Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Interview : M. Patrice Kouamé, Secrétaire Exécutif du Conseil de l'Entente : ''Le Conseil a engagé des projets de nature à améliorer les conditions de vie des populations (...) cela va s'accentuer conformément aux orientations données par les chefs d

ecoLa 3ème réunion au sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement des pays membres du Conseil de l'Entente s'ouvre se matin à Niamey. Dans cet entretien à cœur ouvert, le Secrétaire exécutif du Conseil nous donne un aperçu des principaux dossiers à l'ordre du jour de la réunion. Patrice Kouamé évoque aussi, les mutations qui s'opèrent depuis la relance des activités de l'Organisation régionale en 2012. Il parle aussi des initiatives en cours en vue de donner une nouvelle impulsion au Conseil de l'Entente d'une part et d'autre part pour marquer davantage la présence de l'institution sur le terrain, auprès des populations.

Monsieur le Secrétaire exécutif, ce matin s'ouvre ici même à Niamey, la 3è conférence au sommet des Chefs d'Etat et de gouvernement. Quels sont les principaux sujets à l'ordre du jour ?
Il s'agit pour ce sommet de faire le point de la mise en œuvre des orientations stratégiques que les chefs d'Etat ont données à l'organisation lors de leur sommet de 2012. Ils ont donné des instructions par rapport à la recherche des ressources pour l'institution, pour le renforcement de la coopération entre les pays membres dans les différents domaines dont la gouvernance politique, la sécurité, la culture, le sport et la coopération au développement. Ils vont donc faire le point pour voir où ils en sont dans tous ces domaines. Et comme vous le savez le Conseil de l'Entente a repris ses activités depuis 2012 et nous avons eu deux conférences des Chefs d'Etat en décembre 2012 et en décembres 2013.
En 2014 et 2015, ces conférences, bien que programmées, n'ont pas pu se tenir à cause des évènements au Burkina en 2014 et en 2015 à cause des élections dans tous les pays de l'espace Entente. Après ces élections, les Chefs d'Etat ont jugé utile de se concerter pour faire le point de leur coopération au sein du Conseil de l'Entente. C'est un noyau de 5 pays qui cultivent la solidarité et la fraternité entre eux. Ils ont estimé que le moment est venu de faire le point par rapport à la relance des activités de l'Organisation. Le Président Issoufou étant le Président en exercice du Conseil, le Niger accueille donc les réunions de l'Institution.
Depuis quelques années, l'on observe un regain d'intérêt de la part de nos pays et de leurs dirigeants pour le Conseil de l'Entente, une structure qu'on croyait morte. Qu'est ce qui explique cet intérêt ?
Le Conseil de l'Entente ne peut pas mourir. C'est vraiment l'organisation pionnière en matière d'intégration en Afrique de l'Ouest et dans toute l'Afrique. Elle réunit 5 pays liés par la géographie et par l'histoire. A cela, il faut ajouter le brassage des populations de l'espace Entente. Après la période de léthargie, les Chefs de l'Etat ont décidé de relancer cette organisation. Même si nos pays sont membres d'organisations plus importantes, les chefs d'Etat ont estimé qu'il est bon que ce noyau dur se retrouve pour se concerter sur des questions qui préoccupent tout notre espace d'Afrique de l'Ouest.
Il paraît qu'il ya des pays qui souhaitent devenir membres du Conseil. Qu'en est-il exactement ?
Il y a des pays observateurs puisqu'à chaque réunion, les Chefs d'Etat invitent leurs homologues notamment du Mali, du Sénégal, de Guinée. Ces Chefs d'Etats viennent donc participer à ces sommets. Ce sont pour l'instant des pays observateurs. Nous n'avons pas encore reçu officiellement de manifestation pour une intégration dans le Conseil, mais ce sont des pays très proches des Etats du Conseil de l'Entente.
Le financement des institutions d'intégration constitué pour l'essentiel par les contributions des Etats, pose souvent problème et limite par conséquent les capacités d'intervention des institutions ; qu'est ce qui est entrepris au niveau du Conseil de l'Entente pour palier cette situation ?
Vous avez tout à fait raison par rapport à ce sujet. C'est pourquoi, le Conseil de l'Entente, confronté à cette situation, est en train de rechercher des sources alternatives de financement pour devenir progressivement autonome financièrement. Cette autonomie financière vise à faire en sorte que le Conseil ne pèse plus sur les Etats membres.
Et quelles sont les voies que vous comptez exploiter ?
Deux voies sont explorées pour le moment. Une voie assez pragmatique consiste à la réalisation d'un programme immobilier dans tout l'espace Entente. Nous comptons réaliser ce programme dans les 5 pays membres à commencer par la Côte d'Ivoire, au quartier du Plateau où se trouve le siège du Conseil de l'Entente. Si les Chefs d'Etat donnent l'autorisation à l'occasion de leur réunion, nous pourrions ériger un immeuble (une tour) que le Conseil va mettre en location. Cette opération sera répétée dans les 4 autres pays de telle sorte que l'Institution engrange des ressources propres. L'autre voie, c'est la coopération bilatérale et multilatérale. Là aussi nous sommes très avancés. D'ailleurs un accord important qu'on appelle ''Mémorandum Entente'' sera signé au cours de ce sommet entre le Conseil de l'Entente et le Groupe des ACP. Cet accord permettra au Conseil d'avoir accès à certaines ressources pour effectivement financer ses activités. Ce qui est extrêmement important. Voilà globalement les 2 pistes que nous explorons pour le moment.
Apparemment il y a de l'Espoir ?
