Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Cinéma/Projection du film "le pagne" du réalisateur Moussa Hamadou Djingarey : ''Le pagne'', ou le procès des iniquités sociales envers la femme

une scène du film ,safi lisant l’histoire de sa mère sur le pagne qu’elle lui a légué une scène du film ,safi lisant l’histoire de sa mère sur le pagne qu’elle lui a légué

''Le pagne'', le dernier film de Moussa Hamadou Djingarey a fait effet chez les journalistes qui étaient les premiers téléspectateurs à le découvrir, lors de la projection de presse qui a eu lieu le 23 septembre dernier au Centre Culturel Américain de Niamey. Réalisé sur des thèmes qui rappellent le documentaire, ''le pagne'' dans lequel on retrouve les problèmes de l'excision, de la déscolarisation, et de la déperdition scolaire, des grossesses précoces et non désirées, de la séquestration des femmes, d'homicides, de brimades et d'humiliation est par contre une fiction, à inscrire dans le registre des films dramatiques.
Un cocktail de plusieurs maux dont souffrent les pays africains en général et le Niger en particulier, relève Moussa Hamadou Djingarey, au sujet du long métrage qu'il vient de terminer. Comme dans ''Hassia, Amour ou châtiment'', un de ses films sorti en 2010, le réalisateur nigérien, revient dans ''le pagne'', sur les maux qui accablent les femmes dans certaines sociétés. En effet, dans cette fiction de 90 minutes, au titre assez évocateur, et au contenu émouvant, voire choquant, Moussa Hamadou Djingarey, ramène à l'écran le drame de la femme dans certaines sociétés africaines. «Excision, déscolarisation, et déperdition scolaire, grossesses précoces et non désirées, séquestration des femmes, homicides, brimades et humiliation, c'est de cette mixture indigeste que traite le PAGNE. Une double histoire, qui, à la fin ne fait qu'une : la femme, victime expiatoire de la somme des tares inhérentes tant à l'homme dans son essence que dans ce qu'il a pu concocter par ses pratiques néfastes. Le Pagne n'est autre chose qu'un procès d'une société qui a du mal à accepter ce qui ailleurs est devenue une évidence : la femme n'est nullement l'esclave de l'homme », résume Moussa Hamadou Djingarey.


La victime est encore ici, une jeune élève Mariama, incarnée par l'actrice Sakinatou. Après l'épreuve douloureuse de l'excision, la fille va porter le poids traumatisant d'un viol, et une grossesse indésirable qui conduira à son bannissement du village, puis à son «exil» à Maradi, où elle sera condamnée à 20 ans de prison pour avoir tué, dans un reflexe, lié certainement au traumatisme du viol subi, celui qui a failli être le premier client de la prostituée qu'elle a refusé d'être.
Craignant de dénoncer son violeur, la jeune fille s'est murée dans un silence, et ne parlera que juste après l'accouchement, à l'article de la mort, pour confier, le bébé qui venait de naitre au couple qui a adopté sa fille, mais aussi un pagne sur lequel elle a pris soins d'écrire toute son histoire du fond de sa cellule. Ce pagne, est «le livre», dans lequel sa fille apprendra la vérité sur ses parents biologiques qu'elle tenait absolument à connaitre.
Du drame, faut-il le relever, car, le téléspectateur s'attristera aussi dans cette fiction sur la mort du père de Mariama, foudroyé par la vérité sortie de la bouche de Philo, personnage mi fou mi poète, qui fut l'unique témoin du viol de Mariama par le fils du Chef. Et il y a aussi dans cette fiction, la mort accidentelle de l'auteur du viol, et de Philo qu'il poursuivait pour l'empêcher de révéler son forfait. De quoi émouvoir, jusqu'aux larmes, certains des premiers téléspectateurs de la fiction. Mais du comique aussi, il y en a dans le film qui ne manque pas de scènes marrantes, celle où Philo gratifie les téléspectateurs avec ses citations philosophiques et vers à la volée.
Ainsi qu'il l'explique, le réalisateur veut dénoncer à travers cette fiction les conceptions et pratiques qui font de la femme un être condamné à subir. Et, peut être faire participer le public à la lutte contre ces maux. Une fiction qui a trouvé pour cadre de tournage Maradi, où le réalisateur veut établir son « Hollywood », car estime t-il le milieu s'y prête vraiment. On retrouve dans ce film des acteurs confirmés au talent avéré, comme Andigué dans le rôle du père de Mariama, et Kaza dans celui de sa mère, tous membres de la célèbre troupe « Andigué » de Maradi qui s'est fait une renommée surtout dans le théâtre.
Les autres acteurs sont l'artiste Maman Sani ''Adumulmula'' dans le rôle de Philo, la nigériane Hadiza Gabon l'actrice de Dandalin Soyeya dans le rôle de la mère adoptive, mais aussi, ce qui mérite d'être relevé, on a dans le rôle du Chef, Malam Rabé, chauffeur à la station régionale l'ORTN, issu d'une famille d'uléma, également marabout bien connu à Maradi. Un symbole, à apprécier à sa juste valeur, dans ce film qui dénonce les préjugés sociaux.
Souley Moutari(onep)
www.lesahel.org

