Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Interview d'une enseignante engagée pour les filles, Mme Omar Hajia Hassia SCOFI Tahoua: « Quand on est décidé et mobilisé, on obtient les meilleurs résultats »


d-3Mme, vous êtes agent de la Direction départementale des Enseignements Secondaires (DDES) Tahoua 1 et surtout point focal de la scolarisation des jeunes filles (SCOFI) Tahoua I. Quelle est la contribution de la SCOFI à la lutte contre le mariage des enfants ?
Dans la région de Tahoua, c'est presque ancré dans les us et coutumes. Les jeunes filles sont données en mariage très tôt. Généralement, vers l'âge de 10-12 ans, la fille est déjà réservée pour un prétendant. C'est le problème auquel nous sommes confrontés, nous, partenaires de l'école, et plus particulièrement nous qui luttons pour la scolarisation de la jeune fille et son maintien à l'école. Le problème est préoccupant en milieu rural comme en milieu urbain. Le cas le plus récent ici en ville est celui d'une fille qui était en classe de 5ème au CEG 4 de Tahoua. Ses parents l'avaient « réservée » depuis qu'elle était au CM1, alors qu'elle était âgée d'environ 11 ans, à un prétendant établi au Ghana. En décembre dernier, au retour des élèves du congé pour l'organisation du festival Tahoua-Sakola, nous avons constaté que la fille en question ne fréquentait plus les cours.
Nous avons mené des investigations à travers une des mères éducatrices, que nous avions formées à cet effet, pour contacter les parents de la fille et savoir ce qui se passait. Quelle fut notre surprise d'apprendre qu'elle avait étémariée et qu'elle se trouvait chez son mari au Ghana. C'était un coup monté, car pour couvrir cette entreprise, sa maman était venue au collège pour retirer un certificat de scolarité expliquant à l'administration qu'elle voulait un transfert scolaire pour sa fille. Nous, SCOFI, nous avons jugé cela intolérable et fortement préjudiciable à l'avenir de cette fille, qui avait de bons résultats au collège et qui était loin d'être consentante.
Nous avons entrepris toutes les négociations, avec sa famille au niveau de Tahoua et avec son mari dont nous nous sommes procuré le numéro, au Ghana. Très vite, nous avons compris que la mère n'y était pour rien et qu'elle avait même peur de la réaction de son mari qui menaçait de la répudier. Le compromis qu'on voulait trouver à l'amiable était de persuader le mari de laisser revenir la fille continuer sa scolarité jusqu'à la 3ème au moins. Il a rejeté cette offre et, plus grave, quand sa jeune femme lui a présenté un certificat de scolarité dans l'espoir qu'il l'inscrive dans une école au Ghana, il lui a dit qu' il ne l'a pas épousée pour qu'elle poursuive des études mais pour qu'elle s'occupe des enfants de sa première épouse qui, eux, sont scolarisés au Ghana et dont certains ont presque l'âge de leur jeune marâtre. Devant cette situation révoltante, j'ai menacé, au téléphone, de porter cette affaire devant la justice, en lui expliquant qu'au Ghana, le Niger a une représentation diplomatique capable de mobiliser la police pour le rechercher. Il a pris la menace au sérieux et a renvoyé sa jeune femme au pays. Elle a repris le chemin de l'école et la rentrée prochaine elle passe en 4ème.

On peut donc considérer que la situation est en train de changer à travers la mobilisation des partenaires et la gouvernance de l'école ?
Pendant longtemps, nous étions impuissants à empêcher des situations comme celle de retrait des jeunes filles de l'école pour les donner en mariage. Mais depuis le récent décret signé par le Président de la République qui protège la jeune fille en milieu scolaire, nous avons le meilleur argument juridique pour agir. Je salue également la mobilisation des structures partenaires telles que les Mères Educatrices, qui font un important travail de veille et d'alerte sur la scolarité des jeunes filles et leur présence assidue à l'école. Quand on est décidé et mobilisé, on obtient les meilleurs résultats.
Avez-vous un appel à lancer à l'endroit des parents des jeunes filles sur ce sujet ?
Je dis aux parents des élèves et surtout des jeunes filles scolarisées que le maintien de leurs enfants le plus longtemps à l'école est de leur intérêt. Nous nous ne sommes pas là contre tel ou tel mais pour l'avenir de leurs enfants et de ce pays. De toutes les façons, il y a un temps pour l'école et il y a un autre pour le mariage. Il y a un âge où on ne peut pas forcer une fille ou lui imposer un mari qu'elle n'a pas choisi. Notre souhait, à travers notre mobilisation en faveur de l'école, n'est pas de nous opposer aux parents des élèves mais de les convaincre qu'il n'y a pas meilleur destin pour leur progéniture que l'école, qui donne à chacun la meilleure chance pour la vie. Donc nous allons continuer le combat pour la sensibilisation des uns et des autres à la cause de l'école.
Propos recueillis par
Mahaman Bako

