Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Le Groupe de rap ONEENS (On Est Ensemble) : Rocksim et Frédozo, un duo qui porte loin la voix du Niger dans le showbiz international


onessConnu à l'origine pour son style exclusivement inspiré par le Rap et le Hip Hop, le groupe ONEENS s'impose aujourd'hui dans les rythmes RnB, musique urbaine originaires des Etats-Unis dont raffole la jeunesse nigérienne et internationale. Après la sortie réussie de leur chanson « Together » en septembre dernier, le duo Gélé Karim Rock alias Rocksim et Frederik Bali Komenati alias Frédozo revient avec un titre positivement accueilli par la critique continentale : « On ne dodo pas ». En effet, depuis sa sortie au début de ce mois de juillet, ce dernier clip est devenu viral dans les « playlists » des chaines musicales africaines de référence comme Trace Africa, DBM et BBlack.

La performance du groupe de musique ONEENS n'est que le reflet du parcours et de la vision partagés de ses deux artistes membres. Tout est parti de la même passion musicale qu'avaient beaucoup de jeunes de leur génération, au lendemain de l'époque où le Niger découvrit le phénomène du genre musical Rap. Cependant, issus de deux (2) différents groupes, les jeunes artistes nigériens ont vu leurs ambitions se croiser, dans les circonstances des tournées et animations, qui s'organisaient dans les quartiers de Niamey, pendant les vacances.
D'une part, Roksim constituait avec Whezzow, un autre artiste, la formation Mad-Max et, de l'autre, Frédo était en solo après avoir évolué avec le groupe Enyonam. Renforcés par leur lien de parenté, les cousins se sont ainsi rapprochés et ont commencé à se partager les scènes sous la dénomination Mad-Max-Frédo. « D'où la création en Août 2003 du groupe ONEENS (On Est Ensemble), l'illustration parfaite pour exprimer l'esprit commun du trio aspirant aux mêmes objectifs, dans une vision commune et d'une affinité uniforme », a indiqué Roksim.
Il précise qu'à la suite, l'aventure à trois n'a pas été longue car «l'autre artiste, Whezzow, a dû très tôt laisser le groupe pour des raisons personnelles incontournables », dit-il.
En dépit d'un silence d'environ sept (7) années d'affilée, le groupe compte actuellement, selon les deux frères, deux (2) albums sortis sur le marché. Et garde au frais un troisième album. Fredozo parle en ce sens d'un changement de directive. « Il n'est plus question de sortir en bloc les albums mais plutôt des morceaux '' en son hit '', de façon à permettre à chaque chanson de faire son temps et son buzz. Puisque, sortir des multiples sons en album de nos jours ne permet véritablement pas à d'autres sons constituants l'album de charmer le public. Raison de plus du changement de méthode d'album en son "hit clippé", la nouvelle stratégie ONEENS », a-t-il expliqué.
Attaché à l'originalité, la formation a su exprimer son talent dans le nouveau style musical dit urbain. Il s'agit des touches assaisonnées de plusieurs aspects, notamment du Rap, de la Pop, de laTrap, du ragga, de la salsa et souvent un peu du Coupé décalé. L'essentiel étant de rester dans une grille musicale souple à un large public au-delà des frontières ; en cette ère de mondialisation, les jeunes artistes d'ONEENS personnalisent leurs productions en y apportant un minimum d'empreinte locale, pour une meilleure représentation de la culture nigérienne, à l'échelle internationale. « A nous écouter, automatiquement, l'on reconnait l'accent et le ton propres qui ne se réfèrent qu'à nous, à notre style musical de tous les temps que nos fans du public nigérien ont connu et apprécié », a estimé Roksim.
Par ailleurs, la vive inspiration du groupe est assimilée à l'image des célèbres duos P. Square du Nigéria et Toofan du Togo. « Le défi est de faire rayonner valablement notre cher pays le Niger à l'échelle internationale comme le font si bien ces derniers pour le grand plaisir des Nigériens d'ici et de la diaspora », mentionne Frédozo. En conséquence, l'exploit du duo ONEENS est remarquablement l'une de ces fiertés qui défendent les couleurs de la culture nationale ; « voir d'une manière aussi régulière des clips vidéos de chez nous, joués sur ces chaines internationales vues de partout à travers le monde, est un véritable succès. D'abord c'est une marque de présence qui met en évidence nos compétences et nos richesses culturelles, dans cet univers où on nous croyait moins compétitifs. En plus, cela redonne confiance aux artistes du pays en général et surtout à sa nouvelle génération », se réjouit Roksim.
L'impression du devoir accompli, la satisfaction plus au moins totale du travail bien fait, étant donné que d'un pays où la musique n'est pas considérée comme un métier, en arriver là ne ressemble guère à une chose aisée. Un temps, la formation musicale a évolué en affrontant divers obstacles, jusqu'à observer un temps de silence.
C'est un challenge en somme, le mérite est au bout de l'effort. On est fier de nous-mêmes, de l'effort fourni et de la méthode observée, mais également fier de tous ces hommes et femmes qui ont cru en nous et nous ont soutenus, accompagnés dans ce processus de retour prospère. Ce retour en force prouve notre ascension dans le showbiz local comme international après ce si long silence (sept ans). Beaucoup, pour ne pas dire personne, ne s'y attendait vraiment et pas d'un retour aussi réussi».
Pour l'avenir, en termes de projet, la philosophie artistique de ONEENS repose principalement sur un certain perfectionnisme et s'inscrit dans l'optique de professionnalisation. Suivant ces motivations orientées vers la perfection,« seul le travail paie », selon Frédozo qui ajoute que c'est dans le souci vraisemblable de défendre les couleurs de la musique nigérienne dans le showbiz musical international.
« Il est grand temps qu'on parle du Niger sur les plateformes musicales mondiales, sur les chaines internationales, qu'on soit au rendez-vous du concert des nations, globalement dans tous les secteurs importants de la société, tels que la musique. Ceci, pour la fierté de la nation et l'immense plaisir des mélomanes nigériens », conclut-il.