Absolument, puisque pour le programme immobilier nous avons lancé un appel d'offres international et nous avons eu une suite de réponses de trois (3) groupes d'entreprises. Un groupe a été retenu avec des propositions concrètes. Et si l'autorisation est donnée par le sommet des Chefs d'Etat, les travaux devraient pourvoir démarrer assez rapidement.
Les pays membre du Conseil de l'Entente sont pour l'essentiel sahéliens, une zone confrontée ces dernières années à un défi nouveau : l'insécurité transfrontalière et le terrorisme. Que fait le Conseil pour contribuer à la prise en charge de ces questions ?
Justement, parmi les dossiers qui seront traités, ce lundi par les Chefs d'Etat au cours de leur réunion, figure la gouvernance sécuritaire. C'est un sujet important qui figure dans l'ordre du jour de ce sommet. Des propositions concrètes sont faites par rapport à cette question à nos Chefs d'Etat. Le Conseil de l'Entente veut mettre l'accent sur la prévention, et laisser aux autres organisations régionales plus larges, les aspects de règlement.eco-2
On a souvent reproché aux institutions d'intégration d'être des ''Syndicat des Chefs d'Etat''. Quelles sont les actions concrètes que mène directement le Conseil au profit des populations?
Les orientations données par les Chefs d'Etat en 2012 sont claires à ce sujet. Ils nous ont demandé de réaliser des projets de nature à améliorer les conditions de vie des populations surtout dans les zones rurales. Les Chefs d'Etat ont d'ailleurs beaucoup insisté sur cet aspect. C'est ainsi que depuis 2014, nous menons un programme pilote d'hydraulique villageoise, d'électrification, de construction d'écoles et de centres de santé dans les 5 pays membres du Conseil.
Ici même au Niger, nous sommes en train de construire un centre de santé après le programme d'hydraulique villageoise et d'électrification rurale. Et à la suite des accords qui seront signés avec les ACP, nous allons pouvoir amplifier ce genre d'activités. Ce sont des actions qui profitent directement aux populations et c'est la vocation du Conseil de l'Entente. En effet de par le passé, le Conseil a réalisé jusqu'à 6000 forages dans les 5 pays. C'est ce genre d'actions que nous allons poursuivre.
Avec la Cedeao, l'Uemoa, l'ALG et bien d'autres organisations d'intégration, n'est ce pas trop pour notre sous région ? N'ya-t-il pas des conflits de compétences entre ces organisations ?
Vous avez vu juste. Il faut faire en sorte qu'il n'y ait pas de conflits, qu'il y ait plutôt une harmonisation des interventions. Nous avons constaté que quand nous réalisons des forages dans les villages, le besoin existe. Aucune autre organisation ne l'a fait, ça veut dire qu'il n'y a pas de compétition entre Institution et que la conjugaison des efforts permettra à toutes ces organisations de faire reculer la pauvreté. En matière de sécurité, nous avons voulu véritablement mettre l'accent sur la prévention et lorsqu'il s'agit d'un conflit ouvert, il y a des institutions plus importantes comme la CEDEAO qui peuvent prendre cela en charge. Nous voulons travailler dans un esprit de complémentarité et non dans un esprit de compétition.
Existe-t-il un cadre qui permet à ces institutions d'échanger pour harmoniser leurs interventions ?
Au niveau institutionnel, le cadre existe mais, il faut des conventions et nous sommes, à ce sujet, en pourparlers avec la CEDEAO depuis 2 ans pour pouvoir signer une convention de coopération. Nous espérons que cette convention va aboutir. Nous ferons de même avec l'UEMOA.
Quelles sont vos attentes au sortir de ces instances ?
Ce lundi, les Chefs d'Etat vont encore montrer aux yeux du monde, l'impulsion qu'ils sont en train de donner pour redynamiser le Conseil de l'Entente. C'est vraiment très important. Déjà quand le Président Issoufou Mahamadou m'a reçu pour fixer la date du 11 juillet pour la tenue du sommet, notre représentant en Europe était en train d'organiser une mission du Secrétaire exécutif à Bruxelles. L'ambassadeur du Niger a aussi saisi notre représentant à Bruxelles pour lui dire que le sommet tient. Ceci entre dans une démarche pour crédibiliser l'institution.
Le Secrétariat exécutif bénéficie-t-il du soutien politique nécessaire ?
Absolument, parce que les Chefs d'Etat se réunissent ici encore. On ne peut pas avoir meilleur soutien que cela sans compter que les pays font des efforts financiers nécessaires pour payer leurs contributions et leurs arriérés. Et c'est ce qui permet au Secrétariat exécutif de fonctionner normalement. C'est dire que nous bénéficions du soutien sans faille des Chefs d'Etats et de gouvernement de l'Espace Entente.
Un mot à l'endroit des populations et autorités nigériennes ?
Le Niger est un pays attachant et qui a des mœurs extraordinaires. L'année dernière, je suis venu rencontrer le Chef de l'Etat, c'était la veille de la fête de Ramadan. On m'a dit qu'ici on a une pratique qui consiste pour toutes les personnalités de se retrouver au palais présidentiel pour présenter des vœux au Chef de l'Etat. C'est ainsi que le protocole était venu me chercher.
Cette année encore j'ai sacrifié à cette tradition extraordinaire. Ce n'est pas un fait de hasard. Ce pays est attachant. En plus j'ai beaucoup d'amis ici. Sans être exhaustif, je peux citer l'ancien Premier ministre Boukari Adji avec qui nous étions ensemble à la BECEAO. Il y a également l'ancien Premier ministre Hamid Algabid, sans compter que les Nigériens font une cuisine extraordinaire. Même à Abidjan, ils tiennent des restaurants avec notamment le célèbre ''Garba'' qui est le plat préféré des jeunes, un plat préparé par les Nigériens. C'est dire que ce pays est attachant.
Propos recueillis pars
Siradji Sanda(onep)
www.lesahel.org

