Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Editorial : Sous le sceau de la Renaissance


Photo-DG58 ans aujourd'hui de souveraineté nationale. Le 03 Août 1960, l'ancienne colonie française, le Niger, accédait à la souveraineté après le long processus de décolonisation enclenché dix ans plutôt, peu après la fin de la seconde guerre mondiale. Affaiblie par une guerre qui avait duré presque six ans, l'ancienne puissance colonisatrice n'avait plus les moyens d'assurer sa suprématie dans ses anciens bastions coloniaux. Ainsi, sous la poussée des idées progressistes, les anciennes colonies françaises, dont le Niger, obtinrent leur indépendance à quelques intervalles de mois les uns après les autres, dans la décennie 60.
Aujourd'hui, cela fait donc 58 ans que le Président Diori prononçait son grand discours radiodiffusé pour annoncer au peuple nigérien la bonne nouvelle, à savoir, l'indépendance de l'Etat du Niger ! Ce fut alors le début d'une ère nouvelle où il fallait, absolument tout construire, y compris la nation elle-même. Le défi était immense, et le père de l'indépendance ne s'y était point trompé en reconnaissant dans son discours les difficultés de la tâche, mais aussi la foi inébranlable pour réaliser le bonheur d'un peuple fraichement souverain. Quoiqu'eût été ce régime issu de l'indépendance, dans certains des travers qui lui avaient été reprochés, sans doute excusables du fait de l'inexpérience des premières années d'exercice de pouvoir, rendons, quand même, hommage à ces illustres devanciers qui auront jeté les premiers jalons du Niger contemporain. Qu'Allah le Miséricordieux ait pitié de leur âme et les agrée dans son royaume éternel !
Comme l'a si bien dit un grand penseur contemporain français, «rester fidèle au foyer des ancêtres, ce n'est pas en conserver les cendres, mais c'est en transmettre la flamme ». S'il y a un homme au Niger qui aura bien compris cette grande affirmation, c'est bel et bien l'actuel Chef de l'Etat, le Président Issoufou Mahamadou, qui n'a jamais cessé de regarder dans le rétroviseur pour trouver la source de son inspiration politique. La preuve est illustrée par son fort penchant à dédier certaines grandes infrastructures à la mémoire de ses illustres prédécesseurs afin d'immortaliser ces derniers dans l'imaginaire collectif. Il avait aussi honoré les premiers députés de la première Assemblée Nationale du Niger en les recevant au Palais pour leur signifier aussi la gratitude de la Nation. Voilà donc la passerelle entre le passé que personne ne renie et le présent qui est à construire et à parfaire !
58 ans après, que sommes-nous devenus ? Plus précisément, comment se porte le Niger d'aujourd'hui ? Après les années d'errance politique au cours desquelles les jeunes régimes démocratiques avaient été fortement fragilisés pour donner l'occasion à l'armée de faire irruption sur la scène politique nationale, la renaissance du Niger prônée et résolument mise en œuvre par le
Président Issoufou était venue apporter la réponse définitive que le Niger contemporain ne saurait trouver son salut que dans une démocratie populaire, apaisée, au service exclusif du peuple et dans l'union des cœurs et des esprits. Homme visionnaire, pragmatique et surtout un infatigable bâtisseur, en plus d'avoir érigé des ponts entre le passé et le présent, Issoufou est aussi un architecte, mieux un ouvrier dans son essence noble, qui, travaillant inlassablement, aura fait changer, en si peu de temps, le visage du Niger aussi bien à l'interne qu'à l'étranger. Sous son magistère, la vision qu'avait l'extérieur du Niger aura totalement changé : ce n'est plus ce pays misérabiliste qui quémandait la commisération internationale, mais bien le pays des 3N qui est hautement apprécié au-delà de nos frontières.
On ne mesure pas tant l'ampleur de la renaissance du Niger si on ne prend pas en compte la dimension sécuritaire de l'action du Président Issoufou depuis son arrivée à la tête du Niger. Desservi par une situation géographique qui l'expose à des périls certains (Boko Haram au Sud, MUJAO à l'Ouest, Etat Islamique et consorts au nord), le Niger n'en demeure pas moins aujourd'hui un ilot de paix dans un océan d'insécurité. Mais cette relative stabilité a un coût, et c'est ici qu'il faut saluer la vision, tout aussi courageuse que pragmatique, du Chef de l'Etat avec son fameux triptyque des trois D (Démocratie, Développement et Défense), assertion qui a d'ailleurs séduit, énormément, la communauté internationale pour sa pertinence. On ne rendrait pas justice à l'action louable du Président Issoufou si on l'amputait de cette dimension sécuritaire qui fait qu'aujourd'hui, en dépit de ces foyers de tension qui nous environnent de toutes parts, il est permis d'envisager au Niger l'avenir avec beaucoup de sérénité et d'optimisme.
Une fois l'Etat consolidé dans ses bases défensives et sécuritaires, le Président Issoufou ne s'était pas arrêté en si bon chemin, il a pris la truelle du bâtisseur pour transformer radicalement un Niger arriéré sur le plan des infrastructures pour le propulser dans l'ère de la modernité avec la construction de grands ouvrages socioéconomiques structurants. On savait le Président Issoufou un grand adepte du développement endogène, mais on était loin de penser qu'il était aussi un grand chef de chantiers, mieux, un véritable bulldozer pour tout casser et bien reconstruire, nous montrant ainsi sa bonne connaissance du mythe Grec de Prométhée.
Après le volet sécuritaire et infrastructures, la cerise sur le gâteau, le Président Issoufou se sera aussi attelé à la construction de l'image extérieure du Niger, ce qui a permis à notre pays d'abriter, plaise à Dieu, en juin 2019, la Conférence de l'Union Africaine à Niamey. Pour cette grande rencontre panafricaine, Niamey n'a pas fait dans la dentelle car d'importantes infrastructures hôtelières et aéroportuaires verront incessamment le jour pour permettre à notre capitale d'être à la hauteur de ce grand évènement.
Comme on peut le voir, 58 ans après l'accession à l'indépendance, et après des moments de balbutiements, le Niger bouge et renait avec nous, sous nos yeux et pour le bonheur de tous.
Joyeux anniversaire à tout le peuple nigérien et qu'Allah gratifie le Niger d'un hivernage fécond !

