Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Vient de paraitre ''La Parenthèse du fleuve'' un roman de Adamou Idé : Barro, c'est moi !

La Parenthèse du fleuve La Parenthèse du fleuve

Ce roman n'est pas fleuve, mais épais. Avec près de 270 pages, quel bonheur pour les lecteurs en quête de sensations littéraires ! Car le livre sent bon. Il y a le récit romanesque qui nous balance agréablement en campagne et en ville ; des personnages loufoques et attachants naïfs et sincères timorés et rêveurs... Le tout sous une plume alerte, balzacienne en tous points supérieure à son œuvre précédente forte de quelques 9 livres composés de nouvelles comme ''misères et grandeurs ordinaires'' (Editions Cheminante 2008 réédité en 2014), de recueils des poèmes ''Le Cri inachevé'' (Imprimerie Nationale du Niger 1984) et de prose ''Talibo, un enfant du quartier'' 1996. On commettrait un péché mignon en occultant sa nouvelle écrite en langue nationale zarma intitulée ''wa sappé se'' qui veut dire ''Votez pour moi'' en 2003.
Malgré tout, le livre donne des frissons surtout venant du titre ''la Parenthèse du fleuve'', éditions Tombouctou 2015 nous rappelle en effet l'un des chefs d'œuvre de l'écrivain et dramaturge congolais Soni Labou Tansi qui porte le titre, de '' Parenthèse de Sang suivi de Je soussigné cardiaque (Hatier 1981). Mais en l'ouvrant aucune comparaison ne saute aux yeux. D'autant plus que l'un est une pièce de théâtre et l'autre un roman.
Près de huit chapitres composent ce roman dont les plus suaves sont ''les rêves impossibles '', ''les enfants du macaroni'', ''secrets du village'', ''on a tirés sur cajou'' et ''les vents tournent''. On peut s'étonner d'ailleurs de ce qu'un roman soit divisé en chapitres. Le genre généralement s'en passe !


''Je m'appelle Barro je suis étudiant et fou de l'écriture'' écrit Adamou Idé dès la quatrième page du roman. Pour un lecteur averti, le voile est levé. Ou l'œuvre est autobiographique ou il est le portrait d'un être proche de l'auteur. Les deux hypothèses combinées sont même possibles dans la mesure où un roman est construit avec du vrai et de la fiction. La fiction ici, ce sont les lieux des actions, c'est à dire les noms du pays, des villages et centres urbains. Comme le titre du livre ''Parenthèse du fleuve '' qui n'est qu'un bistrot... imaginaire où se rencontrent des intellectuels et où s'organisent des complots. En revanche ce qui est vrai, ce sont les actions elles mêmes.
Barro le personnage central - on ose l'affirmer -, n'est autre que Adamou Idé lui même ; son mentor Siddo n'est autre que le professeur de lettres de l'université célèbre de vivant (il est décédé il ya une dizaine d'années). C'est d'ailleurs à ce dernier que le livre est dédié sous le libellé ''A la mémoire de Siddo Issa qui fut arraché très tôt à notre affection''. Bref, pour tout celui qui connait Niamey et ses quartiers en l'occurrence Haro Banda et l'université où l'auteur décrit avec force détail la bataille sanglante entre forces de l'ordre et étudiants lors de la démocratisation du pays en 1990, comprend que l'auteur a triché... des réalités vécues. Que dire de plus que toutes les œuvres romanesques sont échafaudées sur ce dualisme de Rêve et Réalité
La détermination est-elle gage de réussite ? C'est la matrice de ce beau roman dont on ignore le nombre d'exemplaires produits et même le lieu où il est disponible. A l'évidence, c'est le protagoniste Barro qui nous conduit vers toutes les intrigues. Mais qui est–il, ce Barro ? Enfant pauvre issu d'une famille nombreuse et campagnarde, l'école a vite fait de lui quelqu'un qui espère. Mais dans son pays le succès scolaire ne suffit pas ; encore faut-il avoir des bras longs pour prétendre à des bourses. L'auteur en profite pour brosser la vie noire des étudiants au campus et dans la vie sociale avec des personnages aussi burlesques que la situation désespérante dans laquelle ils évoluent.
Point n'est besoin de parler des nombreux personnages qui peuplent le livre avec leur désinvolture et leurs illusions ; leurs haines et leurs amours auxquels se greffent la perte des valeurs traditionnelles à travers le conflit des générations. On est angoissé par moment en lisant certaines pages pleines d'incertitudes pour l'Afrique. Mais rassure un personnage secondaire ''on ne peut pas tromper le peuple tout le temps''
La trame du roman est conduite par ce même Barro, étudiant brillant qui ambitionne ''coute que coute'' de devenir écrivain. Célèbre. Et il le deviendra surtout grâce au concours du professeur de lettres modernes Siddo.
On se souviendra que Gustave Flaubert avait dit ''Madame BOVARY'', c'est moi. C'est l'occasion pour Idé ADMOU d'avouer que Barro, c'est son ego. Bien qu'épais et malgré tout, on ne s'ennuie pas en lisant ce roman autobiographique. Bien au contraire on se délecte et s'éclate.
O. ALI
www.lesahel.org

