Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

"Un coin du ciel noir" du réalisateur Djingarey Maïga : Quand l'amour triomphe des préjugés


afficheÂgé de 78 ans aujourd'hui, dont plus d'une cinquantaine d'années consacrées au cinéma, Djingarey Maïga vient de finir son neuvième film, "un coin du ciel noir", un long métrage de 90 mn. Ce film traite du sort pathétique réservé dans certaines sociétés aux personnes atteintes par l'albinisme, une particularité génétique qui se manifeste par un manque ou une absence de pigmentation de la peau, des cheveux, et des yeux.
Après plus d'un an d'efforts de tournage et de montage, un peu comme un long travail d'accouchement, "Un coin du ciel noir" du réalisateur Djingarey Maïga est disponible. Le film fini a été visionné le 24 novembre dernier par quelques personnes que «le vieux » a invitées chez lui à Niamey. Ce public composé de l'équipe du tournage du film, et quelques invités, a apprécié ce film inspiré par les préjugés sur les albinos, qui du fait de leur apparence, nourrissent les fantasmes, les desseins, et souvent des pratiques les unes plus sombres que les autres.
Pour faire court, le sujet de ce 9ème film de Djingarey Abdoulaye Maïga peut être ainsi résumé : Tanko, un jeune avocat rencontre Katy une jeune fille albinos, élève dans un lycée, déterminée à étudier malgré les problèmes que lui impose la nature, mais qui se retrouve au bout du désespoir car ses parents ont des difficultés à prendre en charge ses frais de scolarité. La solution pour Katy mais aussi sa famille va venir de cette rencontre fortuite avec Tanko, qui va finir par tomber amoureux de Katy, dont il voudra faire son épouse. Mais Tanko va devoir se battre contre les préjugés. Si son papa a accepté sans résistance son choix, ce ne fut pas le cas pour la maman de Tanko qui s'imagine avec beaucoup d'angoisse grand-mère d'un enfant albinos. Il a fallu bien plus tard avec l'arrivée d'un bébé tout à fait « normal » dans le jeune couple pour qu'elle soit rassurée.
Le film évoque aussi d'autres sujets préoccupants dans la société, notamment les questions de justice, de politique, de corruption, et une affaire de meurtre d'un officier dont l'avocat Tanko va prendre en charge le dossier.
Djingarey Maïga dit avoir été inspiré et poussé à réaliser ce film par une réalité. « J'ai été très touché par une histoire des filles albinos, racontant la stigmatisation dont elles font l'objet dans leur société, surtout quand il s'agit de mariage. Après, j'ai rencontré à tout hasard un membre de l'association des albinos du Niger, qui me dit qu'elle me cherchait pour me proposer de faire un film sur les albinos », rappelle-t-il. Mieux Zeynabou Seydou, a accepté volontiers de jouer le rôle de Katy dans le film.
Cette fiction offre ainsi à Zeynabou Seydou l'occasion de se révéler en incarnant Katy Bangoura l'actrice principale de Un coin du ciel noir. La jeune femme joue son premier rôle dans un film, à côté de Beidari Yacouba, (Tanko) qui est un habitué des scènes. On retrouve aussi dans cette fiction Marie Naino, que beaucoup de téléspectateurs nigériens connaissent à travers les sketches de sensibilisation ou de plaidoyer de la troupe Mourna.
Mais "Un coin du ciel noir " n'est pas un film de commande. Et pour cause ! Le réalisateur Djingarey Maïga a trainé pendant plus d'un an pour financer la réalisation de ce film, qui a pu voir le jour grâce à quelques bonnes volontés et le volontariat des membres de l'équipe de tournage. Sans ces contraintes, ce film, dont le tournage et le montage ont été effectués à Niamey dans des conditions difficiles, aurait gagné beaucoup plus en qualité technique. Mais cela n'entame en rien sa richesse, et surtout la profondeur des messages qu'il véhicule.
Un film émouvant par moment, surtout quant Katy évoque la stigmatisation dont elle et d'autres albinos font l'objet, mais qui ne laisse pas d'être également comique, voire éducatif.
Cette fiction peut être considérée comme une illustration du pouvoir de l'amour sur les préjugés. Ce film dont le réalisateur prévoit la sortie officielle en janvier 2018 est à voir aussi bien par les grands, les petits, les décideurs. Peut être que cette fiction pourra contribuer à faire changer le regard porté sur des personnes atteintes d'albinisme, qui bien qu'étant aussi vieux que l'humanité nourrit toujours beaucoup de préjugés, et semble préoccuper peu. En effet, c'est seulement le 13 juin dernier, que la 3ème journée mondiale de cette condition génétique qui se manifeste chez une personne sur 20.000 a été célébrée.
.
Souley Moutari(onep)