Zakari Alzouma Coulibaly

06/08/18

Culture

Amélie M'Baye : MC, actrice, chanteuse sénégalo-américaine : À l'aise sur toutes les scènes

Amélie M'Baye : MC, actrice, chanteuse sénégalo-américaine : À l'aise sur toutes les scènes

C'est à travers le personnage d'Aline dans la série" Monia and Rama " de la réalisatrice burkinabè Apolline Traoré, qu'Amélie M'Baye a fait son entrée dans le cinéma en 2002. Et l'aventure continue avec cette réalisatrice, puisque dans son long métrage Frontières, sorti en 2016 c'est Amélie qui joue le rôle principal, celui d'Adjara. Elle a joué le rôle principal dans ce film qui raconte la vie des commerçantes africaines confrontées au...

Styliste, créatrice de mode et conseillère en image Mme Bellamy Biba Amadou Kountché : La marque ''Mabiba'' fascine par …

Styliste, créatrice de mode et conseillère en image Mme Bellamy Biba Amadou Kountché : La marque ''Mabiba'' fascine par ses créations

Basée à Paris en France, la styliste, créatrice de mode et conseillère en image Mme Bellamy Biba Amadou Kountché, est nigérienne. Après trois (3) ans d'exercice pratique, elle sort la marque ''Mabiba'' qui propose un style moderne avec un détail qui frappe et qui fait la différence, créant ainsi la surprise. Le samedi 28 février dernier, à l'occasion de la présentation de sa première collection avec pour thème''la paix au Niger ''et pou...

Portrait d'artiste : Solange Delanne ou Toula, la jeune fille sacrifiée au génie des eaux

Portrait d'artiste : Solange Delanne ou Toula, la jeune fille sacrifiée au génie des eaux

L'actrice principale du film fiction de ''Toula'' du réalisateur nigérien feu Moustapha Alassane a aujourd'hui la soixantaine sonnée. L'ancienne actrice incarnait la fille sacrifiée par son oncle, le roi du village de ''Yalambouli'' où loge dans la mare un génie. ''Toula'' est aujourd'hui mère de deux enfants (une fille et un garçon). Depuis sa retraite, Solange Delanne vit en France où elle dirige une association de chorale. « Nous org...

Interview : Apolline Traoré, réalisatrice Burkinabè : «L'Afrique a d'énormes opportunités d'histoires extraordinaires à …

Interview : Apolline Traoré, réalisatrice Burkinabè : «L'Afrique a d'énormes opportunités d'histoires extraordinaires à raconter. Il y a encore de longues années d'exploitation», estime la réalisatrice burkinabè

Apolline Traoré est surtout connue à travers ses longs métrages, notamment Moi Zaphira en 2013, Frontières en 2017, Desrances sorti en fin 2018. Mais elle a commencé à réaliser des courts métrages depuis les années 2000 avec The Price of Ignorance (Le Prix de l'ignorance) en 2000, (sur la victime d'un viol à Boston, aux États-Unis), et Kounandi (La Personne qui porte chance) en 2003, sur une naine rejetée de tous. Elle réalise son premi...

