Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays


d-2Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le village de Alambaré est l'un des gros village de cette entité administrative. A cheval sur Tapoa et Tamou, le village de Alambaré est un village administratif dirigé par un chef de village en la personne de M. Issiaka Alfari. Ce village est un véritable carrefour entre les ethnies de différents pays grâce à son marché hebdomadaire qui a lieu chaque samedi.
Depuis la nuit des temps, les 40 000 habitants de ce village cohabitaient ensemble dans la paix et la quiétude sociale et avec les habitants des autres pays qui fréquentent le marché. La population de ce village est composée de Zarma, de Peuls, de Hausa, de Touareg, de Gourmantchés. La principale activité de cette population est l'agriculture.
Le village de Alambaré est un village qui dispose de plusieurs services sociaux dont une école primaire, un centre de santé intégré (CSI), un agent d'élevage, une mini adduction d'eau potable. L'ensemble de ses services sont opérationnels car dotés du personnel pour leur fonctionnement. Ces services se situent tous à côté du marché du village.
Le marché de Alambaré est composé de deux compartiments. Le marché traditionnel où se vendent toutes sortes d'articles et le marché moderne de bétail, construit depuis septembre 2016. Le samedi 15 juillet 2017, nous nous sommes rendus dans ce marché. C'est un marché fréquenté par les populations frontalières du Burkina Faso, du Nigéria et du Bénin.
Il est 10 heures et déjà le marché est ouvert. Les commerçants (grossistes et détaillants), les revendeurs et autres font leur entrée à compte-gouttes.

Comment se présente ce marché ?
A l'entrée du marché, vous avez un service de contrôle routier assuré par les agents de la gendarmerie. Il y a, à leur côté, leurs collègues des Eaux et forêts qui veillent au trafic des produits environnementaux. Ainsi, tout véhicule ou toute charrette et tout transporteur à dos d'âne, à moto ou autre moyen de transport est tenu de passer par cette unique entrée principale du marché. En dehors de cette mission, ces agents assurent la sécurité des personnes et de leurs biens. Tout litige ou acte condamnable est orienté vers les agents de ces deux services qui le prennent en charge.
Après ces services se trouve le CSI du village. Le jour du marché, c'est le jour de forte fréquentation de ce centre parce que la population surtout environnante profite du jour du marché pour venir faire les consultations et vendre ou acheter quelque chose au marché. A notre arrivée au niveau de ce centre, il y avait une vingtaine de femmes sur les bancs d'attente. Il est difficile d'accéder aux infirmières car elles sont surchargées et nous n'avons pas voulu perturber le service. Mais notre observation nous a permis de comprendre qu'il y a un déficit de personnel et de salles de soins dans ce CSI. Nous avons constaté, pendant près de 30 minutes, que seulement deux agents (des femmes) faisaient des va et vient d'une salle ou d'un bureau à l'autre.
Pour en revenir au marché, à notre arrivée, il n'est pas encore plein. Nous avons cherché et rencontré le chef du village de Alambaré dont un des fils nous a servi de guide pour visiter le marché. Pendant plus de deux heures de temps, nous avons fait le tour du marché y compris le marché de bétail, un marché moderne construit grâce à l'appui du PRODEX.
M. Issiaka Alfari nous a indiqué que cette période d'hivernage n'est pas bonne pour le marché. La fréquentation est très faible. Certains viennent très tôt pour finir vite leurs affaires et retourner pour les travaux champêtres. D'autres usagers du marché viennent tard dans l'après-midi après les travaux champêtres. « Cette situation ne va pas vous permettre d'apprécier la fréquentation du marché », a indiqué le chef du village de Alambaré. Le chef du village a profité de notre passage pour saluer les plus hautes autorités de notre pays pour avoir réalisé le bitumage de la route Niamey-Tapoa qui passe par son village.
M. Issiaka Alfari a souligné que le marché de son village a connu un grand succès de fréquentation après la finalisation des travaux de cette route goudronnée. « Grâce à cette route, notre village a connu plusieurs succès. Pour évacuer les malades, on n'a pas de problèmes. Nous avons des véhicules en permanence. Aussi, cette route a renforcé notre relation avec les villages voisins du Burkina et du Bénin. Il y a beaucoup de gens qui viennent de ces pays pour ce marché. Donc, nous remercions vraiment le Président de la République pour cette réalisation », a clamé le chef du village de Alambaré.
Le quartier des vendeurs de poules et de pintades a constitué la première étape. A ce niveau, nous avons assisté au déchargement et au chargement des véhicules et des charrettes. Ces poules et pintades viennent plus généralement des villages frontaliers du Burkina Faso, du Nigéria et du Bénin. Interrogé sur les prix de ces espèces, M. Moussa, un détaillant, a souligné qu'en ce moment, les prix ont augmenté du simple au double. Il a souligné que cette augmentation est due à l'exploitation de l'or dans la zone de Tamou. « Cette activité nous a amené la vie chère dans la commune de Tamou. Avant cela, nous vivions tranquillement. Tout est abordable. Mais actuellement, on vend les poulets entre 3500 et 4000 FCFA, alors qu'il y a moins d'un mois, ils se vendaient entre 2000 et 2500 FCFA. Pour les pintades, les prix actuels varient entre 4500, 5000 et 6000 FCFA alors qu'avant, on vendait les pintades à seulement 3000 FCFA », a-t-il souligné.
Le marché de Alambaré, c'est aussi un marché où les céréales sont disponibles. Le mil, le sorgho, le niébé et le maïs sont les principales céréales que l'on trouve dans ce marché. Les principaux acheteurs de ces denrées sont les gens du Nigéria. Selon M. Inoussa Bassirou un acheteur, les prix sont abordables. Le sac de mil de 100 kg se vend à 24.000 FCFA, le sorgho à 23.000, le maïs à 22500 FCFA. Il faut aussi noter que ces denrées se vendent aussi en détail.
L'autre aspect qui a attiré notre attention dans ce marché, c'est la vente de la viande. Au quartier des bouchers, nous nous sommes intéressés au contrôle de cette viande. L'agent d'élevage du village nous a assuré que ce contrôle se passe en permanence pour l'ensemble du village. Le jour du marché, c'est un jour spécial, a-t-il souligné. Toutes les viandes sont soumises au contrôle. Interrogé sur les difficultés particulières qu'il rencontre dans son travail, l'agent a souligné qu'il n'a pas de problèmes particuliers ; « tout se passe bien », a-t-il confirmé.

