Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Le Groupe de rap ONEENS (On Est Ensemble) : Rocksim et Frédozo, un duo qui porte loin la voix du Niger dans le showbiz international


onessConnu à l'origine pour son style exclusivement inspiré par le Rap et le Hip Hop, le groupe ONEENS s'impose aujourd'hui dans les rythmes RnB, musique urbaine originaires des Etats-Unis dont raffole la jeunesse nigérienne et internationale. Après la sortie réussie de leur chanson « Together » en septembre dernier, le duo Gélé Karim Rock alias Rocksim et Frederik Bali Komenati alias Frédozo revient avec un titre positivement accueilli par la critique continentale : « On ne dodo pas ». En effet, depuis sa sortie au début de ce mois de juillet, ce dernier clip est devenu viral dans les « playlists » des chaines musicales africaines de référence comme Trace Africa, DBM et BBlack.

La performance du groupe de musique ONEENS n'est que le reflet du parcours et de la vision partagés de ses deux artistes membres. Tout est parti de la même passion musicale qu'avaient beaucoup de jeunes de leur génération, au lendemain de l'époque où le Niger découvrit le phénomène du genre musical Rap. Cependant, issus de deux (2) différents groupes, les jeunes artistes nigériens ont vu leurs ambitions se croiser, dans les circonstances des tournées et animations, qui s'organisaient dans les quartiers de Niamey, pendant les vacances.
D'une part, Roksim constituait avec Whezzow, un autre artiste, la formation Mad-Max et, de l'autre, Frédo était en solo après avoir évolué avec le groupe Enyonam. Renforcés par leur lien de parenté, les cousins se sont ainsi rapprochés et ont commencé à se partager les scènes sous la dénomination Mad-Max-Frédo. « D'où la création en Août 2003 du groupe ONEENS (On Est Ensemble), l'illustration parfaite pour exprimer l'esprit commun du trio aspirant aux mêmes objectifs, dans une vision commune et d'une affinité uniforme », a indiqué Roksim.
Il précise qu'à la suite, l'aventure à trois n'a pas été longue car «l'autre artiste, Whezzow, a dû très tôt laisser le groupe pour des raisons personnelles incontournables », dit-il.
En dépit d'un silence d'environ sept (7) années d'affilée, le groupe compte actuellement, selon les deux frères, deux (2) albums sortis sur le marché. Et garde au frais un troisième album. Fredozo parle en ce sens d'un changement de directive. « Il n'est plus question de sortir en bloc les albums mais plutôt des morceaux '' en son hit '', de façon à permettre à chaque chanson de faire son temps et son buzz. Puisque, sortir des multiples sons en album de nos jours ne permet véritablement pas à d'autres sons constituants l'album de charmer le public. Raison de plus du changement de méthode d'album en son "hit clippé", la nouvelle stratégie ONEENS », a-t-il expliqué.
Attaché à l'originalité, la formation a su exprimer son talent dans le nouveau style musical dit urbain. Il s'agit des touches assaisonnées de plusieurs aspects, notamment du Rap, de la Pop, de laTrap, du ragga, de la salsa et souvent un peu du Coupé décalé. L'essentiel étant de rester dans une grille musicale souple à un large public au-delà des frontières ; en cette ère de mondialisation, les jeunes artistes d'ONEENS personnalisent leurs productions en y apportant un minimum d'empreinte locale, pour une meilleure représentation de la culture nigérienne, à l'échelle internationale. « A nous écouter, automatiquement, l'on reconnait l'accent et le ton propres qui ne se réfèrent qu'à nous, à notre style musical de tous les temps que nos fans du public nigérien ont connu et apprécié », a estimé Roksim.
Par ailleurs, la vive inspiration du groupe est assimilée à l'image des célèbres duos P. Square du Nigéria et Toofan du Togo. « Le défi est de faire rayonner valablement notre cher pays le Niger à l'échelle internationale comme le font si bien ces derniers pour le grand plaisir des Nigériens d'ici et de la diaspora », mentionne Frédozo. En conséquence, l'exploit du duo ONEENS est remarquablement l'une de ces fiertés qui défendent les couleurs de la culture nationale ; « voir d'une manière aussi régulière des clips vidéos de chez nous, joués sur ces chaines internationales vues de partout à travers le monde, est un véritable succès. D'abord c'est une marque de présence qui met en évidence nos compétences et nos richesses culturelles, dans cet univers où on nous croyait moins compétitifs. En plus, cela redonne confiance aux artistes du pays en général et surtout à sa nouvelle génération », se réjouit Roksim.
L'impression du devoir accompli, la satisfaction plus au moins totale du travail bien fait, étant donné que d'un pays où la musique n'est pas considérée comme un métier, en arriver là ne ressemble guère à une chose aisée. Un temps, la formation musicale a évolué en affrontant divers obstacles, jusqu'à observer un temps de silence.
C'est un challenge en somme, le mérite est au bout de l'effort. On est fier de nous-mêmes, de l'effort fourni et de la méthode observée, mais également fier de tous ces hommes et femmes qui ont cru en nous et nous ont soutenus, accompagnés dans ce processus de retour prospère. Ce retour en force prouve notre ascension dans le showbiz local comme international après ce si long silence (sept ans). Beaucoup, pour ne pas dire personne, ne s'y attendait vraiment et pas d'un retour aussi réussi».
Pour l'avenir, en termes de projet, la philosophie artistique de ONEENS repose principalement sur un certain perfectionnisme et s'inscrit dans l'optique de professionnalisation. Suivant ces motivations orientées vers la perfection,« seul le travail paie », selon Frédozo qui ajoute que c'est dans le souci vraisemblable de défendre les couleurs de la musique nigérienne dans le showbiz musical international.
« Il est grand temps qu'on parle du Niger sur les plateformes musicales mondiales, sur les chaines internationales, qu'on soit au rendez-vous du concert des nations, globalement dans tous les secteurs importants de la société, tels que la musique. Ceci, pour la fierté de la nation et l'immense plaisir des mélomanes nigériens », conclut-il.