Economie

3ème édition de l'atelier de validation de la revue des Perspectives Fiscales Africaines (PFA) : Aider les pays africain…

3ème édition de l'atelier de validation de la revue des Perspectives Fiscales Africaines (PFA) : Aider les pays africains à développer des régimes fiscaux domestiques efficaces et efficients

Le ministre des Finances, M. Hassoumi Massoudou, a présidé, hier à Niamey, l'ouverture de la troisième édition de l'atelier de validation de la revue des Perspectives Fiscales Africaines (PFA) relatif au Forum sur l'Administration Fiscale Africaine (ATAF). Ledit forum s'est fixé pour objectif principal, d'aider les pays africains à développer des régimes fiscaux domestiques efficaces et efficients. Ces assises sont organisées en collabo...

Cérémonie de signature de deux Conventions spécifiques entre le Royaume de Belgique et la République du Niger : 31.812.0…

Cérémonie de signature de deux Conventions spécifiques entre le Royaume de Belgique et la République du Niger : 31.812.000 Euros pour soutenir les secteurs de l'élevage et de la santé

Le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur, M. Ibrahim Yacoubou et l'ambassadeur du Royaume de Belgique au Niger SE. M. Lieven De la Marche, ont procédé hier matin à Niamey, à la signature de deux (2) Conventions spécifiques entre le Royaume de Belgique et notre pays. Ces Conventions sont relatives au financement du Programme d'appui au développement de l'élevage et ...

Signature, hier, d'un accord de financement additionnel au PAC3 : 12,5 milliards de francs CFA pour une extension des ac…

Signature, hier, d'un accord de financement additionnel au PAC3 : 12,5 milliards de francs CFA pour une extension des activités du programme

La ministre du Plan Mme Kané Aïchatou Boulama a présidé hier après midi la cérémonie de signature de l'accord de financement additionnel au Programme d'Actions Communautaires phase 3 (PAC3) d'une valeur de 20,8 millions de dollars US soit 12,5 milliards de FCFA pour une durée de deux(2) ans. La cérémonie s'est déroulée en présence du représentant résident de la Banque Mondiale au Niger M. Siaka Bakayoko et du ministre délégué auprès du ...

1ère édition du Prix Cedeao de la Qualité : Les meilleures entreprises ouest-africaines primées

1ère édition du Prix Cedeao de la Qualité : Les meilleures entreprises ouest-africaines primées

La 1ère édition du Prix Cedeao de la Qualité a permis à la Commission de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao), avec l'appui des partenaires et institutions, de décerner des distinctions aux entreprises primées, à des personnalités et aux institutions ayant contribué à la promotion et au développement de la qualité dans l'espace communautaire.La cérémonie de remise des prix s'est déroulée en présence des mi...

