Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Invitr-Biga-MariamaLes femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?
Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La société nigérienne indépendamment de sa diversité culturelle est une société aujourd'hui de tradition essentiellement patriarcale fortement conservatrice de ses valeurs et normes ancestrales. Ces normes et ces valeurs sont concrétisées à travers des us et coutumes basées sur des processus de différenciation au niveau de la répartition des rôles, des activités, des statuts, des pouvoirs, des attitudes, etc. Ainsi que des rapports de subordination (femmes) et de domination (hommes), donc d'inégalité et d'iniquité dans la répartition, le contrôle et la gestion des ressources entre les hommes et les femmes.
L'inégalité est observable à plusieurs niveaux : de la pauvreté (INS 2016) ; avec près de 20 millions d'habitants, le Niger connait le taux de croissance démographique le plus élevé au monde : 3,9%. 48,2% de la population vit en dessous du seuil de la pauvreté. Les 2/3 de ces pauvres sont des femmes. On en est aujourd'hui arrivé à parler de la féminisation de la pauvreté avec des implications directes sur la santé des femmes. Le taux de mortalité maternelle est de 535/100.000g, selon le rapport d'analyse Beijing plus du Ministère de la population, de la promotion de la femme et de la protection de l'enfant 2015. De l'accès à l'éducation, le taux d'alphabétisation est de 29% (42,8% pour les hommes et 17,1% pour les femmes). Le taux de scolarisation est de 72, 9% (81,9% pour les garçons et 63,9% pour les filles).Cette disparité au niveau scolaire a pour cause la valorisation du rôle de reproduction de la femme. De l'accès aux ressources (terre, eau, bois, fruits, plantes médicinales,...), les femmes jouent un rôle crucial et possèdent des connaissances indéniables en matière de gestion des ressources mais elles n'y ont pas accès. Leur rôle n'est qu'informel. Le contrôle de ces ressources est exercé par les hommes. Les femmes sont présentes dans tous les secteurs d'activités en milieu rural (agriculture, élevage, pêche, ...). Mais en raison de la division sexuelle du travail, elles ne peuvent pas s'investir efficacement dans les activités de production rentable. Des instances de décision, il faut dire que les femmes sont présentes dans tous les secteurs de la vie politique et syndicale. Mais elles sont victimes d'inégalité en matière de représentation malgré l'existence des dispositions juridiques favorables à l'équité et à l'égalité dans les relations de genre. Cette situation atteste de la pertinence scientifique et sociale du thème.
Sur le plan scientifique, la pertinence théorique d'une telle approche réside dans le fait qu'elle permet d'être attentif à la manière dont les populations interprètent le nouveau modèle socioculturel (l'école) dans leur vécu ; et d'analyser la manière dont ce modèle peut influencer et être influencer par les modèles d'organisation socioéconomique et politique local ou dans un contexte plus large.
Sur le plan social, toute recherche capable d'éclairer les mécanismes de blocage ou de favoriser une participation communautaire à l'enjeu du développement sera indiscutablement d'une grande utilité pratique pour les stratégies de développement présentes et futures. Elle sera d'une grande utilité en matière de connaissance et d'éveil de conscience des femmes sur les facteurs, les mécanismes de leur aliénation et de leur autonomisation. L'éducation est en effet un facteur d'émancipation économique. C'est à travers elle que les femmes pourront maitriser leur fécondité, réduisant ainsi l'explosion démographique. C'est à travers elle qu'elles vont acquérir des revenus et contribuer à l'éducation de leurs enfants, participant ainsi au développement durable de leur pays.

Quels sont selon vous les pesanteurs et les clichés sociaux qui freinent l'autonomisation de la femme nigérienne ? Que faut-il faire pour y remédier ?