Mahamane Chékaré Ismaël
(Stagiaire)

27/0718

Culture

Interview : Apolline Traoré, réalisatrice Burkinabè : «L'Afrique a d'énormes opportunités d'histoires extraordinaires à …

Interview : Apolline Traoré, réalisatrice Burkinabè : «L'Afrique a d'énormes opportunités d'histoires extraordinaires à raconter. Il y a encore de longues années d'exploitation», estime la réalisatrice burkinabè

Apolline Traoré est surtout connue à travers ses longs métrages, notamment Moi Zaphira en 2013, Frontières en 2017, Desrances sorti en fin 2018. Mais elle a commencé à réaliser des courts métrages depuis les années 2000 avec The Price of Ignorance (Le Prix de l'ignorance) en 2000, (sur la victime d'un viol à Boston, aux États-Unis), et Kounandi (La Personne qui porte chance) en 2003, sur une naine rejetée de tous. Elle réalise son premi...

19ème édition du Marché International du Cinéma Africain, en marge du 26ème FESPACO : Une participation remarquable pour…

19ème édition du Marché International du Cinéma Africain, en marge du 26ème FESPACO : Une participation remarquable pour le Niger

C'est en 1983, soit 14 ans après la création du Festival Panafricain du cinéma et de la télévision d'Ouagadougou (FESPACO) que le Marché International du Cinéma Africain (MICA) a vu le jour. Cet espace qui, depuis fait partie des activités du FESPACO est né de la volonté des professionnels du cinéma et de l'audiovisuel du continent d'avoir un marché autonome et propre au film africain. Pour sa 19ème édition qui a eu lieu du 24 février a...

12ème édition du FIMA en marge du Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine en 2019 à Niamey : Le …

12ème édition du FIMA en marge du Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine en 2019 à Niamey : Le FIMA de retour à Niamey

Le Promoteur du Festival International de la Mode en Afrique (FIMA) M. Seidnaly Sidahmed Alphadi a organisé une conférence de presse, hier matin, à l'auditorium Sani Bako du Ministère des Affaires Etrangères. Cette conférence de presse a pour Objectif d'informer l'opinion nationale et internationale sur la tenue, en juillet 2019, à Niamey, de la 12ème édition dudit festival. C'est le ministre du Tourisme et de l'Artisanat M. Ahmed Boto ...

Musique moderne nigérienne : John Sofakolley refait surface

Musique moderne nigérienne : John Sofakolley refait surface

A l'état civil, il se nomme Abdou Halidou Maiguizo, mais tout le monde l'appelle John Sofakolley. Une carrière en dents de scie mais un talent indéniable pour celui qui vient de loin et qui participe à des causes humanitaires.Avant les années 2000, Abdou Halidou Maiguizo était en vue sur la scène musicale nigérienne. Il l'était tant pour son savoir-faire, que pour son engagement et sa créativité. A travers cet art, il a inspiré plus d'u...

26ème FESPACO / "La vie de Château" long métrage, 81 mn des réalisateurs Cédric Ido et Modi Barry, sorti en 20…

26ème FESPACO / "La vie de Château" long métrage, 81 mn des réalisateurs Cédric Ido et Modi Barry, sorti en 2017, projeté en séance spéciale au Ciné Burkina : Dans le quotidien tumultueux d'une communauté cosmopolite

"La vie de Château" : ce sont les différentes facettes de ces communautés dont les membres venus d'horizons divers poursuivent leurs rêves. Un film sur une thématique qui n'est certainement pas nouvelle, mais qui reste toujours d'actualité comme le désir de tous ceux-là qui s'illusionnent pour une meilleure vie de l'autre côté de la méditerranée.Nous sommes dans la zone de la Station Château d'Eau de Paris, où le film "la Vie de Château...