Culture

Le Damagaram : L'histoire d'un Sultanat aux origines Kutus

Le Damagaram : L'histoire d'un Sultanat aux origines Kutus

Sur les origines du Damagaram, l'histoire, à travers la tradition de l'oralité, enseigne qu'il ya longtemps de cela, deux chasseurs originaires de Mattin (région de Kellé dans le Kutus) au cours de leurs déplacements à la recherche du gibier, atteignirent une certaine région.Un jour chacun décida de chasser de son coté.Les deux amis se séparèrent pour une longue période. Plus tard, l'un des deux chasseurs se lança à la recherche de son ...

Le Sultanat du Damagaram : La ville de Zinder est fondée par des chasseurs venus du Bornou

      (région du Lac Tchad) vers 1736. Capitale du sultanat du Damagaram, Zinder était un carrefour des voies caravanières reliant l'Afrique Occidentale, l'Afrique du Nord, et l'Afrique Centrale. En 1856, la ville fut fortifiée par une muraille de 12 m de large sur 9 m de long pour la protéger des attaques extérieures.L'histoire du sultanat du Damagaram et de Zinder s'inscrit dans celle du royaume du Bornou (nord du Ni...

Rétrospective de l'année culturelle 2018 : Une année riche en évènements culturels

Rétrospective de l'année culturelle 2018 : Une année riche en évènements culturels

Au Niger, sur le plan culturel, l'année 2018 a été riche en évènements aussi bien heureux que malheureux. Certains artistes et ou groupes musicaux ont eu des distinctions au niveau national et international.La culture est l'ensemble des pratiques et des idées sur lesquelles repose l'identité d'un peuple. L'identité d'un peuple repose sur des valeurs, qui, une fois bafouées et par terre freinent inévitablement le développement de ce peup...

Histoire du canton Tsotsebaki de Mirriah: De Bazaza à Moutari Moussa

Histoire du canton Tsotsebaki de Mirriah: De Bazaza à Moutari Moussa

L'histoire des Tsotsebaki, telle que nous l'a racontée le Chef de canton de Mirriah, le 18ème Souverain Tsotsebaki, l'Honorable Moutari Moussa, indique qu'au 18ème siècle, Mirriah était à l'origine, un village d'agriculteurs venus de Bilma (d'où le nom de Bilmari donné actuellement au quartier où se situait l'ancien village), pour produire des céréales, des fruits et légumes pour le Sultan de Bornou. Ces paysans étaient régulièrement la...

Quartier Birni de Zinder : Siège des Sultans fondateurs et bâtisseurs du Damagaram

Quartier Birni de Zinder : Siège des Sultans fondateurs et bâtisseurs du Damagaram

La ville de Zinder, ancienne capitale du Niger de 1911 à 1926, chef -lieu de la région présente des sites historiques et culturels incontestables. La capitale du Damagarawa était un carrefour entre l'Afrique au nord et celle au sud du Sahara avec les cités-Etats du Nigéria dans le cadre du commerce transsaharien et entre l'ouest (Niamey) et le kanem (Tchad).Le vieux noyau urbain ou vieille ville, plus connu sous l'appellation de ''Birni...

