Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Projection de la série ''Femme actuelle'' de Boubacar Djingarey Maiga : Une série de treize épisodes présentée au public


lauteur-du-film-avec-les-acteurs-2Deux ans après son film "dans le noir", Boubacar Djingarey Maiga nous revient avec une série de treize épisodes de treize minutes (13) chacun, tirée du réel des téléspectateurs. Intitulé ''femme actuelle'', le film à travers ces différentes séries montre le quotidien de certaines familles nigériennes. Il aborde des thèmes importants comme l'amour, la polygamie, la haine...
Les principaux personnages sont Moussa, Idrissa, Aicha, Mina et Mimi. Parlant de ces acteurs, le cinéaste Boubacar Djingarey Maiga explique «qu'ils incarnent des couples ou les joies et les peines de la vie s'entremêlent. Ils décrivent de façon générale, les comportements de certaines sœurs envers leurs époux». Justifiant l'objectif recherché, le cinéaste dit qu'il veut amener ses sœurs à mettre fin à certaines pratiques superstitieuses comme le maraboutage ; à éviter de soupçonner leurs maris et/ou d'être excessivement jalouses. Tous ces problèmes peuvent facilement entrainer un dysfonctionnement au sein des foyers et voire même le divorce.
Dans ces séries, il a été mis en place des scenarios pour créer des situations explosives ; c'est étonnant de voir des personnages qui tentent de conserver leur idée de la famille. Tout est là pour attirer l'attention, atteindre le téléspectateur, créer une situation de tensions et regarder comment chacun va s'en sortir. C'est la vie de tous les jours narrée par l'auteur.
«Je suis né et grandi à Niamey, certaines valeurs m'ont été léguées par ma famille comme le respect du mari, la bonne gestion de la famille, le respect de nos us et coutumes, l'entente, la tolérance. La polygamie doit unir et non le contraire. J'ai été toujours sensible aux questions familiales qui sont le sens de mon film, sa portée sociale et culturelle. Notre intention est de montrer que la femme, si elle le veut, peut sauver son foyer et qu'elle arrête de contrôler son conjoint, de s'enfermer et de copier certaines pratiques malveillantes. Que son image soit le plus loin possible des clichés», a affirmé Bouba.
Avec son film ''femme actuelle'', il espère ouvrir un débat collectif sur ce fléau qu'est le divorce qui prend de l'ampleur dans nos sociétés. Dans cette démarche, assure-t-il, le rôle des parents est déterminant.
Expliquant les raisons de son parcours filmographique, il reconnait avoir eu la chance de grandir dans un environnement où la camera est le principal outil de travail, et aussi la chance de rencontrer des bonnes
personnes au bon moment.

Des projections à Niamey et à Bamako

Dans une volonté de faire, une fois de plus, partager avec le plus grand nombre le goût du septième art et le désir de création, il se mobilise déjà comme il l'a fait cette année pour offrir en 2019, à Niamey et dans toute la sous-région, une programmation de qualité en faisant intervenir des acteurs locaux, nationaux et internationaux de la scène cinématographique. «A l'adresse des jeunes qui sont à leur début de carrière, c'est d'abord de comprendre que le cinéma est une passion. Ensuite, quand on aime faire de cet art un vrai métier, l'apprentissage est fondamental, il faut bien se forger, jusqu'à trouver son but, avoir son objectif. lauteur-du-film-avec-les-acteursC'est une illusion de se voir artiste dès au début de sa carrière. On apprend tous pour le moment. Etre une star peut prendre du temps, un long temps», a affirmé Boubacar Djingarey Maiga.
Malgré quelques succès récents du cinéma nigérien, le fameux adage stipulant que l'art ne nourrit pas son homme, perdure. Très rares sont en effet les artistes à qui le métier exclusif de cinéma couvre entièrement les besoins de la vie. « Les conditions ne sont pas du tout faciles, on fournit assez d'efforts déjà pour se faire connaitre ; nous nous débrouillons tant bien que mal, pour assurer la visibilité de la culture nigérienne, par des productions qui visent surtout l'international», affirme t-il.
Parlant de son film, le cinéaste explique qu'à Niamey, Tillabéry, Dosso, et même à Bamako, le public était au rendez-vous et là c'était formidable. «J'ai beaucoup aimé le spectacle de Bamako, car presque la majorité des nigériens vivant dans la ville avaient fait le déplacement et sans oublier la contribution importante de notre Ambassade qui n'a ménagé ni son temps encore moins ses efforts pour faire de la projection une belle réussite, j'en suis touché », indique Bouba.
Pour ce qui est des projets, il reconnait qu'il y en a beaucoup, mais ne peut pas encore en parler. Selon lui, il doit faire encore ses preuves, et à ce défi personnel s'ajoute celui plus général du faible volume des films produits au Niger et en Afrique et la rareté des salles de projection ; des freins majeurs à son expression et à sa diffusion. Autant de problèmes que les cinéastes doivent diagnostiquer avec plus de réalisme. Son rêve : voir les films nigériens tournés dans des salles de renommée internationale. Il remercie vivement tous ceux qui de près ou de loin ont apporté leur contribution pour faire de ce film un véritable chef d'œuvre.
«J'espère que mon film aura des impacts positifs », confie-t-il avec un brin d'optimisme avant d'affirmer : «pour l'instant, je tourne».
Aïssa Abdoulaye Alfary(onep)

