats sur les grands défis que l'humanité doit affronter au XXIème.Le mathématicien ...

26ème FESPACO : Le Niger en sélection officielle avec trois documentaires en compétition et deux autres films en panoram…

26ème FESPACO : Le Niger en sélection officielle avec trois documentaires en compétition et deux autres films en panorama

La 26ème édition du Festival Panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) qui se tiendra du 23 février au 2 mars 2019 sous le thème « Mémoire et Avenir des cinémas africains » coïncide avec le cinquantenaire du plus grand rendez-vous cinématographique de l'Afrique et de la diaspora. Le Niger participe à cette biennale avec cinq films.Trois films documentaires des réalisateurs nigériens figurent dans la sélection of...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Département de Magaria : La préservation de l'envi…

Département de Magaria : La préservation de l'environnement gage de développement durable

Avec une superficie de 7 903 km2, Magaria est l'un des départements les plus riches en mat...

vendredi 15 février 2019

"La sécurité est aujourd'hui garantie dans le…

"La sécurité est aujourd'hui garantie dans le département", affirme le préfet : M. le préfet, pouvez-vous nous faire succinctement la présentation de votre entité administrative ?

Nous vous remercions de l'intérêt que vous accordez à notre département à savoir le départ...

vendredi 15 février 2019

Le numérique au Niger : Promouvoir le numérique et…

Le numérique au Niger : Promouvoir le numérique et accélérer le progrès social

Certes le fossé qui existe entre les pays dits développés et ceux du tiers monde est grand...

mardi 12 février 2019

L'air du temps

Saint Valentin : au cœur de l'espièglerie juvénile

Saint Valentin : au cœur de l'espièglerie juvénile

Hier, jeudi 14 février 2019, les jeunes ont célébré la fête de la Saint-Valentin dédiée au...

vendredi 15 février 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.