Culture

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

La chanteuse Philomène Fayosseh Fawoubo : Filo, la diva aux accents gospel

Dans un univers musical nigérien totalement dominé par des hommes, Philomène fait partie des rares femmes qui essaient de s'affirmer et d'émerger.Depuis son jeune âge, elle chante dans les gospels, les chorales des églises. A dix ans déjà, elle passait tout son temps à chanter et à danser. Une décennie après, elle s'est frayée un chemin dans un monde fait de hauts et de bas ; elle possède une voix angélique qui fait d'elle aujourd'hui u...

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur…

17ème édition de Clap ivoire : À l'affiche pour le Niger "Epris d'une mère" et " Nos faiseurs de bonheur"

Le Niger sera représenté à la 17ème édition de Clap Ivoire qui se tiendra du 4 au 10 septembre par les réalisateurs Oumarou Kadry Koda en catégorie documentaire avec " Nos faiseurs de bonheur" et Abdoul Rachid Amadou Sanda Maïga avec la fiction "Epris d'une mère".Les représentants du Niger à ce festival de concours de court métrage destiné aux jeunes ressortissants et résidents des pays membres de l'UEMOA ont été sélectionnés le 17 juil...

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseig…

Cinéma/ Mohamed Elkebir, réalisateur et promoteur du label ''Sahara Niger'' : « La culture doit être un vecteur d'enseignement, d'éducation notamment historique »

Mohamed Elkebir est un jeune réalisateur nigérien et promoteur du label Sahara Niger. Après ses études secondaires au Niger, il a continué ses études au Burkina Faso, au Ghana puis en Côte d'Ivoire où il a reçu plusieurs formations. Il est aussi un acteur de la société civile, membre de l'association « Jeunesse active du Niger ».Dès son retour au pays, il s'est inscrit à l'UAM où il décrocha un diplôme puis travailla dans une compagnie ...

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très …

Entretien avec Ibrahim Oumarou Yacouba dit « Sage Soldat », chanteur de reggae : «Pour moi, l'art occupe une place très importante dans l'éveil des consciences »

À l'état civil il est Ibrahim Oumarou Yacouba, mais son nom de scène est "Sage Soldat". Après des études en droit des affaires, parallèlement à ses activités de chanteur de reggae, "Sage Soldat" s'est retourné vers des études beaucoup plus en phase avec sa passion, car il est étudiant en Master 1 en Arts et Culture à l'université de Niamey. Actuellement il est à Dakar dans le cadre de son stage professionnel à Africulturban, une associa...

Le port de natte par les femmes d'Abalak : Une pratique culturelle spécifique en voie de disparition

Situé à 135 km au nord de Tahoua sur la route d'Agadez, la ville d'Abalak chef-lieu du département du même nom, regorge d'énormes potentialités pastorales, culturelles et artisanales. Parmi les potentialités culturelles on peut citer le port de natte chez les femmes. Cette pratique est, pour la femme touareg, ce qu'est le hijab autrement dit le voile chez les femmes arabes. Le port de natte rêvait donc une fonction socioculturelle qui f...