Communiqué de presse de l'Union Européenne : L'UE décaisse 10 millions d'euro, soit 6.597 milliards de Francs CFA, en fa…

Communiqué de presse de l'Union Européenne : L'UE décaisse 10 millions d'euro, soit 6.597 milliards de Francs CFA, en faveur du Niger

Conformément aux calendriers prévus, le décaissement de la première tranche fixe 2017 du Programme d'Appui budgétaire "Migrations, sécurité et gestion des frontières" vient d'être finalisé. Un montant total de 10 000 000 EUR a donc été versé au Trésor nigérien au profit du Budget de l'Etat 2017. Ce programme est financé sur le Fonds Fiduciaire d'Urgence pour la Migration, mis en place par l'Union Européenne en 2016.Ce financement soutie...

Signature de convention entre l'Etat du Niger et le groupe de la Banque Centrale Populaire du Maroc : Le groupe BCP du M…

Signature de convention entre l'Etat du Niger et le groupe de la Banque Centrale Populaire du Maroc : Le groupe BCP du Maroc prend les rennes de la BIA-Niger

Le ministre des Finances, M. Massoudou Hassoumi, et le Président Directeur Général du groupe de la Banque Centrale Populaire du Maroc M. Mohamed Benchaaboun ont procédé hier dans l'après-midi, à Niamey, à une signature de convention à travers laquelle l'Etat du Niger cède ses actions au niveau de la Banque Internationale pour l'Afrique (BIA-Niger) au profit du groupe de la Banque Centrale Populaire du Maroc. Cette convention va permettr...

Niamey/9ème édition de la journée de promotion des activités de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) : Vulg…

Niamey/9ème édition de la journée de promotion des activités de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) : Vulgarisation de la culture boursière au Niger

Le directeur de cabinet du ministre des Finances, M. Altiné Amadou, a présidé, hier matin à Niamey, la cérémonie d'ouverture de la 9ème édition de la journée de promotion des activités de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM). Placée cette année sous le thème « L'innovation et le développement des marchés financiers », cette 9ème édition a pour objectif la vulgarisation de la culture boursière au Niger afin de mieux faire co...

9ème édition de la journée de promotion des activités de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) : Pour la vul…

Le directeur de cabinet du ministre des Finances, M. Altiné Amadou, a présidé, hier matin à Niamey, la cérémonie d'ouverture de la 9ème édition de la journée de promotion des activités de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM). Placée cette année sous le thème « L'innovation et le développement des marchés financiers », cette 9ème édition a pour objectif la vulgarisation de la culture boursière au Niger afin de mieux faire co...

Signature hier de convention tripartite de garantie entre le FSA-FIDELIS Finance- COTRADIS Côte d'Ivoire SA : 1.159 mill…

Le directeur général du Fonds de Solidarité Africain (FSA) M Ahmadou Abdoulaye Diallo a présidé hier après midi la cérémonie de signature d'une convention tripartite de garantie entre le FSA, la société Continental de Transport et de distribution (COTRADIS) Côte d'Ivoire et FIDELIS Finance dans le cadre du projet de renforcement des capacités opérationnelles de COTRADIS Côte d'Ivoire SA. La cérémonie s'est déroulée en présence de l'Admi...

Signature de l'accord de financement du Projet d'Accès aux Services Electriques Solaires au Niger (NESAP) : 30 milliards…

La ministre du Plan Mme Kané Aichatou Boulama et le Représentant résident de la Banque Mondiale au Niger M. Siaka Bakayoko ont procédé hier dans l'après-midi, à Niamey à la signature de l'accord de financement du Projet d'Accès aux services Electriques Solaires au Niger (NESAP). Ce projet de grande envergure a pour objectif global d'accroitre le taux d'accès à l'électricité dans toutes les régions de notre pays grâce à l'énergie solaire...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

A la découverte du village de Tapoa : Un village t…

A la découverte du village de Tapoa : Un village touristique riche de sa biodiversité

Jadis un petit village habité par les gourmantchés, Tapoa est aujourd'hui un camp forestie...

vendredi 11 août 2017

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune…

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays

Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le v...

vendredi 11 août 2017

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Exit la ''Pilule'' et le chicha, vive le wifi-club !

Exit la ''Pilule'' et le chicha, vive le wifi-club !

Exit les escapades démentielles à la ''Pilule'' et les virées dans les lieux vaporeux des ...

vendredi 15 septembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.