Mahamane Chékaré Ismaël
(Stagiaire)

27/0718

Culture

Le Damagaram : L'histoire d'un Sultanat aux origines Kutus

Le Damagaram : L'histoire d'un Sultanat aux origines Kutus

Sur les origines du Damagaram, l'histoire, à travers la tradition de l'oralité, enseigne qu'il ya longtemps de cela, deux chasseurs originaires de Mattin (région de Kellé dans le Kutus) au cours de leurs déplacements à la recherche du gibier, atteignirent une certaine région.Un jour chacun décida de chasser de son coté.Les deux amis se séparèrent pour une longue période. Plus tard, l'un des deux chasseurs se lança à la recherche de son ...

Le Sultanat du Damagaram : La ville de Zinder est fondée par des chasseurs venus du Bornou

      (région du Lac Tchad) vers 1736. Capitale du sultanat du Damagaram, Zinder était un carrefour des voies caravanières reliant l'Afrique Occidentale, l'Afrique du Nord, et l'Afrique Centrale. En 1856, la ville fut fortifiée par une muraille de 12 m de large sur 9 m de long pour la protéger des attaques extérieures.L'histoire du sultanat du Damagaram et de Zinder s'inscrit dans celle du royaume du Bornou (nord du Ni...

Rétrospective de l'année culturelle 2018 : Une année riche en évènements culturels

Rétrospective de l'année culturelle 2018 : Une année riche en évènements culturels

Au Niger, sur le plan culturel, l'année 2018 a été riche en évènements aussi bien heureux que malheureux. Certains artistes et ou groupes musicaux ont eu des distinctions au niveau national et international.La culture est l'ensemble des pratiques et des idées sur lesquelles repose l'identité d'un peuple. L'identité d'un peuple repose sur des valeurs, qui, une fois bafouées et par terre freinent inévitablement le développement de ce peup...

Histoire du canton Tsotsebaki de Mirriah: De Bazaza à Moutari Moussa

Histoire du canton Tsotsebaki de Mirriah: De Bazaza à Moutari Moussa

L'histoire des Tsotsebaki, telle que nous l'a racontée le Chef de canton de Mirriah, le 18ème Souverain Tsotsebaki, l'Honorable Moutari Moussa, indique qu'au 18ème siècle, Mirriah était à l'origine, un village d'agriculteurs venus de Bilma (d'où le nom de Bilmari donné actuellement au quartier où se situait l'ancien village), pour produire des céréales, des fruits et légumes pour le Sultan de Bornou. Ces paysans étaient régulièrement la...