14/09/18

Culture

Le ministre de la Renaissance Culturelle co-anime une conférence de presse au siège de l'Unesco, à Paris : Une édition s…

Le ministre de la Renaissance Culturelle co-anime une conférence de presse au siège de l'Unesco, à Paris : Une édition spéciale FIMA au programme du Sommet de l'UA à Niamey

Le ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, M. Assoumana Malam Issa, était récemment en visite à Paris, où il a pris part à une conférence de presse organisée au siège de l'Unesco. Principale annonce faite au cours de cette rencontre avec les médias : la tenue d'un FIMA spécial, à Niamey, à l'occasion du sommet de l'Union Africaine, prévu pour se tenir en juillet prochain dans notre pays. Il sera p...

Amélie M'Baye : MC, actrice, chanteuse sénégalo-américaine : À l'aise sur toutes les scènes

Amélie M'Baye : MC, actrice, chanteuse sénégalo-américaine : À l'aise sur toutes les scènes

C'est à travers le personnage d'Aline dans la série" Monia and Rama " de la réalisatrice burkinabè Apolline Traoré, qu'Amélie M'Baye a fait son entrée dans le cinéma en 2002. Et l'aventure continue avec cette réalisatrice, puisque dans son long métrage Frontières, sorti en 2016 c'est Amélie qui joue le rôle principal, celui d'Adjara. Elle a joué le rôle principal dans ce film qui raconte la vie des commerçantes africaines confrontées au...

Styliste, créatrice de mode et conseillère en image Mme Bellamy Biba Amadou Kountché : La marque ''Mabiba'' fascine par …

Styliste, créatrice de mode et conseillère en image Mme Bellamy Biba Amadou Kountché : La marque ''Mabiba'' fascine par ses créations

Basée à Paris en France, la styliste, créatrice de mode et conseillère en image Mme Bellamy Biba Amadou Kountché, est nigérienne. Après trois (3) ans d'exercice pratique, elle sort la marque ''Mabiba'' qui propose un style moderne avec un détail qui frappe et qui fait la différence, créant ainsi la surprise. Le samedi 28 février dernier, à l'occasion de la présentation de sa première collection avec pour thème''la paix au Niger ''et pou...

Portrait d'artiste : Solange Delanne ou Toula, la jeune fille sacrifiée au génie des eaux

Portrait d'artiste : Solange Delanne ou Toula, la jeune fille sacrifiée au génie des eaux

L'actrice principale du film fiction de ''Toula'' du réalisateur nigérien feu Moustapha Alassane a aujourd'hui la soixantaine sonnée. L'ancienne actrice incarnait la fille sacrifiée par son oncle, le roi du village de ''Yalambouli'' où loge dans la mare un génie. ''Toula'' est aujourd'hui mère de deux enfants (une fille et un garçon). Depuis sa retraite, Solange Delanne vit en France où elle dirige une association de chorale. « Nous org...

Interview : Apolline Traoré, réalisatrice Burkinabè : «L'Afrique a d'énormes opportunités d'histoires extraordinaires à …

Interview : Apolline Traoré, réalisatrice Burkinabè : «L'Afrique a d'énormes opportunités d'histoires extraordinaires à raconter. Il y a encore de longues années d'exploitation», estime la réalisatrice burkinabè

Apolline Traoré est surtout connue à travers ses longs métrages, notamment Moi Zaphira en 2013, Frontières en 2017, Desrances sorti en fin 2018. Mais elle a commencé à réaliser des courts métrages depuis les années 2000 avec The Price of Ignorance (Le Prix de l'ignorance) en 2000, (sur la victime d'un viol à Boston, aux États-Unis), et Kounandi (La Personne qui porte chance) en 2003, sur une naine rejetée de tous. Elle réalise son premi...