Culture

Entretien avec le comédien, et acteur burkinabè, M. Gustave Sorgo : «Il ne suffit pas de prendre un caméscope pour deven…

Entretien avec le comédien, et acteur burkinabè, M. Gustave Sorgo : «Il ne suffit pas de prendre un caméscope pour devenir cinéaste, il y a une didactique cinématographique qu'il faut connaitre», déclare Gustave Sorgo

Rien ne semblait prédisposer Sorgo Dak Jean Gustave, qui était d'abord enseignant puis employé de banque à la carrière de comédien et d'acteur, à part le désir qu'il a toujours eu de faire rire les autres, depuis l'école primaire quand il jouait dans des sketches. Appelé « Tonton Gaoussou », par les uns, « Sidiki », par les autres, Gustave Sorgo a fait du théâtre dans sa jeunesse. Mais c'est la rencontre en 1979 avec le réalisateur de r...

Vernissage du livre '' La Croix d'Agadès'' ou TENEGHL'T : TENEGHL'T, une identité culturelle nigérienne confirmée

Vernissage du livre '' La Croix d'Agadès'' ou TENEGHL'T : TENEGHL'T, une identité culturelle nigérienne confirmée

Le ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, Porte-parole du Gouvernement, M. Assoumana Mallam Issa, a présidé, jeudi dernier, au Musée National Boubou Hama, la cérémonie officielle du vernissage du livre de Thiamidi Babou Magha, intitulé ''La Croix d'Agadès'' ou TENEGHL'T, symbolisme et fonctions sociopolitiques.Dans ce livre, l'auteur montre le rôle sociopolitique de cette croix, ses fonctions et ...

Zin'naariâ ! L'alliance d'or de Rahmatou Keita, au Fespaco 2017 : Le film qui a séduit par la qualité de ses images

Zin'naariâ ! L'alliance d'or de Rahmatou Keita, au Fespaco 2017 : Le film qui a séduit par la qualité de ses images

En course pour l'étalon d'or de Yennenga au 25ème Fespaco, Zin'naariâ! (l'alliance d'or), le long métrage de la réalisatrice nigérienne Rahmatou Keita a décroché le trophée et le prix de la meilleure image.Zin'naariâ ! (l'alliance d'or) est un film du genre romantique d'une durée de 92 mn sorti en 2016. Sa première projection au 25ème Fespaco a eu lieu le 2 mars au "Ciné Burkina" de Ouagadougou. Dès la première scène, l'une des apprécia...

Cérémonie de clôture de la 25ème édition du FESPACO à Ouagadougou : «Félicité» du Sénégalais Alain Gomis remporte l'Etal…

Cérémonie de clôture de la 25ème édition du FESPACO à Ouagadougou : «Félicité» du Sénégalais Alain Gomis remporte l'Etalon d'or de Yénnega

Après dix jours et autant de nuits de projection de films courts et longs métrages, de séries télévisées, de films documentaires, et films d'écoles africaines de cinéma, et de panorama longs métrages fiction et documentaires, les écrans de la 25ème édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou se sont refermés, le 4 mars dernier au Palais des sports de Ouaga 2000, avec une cérémonie de clôture grandiose à ...

Alain Gomis, la confirmation d'un talent avec «Félicité»

Alain Gomis, la confirmation d'un talent avec «Félicité»

C'était le moment tant attendu du Fespaco, celui des palmarès avec la remise du prestigieux trophée, l'étalon d'or de Yennenga remporté cette année par le réalisateur sénégalais Alain Gomis avec « Félicité », un film d'une durée de 120mn sorti en 2016.Sans grande surprise l'étalon d'or de la 25ème édition du Fespaco a été remporté par le réalisateur sénégalais Alain Gomis avec son long métrage « Félicité ». Le succès remporté à Berlin p...