Le marché de bétail
Construit par le PRODEX à environ 114 millions de FCFA, ce marché moderne de bétail est construit sur 5 ha. Le marché à bétail accueille les petits et les gros ruminants. Un système de contrôle d'accès dudit marché, assuré par les agents de la mairie, est mis en place. Le marché se tient le même jour que le marché ordinaire de Alambaré. Les principaux visiteurs de ce marché sont la population environnante qui fournit des animaux et celles des pays voisins du Nigéria, du Burkina Faso et du Bénin. Ces derniers viennent généralement pour se ravitailler en bétails pour revendre au retour dans leurs pays. Selon l'agent de la mairie, M. Issiaka, également percepteur de taxes, en cette période d'hivernage, la fréquentation du marché est faible. Ces derniers temps, nous enregistrons 150 à 200 têtes de petits ruminants et 100 à 150 têtes de gros ruminants. Sur chaque tête, les agents perçoivent 50 FCFA pour les petits ruminants et 100 FCFA pour les gros ruminants, comme taxes d'accès. Par jour, la recette est de 15.000 à 20.000 FCFA pour les petits ruminants et 10.000 à 15.000 FCFA pour les gros ruminants. Les prix varient selon la nature de l'animal. Par exemple, les prix des moutons sont compris entre 30.000 à 125 000 FCFA. Pour la chèvre, le prix est compris entre 15.000 à 20.000 FCFA. Au niveau des gros ruminants, les prix sont compris entre 100.000, 200.000 et 400.000 FCFA, pour les plus grands. Pour les moyens et les petits, on en trouve pour 65.000 et 75.000 FCFA.