12/10/18

Economie

Point de Presse des députés Adamou Namata et Mano Aghali à Agadez : Eclairages sur la loi de finances 2019, les mouvemen…

Point de Presse des députés Adamou Namata et Mano Aghali à Agadez : Eclairages sur la loi de finances 2019, les mouvements migratoires et l'orpaillage dans le Ténéré et le massif de l'Aïr

Une mission parlementaire a séjourné pendant deux semaines dans la région d'Agadez pour échanger avec les différents acteurs sur la loi de finances pour l'année budgétaire 2019 ; les mouvements migratoires et l'orpaillage dans le Ténéré et le massif de l'Aïr. À l'issue des visites de terrain et des consultations sur les différentes thématiques, les députés Adamou Namata, président de la Commission des Finances de l'Assemblée nationale e...

Communiqué de presse du Fonds Monétaire International (MFI) : Le conseil d'administration du FMI approuve en faveur du N…

Communiqué de presse du Fonds Monétaire International (MFI) : Le conseil d'administration du FMI approuve en faveur du Niger un décaissement de 19,5 millions de dollars pour consolider la stabilité macroéconomique du pays

Le conseil d'administration du FMI achève la troisième revue de l'accord au titre de la facilité élargie de crédit.L'achèvement de la revue permet de décaisser 14,1 millions de DTS (environ 19,5 millions de dollars) en faveur du Niger et d'accroître l'accès du pays aux ressources du FMI de 75 à 90 % de sa quote-part.Le programme économique du Niger vise à consolider la stabilité macroéconomique et à stimuler la croissance.Le 10 décembre...

Rapport sur l'Afrique et le Niger : les tendances économiques : La croissance économique du Niger s'accélère en dépit de…

Rapport sur l'Afrique et le Niger : les tendances économiques : La croissance économique du Niger s'accélère en dépit des risques sécuritaires, selon le représentant résident du FMI

Le représentant résident du Fonds Monétaire International (FMI) au Niger M. Mehmet Cangul a partagé jeudi 29 novembre dernier dans l'après-midi avec les autorités nigériennes les résultats d'un rapport intitulé « l'Afrique et le Niger : les tendances économiques. Cette analyse économique résulte d'un modèle propre à l'auteur mais qui s'inspire véritablement de la littérature économique. Le modèle en question traite de façon globale de l...

Niger/Banque Africaine de Développement : La BAD débloque 28 millions de dollars en soutien aux réformes économiques au …

Niger/Banque Africaine de Développement : La BAD débloque 28 millions de dollars en soutien aux réformes économiques au Niger

Satisfait des résultats de la mise en œuvre de la première phase du Programme d'appui aux réformes et à la résilience économique (PARRE) au Niger, le Conseil d'administration de la Banque africaine de développement a accordé, le mardi 27 novembre 2018, une nouvelle assistance financière de 28 millions de dollars, répartie en un prêt du Fonds africain de développement de 14 millions de dollars et un don de la Facilité d'appui à la transi...

Réunion du comité de pilotage des appuis budgétaires de l'Union Européenne au Niger : Inauguration d'un dialogue pour un…

Réunion du comité de pilotage des appuis budgétaires de l'Union Européenne au Niger : Inauguration d'un dialogue pour une meilleure orientation dans la mise en œuvre des programmes

Le comité de pilotage des appuis budgétaires de l'Union Européenne au Niger s'est réuni hier au sein de la direction générale du Trésor et de la comptabilité publique sous la présidence du ministre des finances, M Hassoumi Massoudou, ordonnateur national des fonds FED. La réunion de cette instance s'est tenue en présence de l'ambassadeur, Cheffe de délégation de l'Union Européenne au Niger, Mme Denise Elena Ionete, de plusieurs membres ...

