Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

mode et beauté : Quand les tresses traditionnelles remplacent les gros grains


tresses-4-769x1024Ces dernières années, les jeunes filles et femmes de Niamey optent plus pour les petites tresses traditionnelles sans mèches à défaut des tresses dites ''gros grains'' qui sont faites avec des mèches. Ce sont des tresses faciles à réaliser, prennent environ deux heures d'horloge pour les tresseuses. Elles ont l'avantage de s'entretenir facilement et de ne causer aucun dommage sur le cuir chevelu si sensible. Les professionnelles de ces genres de tresses ont pignon sur rue et ne chôment pas car des petites filles aux grandes dames, toutes en demandent.
Pour faire ces tresses, il faut selon les spécialistes, se laver la tête avec du shampoing, ensuite essuyer avec une serviette propre, être sous casque pendant au moins dix à quinze minutes pour le séchage selon la taille des cheveux. Il faut ensuite bien peigner les cheveux et appliquer la pommade de façon légère pour les rendre plus malléables. Les modèles peuvent être sous forme de trace des raies en zigzag, en ligne droite ou en courbe. Le travail demande de l'application et de la concentration chez les tresseuses. Plus les tresses sont petites, plus cela exige du temps et de l'énergie non seulement pour les faires et même pour les défaire. Cela peut prendre presque toute une journée. Il est plus facile de faire ce genre de tresses que de les défaire.
Les tresses perlées des filles
Au salon "Welly" sis au quartier Kalley sud de Niamey, les coiffeuses s'activent à satisfaire les clientes. Une ambiance cordiale y règne. Les clientes causent et rient, chacune raconte ce qu'elle compte faire le jour du mariage de l'une de leurs sœurs. En cette période de vacances, ce genre d'ambiances est fréquent dans les salons de beauté. Le salon Welly propose des prestations de toutes sortes (coiffure, tresse, manucure, pédicure) à des prix abordables. Pour Bibaune, une cliente, la coiffeuse est inspirée, au salon "welly". « Tous les types de cheveux sont traités » dit-elle. Les petites filles préfèrent les tresses des perles lumineuses de différentes couleurs et de différentes variétés.
Pour tresser une fille, il faut au minimum deux paquets de perles qui s'achètent entre 250 francs FCA et 1000 francs CFA. Les perles sont placées une à une au bout des tresses et puis enrouler avec des plastiques communément appelés "plaquemens" pour les fixer durablement et éviter que les tresses ne se défont pas. Pour Mme Moussa, « depuis l'avènement de cette mode, j'amène régulièrement mes trois filles au salon pour les tresses perlées et avec environ dix milles, elles arrivent à bien se tresser et rentre toutes jolies à la maison, c'est rapide, propre et joli et elles ont jusqu'à deux à trois semaines».

Aïssa Abdoulaye Alfary(onep)
27/07/17

Culture

Le Damagaram : L'histoire d'un Sultanat aux origines Kutus

Le Damagaram : L'histoire d'un Sultanat aux origines Kutus

Sur les origines du Damagaram, l'histoire, à travers la tradition de l'oralité, enseigne qu'il ya longtemps de cela, deux chasseurs originaires de Mattin (région de Kellé dans le Kutus) au cours de leurs déplacements à la recherche du gibier, atteignirent une certaine région.Un jour chacun décida de chasser de son coté.Les deux amis se séparèrent pour une longue période. Plus tard, l'un des deux chasseurs se lança à la recherche de son ...

Le Sultanat du Damagaram : La ville de Zinder est fondée par des chasseurs venus du Bornou

      (région du Lac Tchad) vers 1736. Capitale du sultanat du Damagaram, Zinder était un carrefour des voies caravanières reliant l'Afrique Occidentale, l'Afrique du Nord, et l'Afrique Centrale. En 1856, la ville fut fortifiée par une muraille de 12 m de large sur 9 m de long pour la protéger des attaques extérieures.L'histoire du sultanat du Damagaram et de Zinder s'inscrit dans celle du royaume du Bornou (nord du Ni...

Rétrospective de l'année culturelle 2018 : Une année riche en évènements culturels

Rétrospective de l'année culturelle 2018 : Une année riche en évènements culturels

Au Niger, sur le plan culturel, l'année 2018 a été riche en évènements aussi bien heureux que malheureux. Certains artistes et ou groupes musicaux ont eu des distinctions au niveau national et international.La culture est l'ensemble des pratiques et des idées sur lesquelles repose l'identité d'un peuple. L'identité d'un peuple repose sur des valeurs, qui, une fois bafouées et par terre freinent inévitablement le développement de ce peup...

Histoire du canton Tsotsebaki de Mirriah: De Bazaza à Moutari Moussa

Histoire du canton Tsotsebaki de Mirriah: De Bazaza à Moutari Moussa

L'histoire des Tsotsebaki, telle que nous l'a racontée le Chef de canton de Mirriah, le 18ème Souverain Tsotsebaki, l'Honorable Moutari Moussa, indique qu'au 18ème siècle, Mirriah était à l'origine, un village d'agriculteurs venus de Bilma (d'où le nom de Bilmari donné actuellement au quartier où se situait l'ancien village), pour produire des céréales, des fruits et légumes pour le Sultan de Bornou. Ces paysans étaient régulièrement la...