Projection de la série télévisée nigérienne en compétition au 25ème Fespaco à Ouagadougou : Baptême du feu pour " D…

Projection de la série télévisée nigérienne en compétition au 25ème Fespaco à Ouagadougou : Baptême du feu pour " Délou"

Sortie, le 3 décembre 2016, la série télévisée "Délou" du réalisateur nigérien Souleymane Mahamane, a été sélectionnée pour la compétition officielle au 25ème Fespaco. Le film d'une cinquantaine d'épisodes qui retrace le cheminement d'une femme décidée à devenir présidente, pour mettre fin à l'injustice, dont elle et ses concitoyens sont victimes, a été projeté le 26 février 2017 dans la salle « CBC » de Ouaga. Mais, seulement les trois...

Ouverture officielle de la 25ème édition du Fespaco : C'est parti pour la course à l'étalon d'or de Yennega

Ouverture officielle de la 25ème édition du Fespaco : C'est parti pour la course à l'étalon d'or de Yennega

Le Clap d'ouverture de la 25ème édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (Fespaco) a été donné par le président du Faso, Sem Roch Marc Christian Kaboré dans l'après-midi du 25 février au stade municipal de Ouagadougou. Placé sous le thème "Formation et métiers du cinéma et de l'audiovisuel'', l'édition 2017 du festival met à l'honneur la Côte d'Ivoire, pays invité d'honneur. Ce pays qui marque sa prés...

Portrait d'Artiste : Hassane Boukary, artiste engagé pour la promotion de la paix

Portrait d'Artiste : Hassane Boukary, artiste engagé pour la promotion de la paix

Habillé d'un costume traditionnel nigérien, l'artiste tenait entre ses mains une canne en bronze en forme de vipère. Souriant et très ouvert, Hassane Boukary surnommé « Nounou » est auteur compositeur. Il avait débuté le métier d'artiste depuis son jeune âge. « J'ai embrassé la musique par amour, je ne l'ai pas hérité. Aucun membre de ma famille n'est chanteur », a-t-il déclaré. Selon lui, à travers la musique, il pense apporter sa cont...

Point de presse du ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur la tenue du Festival de l'Air : Pour la relance du tourism…

Point de presse du ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur la tenue du Festival de l'Air : Pour la relance du tourisme au Niger

C'est en prélude à la 12ème édition du Festival de l'Air, qui est un grand événement touristique pour le Niger en général et particulièrement pour la région d'Agadez, que le ministre du Tourisme et de l'Artisanat M. Ahmed Boto a animé samedi dernier, dans la salle de réunions dudit ministère, un point presse pour le lancement des préparatifs de ce rendez vous. Le festival de l'Air, édition 2017 est prévu du 10 au 12 mars prochain à Ifer...

Théâtre : « La petite orange de ma mère » de Mamane M.I. Zeinabou : Sexe, sueur, salive et sang

Théâtre : « La petite orange de ma mère » de Mamane M.I. Zeinabou : Sexe, sueur, salive et sang

Le monologue, « la petite orange de ma mère » est une pièce écrite, mise en scène et jouée par Mamane Malam Issoufou Zeinabou, étudiante en master2 Arts du spectacle à la Faculté des Lettres et Sciences Humaine (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM). La pièce a été jouée la nuit du 27 janvier 2017 sur la scène « plein air », échafaudée dans l'enceinte de la FLSH, à l'occasion de la journée événement de la filière Arts du ...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

L'Initiative 3N : Un programme qui marque un chang…

L'Initiative 3N : Un programme qui marque un changement de comportement dans la région de Dosso

L'Initiative 3N, faudrait-il le rappeler, est un programme ambitieux, une vision du Présid...

vendredi 21 avril 2017

Cultures irriguées à Dosso : D'importantes potenti…

Cultures irriguées à Dosso : D'importantes potentialités en terres irrigables dans la région

Les cultures irriguées contribuent à l'atteinte de l'objectif global de l'Initiative 3N. L...

vendredi 21 avril 2017

Les africains et le petit commerce en Inde : De l'…

Les africains et le petit commerce en Inde : De l'espoir dans le petit business malgré la peur....

Du 11 au 22 mars dernier, une trentaine de journalistes africains ont séjourné dans la cap...

vendredi 14 avril 2017

L'air du temps

Ces scènes de rue, telles qu'on les aime

Ces scènes de rue, telles qu'on les aime

Des scènes de rue, on en trouve très fréquemment à Niamey. De quoi satisfaire les bandes d...

vendredi 21 avril 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.