Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Artiste chanteur Ismaêl Diallo : Ismo One, la force tranquille


ismoLa world music, c'est ce mélange d'Afro Zouk, Hip Hop, Reggae, Ragga et Funk comme effet de temps et de mode. Parmi les artistes en vogue dans ce domaine figure Ismaël Diallo. Connu sous le nom de Ismo One, il est l'un des artistes en vue au Niger. Auteur compositeur, il représente une voix incontestée de la musique nigérienne (nouvelle génération). Dans les fadas et clubs des quartiers périphériques de Niamey comme sur les ondes ses créations font fureur. Basé aux Etats Unis depuis sept (7) ans, notre compatriote vient régulièrement à Niamey pour se ressourcer car trop attaché à la culture nigérienne. Il chante en français et en langue fulfuldé. Ses chansons sont à l'image de son état d'esprit : apaisées.
La musique est un rêve qu'il nourrit depuis l'âge de treize (13) ans. En réalité, la musique fait partie de son environnement. Ismo a grandi avec ses grands frères qui accordent beaucoup d'importance à la musique. « Mes frères adoraient écouter la musique américaine, congolaise. Je me suis initié avec les mélodies de ces différents pays. Et chaque fois, je chantais, je dansais, la musique faisait partie de ma vie. Mes parents n'approuvaient pas du tout mon goût prononcé pour la musique mondaine, notamment mon père. J'ai pris assez de temps pour leur donner des explications et les convaincre. Aujourd'hui ils font partie de mes premiers fans », dit-il avec un air décontracté.
Les conditions dans lesquelles sa première œuvre ''Toune gakay'' ou « lèves toi » en français, a été produite ont été particulièrement dures. « Tout début est difficile, j'ai mis assez de temps pour faire sortir ce premier single, en raison de multiples déplacements dans la capitale auprès de mes ainés de l'un des premiers groupes de rap pour l'enregistrement de mon album. J'avoue que ce n'était pas facile, mais j'ai bénéficié du soutien de ces professionnels ''DLM Outlow''qui ont fait tabac dans les années 2000, ainsi que des grands frères qui m'ont beaucoup soutenu et partagé leur expérience avec moi », a expliqué Ismo One tout en remerciant Maitre Bat qui lui a été aussi d'une grande utilité. Parlant de ce producteur, il dit ceci : « voilà un homme qui aime son travail et qui le respecte, et je n'oublierai jamais ce producteur. Dans le domaine musical, il est honnête et travailleur. Il respecte ce qu'il fait ; c'est pour cela qu'il va de l'avant ».
''Toune gaKay'' son premier single traduit en fait toutes les souffrances endurées pour le réaliser. Ce son, même s'il ne traduit pas son propre vécu de façon exacte, est un thème assez révélateur, qui touche chacun de nous. C'est une chanson qui parle à tout le monde, grands et petits. Notre vedette est un artiste qui fait de la world music ; il est artiste polyvalent, collé à l'actualité et essaie de ne pas se perdre dans les nouveaux styles.
« Dans mes chansons, je parle beaucoup d'amour, chose normale, l'amour est la meilleure chose que peut vivre un être sur terre. Quand on est amoureux, tout est rose mais il faut savoir l'entretenir et le maintenir. Il aborde notamment les thèmes de la confiance, la solidarité, l'entreaide pour une vue commune. Bref, il touche à tous les thèmes sociaux comme « le système de l'occident », « girl », « plus de musique », love you, sonka, kizomba et I know you want me.