19ème édition du Marché International du Cinéma Africain, en marge du 26ème FESPACO : Une participation remarquable pour…

19ème édition du Marché International du Cinéma Africain, en marge du 26ème FESPACO : Une participation remarquable pour le Niger

C'est en 1983, soit 14 ans après la création du Festival Panafricain du cinéma et de la télévision d'Ouagadougou (FESPACO) que le Marché International du Cinéma Africain (MICA) a vu le jour. Cet espace qui, depuis fait partie des activités du FESPACO est né de la volonté des professionnels du cinéma et de l'audiovisuel du continent d'avoir un marché autonome et propre au film africain. Pour sa 19ème édition qui a eu lieu du 24 février a...

12ème édition du FIMA en marge du Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine en 2019 à Niamey : Le …

12ème édition du FIMA en marge du Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine en 2019 à Niamey : Le FIMA de retour à Niamey

Le Promoteur du Festival International de la Mode en Afrique (FIMA) M. Seidnaly Sidahmed Alphadi a organisé une conférence de presse, hier matin, à l'auditorium Sani Bako du Ministère des Affaires Etrangères. Cette conférence de presse a pour Objectif d'informer l'opinion nationale et internationale sur la tenue, en juillet 2019, à Niamey, de la 12ème édition dudit festival. C'est le ministre du Tourisme et de l'Artisanat M. Ahmed Boto ...

Musique moderne nigérienne : John Sofakolley refait surface

Musique moderne nigérienne : John Sofakolley refait surface

A l'état civil, il se nomme Abdou Halidou Maiguizo, mais tout le monde l'appelle John Sofakolley. Une carrière en dents de scie mais un talent indéniable pour celui qui vient de loin et qui participe à des causes humanitaires.Avant les années 2000, Abdou Halidou Maiguizo était en vue sur la scène musicale nigérienne. Il l'était tant pour son savoir-faire, que pour son engagement et sa créativité. A travers cet art, il a inspiré plus d'u...

26ème FESPACO / "La vie de Château" long métrage, 81 mn des réalisateurs Cédric Ido et Modi Barry, sorti en 20…

26ème FESPACO / "La vie de Château" long métrage, 81 mn des réalisateurs Cédric Ido et Modi Barry, sorti en 2017, projeté en séance spéciale au Ciné Burkina : Dans le quotidien tumultueux d'une communauté cosmopolite

"La vie de Château" : ce sont les différentes facettes de ces communautés dont les membres venus d'horizons divers poursuivent leurs rêves. Un film sur une thématique qui n'est certainement pas nouvelle, mais qui reste toujours d'actualité comme le désir de tous ceux-là qui s'illusionnent pour une meilleure vie de l'autre côté de la méditerranée.Nous sommes dans la zone de la Station Château d'Eau de Paris, où le film "la Vie de Château...

« Ma belle-mère Ma Coépouse » : La vie mouvementée d'une mégère

« Ma belle-mère Ma Coépouse » : La vie mouvementée d'une mégère

Sorti en 2018, « Ma belle-mère Ma Coépouse », 75 mn du réalisateur nigérien Moussa Hamadou Djingarey, était en projection panorama au FESPACO 2019.Tourné à Agadez, ville du nord Niger, « Ma belle-mère Ma Coépouse » porte sur la vie d'un jeune couple, Raicha une femme touarègue de 25 ans, mariée à Hamada, un instituteur d'une autre ethnie. La vie paisible que mène ce couple sera mise à rude épreuve par Agaïsha, la mère de Hamada qui, obn...

Cinéma/Bibata est partie : La véritable histoire d'une femme

Cinéma/Bibata est partie : La véritable histoire d'une femme

Sorti en 2018, le film "Bibata est partie'', est un court métrage de 30 mn de la réalisatrice nigérienne Nana Hadiza Akawala. Dans ce documentaire, elle est à la recherche de son amie perdue de vue depuis une dizaine d'années. En selection aux compétitions du 26ème FESPACO, le film tourné en langue Zarma, et sous titré en français a été projeté le 27 février dernier au ciné Nerwaya de Ouagadougou.Bibata était une de ces femmes communéme...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Tresses traditionnelles nigériennes : Derrière la …

Tresses traditionnelles nigériennes : Derrière la beauté, se cache toute une symbolique

Au-delà de la beauté artistique et visuelle, la tresse symbolise une forme d'expression po...

jeudi 18 avril 2019

Tresse traditionnelle

Tresse traditionnelle

La tresse traditionnelle a longtemps été un des métiers les plus reconnus à la femme nigér...

jeudi 18 avril 2019

Santé et sécurité au travail : Peu d'importance ac…

Santé et sécurité au travail : Peu d'importance accordée à la question

La problématique traite de la protection des travailleurs contre les maladies, les acciden...

jeudi 4 avril 2019

L'air du temps

Endiguer le banditisme urbain

Endiguer le banditisme urbain

Il y a environ une semaine, la Police Nationale a une fois de plus mis hors d'état de nuir...

jeudi 18 avril 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.