Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

La Production locale de sacs et chaussures en cuir par le CMCAN : Des produits de qualité, exit le prêt à porter importé

Une vitrine de produits en cuir Une vitrine de produits en cuir

Il est de plus en plus rare de rencontrer une femme porter un sac, des chaussures ou des bijoux conçus et fabriqués localement par nos artisans. Ce constat est d'autant plus déplorable quand on se réfère au fait qu'il existe à Niamey, des centaines d'artisans formés par le Centre des Métiers du Cuir et d'Arts du Niger (CMCAN), qui a une vocation sous régionale et qui regroupe sept (7) pays dont la Côte d'Ivoire, le Bénin, le Burkina Faso, la Guinée, le Sénégal, le Togo, et le Niger. Il faut aussi noter que ce centre dispose de sa propre boutique, dont la qualité des produits n'a rien à envier, sinon dépasse largement celle des articles importés.
D'après la chef du département Commercialisation et communication du Centre des Métiers du Cuir et d'Arts du Niger (CMCAN), Mme Rabiou Charifatou, la vocation première du centre, est la formation. Et, c'est pour substantiellement augmenter ses recettes que la boutique du centre du CMCAN a été ouverte. Elle précise que la production des divers objets, se fait dans des infrastructures adéquates, avec des équipements et des outils modernes. A cet effet, une tannerie minérale et traditionnelle permet particulièrement de traiter le cuir avec des produits offrant aux articles fabriqués par le CMCAN, une qualité irréprochable, et subséquemment de concurrencer ce qu'on appelle communément du prêt à porter, qui nous provient d'autres pays.


Aussi, Mme Rabiou Charifatou a rappelé que l'expertise de son institution en termes de tannage, est un acquis qui, aujourd'hui donne la possibilité d'offrir des produits finis qui ne dégagent aucune odeur. Elle indique également qu'en dehors des matières premières qui sont bien traités, il faut noter que les artisans du CMCAN ont reçu une formation professionnelle pour être apte à concevoir et créer des produits supérieurs du point de vue artistique. Pour elle, les avantages comparatifs de ces produits sur d'autres, relèvent du savoir-faire des artisans du CMCAN, qu'ils ont reçu un expert tunisien et marocain.
«On retrouve dans notre boutique des produits en cuir, en os et en corne. On propose entre autres dans nos vitrines des sacs et des chaussures pour hommes, et des boucles d'oreilles, des colliers, des bracelets, des barrettes, des chausses pieds et des coupes papiers. Notre défi est de faire consommer aux Nigériens leurs productions locales. Néanmoins, les prix de nos articles sont légèrement plus élevés que les prêts à porter qui se vendent au marché et qui ont une durée d'utilisation largement en deçà de ce que nous proposons. Par ailleurs, j'attire l'attention de nos compatriotes sur les avantages de consommer les produits locaux, et d'encourager nos frères et sœurs» a dit la chef département Commercialisation et communication du CMCAN, qui envisage d'avoir des vitrines d'exposition au niveau des hôtels pour faire valoir notre artisanat auprès des visiteurs étrangers.
En termes de prix, elle dit que pour les sacs par exemple, les prix vont de 12.000 FCFA à plus, car les produits peuvent aussi être crées selon les besoins et les exigences des clients.
Pour sa part, la directrice du Centre, Mme Lawal Amina, explique que l'institution qu'elle gère a d'abord été un projet d'appui à la formation professionnelle et continue et a été créée avec l'appui de la coopération française. «Le secteur de l'artisanat est un secteur clé pour le développement socio-économique de notre pays, d'où la création du CMCAN, et l'attribution de sa gestion à l'Etat du Niger en 2006, par le canal du Ministère des Enseignements Professionnels et Techniques. Il est aujourd'hui érigé en établissement public à caractère social. C'est maintenant, un centre de formation professionnel pour les maîtres artisans et les apprentis. La vocation principale du centre est d'abord la formation, le perfectionnement et le renforcement de capacité en termes d'appui-conseil et de suivi» a-t-elle précisé.
Selon le communicateur du CMCAN, M. Casiendé Erick, pour la visibilité de ladite institution, un site internet et une page Facebook ont notamment été créés. Il encourage nos institutions et la population à se ravitailler à la boutique pour soutenir le centre et les artisans du Niger.
Samira Sabou(onep)
www.lesahel.org

Culture

8èmes Jeux de la Francophonie, à Abidjan (Côte d'Ivoire) : Notre compatriote Razak René Joli remporte la Médaille d'or d…

8èmes Jeux de la Francophonie, à Abidjan (Côte d'Ivoire) : Notre compatriote Razak René Joli remporte la Médaille d'or du concours de littérature

Le Niger vient de décrocher sa première médaille aux 8èmes jeux de la Francophonie qui battent leur plein depuis à Abidjan. En effet, notre jeune compatriote, le nouvelliste Razak René Joli, a remporté, mardi dernier, la médaille d'or du concours de littérature dans la catégorie Nouvelle, avec son œuvre présentée sous le titre " L'Homme qui donnait des baisers au vent".Cette médaille d'or du jeune nouvelliste, qui vient compenser les la...