Des expériences et une bonne dose de volonté
« Spécifiquement, j'écoute mon instrumental et j'attends que les mélodies me parlent : si les mélodies sont tristes, la chanson le sera aussi et pareil quand la mélodie est romantique, là c'est la romance, la joie et l'amour qui seront évoqués. Je suis dans un mélange avec des rythmes variés issus de notre terroir ; ce sont les différents genres musicaux que je fusionne pour avoir un bon son et un single parfait ; et je chante aussi bien en français qu'en fulfuldé pour que ceux qui vivent en milieu rural se sentent concernés et comprennent mes paroles », a-t-il souligné.
Il appelle ses frères artistes à donner de l'importance à la culture nigérienne, à la langue du terroir. « Avec les langues, nous artistes avons la chance de diversifier notre audimat. Et mon style passe beaucoup dans la langue fulfuldé, car mes chansons se vendent même hors du pays ». Il les exhorte à être dans le temps, à essayer de s'adapter et éviter de trop copier ce que les gens font déjà. « J'essaie de me démarquer des autres. Je puise mon inspiration dans tout ce qui se passe autour de moi, dans le monde, mes chansons me ressemblent car elles évoquent ma personnalité, mon identité et tout ce qui me touche particulièrement.
« Je suis bien aimé et bien suivi, et j'éprouve de la satisfaction quant à l'accueil réservé à mes productions. La musique, c'est ma voix, ma conviction, c'est de la pure passion, une mélodie. Il faut mettre en valeur le talent. Depuis mes premiers singles, je ne passe pas inaperçu ». S'agissant de son style musical, il dit : « on m'a toujours dit que j'ai une voix qui éblouit. Petit déjà, j'adorais imiter les grands chanteurs qui ont des voix remarquables ». Et d'affirmer : « j'ai la chance en tant qu'artiste de pouvoir m'exprimer et d'avoir un public. Cette chance vient de loin, c'est vrai pour tous les métiers, on a chacun une place importante dans la société ; l'art est partout, en tout temps et en tout lieu ; à nous de saisir les occasions ».

« Nos langues locales sont importantes pour nous ; l'artiste est messager »

Pour ce qui est du regard qu'il porte sur la nouvelle génération d'artistes nigériens, Ismo One apprécie ce qu'ils font, mais tout de même les conseille : « nous les Nigériens, nous devons faire en sorte de créer notre histoire, chanter en langue, c'est quelque chose à encourager. Si à travers nos chansons, nous jeunes artistes faisons connaitre notre identité, notre culture, c'est une meilleure chose et un début pour changer les choses, changer la perception négative que les occidentaux ont de nous. On veut les imiter, copier tout ce qu'ils font. Je ne comprends pas pourquoi certains artistes de la nouvelle génération chantent dans les langues des blancs. Toi, tu es au Niger, tu n'as jamais mis pied en France, tu t'accroches à cette langue et tu veux te faire un nom ou être invité pour un concert à Paris. Tu fais tes chansons en anglais espérant qu'un jour tu vas te produire aux USA, alors que le rap est né en Amérique. Chante en Haoussa, Djerma, Fulfuldé, Tamacheq, Gourmantché... et tu verras, ça va passer partout ».
Selon notre interlocuteur, l'artiste doit brandir son identité, être fier de ce qu'il est ; on doit montrer le Niger aux Nigériens et aux peuples du monde. « Je respecte les artistes nigériens ; seulement, c'est un conseil de frère : attachons-nous à notre culture, c'est important. Certains d'entre eux reconnait-il, font des choses fantastiques ».
A la question de savoir quels sont ses projets, Ismo One répond tout simplement : « Mes projets, je pense que je vais les gardez pour moi. J'ai décidé de surprendre tout le monde et je m'excuse».
Aissa Abdoulaye Alfary(onep)
27/10/17

Culture

Interview : Apolline Traoré, réalisatrice Burkinabè : «L'Afrique a d'énormes opportunités d'histoires extraordinaires à …

Interview : Apolline Traoré, réalisatrice Burkinabè : «L'Afrique a d'énormes opportunités d'histoires extraordinaires à raconter. Il y a encore de longues années d'exploitation», estime la réalisatrice burkinabè

Apolline Traoré est surtout connue à travers ses longs métrages, notamment Moi Zaphira en 2013, Frontières en 2017, Desrances sorti en fin 2018. Mais elle a commencé à réaliser des courts métrages depuis les années 2000 avec The Price of Ignorance (Le Prix de l'ignorance) en 2000, (sur la victime d'un viol à Boston, aux États-Unis), et Kounandi (La Personne qui porte chance) en 2003, sur une naine rejetée de tous. Elle réalise son premi...

