Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Cinéma/Projection du film "le pagne" du réalisateur Moussa Hamadou Djingarey : ''Le pagne'', ou le procès des iniquités sociales envers la femme

une scène du film ,safi lisant l’histoire de sa mère sur le pagne qu’elle lui a légué une scène du film ,safi lisant l’histoire de sa mère sur le pagne qu’elle lui a légué

''Le pagne'', le dernier film de Moussa Hamadou Djingarey a fait effet chez les journalistes qui étaient les premiers téléspectateurs à le découvrir, lors de la projection de presse qui a eu lieu le 23 septembre dernier au Centre Culturel Américain de Niamey. Réalisé sur des thèmes qui rappellent le documentaire, ''le pagne'' dans lequel on retrouve les problèmes de l'excision, de la déscolarisation, et de la déperdition scolaire, des grossesses précoces et non désirées, de la séquestration des femmes, d'homicides, de brimades et d'humiliation est par contre une fiction, à inscrire dans le registre des films dramatiques.
Un cocktail de plusieurs maux dont souffrent les pays africains en général et le Niger en particulier, relève Moussa Hamadou Djingarey, au sujet du long métrage qu'il vient de terminer. Comme dans ''Hassia, Amour ou châtiment'', un de ses films sorti en 2010, le réalisateur nigérien, revient dans ''le pagne'', sur les maux qui accablent les femmes dans certaines sociétés. En effet, dans cette fiction de 90 minutes, au titre assez évocateur, et au contenu émouvant, voire choquant, Moussa Hamadou Djingarey, ramène à l'écran le drame de la femme dans certaines sociétés africaines. «Excision, déscolarisation, et déperdition scolaire, grossesses précoces et non désirées, séquestration des femmes, homicides, brimades et humiliation, c'est de cette mixture indigeste que traite le PAGNE. Une double histoire, qui, à la fin ne fait qu'une : la femme, victime expiatoire de la somme des tares inhérentes tant à l'homme dans son essence que dans ce qu'il a pu concocter par ses pratiques néfastes. Le Pagne n'est autre chose qu'un procès d'une société qui a du mal à accepter ce qui ailleurs est devenue une évidence : la femme n'est nullement l'esclave de l'homme », résume Moussa Hamadou Djingarey.


La victime est encore ici, une jeune élève Mariama, incarnée par l'actrice Sakinatou. Après l'épreuve douloureuse de l'excision, la fille va porter le poids traumatisant d'un viol, et une grossesse indésirable qui conduira à son bannissement du village, puis à son «exil» à Maradi, où elle sera condamnée à 20 ans de prison pour avoir tué, dans un reflexe, lié certainement au traumatisme du viol subi, celui qui a failli être le premier client de la prostituée qu'elle a refusé d'être.
Craignant de dénoncer son violeur, la jeune fille s'est murée dans un silence, et ne parlera que juste après l'accouchement, à l'article de la mort, pour confier, le bébé qui venait de naitre au couple qui a adopté sa fille, mais aussi un pagne sur lequel elle a pris soins d'écrire toute son histoire du fond de sa cellule. Ce pagne, est «le livre», dans lequel sa fille apprendra la vérité sur ses parents biologiques qu'elle tenait absolument à connaitre.
Du drame, faut-il le relever, car, le téléspectateur s'attristera aussi dans cette fiction sur la mort du père de Mariama, foudroyé par la vérité sortie de la bouche de Philo, personnage mi fou mi poète, qui fut l'unique témoin du viol de Mariama par le fils du Chef. Et il y a aussi dans cette fiction, la mort accidentelle de l'auteur du viol, et de Philo qu'il poursuivait pour l'empêcher de révéler son forfait. De quoi émouvoir, jusqu'aux larmes, certains des premiers téléspectateurs de la fiction. Mais du comique aussi, il y en a dans le film qui ne manque pas de scènes marrantes, celle où Philo gratifie les téléspectateurs avec ses citations philosophiques et vers à la volée.
Ainsi qu'il l'explique, le réalisateur veut dénoncer à travers cette fiction les conceptions et pratiques qui font de la femme un être condamné à subir. Et, peut être faire participer le public à la lutte contre ces maux. Une fiction qui a trouvé pour cadre de tournage Maradi, où le réalisateur veut établir son « Hollywood », car estime t-il le milieu s'y prête vraiment. On retrouve dans ce film des acteurs confirmés au talent avéré, comme Andigué dans le rôle du père de Mariama, et Kaza dans celui de sa mère, tous membres de la célèbre troupe « Andigué » de Maradi qui s'est fait une renommée surtout dans le théâtre.
Les autres acteurs sont l'artiste Maman Sani ''Adumulmula'' dans le rôle de Philo, la nigériane Hadiza Gabon l'actrice de Dandalin Soyeya dans le rôle de la mère adoptive, mais aussi, ce qui mérite d'être relevé, on a dans le rôle du Chef, Malam Rabé, chauffeur à la station régionale l'ORTN, issu d'une famille d'uléma, également marabout bien connu à Maradi. Un symbole, à apprécier à sa juste valeur, dans ce film qui dénonce les préjugés sociaux.
Souley Moutari(onep)
www.lesahel.org