IVème Conférences des ministres francophones en charge de la Culture : Une déclaration et un plan d'action en vue d'une …

IVème Conférences des ministres francophones en charge de la Culture : Une déclaration et un plan d'action en vue d'une contribution de la culture au développement durable

En marge des VIIIème Jeux de la Francophonie qu'organise la Côte d'Ivoire, Abidjan a accueilli les 22 et 23 juillet la IVème Conférence des ministres francophones en charge de la culture. Cette rencontre se tient seize ans après celle de Cotonou en 2001, dans un contexte, bien différent de celui d'alors, aussi bien pour la Côte d'Ivoire que pour le monde entier.«Nous sommes ici, aujourd'hui, parce que Francophonie et diversité culturell...

mode et beauté : Quand les tresses traditionnelles remplacent les gros grains

mode et beauté : Quand les tresses traditionnelles remplacent les gros grains

Ces dernières années, les jeunes filles et femmes de Niamey optent plus pour les petites tresses traditionnelles sans mèches à défaut des tresses dites ''gros grains'' qui sont faites avec des mèches. Ce sont des tresses faciles à réaliser, prennent environ deux heures d'horloge pour les tresseuses. Elles ont l'avantage de s'entretenir facilement et de ne causer aucun dommage sur le cuir chevelu si sensible. Les professionnelles de ces ...

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

Dans un univers musical nigérien totalement dominé par des hommes, Philomène fait partie des rares femmes qui essaient de s'affirmer et d'émerger.Depuis son jeune âge, elle chante dans les gospels, les chorales des églises. A dix ans déjà, elle passait tout son temps à chanter et à danser. Une décennie après, elle s'est frayée un chemin dans un monde fait de hauts et de bas ; elle possède une voix angélique qui fait d'elle aujourd'hui u...

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur…

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur"

Le Niger sera représenté à la 17ème édition de Clap Ivoire qui se tiendra du 4 au 10 septembre par les réalisateurs Oumarou Kadry Koda en catégorie documentaire avec " Nos faiseurs de bonheur" et Abdoul Rachid Amadou Sanda Maïga avec la fiction "Epris d'une mère".Les représentants du Niger à ce festival de concours de court métrage destiné aux jeunes ressortissants et résidents des pays membres de l'UEMOA ont été sélectionnés le 17 juil...

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseig…

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseignement, d'éducation notamment historique »

Mohamed Elkebir est un jeune réalisateur nigérien et promoteur du label Sahara Niger. Après ses études secondaires au Niger, il a continué ses études au Burkina Faso, au Ghana puis en Côte d'Ivoire où il a reçu plusieurs formations. Il est aussi un acteur de la société civile, membre de l'association « Jeunesse active du Niger ».Dès son retour au pays, il s'est inscrit à l'UAM où il décrocha un diplôme puis travailla dans une compagnie ...

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très …

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très importante dans l'éveil des consciences »

À l'état civil il est Ibrahim Oumarou Yacouba, mais son nom de scène est "Sage Soldat". Après des études en droit des affaires, parallèlement à ses activités de chanteur de reggae, "Sage Soldat" s'est retourné vers des études beaucoup plus en phase avec sa passion, car il est étudiant en Master 1 en Arts et Culture à l'université de Niamey. Actuellement il est à Dakar dans le cadre de son stage professionnel à Africulturban, une associa...

Le port de natte par les femmes d'Abalak : Une pratique culturelle spécifique en voie de disparition

Situé à 135 km au nord de Tahoua sur la route d'Agadez, la ville d'Abalak chef-lieu du département du même nom, regorge d'énormes potentialités pastorales, culturelles et artisanales. Parmi les potentialités culturelles on peut citer le port de natte chez les femmes. Cette pratique est, pour la femme touareg, ce qu'est le hijab autrement dit le voile chez les femmes arabes. Le port de natte rêvait donc une fonction socioculturelle qui f...

À la découverte du dromadaire : Le fidèle compagnon des peuples nomades

Appartenant au même genre biologique que le chameau qui, lui à une ou deux bosses selon son origine, le dromadaire appartient au genre camélus apparu il ya cinquante millions d'années. Il se distingue des autres mammifères par la longueur de son cou et la nature de ses pieds dépourvu de sabots. C'est cette élégante bête qui est l'animal emblématique de la région de Tahoua dont la présence est illustrée à l'entrée de la ville à travers u...

Culture : Mlle Mariama Daouda : revaloriser la croix d'Agadez à travers la maroquinerie

Culture : Mlle Mariama Daouda : revaloriser la croix d'Agadez à travers la maroquinerie

Au Niger, le secteur de la mode regorge de talents, mais peine à prendre un envol véritable. C'est pourtant un monde riche et varié où, on peut gagner son pain à la sueur de son front. Développer une nouvelle approche dans ce secteur, c'est le challenge que s'est fixé Melle Mariama Daouda en réalisant la nouvelle marque d'accessoires ''zamany accessory''. C'est avec des matériaux de chez nous, qu'elle confectionne des sacs ''made in Nig...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Au bord du fleuve à Tillabéri : Un carrefour d'act…

Au bord du fleuve à Tillabéri : Un carrefour d'activités commerciales et de prestation de services divers

Tillabéri, «la capitale du fleuve», chef de lieu de région du même nom est à un peu plus d...

mardi 25 juillet 2017

Campagne agricole : Les vœux d'un agropasteur

Campagne agricole : Les vœux d'un agropasteur

À quelques encablures de la commune rurale de Sansané Haoua, à environ 80 kilomètres à l'o...

mardi 25 juillet 2017

Le marché de Tillabéri : Entre tradition et modern…

Le marché de Tillabéri : Entre tradition et modernité, un marché atypique

C'est un grand marché bihebdomadaire dont les rendez-vous ont lieu tous les mercredis et d...

mardi 25 juillet 2017

L'air du temps

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Des milliers de jeunes gens, filles et garçons, attroupés autour d'un espace dégagé. Au mi...

vendredi 21 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.