19ème édition du Marché International du Cinéma Africain, en marge du 26ème FESPACO : Une participation remarquable pour…

19ème édition du Marché International du Cinéma Africain, en marge du 26ème FESPACO : Une participation remarquable pour le Niger

C'est en 1983, soit 14 ans après la création du Festival Panafricain du cinéma et de la télévision d'Ouagadougou (FESPACO) que le Marché International du Cinéma Africain (MICA) a vu le jour. Cet espace qui, depuis fait partie des activités du FESPACO est né de la volonté des professionnels du cinéma et de l'audiovisuel du continent d'avoir un marché autonome et propre au film africain. Pour sa 19ème édition qui a eu lieu du 24 février a...

12ème édition du FIMA en marge du Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine en 2019 à Niamey : Le …

12ème édition du FIMA en marge du Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine en 2019 à Niamey : Le FIMA de retour à Niamey

Le Promoteur du Festival International de la Mode en Afrique (FIMA) M. Seidnaly Sidahmed Alphadi a organisé une conférence de presse, hier matin, à l'auditorium Sani Bako du Ministère des Affaires Etrangères. Cette conférence de presse a pour Objectif d'informer l'opinion nationale et internationale sur la tenue, en juillet 2019, à Niamey, de la 12ème édition dudit festival. C'est le ministre du Tourisme et de l'Artisanat M. Ahmed Boto ...

Musique moderne nigérienne : John Sofakolley refait surface

Musique moderne nigérienne : John Sofakolley refait surface

A l'état civil, il se nomme Abdou Halidou Maiguizo, mais tout le monde l'appelle John Sofakolley. Une carrière en dents de scie mais un talent indéniable pour celui qui vient de loin et qui participe à des causes humanitaires.Avant les années 2000, Abdou Halidou Maiguizo était en vue sur la scène musicale nigérienne. Il l'était tant pour son savoir-faire, que pour son engagement et sa créativité. A travers cet art, il a inspiré plus d'u...

26ème FESPACO / "La vie de Château" long métrage, 81 mn des réalisateurs Cédric Ido et Modi Barry, sorti en 20…

26ème FESPACO / "La vie de Château" long métrage, 81 mn des réalisateurs Cédric Ido et Modi Barry, sorti en 2017, projeté en séance spéciale au Ciné Burkina : Dans le quotidien tumultueux d'une communauté cosmopolite

"La vie de Château" : ce sont les différentes facettes de ces communautés dont les membres venus d'horizons divers poursuivent leurs rêves. Un film sur une thématique qui n'est certainement pas nouvelle, mais qui reste toujours d'actualité comme le désir de tous ceux-là qui s'illusionnent pour une meilleure vie de l'autre côté de la méditerranée.Nous sommes dans la zone de la Station Château d'Eau de Paris, où le film "la Vie de Château...

« Ma belle-mère Ma Coépouse » : La vie mouvementée d'une mégère

« Ma belle-mère Ma Coépouse » : La vie mouvementée d'une mégère

Sorti en 2018, « Ma belle-mère Ma Coépouse », 75 mn du réalisateur nigérien Moussa Hamadou Djingarey, était en projection panorama au FESPACO 2019.Tourné à Agadez, ville du nord Niger, « Ma belle-mère Ma Coépouse » porte sur la vie d'un jeune couple, Raicha une femme touarègue de 25 ans, mariée à Hamada, un instituteur d'une autre ethnie. La vie paisible que mène ce couple sera mise à rude épreuve par Agaïsha, la mère de Hamada qui, obn...