Quartier Birni de Zinder : Siège des Sultans fondateurs et bâtisseurs du Damagaram

Quartier Birni de Zinder : Siège des Sultans fondateurs et bâtisseurs du Damagaram

La ville de Zinder, ancienne capitale du Niger de 1911 à 1926, chef -lieu de la région présente des sites historiques et culturels incontestables. La capitale du Damagarawa était un carrefour entre l'Afrique au nord et celle au sud du Sahara avec les cités-Etats du Nigéria dans le cadre du commerce transsaharien et entre l'ouest (Niamey) et le kanem (Tchad).Le vieux noyau urbain ou vieille ville, plus connu sous l'appellation de ''Birni...

Troupe Culturelle « WASAFA » de Changnassou : 35 ans de détente et loisirs au service de la population locale

Troupe Culturelle « WASAFA » de Changnassou : 35 ans de détente et loisirs au service de la population locale

Créée en 1984 par la population du village de Changnassou (département de Bagaroua) en collaboration avec le Directeur de l'école dudit village de l'époque, la troupe culturelle « WASAFA » est une structure d'animation culturelle, reconnue juridiquement par les autorités communale. Elle a pour mission de contribuer, à sa manière, au développement socioculturel de son village d'origine. La troupe WASAFA a ainsi pour vocation de créer la ...

Troupe culturelle de Dangoudaou : Haladou Amadou, l'éducateur

Troupe culturelle de Dangoudaou : Haladou Amadou, l'éducateur

Du milieu des années 70 jusqu'aux années 2000,rares sont les nigériens qui ne connaissent pas ou n'ont pas entendu ou même fredonné les chansons des filles de dangoudaou.de leur riche répertoire ont émergé des titres : comme « Yan ouwa Mazajé da mata » ; « May doukouchi » ; « Yayin disco » ;« Mangou sarraounia » etc. certes les filles de la troupe de dangoudaou sont des talentueuses parolières, mais le véritable maitre de ces créations ...

Artiste rappeur Abdoulaye Moussa alias Mirador : Mirador sort son premier album dénommé ''Dan Sarki''

Artiste rappeur Abdoulaye Moussa alias Mirador : Mirador sort son premier album dénommé ''Dan Sarki''

L'artiste Mirador, de son vrai nom Abdoulaye Moussa, s'est véritablement intéressé au mouvement rap dans les années 2006 dans un groupe musical qui n'était pas bien connu en son temps : ''Aka Crew'' avec deux de ses amis qui ont finalement abandonné le rap. Evoluant depuis 2008 en carrière solo, aujourd'hui, il travaille sur son premier album ''Dan Sarki'', un album dont le vernissage est prévu le 2 février prochain à la Maison des Jeun...

Portrait d'artiste : Hamsou Garba, la Diva de la chanson nigérienne

Portrait d'artiste : Hamsou Garba, la Diva de la chanson nigérienne

Chanteuse à la voix imposante et grande danseuse, âgée aujourd'hui de 58 ans, mère de 6 enfants et grand-mère de quelques petits-fils, a du dynamisme à revendre. Chaleureuse, sympathique et pleine d'entrain, madame Maïga Hamsou Garba est une artiste née, au don incontestable parce qu'elle compose elle-même ses chansons et sa musique. Avec la création de sa radio « Touraki » dénommée "la voix des artistes", la battante Hamsou Garba couro...

Admission du groupe Sogha au Conseil Africain de la Musique : Pour le rayonnement de la musique nigérienne

Admission du groupe Sogha au Conseil Africain de la Musique : Pour le rayonnement de la musique nigérienne

Le Comité Exécutif du Conseil Africain de la Musique dont le siège est basé à Brazzaville au Congo a décidé d'admettre le groupe nigérien Sogha comme membre du Conseil dans la catégorie des organisations nationales et spécialisées. L'annonce a été faite par l'administratrice du groupe Sogha, Aichatou Ali Soumaila dite Aïchatou Dankwali, lors d'une interview qu'elle a bien voulu nous accorder.Pour elle, cette adhésion du groupe permet de...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Mendicité à Niamey :Un phénomène qui prend de l'am…

Mendicité à Niamey :Un phénomène qui prend de l'ampleur

Pas un carrefour ou une grande place publique de Niamey qui ne soit aujourd'hui envahi par...

vendredi 18 janvier 2019

La Fédération Nigérienne des Personnes Handicapées…

La Fédération Nigérienne des Personnes Handicapées face à la problématique

La mendicité est traditionnellement reconnue aux personnes vivant avec un handicap, qui ne...

vendredi 18 janvier 2019

"La responsabilité est partagée entre l'Etat …

"La responsabilité est partagée entre l'Etat et la société" selon le sociologue Sani Yahaya Djanjouna

Le concept de la mendicité peut être défini selon le socio-anthropologue Sani Yahaya Djanj...

vendredi 18 janvier 2019

L'air du temps

Gare aux vandales !

Gare aux vandales !

      Trop, c'est trop !... A partir du début du mois de février 2019, d...

vendredi 18 janvier 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.