Ali Maman(onep)

11/08/17

Culture

Ministre de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation sociale : Installation de l'équipe nationale char…

Ministre de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation sociale : Installation de l'équipe nationale chargée de l'élaboration du rapport périodique quadriennale de la mise en œuvre de la convention 2005 de l'UNESCO

Le Secrétaire général du Ministère de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation sociale M. Oumarou Moussa a présidé, hier après midi, la cérémonie officielle d'installation de l'équipe nationale chargée de l'élaboration du rapport périodique quadriennale de la mise en œuvre de la convention 2005 de l'UNESCO.L'équipe qui a été mise en place est repartie en quatre groupes thématiques. Le premier groupe se penchera sur la ...

Cérémonie d'ouverture de la 2ème édition du Festival Afrique-Asie des jeunes : Raffermissement des liens culturels entre…

Cérémonie d'ouverture de la 2ème édition du Festival Afrique-Asie des jeunes : Raffermissement des liens culturels entre les deux continents

Environ 400 représentants issus de plus de 40 pays africains et asiatiques se sont réunis dans la province de Shaanxi pour l'ouverture de la cérémonie de la deuxième édition du Festival des Jeunes. Ils étaient là, pour échanger, partager les expériences et nouer des partenariats entre eux. Ces acteurs majeurs pour le développement sont appelés à contribuer de façon significative dans le rayonnement de leurs pays respectifs. Ces jeunes s...

Adama Dahico /Artiste -Comédien-Humoriste et écrivain ivoirien

Adama Dahico /Artiste -Comédien-Humoriste et écrivain ivoirien

25 ans de carrière, des milliers d'heures d'émissions humoristiques radio et des séries TVNé en mai 1968, le jeune humoriste a commencé sa carrière en 1992 avec une émission à la radio, Les Echos de l'allocodrome, le nom qu'il attribue aux maquis qui servent entre autres des bananes frites ou allocos. Son art humoristique est apprécié dans toute la sous-région, notamment au Niger. «J'adapte les expressions au lieu où je suis ; au Niger,...

Conférence inaugurale de la 17ème édition de Clap Ivoire : Contribuer à l'éclosion et à la révélation des jeunes talents

Conférence inaugurale de la 17ème édition de Clap Ivoire : Contribuer à l'éclosion et à la révélation des jeunes talents

Du 4 au 9 septembre, Abidjan est le carrefour des talents du cinéma et de l'audiovisuels de la sous-région (UEMOA) avec la 17ème édition de Clap Ivoire qui va mettre en compétition des jeunes réalisateurs de courts métrages. Initiée dans un esprit de célébration de l'intégration sous régionale à travers le cinéma, le concours s'adresse à tous les Pays ressortissants de l'UEMOA, dont le nôtre. Pour les organisateurs, à travers cette renc...

Portrait/Abdoulaye Adamou Mato Ingénieur de son, régisseur Général et scénographe nigérien : «Le manque d'implication de…

Portrait/Abdoulaye Adamou Mato Ingénieur de son, régisseur Général et scénographe nigérien : «Le manque d'implication des compétences locales dans la réalisation sonore des cinéastes nigériens est à déplorer»

Avec plusieurs stages à son actif au Niger et des bourses d'études de l'Institut Imagine au Burkina Faso et de l'Organisation International de la Francophonie (OIF), Abdoulaye Adamou Mato s'est spécialisé dans l'art de la scène et radiophonique, en studio, en régie son et lumière au Centre Arabo Africain de Formation et de Recherche Théâtrale en Tunisie.L'évolution technologique dans l'audiovisuel a poussé Abdoulaye Adamou Mato pour maî...

Les vertus du henné : Tatouages et soins de beauté au henné

Les vertus du henné : Tatouages et soins de beauté au henné

A l'approche de la fête de la Tabaski, l'ambiance bat son plein à Niamey. Les femmes prennent d'assaut les marchés et les salons pour se faire belle. Fête rime avec élégance chez beaucoup d'entre elles et des marchés et salons d'esthétique se créent de façon spontanée au grand bonheur des commerçants et promoteurs. De jour, comme de nuit, ces lieux, grouillent de monde. Nombreuses sont les femmes qui utilisent le henné comme tatouage au...