Cinéma/Bibata est partie : La véritable histoire d'une femme

Cinéma/Bibata est partie : La véritable histoire d'une femme

Sorti en 2018, le film "Bibata est partie'', est un court métrage de 30 mn de la réalisatrice nigérienne Nana Hadiza Akawala. Dans ce documentaire, elle est à la recherche de son amie perdue de vue depuis une dizaine d'années. En selection aux compétitions du 26ème FESPACO, le film tourné en langue Zarma, et sous titré en français a été projeté le 27 février dernier au ciné Nerwaya de Ouagadougou.Bibata était une de ces femmes communéme...

Fin de la 26ème édition du FESPACO : L'étalon d'or de Yennenga pour Joel Karekezi du Rwanda avec ''the Mercy of the jung…

Fin de la 26ème édition du FESPACO : L'étalon d'or de Yennenga pour Joel Karekezi du Rwanda avec ''the Mercy of the jungle''

Les lampions du 26ème Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) se sont éteintes le 2 mars dernier au Palais des sports de Ouaga 2000, avec une cérémonie officielle de clôture très grandiose. Plusieurs personnalités dont les présidents Paul Kagamé du Rwanda, Ibrahim Boubacar Keita du Mali et l'ancien président ghanéen John Jerry Rawlings étaient à cette occasion aux côtés de Roch Marc Christian Kaboré, ...

Culture/concert live au CCFN/JR : Le Rwandais Yvan Buravan, lauréat 2018 du Prix Découvertes RFI enchante le public de N…

Culture/concert live au CCFN/JR : Le Rwandais Yvan Buravan, lauréat 2018 du Prix Découvertes RFI enchante le public de Niamey

      Dans le cadre de sa tournée africaine, l'artiste, chanteur rwandais Yvan Buravan, lauréat 2018 du Prix Découvertes RFI s'est produit en concert live, le samedi 2 mars 2019, dans la soirée, au Centre Culturel Franco-Nigérien Jean Rouch (CCFN/JR) de Niamey. Cette tournée africaine se tient en partenariat avec l'Institut français de Paris, l'un des partenaires du prix découverte RFI. A cette étape de Niamey, les mel...

Cinéma / Desrances : En quête d'un héritier, il doit se contenter d'une héritière

Cinéma / Desrances : En quête d'un héritier, il doit se contenter d'une héritière

      «Desrances », le long métrage de Appoline Traoré du Burkina Faso,sorti en fin 2018 est un des 20 films en lice pour l'étalon d'or de Yennenga au Fespaco 2019. En 1h45 mn, la réalisatrice nous mène en Haïti que Francis a dû quitter après le massacre de sa famille par les soldats d'un régime dictatorial, et la Côte d'Ivoire où l'infortuné espère refonder la famille Desrances. Mais, est-il au bout de ses peines ?Une...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Education : Rencontre de validation des curricula …

Education : Rencontre de validation des curricula des écoles de formation artistique et culturelle

Les cadres du ministère de la renaissance culturelle, des arts et de la modernisation soci...

mardi 19 mars 2019

Rencontre cinématographique : Au cœur du cinquante…

Rencontre cinématographique : Au cœur du cinquantenaire du FESPACO

Le Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (FESPACO) est sans do...

jeudi 14 mars 2019

52ème Session de Formation des Jeunes Journalistes…

52ème Session de Formation des Jeunes Journalistes au Caire : L'Egypte entre tradition et modernité

Du 9 au 30 novembre dernier, l'Union des Journalistes Africains (UJA), en partenariat avec...

jeudi 7 mars 2019

L'air du temps

Quand la racaille excelle dans le vol à l'arraché

Quand la racaille excelle dans le vol à l'arraché

Mais enfin, quelle mouche a pu piquer tous ces jeunes gens qui écument les rues de notre c...

jeudi 14 mars 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.