Deuxième réunion du comité de pilotage des Reformes de Gestion des Finances Publiques (PRGFP) : Faire le point de la mis…

Deuxième réunion du comité de pilotage des Reformes de Gestion des Finances Publiques (PRGFP) : Faire le point de la mise en œuvre du Plan d'Actions Prioritaires 2018

Après la session inaugurale intervenue en février dernier, le Ministre des Finances M. Hassoumi Massoudou a présidé hier matin, la deuxième session au titre de l'année 2018 du Comité de Pilotage des Reformes de Gestion des Finances Publiques. Il s'est agi pour les membres du comité de faire le point de la mise en œuvre du Plan d'actions Prioritaires pour l'année 2018, basé sur la matrice 2017-2020 du Programme des Reformes de Gestion de...

Atelier de validation de la Stratégie Nationale de Finance Inclusive (SNFI) révisée : Pour l'harmonisation de la stratég…

Atelier de validation de la Stratégie Nationale de Finance Inclusive (SNFI) révisée : Pour l'harmonisation de la stratégie du Niger dans un contexte d'évolution de la finance inclusive

Dans un pays comme le nôtre où l'écrasante majorité de la population vit en milieu rural, la finance inclusive est appelée à jouer un rôle majeur dans le processus de développement économique et social. C'est d'ailleurs pour cette raison que le gouvernement nigérien s'est doté en 2015 d'une Stratégie Nationale de Finance Inclusive (SNFI). Cette dernière a fait l'objet de révision à travers un groupe de travail mis en place à cet effet l...

Conférence de presse conjointe Ministre des Finances –Mission FMI : «La croissance devrait passer de 5,2% en 2018 à 6,5%…

Conférence de presse conjointe Ministre des Finances –Mission FMI : «La croissance devrait passer de 5,2% en 2018 à 6,5% en 2019» selon M. Christoph A. Klinge, chef de la mission du FMI

Au terme d'une mission du Fonds monétaire international (FMI) ayant séjourné dans notre pays, le ministre des Finances, M. Hassoumi Massoudou et le chef de la mission du Fonds Monétaire International (FMI), M. Christoph A. Klinge par ailleurs Chef Division Adjoint Département Afrique ont animé hier matin, une conférence de presse conjointe au ministère des Finances à Niamey. Il s'est agi de conclure la troisième revue du programme appuy...

Signature d'une convention entre l'AFD et le gouvernement : Une aide budgétaire française de 6,6 milliards de FCFA au pr…

Signature d'une convention entre l'AFD et le gouvernement : Une aide budgétaire française de 6,6 milliards de FCFA au profit du Niger

Le ministre des Finances M. Hassoumi Massoudou, la Directrice Afrique de l'Agence française de développement (AFD) et la Directrice générale du Trésor français ont signé le 08 octobre dernier à Paris en France une convention d'aide budgétaire pour un montant de 10 millions d'Euros, soit 6,6 milliards de FCFA. Cet appui s'inscrit dans le cadre de l'aide budgétaire française en soutien à la mise en œuvre du Programme économique et financi...

Energie/Pétrole: Bataille serrée entre indiens et chinois pour SAVANNAH Petroleum

Energie/Pétrole: Bataille serrée entre indiens et chinois pour SAVANNAH Petroleum

Présente au Niger depuis 2014 suite à l'acquisition de son premier permis (R1/R2) d'Agadem, Savannah Petroleum qui a commencé sa campagne de forage cette année, peut se targuer d'avoir déjà à son actif quatre découvertes sur quatre tentatives. Cent pour cent de réussite que n'ont pas manqué de saluer les spécialistes du secteur sur le plan international. Le champ d'Amdigh en particulier constitue le point d'orgue de ce succès, car il es...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice a…

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice aux cultures de contre saison et au pâturage

La région de Tillabéri compte 31 aménagements hydro agricoles dont 30 pour la production d...

vendredi 11 janvier 2019

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la …

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la crue

De l'autre côté de la rive, qui sert comme une sorte de gare fluviale reliant les localité...

vendredi 11 janvier 2019

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la…

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la filière

La filière de la gomme arabique a connu dans les années 60 et ce jusqu'en 1980, un essor s...

jeudi 10 janvier 2019

L'air du temps

Notre identité, nos valeurs ancestrales

Notre identité, nos valeurs ancestrales

«Un peuple sans culture est un peuple sans âme », disait l'écrivain nigérian Anthony Biako...

vendredi 11 janvier 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.