Troupe Culturelle « WASAFA » de Changnassou : 35 ans de détente et loisirs au service de la population locale

Troupe Culturelle « WASAFA » de Changnassou : 35 ans de détente et loisirs au service de la population locale

Créée en 1984 par la population du village de Changnassou (département de Bagaroua) en collaboration avec le Directeur de l'école dudit village de l'époque, la troupe culturelle « WASAFA » est une structure d'animation culturelle, reconnue juridiquement par les autorités communale. Elle a pour mission de contribuer, à sa manière, au développement socioculturel de son village d'origine. La troupe WASAFA a ainsi pour vocation de créer la ...

Troupe culturelle de Dangoudaou : Haladou Amadou, l'éducateur

Troupe culturelle de Dangoudaou : Haladou Amadou, l'éducateur

Du milieu des années 70 jusqu'aux années 2000,rares sont les nigériens qui ne connaissent pas ou n'ont pas entendu ou même fredonné les chansons des filles de dangoudaou.de leur riche répertoire ont émergé des titres : comme « Yan ouwa Mazajé da mata » ; « May doukouchi » ; « Yayin disco » ;« Mangou sarraounia » etc. certes les filles de la troupe de dangoudaou sont des talentueuses parolières, mais le véritable maitre de ces créations ...

Artiste rappeur Abdoulaye Moussa alias Mirador : Mirador sort son premier album dénommé ''Dan Sarki''

Artiste rappeur Abdoulaye Moussa alias Mirador : Mirador sort son premier album dénommé ''Dan Sarki''

L'artiste Mirador, de son vrai nom Abdoulaye Moussa, s'est véritablement intéressé au mouvement rap dans les années 2006 dans un groupe musical qui n'était pas bien connu en son temps : ''Aka Crew'' avec deux de ses amis qui ont finalement abandonné le rap. Evoluant depuis 2008 en carrière solo, aujourd'hui, il travaille sur son premier album ''Dan Sarki'', un album dont le vernissage est prévu le 2 février prochain à la Maison des Jeun...

Portrait d'artiste : Hamsou Garba, la Diva de la chanson nigérienne

Portrait d'artiste : Hamsou Garba, la Diva de la chanson nigérienne

Chanteuse à la voix imposante et grande danseuse, âgée aujourd'hui de 58 ans, mère de 6 enfants et grand-mère de quelques petits-fils, a du dynamisme à revendre. Chaleureuse, sympathique et pleine d'entrain, madame Maïga Hamsou Garba est une artiste née, au don incontestable parce qu'elle compose elle-même ses chansons et sa musique. Avec la création de sa radio « Touraki » dénommée "la voix des artistes", la battante Hamsou Garba couro...

Admission du groupe Sogha au Conseil Africain de la Musique : Pour le rayonnement de la musique nigérienne

Admission du groupe Sogha au Conseil Africain de la Musique : Pour le rayonnement de la musique nigérienne

Le Comité Exécutif du Conseil Africain de la Musique dont le siège est basé à Brazzaville au Congo a décidé d'admettre le groupe nigérien Sogha comme membre du Conseil dans la catégorie des organisations nationales et spécialisées. L'annonce a été faite par l'administratrice du groupe Sogha, Aichatou Ali Soumaila dite Aïchatou Dankwali, lors d'une interview qu'elle a bien voulu nous accorder.Pour elle, cette adhésion du groupe permet de...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice a…

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice aux cultures de contre saison et au pâturage

La région de Tillabéri compte 31 aménagements hydro agricoles dont 30 pour la production d...

vendredi 11 janvier 2019

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la …

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la crue

De l'autre côté de la rive, qui sert comme une sorte de gare fluviale reliant les localité...

vendredi 11 janvier 2019

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la…

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la filière

La filière de la gomme arabique a connu dans les années 60 et ce jusqu'en 1980, un essor s...

jeudi 10 janvier 2019

L'air du temps

Notre identité, nos valeurs ancestrales

Notre identité, nos valeurs ancestrales

«Un peuple sans culture est un peuple sans âme », disait l'écrivain nigérian Anthony Biako...

vendredi 11 janvier 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.