Quartier Birni de Zinder : Siège des Sultans fondateurs et bâtisseurs du Damagaram

Quartier Birni de Zinder : Siège des Sultans fondateurs et bâtisseurs du Damagaram

La ville de Zinder, ancienne capitale du Niger de 1911 à 1926, chef -lieu de la région présente des sites historiques et culturels incontestables. La capitale du Damagarawa était un carrefour entre l'Afrique au nord et celle au sud du Sahara avec les cités-Etats du Nigéria dans le cadre du commerce transsaharien et entre l'ouest (Niamey) et le kanem (Tchad).Le vieux noyau urbain ou vieille ville, plus connu sous l'appellation de ''Birni...

Troupe Culturelle « WASAFA » de Changnassou : 35 ans de détente et loisirs au service de la population locale

Troupe Culturelle « WASAFA » de Changnassou : 35 ans de détente et loisirs au service de la population locale

Créée en 1984 par la population du village de Changnassou (département de Bagaroua) en collaboration avec le Directeur de l'école dudit village de l'époque, la troupe culturelle « WASAFA » est une structure d'animation culturelle, reconnue juridiquement par les autorités communale. Elle a pour mission de contribuer, à sa manière, au développement socioculturel de son village d'origine. La troupe WASAFA a ainsi pour vocation de créer la ...

Troupe culturelle de Dangoudaou : Haladou Amadou, l'éducateur

Troupe culturelle de Dangoudaou : Haladou Amadou, l'éducateur

Du milieu des années 70 jusqu'aux années 2000,rares sont les nigériens qui ne connaissent pas ou n'ont pas entendu ou même fredonné les chansons des filles de dangoudaou.de leur riche répertoire ont émergé des titres : comme « Yan ouwa Mazajé da mata » ; « May doukouchi » ; « Yayin disco » ;« Mangou sarraounia » etc. certes les filles de la troupe de dangoudaou sont des talentueuses parolières, mais le véritable maitre de ces créations ...

Artiste rappeur Abdoulaye Moussa alias Mirador : Mirador sort son premier album dénommé ''Dan Sarki''

Artiste rappeur Abdoulaye Moussa alias Mirador : Mirador sort son premier album dénommé ''Dan Sarki''

L'artiste Mirador, de son vrai nom Abdoulaye Moussa, s'est véritablement intéressé au mouvement rap dans les années 2006 dans un groupe musical qui n'était pas bien connu en son temps : ''Aka Crew'' avec deux de ses amis qui ont finalement abandonné le rap. Evoluant depuis 2008 en carrière solo, aujourd'hui, il travaille sur son premier album ''Dan Sarki'', un album dont le vernissage est prévu le 2 février prochain à la Maison des Jeun...

Portrait d'artiste : Hamsou Garba, la Diva de la chanson nigérienne

Portrait d'artiste : Hamsou Garba, la Diva de la chanson nigérienne

Chanteuse à la voix imposante et grande danseuse, âgée aujourd'hui de 58 ans, mère de 6 enfants et grand-mère de quelques petits-fils, a du dynamisme à revendre. Chaleureuse, sympathique et pleine d'entrain, madame Maïga Hamsou Garba est une artiste née, au don incontestable parce qu'elle compose elle-même ses chansons et sa musique. Avec la création de sa radio « Touraki » dénommée "la voix des artistes", la battante Hamsou Garba couro...

Admission du groupe Sogha au Conseil Africain de la Musique : Pour le rayonnement de la musique nigérienne

Admission du groupe Sogha au Conseil Africain de la Musique : Pour le rayonnement de la musique nigérienne

Le Comité Exécutif du Conseil Africain de la Musique dont le siège est basé à Brazzaville au Congo a décidé d'admettre le groupe nigérien Sogha comme membre du Conseil dans la catégorie des organisations nationales et spécialisées. L'annonce a été faite par l'administratrice du groupe Sogha, Aichatou Ali Soumaila dite Aïchatou Dankwali, lors d'une interview qu'elle a bien voulu nous accorder.Pour elle, cette adhésion du groupe permet de...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice a…

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice aux cultures de contre saison et au pâturage

La région de Tillabéri compte 31 aménagements hydro agricoles dont 30 pour la production d...

vendredi 11 janvier 2019

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la …

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la crue

De l'autre côté de la rive, qui sert comme une sorte de gare fluviale reliant les localité...

vendredi 11 janvier 2019

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la…

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la filière

La filière de la gomme arabique a connu dans les années 60 et ce jusqu'en 1980, un essor s...

jeudi 10 janvier 2019

L'air du temps

Notre identité, nos valeurs ancestrales

Notre identité, nos valeurs ancestrales

«Un peuple sans culture est un peuple sans âme », disait l'écrivain nigérian Anthony Biako...

vendredi 11 janvier 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.