On peut pour l'essentiel retenir le confinement des femmes dans leur rôle de reproduction à travers les stéréotypes de la femme-épouse, femme-mère, femme au foyer, femme-objet, femme soumise, intériorisé par les filles au cours du processus de socialisation ; la répartition des tâches et l'exerce inégal du pouvoir sur la base des règles culturelles qui déterminent leurs aptitudes et leurs capacités limitant ainsi leurs accès aux ressources ; et le contrôle social (sanctions positives : récompense et sanctions négatives : punition) à travers lequel la société veille au respect strict du principe de conformité. Autant des situations d'inégalité et de discrimination ayant un effet négatif sur leur potentialité d'autonomisation économique.
Pour remédier à cette situation, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement. Autrement dit, qu'il œuvre à l'application des textes juridiques qui instaurent l'égalité en matière des droits humains (CEDEF, Beijing, OMD...). En effet, tous ces textes recommandent une répartition équitable des rôles, des responsabilités, des activités et des ressources entre les femmes et les hommes.Qu'il veille à la révision et à l'harmonisation des textes législatifs en matière matrimoniale : fixer l'âge du mariage à la majorité, prendre des mesures sévères à l'encontre des contrevenants afin de favoriser la scolarisation des jeunes filles.
Ces mesures ne peuvent se concrétiser qu'à travers une réelle volonté politique. Cette volonté politique ne peut se manifester sans pression. C'est pourquoi, les intellectuelles nigériennes doivent intervenir à travers la création d'une organisation panafricaine (c'est une lutte qui ne peut pas se mener de façon isolée) des femmes militantes et responsables afin d'œuvrer à la libération et l'autonomisation économique des femmes du continent pour leur permettre d'assumer leur part de responsabilité dans l'édification de sociétés justes, égalitaires et prospères.En effet, comme l'a dit Thomas Sankara (1987), « l'émancipation tout comme la liberté ne s'octroie pas, elle se conquiert ».
Or les luttes de libération ne sont qu'à la portée des grands esprits, c'est-à-dire dotés de courage, d'abnégation, de connaissance, d'un sens élevé de responsabilité et de sacrifice. Ces grands esprits seront des femmes « déterminées à travailler pour transformer la réalité, à se battre pour gagner, à tomber et retomber, mais à se relever chaque fois pour avancer sans reculer » jusqu'à « la liquidation de tous les systèmes d'hypocrisie qui consolident l'exploitation cynique de la femme » (Sankara T., 1987).

Docteur, où situez-vous le combat de la femme nigérienne : dans la recherche effrénée de son autonomisation ou bien dans la revendication de places ou de rang social axé sur le respect du genre ?

Je ne pense pas que les deux sphères d'action soient antagoniques. A mon avis, elles se complètent. En effet, c'est en veillant à la préservation des acquis que les femmes assureront leur autonomisation. Inversement, leur autonomisation leur permettra d'accéder de plus en plus à des postes de responsabilité d'où elles pourront faire entendre leur voix, défendre leurs droits et renforcer leur pouvoir dans les prises de décision.
Réalisée par Oumarou Moussa (ONEP)
19/05/17

Economie

Signature, hier, d'un accord de financement additionnel au PAC3 : 12,5 milliards de francs CFA pour une extension des ac…

Signature, hier, d'un accord de financement additionnel au PAC3 : 12,5 milliards de francs CFA pour une extension des activités du programme

La ministre du Plan Mme Kané Aïchatou Boulama a présidé hier après midi la cérémonie de signature de l'accord de financement additionnel au Programme d'Actions Communautaires phase 3 (PAC3) d'une valeur de 20,8 millions de dollars US soit 12,5 milliards de FCFA pour une durée de deux(2) ans. La cérémonie s'est déroulée en présence du représentant résident de la Banque Mondiale au Niger M. Siaka Bakayoko et du ministre délégué auprès du ...

1ère édition du Prix Cedeao de la Qualité : Les meilleures entreprises ouest-africaines primées

1ère édition du Prix Cedeao de la Qualité : Les meilleures entreprises ouest-africaines primées

La 1ère édition du Prix Cedeao de la Qualité a permis à la Commission de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao), avec l'appui des partenaires et institutions, de décerner des distinctions aux entreprises primées, à des personnalités et aux institutions ayant contribué à la promotion et au développement de la qualité dans l'espace communautaire.La cérémonie de remise des prix s'est déroulée en présence des mi...

Communiqué de presse de l'Union Européenne : L'UE décaisse 10 millions d'euro, soit 6.597 milliards de Francs CFA, en fa…

Communiqué de presse de l'Union Européenne : L'UE décaisse 10 millions d'euro, soit 6.597 milliards de Francs CFA, en faveur du Niger

Conformément aux calendriers prévus, le décaissement de la première tranche fixe 2017 du Programme d'Appui budgétaire "Migrations, sécurité et gestion des frontières" vient d'être finalisé. Un montant total de 10 000 000 EUR a donc été versé au Trésor nigérien au profit du Budget de l'Etat 2017. Ce programme est financé sur le Fonds Fiduciaire d'Urgence pour la Migration, mis en place par l'Union Européenne en 2016.Ce financement soutie...

Signature de convention entre l'Etat du Niger et le groupe de la Banque Centrale Populaire du Maroc : Le groupe BCP du M…

Signature de convention entre l'Etat du Niger et le groupe de la Banque Centrale Populaire du Maroc : Le groupe BCP du Maroc prend les rennes de la BIA-Niger

Le ministre des Finances, M. Massoudou Hassoumi, et le Président Directeur Général du groupe de la Banque Centrale Populaire du Maroc M. Mohamed Benchaaboun ont procédé hier dans l'après-midi, à Niamey, à une signature de convention à travers laquelle l'Etat du Niger cède ses actions au niveau de la Banque Internationale pour l'Afrique (BIA-Niger) au profit du groupe de la Banque Centrale Populaire du Maroc. Cette convention va permettr...