Portrait : Rahina Balarabé, conteuse et comédienne : Conter sans compter

Portrait : Rahina Balarabé, conteuse et comédienne : Conter sans compter

Rahina Balarabé est une conteuse, d'ailleurs une des rares femmes qui pratique ce métier au Niger. Cette diplômée de l'Institut de Formation aux Techniques de l'Information et de la Communication (IFTIC) est bien connue du grand public nigérien grâce à son émission télévisée « c'est l'heure du conte ».Passionnée de contes depuis son jeune âge, Rahina Balarabé a commencé à écrire en 2006, avec l'ambition de faire un livre de contes, mais...

Portrait : Amadou Edouard Lompo : Dramaturge, écrivain et scénariste nigérien

Portrait : Amadou Edouard Lompo : Dramaturge, écrivain et scénariste nigérien

Conseiller pédagogique de français de son Etat, Amadou Edouard Lompo est un passionné de la littérature. Il termine son doctorat en littérature à l'Ecole Doctorale, Lettres, Arts, Sciences de l'Homme et de la Société (ED- LASHS) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey. Amadou Edouard Lompo se spécialise sur la connaissance des grands héros du Niger, plus précisément les épopées. Confronté à un manque d'ouvrages littéraires dans les ann...

Les spectacles Artistiques et Culturels du FESCUAO 2017 : Des prestations sur les valeurs d'unité, de paix, de solidarit…

Les spectacles Artistiques et Culturels du FESCUAO 2017 : Des prestations sur les valeurs d'unité, de paix, de solidarité et de dialogue

Les spectacles artistiques et culturels se poursuivent activement à Ouagadougou, la capitale du Faso, dans le cadre des festivités de la 14ème édition du Festival Scientifique et Culturel des Clubs UNESCO Universitaires de l'Afrique de l'Ouest (FESCUAO) à laquelle participent 450 festivaliers.Les troupes artistiques et culturelles des clubs UNESCO des pays participants se sont produites chacune en théâtre, en danse traditionnelle et mod...

Portrait/Mlle Fatouma Aiya Attahirou Akiné artiste plasticienne nigérienne : 23 ans et déjà grande artiste

Portrait/Mlle Fatouma Aiya Attahirou Akiné artiste plasticienne nigérienne : 23 ans et déjà grande artiste

« Aux âmes bien nées, la valeur n'atteint point le nombre d'années », dit-on à la jeune artiste plasticienne nigérienne Mlle Fatouma Aiya Attahirou Akiné. Du Conservatoire des Arts et Métiers Multimédias Balla Fasseké Kouyaté (CAMM/BFK) de Bamako à sa vie professionnelle, Mlle Akiné qui est âgée de 23 ans a déjà, à son actif, plus de 2500 œuvres dans sa carrière d'artiste plasticienne. On peut dire sans se tromper que tout, prédisposait...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Carnet d'un voyage en Australie et en Indonésie : …

Carnet d'un voyage en Australie et en Indonésie : Voyage au milieu de nulle part, sur l'Océan indien

Pour aller en Australie, au pays de nulle part perdu en plein milieu des océans, vous avez...

vendredi 20 octobre 2017

Australie, d'une ville à une autre

Australie, d'une ville à une autre

Pour le visiteur qui va en Australie en venant de vers l'Afrique la ville de Perth, capita...

vendredi 20 octobre 2017

Formation en Activités Génératrices des Revenus au…

Formation en Activités Génératrices des Revenus au centre Dimol : Donner espoir et soutenir l'autonomisation des femmes victimes de la fistule

La fistule est une maladie grave qui affecte les femmes suite aux mariages précoces, à l'e...

jeudi 5 octobre 2017

L'air du temps

Les mille et une ruses des brouteurs

Les mille et une ruses des brouteurs

Décidément, les escrocs qui écument le web n'en démordent guère. Chaque jour qui passe, il...

vendredi 20 octobre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.