À la découverte du dromadaire : Le fidèle compagnon des peuples nomades

Appartenant au même genre biologique que le chameau qui, lui à une ou deux bosses selon son origine, le dromadaire appartient au genre camélus apparu il ya cinquante millions d'années. Il se distingue des autres mammifères par la longueur de son cou et la nature de ses pieds dépourvu de sabots. C'est cette élégante bête qui est l'animal emblématique de la région de Tahoua dont la présence est illustrée à l'entrée de la ville à travers u...

Culture : Mlle Mariama Daouda : revaloriser la croix d'Agadez à travers la maroquinerie

Culture : Mlle Mariama Daouda : revaloriser la croix d'Agadez à travers la maroquinerie

Au Niger, le secteur de la mode regorge de talents, mais peine à prendre un envol véritable. C'est pourtant un monde riche et varié où, on peut gagner son pain à la sueur de son front. Développer une nouvelle approche dans ce secteur, c'est le challenge que s'est fixé Melle Mariama Daouda en réalisant la nouvelle marque d'accessoires ''zamany accessory''. C'est avec des matériaux de chez nous, qu'elle confectionne des sacs ''made in Nig...

Portrait/Abdoul Karim Elhadj Adamou, artiste : L'auteur de la marionnette Toukourourou, l'enfant terrible

Portrait/Abdoul Karim Elhadj Adamou, artiste : L'auteur de la marionnette Toukourourou, l'enfant terrible

Les marionnettes sont des figurines, des pantins ou des poupées qu'on fait bouger à travers des fils donnant l'impression d'une scène animée. Les artistes animateurs de théâtre de marionnettes ne courent pas les rues au Niger. Abdoul Karim Elhadj Adamou en est un. Agé de 36 ans, il est étudiant en Master2 « art et spectacle» à la Faculté de Littérature, Art et Communication de l'Université de Niamey. Il a commencé à s'intéresser au spec...

Phénomène de mode : ''Goggoro et bonnet'', des foulards en vogue à Niamey

Phénomène de mode : ''Goggoro et bonnet'', des foulards en vogue à Niamey

Les foulards Gogoro ou Achoké, étaient à l'origine des foulards portés par les femmes yoruba. Mais ces derniers temps on est de suite frappé, à l'occasion des cérémonies et de certaines occasions de réjouissance, par la forte présence de ces gros foulards communément appelés "Goggoro" ou "Achoké" de plus en plus à la mode chez les femmes de la capitale. Longtemps importés, ces foulards sont présentement confectionnés dans des salons de ...

L'imzad : Immortaliser ce violon au son cristallin qui se joue avec le cœur

L'imzad : Immortaliser ce violon au son cristallin qui se joue avec le cœur

L'imzad ou inzad, dont le nom signifie "crin de cheval" dans la langue tamatcheq, est un violon monocorde, joué exclusivement par les femmes Touareg et accompagné de poèmes et chants des hommes.Cet instrument de musique traditionnelle typiquement touareg a une longue histoire derrière ses airs cristallins qui vous bercent le cœur pour un long et mélodieux voyage sur les dunes de sable du désert, du Niger jusqu'en Algérie. Selon certaine...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Problématique de la disponibilité et de la gestion…

Problématique de la disponibilité et de la gestion du sang au niveau des centres de soins de Niamey : Entre insuffisance et sous-information

La quantité de sang reçue par le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) est actuel...

vendredi 21 juillet 2017

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispos…

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispositions prises pour éviter toute fraude

Le Centre Hospitalier Régional de Niamey, communément appelé maternité Poudrière, dispose ...

vendredi 21 juillet 2017

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidélise…

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidéliser les donneurs

Tchémaya qui signifie en haoussa, tchéton rey na mataa daa yara autrement dit sauver la vi...

vendredi 21 juillet 2017

L'air du temps

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Des milliers de jeunes gens, filles et garçons, attroupés autour d'un espace dégagé. Au mi...

vendredi 21 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.