Niamey/9ème édition de la journée de promotion des activités de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) : Vulg…

Niamey/9ème édition de la journée de promotion des activités de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) : Vulgarisation de la culture boursière au Niger

Le directeur de cabinet du ministre des Finances, M. Altiné Amadou, a présidé, hier matin à Niamey, la cérémonie d'ouverture de la 9ème édition de la journée de promotion des activités de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM). Placée cette année sous le thème « L'innovation et le développement des marchés financiers », cette 9ème édition a pour objectif la vulgarisation de la culture boursière au Niger afin de mieux faire co...

9ème édition de la journée de promotion des activités de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) : Pour la vul…

Le directeur de cabinet du ministre des Finances, M. Altiné Amadou, a présidé, hier matin à Niamey, la cérémonie d'ouverture de la 9ème édition de la journée de promotion des activités de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM). Placée cette année sous le thème « L'innovation et le développement des marchés financiers », cette 9ème édition a pour objectif la vulgarisation de la culture boursière au Niger afin de mieux faire co...

Signature hier de convention tripartite de garantie entre le FSA-FIDELIS Finance- COTRADIS Côte d'Ivoire SA : 1.159 mill…

Signature hier de convention tripartite de garantie entre le FSA-FIDELIS Finance- COTRADIS Côte d'Ivoire SA : 1.159 millions de FCFA de garantie pour renforcer les capacités opérationnelles de COTRADIS Côte d'Ivoire SA

Le directeur général du Fonds de Solidarité Africain (FSA) M Ahmadou Abdoulaye Diallo a présidé hier après midi la cérémonie de signature d'une convention tripartite de garantie entre le FSA, la société Continental de Transport et de distribution (COTRADIS) Côte d'Ivoire et FIDELIS Finance dans le cadre du projet de renforcement des capacités opérationnelles de COTRADIS Côte d'Ivoire SA. La cérémonie s'est déroulée en présence de l'Admi...

Signature de l'accord de financement du Projet d'Accès aux Services Electriques Solaires au Niger (NESAP) : 30 milliards…

Signature de l'accord de financement du Projet d'Accès aux Services Electriques Solaires au Niger (NESAP) : 30 milliards de FCFA pour améliorer le taux d'accès à l'électricité au Niger

La ministre du Plan Mme Kané Aichatou Boulama et le Représentant résident de la Banque Mondiale au Niger M. Siaka Bakayoko ont procédé hier dans l'après-midi, à Niamey à la signature de l'accord de financement du Projet d'Accès aux services Electriques Solaires au Niger (NESAP). Ce projet de grande envergure a pour objectif global d'accroitre le taux d'accès à l'électricité dans toutes les régions de notre pays grâce à l'énergie solaire...

Coopération Niger-Union européenne : Un décaissement de plus de 37 milliards de FCFA effectué au profit du Niger

Coopération Niger-Union européenne : Un décaissement de plus de 37 milliards de FCFA effectué au profit du Niger

L'Union Européenne vient d'effectuer un décaissement 57 millions d'euros, soit plus de 37 milliards de FCFA au profit de notre pays, selon un communiqué de presse daté du 26 juin 2017 et publié par la Délégation de l'Union européenne au Niger. Ces fonds sont destinés à soutenir plusieurs secteurs essentiels pour le développement socio-économique du Niger notamment la sécurité alimentaire, nutritionnelle et de l'agriculture durable ; l'é...

Situation des marchés céréaliers en Afrique de l'Ouest : Stabilité des prix pour le riz et le maïs ; hausse pour le mil …

Situation des marchés céréaliers en Afrique de l'Ouest : Stabilité des prix pour le riz et le maïs ; hausse pour le mil et le sorgho

Le prix du maïs et du riz sont restés stables et les marchés ouest africains sont correctement alimentés au mois de mai ; une situation qui s'explique par les bonnes productions (de riz et de maïs) enregistrées au cours de la présente campagne. Cependant, pour le mil et le sorgho, les stocks baissent de plus en plus et les hausses saisonnières commencent à se faire déjà sentir sur bon nombre de marchés des principaux pays producteurs. C...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

A la découverte du village de Tapoa : Un village t…

A la découverte du village de Tapoa : Un village touristique riche de sa biodiversité

Jadis un petit village habité par les gourmantchés, Tapoa est aujourd'hui un camp forestie...

vendredi 11 août 2017

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune…

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays

Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le v...

vendredi 11 août 2017

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Les propriétaires véreux face à l'impôt sur le loyer

Les propriétaires véreux face à l'impôt sur le loyer

L'impôt sur le loyer. Parlons-en ! Depuis la mise en œuvre de la décision instituant cet i...

vendredi 18 août 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.