« Ma belle-mère Ma Coépouse » : La vie mouvementée d'une mégère

« Ma belle-mère Ma Coépouse » : La vie mouvementée d'une mégère

Sorti en 2018, « Ma belle-mère Ma Coépouse », 75 mn du réalisateur nigérien Moussa Hamadou Djingarey, était en projection panorama au FESPACO 2019.Tourné à Agadez, ville du nord Niger, « Ma belle-mère Ma Coépouse » porte sur la vie d'un jeune couple, Raicha une femme touarègue de 25 ans, mariée à Hamada, un instituteur d'une autre ethnie. La vie paisible que mène ce couple sera mise à rude épreuve par Agaïsha, la mère de Hamada qui, obn...

Cinéma/Bibata est partie : La véritable histoire d'une femme

Cinéma/Bibata est partie : La véritable histoire d'une femme

Sorti en 2018, le film "Bibata est partie'', est un court métrage de 30 mn de la réalisatrice nigérienne Nana Hadiza Akawala. Dans ce documentaire, elle est à la recherche de son amie perdue de vue depuis une dizaine d'années. En selection aux compétitions du 26ème FESPACO, le film tourné en langue Zarma, et sous titré en français a été projeté le 27 février dernier au ciné Nerwaya de Ouagadougou.Bibata était une de ces femmes communéme...

Fin de la 26ème édition du FESPACO : L'étalon d'or de Yennenga pour Joel Karekezi du Rwanda avec ''the Mercy of the jung…

Fin de la 26ème édition du FESPACO : L'étalon d'or de Yennenga pour Joel Karekezi du Rwanda avec ''the Mercy of the jungle''

Les lampions du 26ème Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) se sont éteintes le 2 mars dernier au Palais des sports de Ouaga 2000, avec une cérémonie officielle de clôture très grandiose. Plusieurs personnalités dont les présidents Paul Kagamé du Rwanda, Ibrahim Boubacar Keita du Mali et l'ancien président ghanéen John Jerry Rawlings étaient à cette occasion aux côtés de Roch Marc Christian Kaboré, ...

Culture/concert live au CCFN/JR : Le Rwandais Yvan Buravan, lauréat 2018 du Prix Découvertes RFI enchante le public de N…

Culture/concert live au CCFN/JR : Le Rwandais Yvan Buravan, lauréat 2018 du Prix Découvertes RFI enchante le public de Niamey

      Dans le cadre de sa tournée africaine, l'artiste, chanteur rwandais Yvan Buravan, lauréat 2018 du Prix Découvertes RFI s'est produit en concert live, le samedi 2 mars 2019, dans la soirée, au Centre Culturel Franco-Nigérien Jean Rouch (CCFN/JR) de Niamey. Cette tournée africaine se tient en partenariat avec l'Institut français de Paris, l'un des partenaires du prix découverte RFI. A cette étape de Niamey, les mel...

Cinéma / Desrances : En quête d'un héritier, il doit se contenter d'une héritière

Cinéma / Desrances : En quête d'un héritier, il doit se contenter d'une héritière

      «Desrances », le long métrage de Appoline Traoré du Burkina Faso,sorti en fin 2018 est un des 20 films en lice pour l'étalon d'or de Yennenga au Fespaco 2019. En 1h45 mn, la réalisatrice nous mène en Haïti que Francis a dû quitter après le massacre de sa famille par les soldats d'un régime dictatorial, et la Côte d'Ivoire où l'infortuné espère refonder la famille Desrances. Mais, est-il au bout de ses peines ?Une...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Rencontre cinématographique : Au cœur du cinquante…

Rencontre cinématographique : Au cœur du cinquantenaire du FESPACO

Le Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (FESPACO) est sans do...

jeudi 14 mars 2019

52ème Session de Formation des Jeunes Journalistes…

52ème Session de Formation des Jeunes Journalistes au Caire : L'Egypte entre tradition et modernité

Du 9 au 30 novembre dernier, l'Union des Journalistes Africains (UJA), en partenariat avec...

jeudi 7 mars 2019

La bibliothèque d'Alexandrie : A la découverte d'u…

La bibliothèque d'Alexandrie : A la découverte d'une richesse culturelle et littéraire inestimable

Considéré comme l'un des plus grands centres de lecture dans le monde dont la reconstructi...

jeudi 7 mars 2019

L'air du temps

Quand la racaille excelle dans le vol à l'arraché

Quand la racaille excelle dans le vol à l'arraché

Mais enfin, quelle mouche a pu piquer tous ces jeunes gens qui écument les rues de notre c...

jeudi 14 mars 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.