Culture

Amadou Younsa Hamani alias '' Force morale'', artiste rappeur : Une nouvelle voix dans l'univers musical nigérien

Amadou Younsa Hamani alias '' Force morale'', artiste rappeur : Une nouvelle voix dans l'univers musical nigérien

«Force morale » fait de plus en plus parler de lui à travers l'un de ses titres phares : ''s'amuser'' ; il gagne en audience car, sur scène, il séduit les mélomanes par sa voix mélodieuse et l'originalité qui caractérise ses morceaux. Son objectif : montrer à la face du monde qu'avec la musique, un pays peut se développer.Amadou Younsa Hamani alias '' Force morale'' est étudiant en troisième (3ème) année de gestion à l'Université Abdou ...

Interview de Mme Aminata Sanou, directrice artistique de la Compagnie Aminata Sanou-Tamadia International et du festival…

Interview de Mme Aminata Sanou, directrice artistique de la Compagnie Aminata Sanou-Tamadia International et du festival Tamadi'Arts : ''Le festival Tamadi'Arts est un cadre de rencontres et d'échanges entre des artistes professionnels venus des quat

Danseuse chorégraphe d'origine burkinabè, Aminata Sanou est la directrice artistique de la Compagnie Aminata Sanou-Tamadia International, qui a initié le Festival Tamadi'Arts qui se tient depuis 2012 à Carvin dans la région Haut de France. Ce festival, qui est un cadre de brassage, vise la promotion de des cultures africaine, afro-brésilienne et afro-contemporaine, de la culture tout court à travers notamment la musique, la danse, le th...

Entretien avec le comédien, et acteur burkinabè, M. Gustave Sorgo : «Il ne suffit pas de prendre un caméscope pour deven…

Entretien avec le comédien, et acteur burkinabè, M. Gustave Sorgo : «Il ne suffit pas de prendre un caméscope pour devenir cinéaste, il y a une didactique cinématographique qu'il faut connaitre», déclare Gustave Sorgo

Rien ne semblait prédisposer Sorgo Dak Jean Gustave, qui était d'abord enseignant puis employé de banque à la carrière de comédien et d'acteur, à part le désir qu'il a toujours eu de faire rire les autres, depuis l'école primaire quand il jouait dans des sketches. Appelé « Tonton Gaoussou », par les uns, « Sidiki », par les autres, Gustave Sorgo a fait du théâtre dans sa jeunesse. Mais c'est la rencontre en 1979 avec le réalisateur de r...

Vernissage du livre '' La Croix d'Agadès'' ou TENEGHL'T : TENEGHL'T, une identité culturelle nigérienne confirmée

Vernissage du livre '' La Croix d'Agadès'' ou TENEGHL'T : TENEGHL'T, une identité culturelle nigérienne confirmée

Le ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, Porte-parole du Gouvernement, M. Assoumana Mallam Issa, a présidé, jeudi dernier, au Musée National Boubou Hama, la cérémonie officielle du vernissage du livre de Thiamidi Babou Magha, intitulé ''La Croix d'Agadès'' ou TENEGHL'T, symbolisme et fonctions sociopolitiques.Dans ce livre, l'auteur montre le rôle sociopolitique de cette croix, ses fonctions et ...

Zin'naariâ ! L'alliance d'or de Rahmatou Keita, au Fespaco 2017 : Le film qui a séduit par la qualité de ses images

Zin'naariâ ! L'alliance d'or de Rahmatou Keita, au Fespaco 2017 : Le film qui a séduit par la qualité de ses images

En course pour l'étalon d'or de Yennenga au 25ème Fespaco, Zin'naariâ! (l'alliance d'or), le long métrage de la réalisatrice nigérienne Rahmatou Keita a décroché le trophée et le prix de la meilleure image.Zin'naariâ ! (l'alliance d'or) est un film du genre romantique d'une durée de 92 mn sorti en 2016. Sa première projection au 25ème Fespaco a eu lieu le 2 mars au "Ciné Burkina" de Ouagadougou. Dès la première scène, l'une des apprécia...