19ème édition du Marché International du Cinéma Africain, en marge du 26ème FESPACO : Une participation remarquable pour…

19ème édition du Marché International du Cinéma Africain, en marge du 26ème FESPACO : Une participation remarquable pour le Niger

C'est en 1983, soit 14 ans après la création du Festival Panafricain du cinéma et de la télévision d'Ouagadougou (FESPACO) que le Marché International du Cinéma Africain (MICA) a vu le jour. Cet espace qui, depuis fait partie des activités du FESPACO est né de la volonté des professionnels du cinéma et de l'audiovisuel du continent d'avoir un marché autonome et propre au film africain. Pour sa 19ème édition qui a eu lieu du 24 février a...

12ème édition du FIMA en marge du Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine en 2019 à Niamey : Le …

12ème édition du FIMA en marge du Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine en 2019 à Niamey : Le FIMA de retour à Niamey

Le Promoteur du Festival International de la Mode en Afrique (FIMA) M. Seidnaly Sidahmed Alphadi a organisé une conférence de presse, hier matin, à l'auditorium Sani Bako du Ministère des Affaires Etrangères. Cette conférence de presse a pour Objectif d'informer l'opinion nationale et internationale sur la tenue, en juillet 2019, à Niamey, de la 12ème édition dudit festival. C'est le ministre du Tourisme et de l'Artisanat M. Ahmed Boto ...

Musique moderne nigérienne : John Sofakolley refait surface

Musique moderne nigérienne : John Sofakolley refait surface

A l'état civil, il se nomme Abdou Halidou Maiguizo, mais tout le monde l'appelle John Sofakolley. Une carrière en dents de scie mais un talent indéniable pour celui qui vient de loin et qui participe à des causes humanitaires.Avant les années 2000, Abdou Halidou Maiguizo était en vue sur la scène musicale nigérienne. Il l'était tant pour son savoir-faire, que pour son engagement et sa créativité. A travers cet art, il a inspiré plus d'u...

26ème FESPACO / "La vie de Château" long métrage, 81 mn des réalisateurs Cédric Ido et Modi Barry, sorti en 20…

26ème FESPACO / "La vie de Château" long métrage, 81 mn des réalisateurs Cédric Ido et Modi Barry, sorti en 2017, projeté en séance spéciale au Ciné Burkina : Dans le quotidien tumultueux d'une communauté cosmopolite

"La vie de Château" : ce sont les différentes facettes de ces communautés dont les membres venus d'horizons divers poursuivent leurs rêves. Un film sur une thématique qui n'est certainement pas nouvelle, mais qui reste toujours d'actualité comme le désir de tous ceux-là qui s'illusionnent pour une meilleure vie de l'autre côté de la méditerranée.Nous sommes dans la zone de la Station Château d'Eau de Paris, où le film "la Vie de Château...

« Ma belle-mère Ma Coépouse » : La vie mouvementée d'une mégère

« Ma belle-mère Ma Coépouse » : La vie mouvementée d'une mégère

Sorti en 2018, « Ma belle-mère Ma Coépouse », 75 mn du réalisateur nigérien Moussa Hamadou Djingarey, était en projection panorama au FESPACO 2019.Tourné à Agadez, ville du nord Niger, « Ma belle-mère Ma Coépouse » porte sur la vie d'un jeune couple, Raicha une femme touarègue de 25 ans, mariée à Hamada, un instituteur d'une autre ethnie. La vie paisible que mène ce couple sera mise à rude épreuve par Agaïsha, la mère de Hamada qui, obn...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Consommation des arômes et sels artificiels : Des …

Consommation des arômes et sels artificiels : Des additifs alimentaires pas toujours bénéfiques pour notre santé

Communément appelés «arôme Maggi», les exhausteurs de goût ou additifs alimentaires envahi...

jeudi 23 mai 2019

Témoignages de certaines ménagères sur l'effet des…

Témoignages de certaines ménagères sur l'effet des arômes industriels ou « bouillon » sur la santé

Les arômes importés constituent un problème sanitaire important. En effet, il n'est pas ra...

jeudi 23 mai 2019

Le coût du hadj 2019 : Le pèlerinage aux lieux sai…

Le coût du hadj 2019 : Le pèlerinage aux lieux saints de l'Islam, de plus en plus un fardeau pour les fidèles

« L'Etat n'invente pas le prix du Hadj mais étudie toutes les dépenses par rubrique, fait ...

jeudi 16 mai 2019

L'air du temps

Et bientôt la frénésie des préparatifs de la fête

Et bientôt la frénésie des préparatifs de la fête

Jour ''J'' moins 28 ; - 27 ;... -11 ; -10 ; -9, etc. Le compte à rebours est en marche, no...

jeudi 23 mai 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.