Cérémonie de clôture de la 25ème édition du FESPACO à Ouagadougou : «Félicité» du Sénégalais Alain Gomis remporte l'Etal…

Cérémonie de clôture de la 25ème édition du FESPACO à Ouagadougou : «Félicité» du Sénégalais Alain Gomis remporte l'Etalon d'or de Yénnega

Après dix jours et autant de nuits de projection de films courts et longs métrages, de séries télévisées, de films documentaires, et films d'écoles africaines de cinéma, et de panorama longs métrages fiction et documentaires, les écrans de la 25ème édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou se sont refermés, le 4 mars dernier au Palais des sports de Ouaga 2000, avec une cérémonie de clôture grandiose à ...

Alain Gomis, la confirmation d'un talent avec «Félicité»

Alain Gomis, la confirmation d'un talent avec «Félicité»

C'était le moment tant attendu du Fespaco, celui des palmarès avec la remise du prestigieux trophée, l'étalon d'or de Yennenga remporté cette année par le réalisateur sénégalais Alain Gomis avec « Félicité », un film d'une durée de 120mn sorti en 2016.Sans grande surprise l'étalon d'or de la 25ème édition du Fespaco a été remporté par le réalisateur sénégalais Alain Gomis avec son long métrage « Félicité ». Le succès remporté à Berlin p...

Projection de la série télévisée nigérienne en compétition au 25ème Fespaco à Ouagadougou : Baptême du feu pour " D…

Projection de la série télévisée nigérienne en compétition au 25ème Fespaco à Ouagadougou : Baptême du feu pour " Délou"

Sortie, le 3 décembre 2016, la série télévisée "Délou" du réalisateur nigérien Souleymane Mahamane, a été sélectionnée pour la compétition officielle au 25ème Fespaco. Le film d'une cinquantaine d'épisodes qui retrace le cheminement d'une femme décidée à devenir présidente, pour mettre fin à l'injustice, dont elle et ses concitoyens sont victimes, a été projeté le 26 février 2017 dans la salle « CBC » de Ouaga. Mais, seulement les trois...

Ouverture officielle de la 25ème édition du Fespaco : C'est parti pour la course à l'étalon d'or de Yennega

Ouverture officielle de la 25ème édition du Fespaco : C'est parti pour la course à l'étalon d'or de Yennega

Le Clap d'ouverture de la 25ème édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (Fespaco) a été donné par le président du Faso, Sem Roch Marc Christian Kaboré dans l'après-midi du 25 février au stade municipal de Ouagadougou. Placé sous le thème "Formation et métiers du cinéma et de l'audiovisuel'', l'édition 2017 du festival met à l'honneur la Côte d'Ivoire, pays invité d'honneur. Ce pays qui marque sa prés...

Portrait d'Artiste : Hassane Boukary, artiste engagé pour la promotion de la paix

Portrait d'Artiste : Hassane Boukary, artiste engagé pour la promotion de la paix

Habillé d'un costume traditionnel nigérien, l'artiste tenait entre ses mains une canne en bronze en forme de vipère. Souriant et très ouvert, Hassane Boukary surnommé « Nounou » est auteur compositeur. Il avait débuté le métier d'artiste depuis son jeune âge. « J'ai embrassé la musique par amour, je ne l'ai pas hérité. Aucun membre de ma famille n'est chanteur », a-t-il déclaré. Selon lui, à travers la musique, il pense apporter sa cont...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Préparatifs du mois béni de Ramadan : Disponibilit…

Préparatifs du mois béni de Ramadan : Disponibilité des céréales à Katako pour couvrir les besoins des populations

A quelques heures du début du mois béni de Ramadan, les prix des céréales tels que le mil,...

jeudi 25 mai 2017

Les syndicats des commerçants rassurent les consom…

Les syndicats des commerçants rassurent les consommateurs de la stabilité des prix du sucre

A l'approche du mois béni de Ramadan, la revue à la hausse des prix des produits de grande...

jeudi 25 mai 2017

La hausse des prix de certains produits commence à…

La hausse des prix de certains produits commence à se faire sentir

La vente des produits de première nécessité est une activité pratiquée par nombre de Nigér...

jeudi 25 mai 2017

L'air du temps

Sucre de ramadan : solidarité à grande échelle

Sucre de ramadan : solidarité à grande échelle

En cette veille du mois béni du Ramadan, tous les chemins mènent aux magasins de vente de ...

jeudi 25 mai 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.